31 janvier 1943

31 janvier 1943


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


L'exposition d'art notoire "31 femmes" de 1943

La collectionneuse d'art Peggy Guggenheim venait d'ouvrir sa galerie d'avant-garde "Art of This Century" sur West 57 Street à l'automne 1942 lorsque son ami Marcel Duchamp lui a suggéré de monter une exposition entièrement féminine. Guggenheim aimait l'idée : l'exposition serait radicale non seulement en raison de sa composition, mais parce que la plupart des peintures, dessins et sculptures exposés seraient de style abstrait ou surréaliste, selon le goût moderniste de Guggenheim.

"La bergère des sphinx" de Leonor Fini

La contribution de Leonor Fini, une peinture intitulée "La bergère des sphinx", s'inspire des thèmes surréalistes classiques de la sexualité et, dans ce cas, du pouvoir féminin : elle représente une bergère voluptueuse et légèrement vêtue dans un paysage de rêve rempli de sphinx tout aussi voluptueux qui semblent s'être régalés d'ossements et de fleurs. (Il se trouve maintenant à la collection Peggy Guggenheim à Venise.) La peinture du surréaliste Kay Sage, "À l'heure fixée", dépeint un paysage cauchemardesque plus abstrait dominé par un pilier métallique vertical menaçant, une route ne menant nulle part et des formes gluantes ressemblant à des serpents rampant sur deux poutres horizontales.

« Anniversaire » de la nouvelle venue Dorothea Tanning montrait une jeune femme à moitié déshabillée debout à côté d'une série apparemment infinie de portes fuyantes, un monstre ressemblant à un oiseau se trouvait à ses pieds. Le travail de Tanning a été choisi par le célèbre surréaliste européen, Max Ernst, alors mariée à Guggenheim, elle lui avait confié la tâche de visiter les studios d'artistes féminines prometteuses afin de choisir des candidates probables pour le prochain spectacle. Ernst, un coureur de jupons notoire, a rapidement quitté Guggenheim et a emménagé avec le beaucoup plus jeune Tanning.

Georgia O'Keeffe a décliné une invitation à participer à l'émission, affirmant qu'elle refusait d'être classée dans la catégorie "femme peintre". Elle pouvait se permettre d'être particulière, ayant à ce moment-là atteint une reconnaissance substantielle par elle-même. D'autres femmes artistes n'ont pas eu ce luxe - plusieurs, comme la sculptrice Xenia Cage, ont travaillé dans l'ombre de leurs maris plus célèbres (dans son cas, le compositeur John Cage), d'autres, comme la peintre Buffie Johnson, en savaient beaucoup sur la discrimination sexuelle. dans le monde de l'art (Temps le critique de magazine James Stern avait carrément refusé sa demande de revoir la série, observant que les femmes devraient s'en tenir à avoir des bébés).

Les critiques qui ont commenté "31 Women" l'ont accueilli avec un mélange d'admiration à contrecœur et de condescendance dédaigneuse. Les New York Times le critique, Edward Alden Jewell, a condamné la série avec de légers éloges et un ton condescendant. Tout d'abord, il s'est moqué des murs ondulants non conventionnels et des meubles biomorphiques de la galerie de Guggenheim, puis il s'est moqué de la « Colonne » de Louise Nevelson (« vous appelleriez ça de la sculpture, je suppose », a-t-il écrit). Mais il a noté que "l'exposition donne une surprise captivante après l'autre".

« H.B. », le critique de Recueil d'art, a écrit dans la même veine : « Maintenant que les femmes prennent le surréalisme au sérieux, on ne sait pas où tout cela s'arrêtera.

Le pire des dénigrements est venu d'Henry McBride dans le Soleil de New York: les femmes surréalistes étaient en fait meilleures que les hommes, a-t-il dit, car après tout, "le surréalisme, c'est environ 70 % d'hystérie, 20 % de littérature, 5 % de bonne peinture et 5 % juste pour dire huer au public innocent. Il y en a, comme nous le savons tous ", beaucoup d'hommes parmi les névrosés new-yorkais, mais nous savons aussi qu'il y a encore plus de femmes parmi eux. Compte tenu des statistiques que les médecins distribuent et des pourcentages énumérés ci-dessus, … il est évident que les femmes devraient exceller dans le surréalisme. "

Un dernier critique, en Actualités artistiques, de même n'a pas pu résister aux apartés sarcastiques, mais a également soulevé de sérieuses questions sur la sagesse de monter des émissions réservées aux femmes. "La division des sexes, ou plutôt la ségrégation de la femelle de l'espèce, est d'ordinaire une politique douteuse pour une exposition d'art", a déclaré l'anonyme R.F. a écrit "mais cette fois, cependant, il n'y a pas d'épidémie d'aquarelles ou de peintures de fleurs. Les femmes - elles ne pourraient jamais être qualifiées de dames en riant - présentent un front blindé sans faille." Les femmes artistes en 1943 étaient évidemment damnées de toute façon, que ce soit pour avoir créé des aquarelles et des fleurs probablement sans importance, ou pour être des Amazones.

La rhétorique condescendante des critiques en 1943 est largement dépassée aujourd'hui, mais le problème de la sous-représentation des femmes dans les grandes collections d'art demeure. Un jour récent (en janvier 2016), j'ai compté les œuvres d'artistes femmes dans les galeries d'art moderne et contemporain du Metropolitan Museum of Art. Il y en avait 29 -- contre 305 œuvres d'hommes. C'est environ 9,5 %, contre moins de 5 % au total rapporté par le groupe de défense Guerrilla Girls en 1985. Pourtant, ce n'est pas beaucoup.

"31 Women" a attiré l'attention en partie parce que l'une de ses artistes était la populaire strip-teaseuse de vaudeville Gypsy Rose Lee, qui était également écrivaine et habitante des cercles culturels bohèmes. Sa contribution était un collage intitulé "Autoportrait" (elle était vêtue). Les artistes à plein temps les plus sérieux comprenaient la sculptrice abstraite montante Louise Nevelson et les surréalistes Frida Kahlo, Leonora Carrington, Leonor Fini et Meret Oppenheim, dont le travail, une tasse de thé et une cuillère recouvertes de fourrure, avait provoqué des halètements quand il a été présenté à l'exposition "Art fantastique" du Museum of Modern Art sept ans auparavant.

Kahlo était déjà célèbre, en partie à cause de son mariage avec le peintre Diego Rivera, qui avait refusé de se conformer à la demande de John D. Rockefeller, Jr. en 1933 que Rivera retire une image de Vladimir Lénine de sa peinture murale au Rockefeller Center. (Rockefeller a ensuite fait détruire la peinture murale.) La contribution de Kahlo à "31 femmes" était un dessin au crayon, "Autoportrait aux cheveux coupés". Habillé sévèrement de vêtements pour hommes, avec ses cheveux rasés sur le sol autour d'elle, le sinistre autoportrait de Kahlo était une réponse aux infidélités chroniques de Rivera.

Affiche Guerilla Girls, 2015

Buffie Johnson était suffisamment exaspérée par le sexisme de la Temps critique qui pensait que les femmes devraient s'en tenir à avoir des bébés qu'elle a écrit un article sur les femmes artistes du passé et les obstacles souvent insurmontables auxquels elles ont été confrontées. Elle n'a pas pu trouver d'éditeur jusqu'en 1997, lorsque la Jackson Pollock-Lee Krasner House à East Hampton, Long Island, a organisé une exposition commémorant "31 femmes" et une deuxième exposition entièrement féminine en 1945 à la galerie Guggenheim. Le catalogue qui accompagnait l'exposition Pollock-Krasner House comprenait l'article de Johnson.

La contribution de Buffie Johnson à "31 Women" en 1943, incidemment, était une peinture intitulée "Déjeuner sur mer", un paysage marin avec deux femmes accrochées à une épave.

* Les autres artistes représentés dans "31 Women" étaient Djuna Barnes, Irene Rice Pereira, Hedda Sterne, Sophie Taeuber-Arp, Hazel McKinley, Pegeen Vail, Barbara Reis, Valentine Hugo, Jacqueline Lamba, Suzy Frelinghuysen, Esphyr Slobodkina, Maria Helena Vieira da Silva, Aline Meyer Liebman, Elsa von Freytag-Loringhoven, Julia Thecla, Sonia Secula, Gretchen Schoeninger, Elizabeth Eyre de Lanux, Meraud Guevara, Anne Harvey et Milena Pavlović Barili, qui n'est pas connue dans le monde mais est un héros dans sa Serbie natale : plusieurs de ses œuvres ont été reproduites sur des timbres-poste yougoslaves.


Une guerre douce 16 janvier - 31 janvier 1943

Pendant son affectation dans la RAF à l'aérodrome de Predannack à Cornwall, mon père, Kenneth Crapp, tenait un journal. Le journal s'étend du 27 octobre 1942 au 7 juin 1944 et le premier extrait de 4 mois est inclus ci-dessous. Il montre un aspect étonnamment tranquille de la guerre - un travail de fond silencieux sur un aérodrome quelque peu isolé, où l'intérêt pour les oiseaux et la nature était sans aucun doute «une grâce salvatrice».

samedi 16 janvier
Matinée insatisfaisante, tentative de démontage de poteaux aériens articulés qui refusaient d'être démontés. Terminé plus tôt, est allé à l'inspection du cycle, a aidé à nettoyer la cabane pour l'inspection hebdomadaire - puis à Ruan Minor pour poster le colis et obtenir un bon de commande pour un autre type.

Sur le chemin du retour, je suis tombé sur un homme qui m'a parlé. Je lui ai demandé pourquoi tout le monde semblait aller de son côté à ce moment-là et il m'a répondu que la chasse avait lieu près de la chapelle. « Il pourrait y avoir 4 ou 5 chevaux », dit-il, « et les chiens de Bochyn ».

Puis au coin de la rue arrivèrent trois gentilshommes en melons et vestes noires, très seigneuriaux envers leurs chasseurs, et une meute de chiens courants, le nez en quête active. Mon compagnon s'est arrêté lorsque l'un des cavaliers lui a parlé : « Où sont ces renards que vous avez pour nous ? » a-t-il demandé. Et l'homme montra la lande au-delà des champs.

En service à la station émettrice cet après-midi, j'ai ramassé du bois d'ajonc sec et l'ai emballé dans une boîte pour nos feux de hutte. L'ajonc est un excellent bois pour allumer le feu quand il est mort.

À ma grande surprise, je me suis retrouvé à allumer le feu dans la hutte - bien que je m'étais lavé et que je ne devrais pas y dormir ce soir-là. Chez Mme Trezise ce soir j'ai été bien accueilli et bien que nous ayons été un peu timides au début, le piano a vite fait tomber notre réserve. Je trouvais qu'une longue absence du piano me raidissait les doigts et cela, avec le public peu habitué, me faisait mal jouer. Fred a beaucoup mieux joué un Mendelssohn Duetto que je n'ai joué certains morceaux de Schubert que je connais.

dimanche 17 janvier
L'homme que j'ai relevé hier est tombé malade, j'ai donc dû reprendre sa montre. Je suis aussi content de ne pas avoir à retourner au camp sous une pluie battante. A 12h30, la pluie s'est arrêtée. Sur le chemin du retour à 10 heures moins 5, j'ai entendu et vu un merle chanter au sommet d'un buisson.

J'ai passé la soirée à lire "Ariel", [une biographie de Shelley par André Maurois], et à faire des mots croisés. Nous avons fait frire des saucisses pour le souper, puis nous avons passé beaucoup de temps à nous raconter des histoires et à écouter les autres de ceux de la station DF.

Lundi 18 janvier
Le défilé de vêtements a donné lieu à deux nouveaux gilets, de nouveaux pantalons, de nouvelles chaussettes et une nouvelle chemise. Nous avons bombardé Berlin samedi soir et la nuit dernière, Londres a été bombardée. Je ne connais pas encore les détails. Une journée très douce, nuageuse au début, mais ensoleillée plus tard dans l'après-midi, alors j'ai voulu m'asseoir au soleil et je l'ai fait.

Dans la salle de lecture, ce matin, j'ai trouvé l'aumônier en train de jouer quelques-uns des disques que j'avais manqués au Cercle hier soir. Un peu du Concerto pour piano de Tchaïkovski — celui dont a été pincé le Concerto de Varsovie, dit-il.

La salle de lecture doit être fermée tous les soirs de 19h à 21h30, afin que le régiment de la RAF puisse avoir une pièce de théâtre éducative. Je ne leur en veux pas de leurs cours, mais il est très injuste qu'on nous refuse l'utilisation de cette salle pendant les heures où nous souhaitons le plus souvent l'utiliser. J'espère que ça ne durera pas longtemps.

Le siège de Leningrad levé, Millerovo capturé, tels sont les derniers succès russes. Avec Fred Behagg, je suis allé au Ruan Minor Institute pour voir Deanna Durbin dans « Mad About Music ». Chaises dures, petit écran, pauvre haut-parleur, mais Deana a encore triomphé : j'aurais aimé qu'elle chante plus qu'elle ne l'a fait.

Je suis descendu vers les émetteurs dans une nuit de doux clair de lune et d'air comme celui d'une nuit de juin.

mardi 19 janvier
Je dois rester ici pendant un certain temps et être dans un système de 3 montres avec les 2 autres. Mieux encore, nous pouvons travailler un jour de congé chacun, alors j'ai déménagé demain.

Les merles chantent fréquemment à l'aube et au crépuscule.

mercredi 20 janvier
Avec Fred Behagg a attrapé le camion de lait à St Erth. J'ai roulé avec des hommes de St Ives de Helston à St Erth - 3 d'entre nous devant avec le chauffeur. Matt Cocking a déclaré qu'il était lié par alliance à Mme Jacobs.

À Hayle, il y avait un bateau sur le bar où elle resterait jusqu'à la prochaine grande marée où la cargaison était enlevée.

Coupe de cheveux dans un magasin dont le propriétaire s'appelait Trezise, ​​il pensait que vendredi était un jour insensé pour une fermeture anticipée, mais les efforts pour le modifier ont échoué.

"Autant en emporte le vent" au Ritz, mais Fred l'avait vu, alors je suis allé avec lui voir "My Gal Sal" - un conte musical des années 90 avec la musique mélodieuse de Paul Dresser.

Au YM, nous avons mangé de l'agneau rôti pour le dîner avec deux légumes et une tarte aux pommes - pas de café ni de pain et de beurre servis maintenant: pas avec le repas de midi. Pour le thé — tarte au cottage.

Le long du bal, les vagues se précipitaient sur le devant : nous devions courir pour nous échapper.

À Helston, souper au YM de saucisses, frites et haricots et bavarder avec Fred, un vrai Londonien. Lors d'un raid de jour à Londres, une école a été touchée et de nombreux enfants sont morts et portés disparus.

Kamersk capturé par les Russes Je pense que le mythe de l'invincibilité allemande est en train de mourir lentement : parfois il se renouvelle pour un court instant.

Jeudi 21 janvier
T1190 pose problème. On me dit de regarder les relais, mais ils vont bien. Enfin, M. A arrive et est également perplexe. Les mouettes appellent à 22h.

vendredi 22 janvier
Vélo nettoyé et je suis allé à l'inspection. Flight a cru au mot qu'il avait été nettoyé. J'ai passé la soirée, d'abord sous une douche, puis à me changer et à ranger mon linge. Cela a pris 2,5 heures – beaucoup de bavardages.

samedi 23 janvier
Un autre jour de congé à ma grande surprise et plaisir, nous avons donc travaillé notre rotation. Je n'insiste pas sur le fait et l'avis officiel, mais je prends des mesures pour que le bus de Mullion soit invisible. Je monte à Campden House, où Mme T, Fred et une autre dame attendent. C'est Mme Park, la femme de mon officier. Elle est élégante en effet. J'ai mis son sac dans le bus pour elle et je suis monté après elle. Monsieur A est là et toutes mes précautions sont vaines. Je ne peux pas deviner ses pensées à ce qu'il voit.

À cause de lui, j'évite le bus et l'auto-stop de Falmouth, pour arriver à Falmouth un bon moment avant le bus.

Peg et John avec Michael arrivent - j'ai choisi le bon jour. Ils arrivent à 14h45 et nous les rencontrons.

News que Tripoli est à nous !

La foule dans les rues de la ville. Je cherche en vain une carte de vœux ou de Noël avec le blason de la RAF – ils semblent introuvables.

« Bambi » de Walt Disney la semaine prochaine – ce qui me manque en étant si loin de chez moi !

Joies de la vie de camp — sur leurs lits dans le noir gisent deux jeunes ivres : l'un est au lit et ne se sent pas bien : l'autre s'inquiète pour lui et pour son partenaire dans une autre hutte plus tard, deux autres apparaissent, également légèrement en conserve. Ils mettent du temps à s'endormir et sont bruyants : on gémit fort avant de s'endormir.

dimanche 24 janvier
Une belle matinée. Du poulet pour le dîner chez Mme Trezise, ​​suivi d'un pudding de Noël où je trouve six pence. Mme T sert le pudding en suivant la course du soleil : le papier peint devrait aussi être fait de cette façon aussi.

Lundi 25 janvier
Un grand changement pour travailler à l'atelier - tellement de choses à faire et si peu pour le faire. Habituellement, la journée se termine par le service, normalement, il s'agit simplement d'amener un accumulateur à la station HF/DF : souvent, il est également utilisé pour toutes sortes de petits travaux. Puis ce soir en service également avec deux appels, un de 10 h 30 à 11 h 30 et plus tard de -0140 à 04 h 20 - les deux appels vraiment inutiles pour moi, mais je devais me rendre.

mardi 26 janvier
Les repas se sont encore améliorés - le petit-déjeuner est généralement un bon dîner meilleur qu'il ne l'était et nous avons maintenant des gâteaux et de la confiture tous les jours pour le thé.

Nous devons transporter nos pistolets sten avec nous, mais pas de munitions ! C'est fou. Nos bottes en gomme ne doivent être portées que par mauvais temps - cela ne signifie pas qu'il pleut normalement. Je ne sais jamais quand je me retrouverai à marcher péniblement dans les landes marécageuses, où chaque montagne et chaque creux sont pleins d'eau, alors je ne tiens pas compte de cet ordre.

Il n'y a pas si longtemps, alors que nous attendions avec impatience un temps meilleur à venir, un avis apparaît dans les D R O à propos des vélos « Les vélos doivent être correctement huilés avant que le temps vraiment inclément s'installe ! »

J'ai allumé un bon feu dans la hutte ce soir, puis je suis allé dans la salle de lecture pendant un moment. Alors direction le NAAFI et retour à la cabane pour profiter du feu.

Mercredi 27 janvier
Une lettre très intéressante d'Oncle Fred, pleine d'histoires intéressantes sur les oiseaux, ses propres observations. Il dit que j'ai beaucoup de chance d'être stationné ici sur l'une des routes migratoires !

Je lutte aujourd'hui pour réparer les poteaux transportant nos lignes téléphoniques sur une chaussée un nouveau sommet au poteau, de nouveaux haubans et puis l'effort de le poser, avec un seul homme pour m'aider. Le trafic nous a beaucoup retardés et j'ai finalement dû le quitter pour faire la course de service. À mon retour, j'ai dû brancher de nombreux petits accessoires pour charger - un travail de bricolage qui a pris beaucoup de temps et j'ai dû reporter mon voyage proposé pour voir les Trezise.

Un autre bon feu dans la hutte et je suis resté là à lire « Memory Hold the Door » et les mille et une nuits.

Une bonne histoire du camp. Lors de l'inspection des COs samedi dernier, il a lui-même visité les ablutions. Le caporal responsable lui adressa un salut élaboré, le précéda jusqu'à l'entrée des douches, se tint là et appela bruyamment « Attention » !

Jeudi 28 janvier
J'ai plus faim à cause d'une vie plus active et j'ai beaucoup moins de temps à perdre. À l'heure du dîner, j'ai lu les journaux d'hier et j'ai donc lu la rencontre de « Remise inconditionnelle » entre Churchill et Roosevelt à Casablanca. Les journaux font allusion depuis plusieurs jours à de grandes nouvelles à venir.

Mardi, alors que nous nous couchions, nous avons parlé de pieux et nous avons surtout écouté les expériences de Stan Webster. "S'ils sont gros", a-t-il dit, "on sort parfois comme un gremlin d'un terrier de lapin".

La nouvelle est maintenant tombée : les Russes reprennent les puits de pétrole de Maikop. La 8e armée avance vers la Tunisie : la RAF lance une attaque courte et lourde sur Düsseldorf.

vendredi 29 janvier
A Campden House ce soir, j'ai joué du piano pendant que Fred jouait de la mandoline. J'ai raté une séance de cinéma de l'ENSA par cette visite. Le film était "Mrs Miniver" - un film qui attire des foules immenses partout où il est diffusé.

samedi 30 janvier
Pour célébrer le dixième anniversaire de l'arrivée au pouvoir des nazis, les Mosquitos ont attaqué Berlin en plein jour ce matin, envoyant Goering se précipiter pour se mettre à l'abri et retardant son discours aux forces armées allemandes de plus d'une heure. Un autre raid a été effectué plus tard, juste avant que Goebbels ne diffuse la proclamation d'Hitler. Il est significatif qu'Hitler n'ait pas parlé.

À Campden House, ce soir, je me suis régalé d'un pâté chaud et d'un thé. Souper aussi, plus tard, avec café. J'ai joué, mal je le sens, des pièces légères de Schubert, et Fred s'est essayé aussi. Des vents violents et de fortes averses prévalent maintenant.

dimanche 31 janvier
Le mois de janvier a eu un véritable adieu cette année, un coup de vent fougueux et bruyant au début de la journée qui a arraché le haut de notre cheminée, fait pleuvoir partout dans les bâtiments et produit des rafales de 80 mph.

Deux boulots à faire en service, avant qu'il ne fasse trop noir….. et puis je me suis précipité au Cercle de Musique où le point principal était la 2e Symphonie de Brahms.

Les Russes ont capturé hier la jonction ferroviaire de Tikhoretsk, augmentant ainsi le péril des forces allemandes dans le Caucase.

© Le droit d'auteur du contenu contribué à cette archive appartient à l'auteur. Découvrez comment vous pouvez l'utiliser.

Cette histoire a été placée dans les catégories suivantes.

La plupart des contenus de ce site sont créés par nos utilisateurs, qui sont des membres du public. Les opinions exprimées sont les leurs et, sauf indication contraire, ne sont pas celles de la BBC. La BBC n'est pas responsable du contenu des sites externes référencés. Dans le cas où vous considérez que quelque chose sur cette page enfreint le règlement intérieur du site, veuillez cliquer ici. Pour tout autre commentaire, veuillez nous contacter.


Le front de l'Est, février-septembre 1943

La contre-offensive allemande de février 1943 a repoussé les forces soviétiques qui avançaient vers le fleuve Dniepr sur le secteur d'Izyum du front, et à la mi-mars, les Allemands avaient repris Kharkov et Belgorod et rétabli un front sur le fleuve Donets. Hitler a également autorisé les forces allemandes à se replier, en mars, de leurs positions avancées face à Moscou à une ligne plus droite devant Smolensk et Orël. Enfin, il y avait l'existence du grand renflement soviétique, ou saillant, autour de Koursk, entre Orël et Belgorod, qui s'étendait sur environ 150 milles du nord au sud et dépassait de 100 milles dans les lignes allemandes. Ce saillant a irrésistiblement tenté Hitler et Zeitzler d'entreprendre une nouvelle offensive extrêmement ambitieuse au lieu de se contenter de tenir leur front nouvellement raccourci.

Hitler concentra tous ses efforts sur cette offensive sans se soucier du risque qu'une attaque infructueuse le laisse sans réserves pour maintenir toute défense ultérieure de son long front. La difficulté croissante des Allemands à constituer leurs forces avec de nouveaux contingents d'hommes et de matériel se reflétait dans le retard accru cette année-là pour l'ouverture de l'offensive d'été. Une pause de trois mois a suivi la clôture de la campagne d'hiver.

En revanche, l'Armée rouge s'était beaucoup améliorée depuis 1942, tant en qualité qu'en quantité. Le flux de nouveaux équipements avait considérablement augmenté, tout comme le nombre de nouvelles divisions, et sa supériorité numérique sur les Allemands était maintenant d'environ 4 à 1. Mieux encore, son leadership s'était amélioré avec l'expérience : les généraux comme les commandants subalternes étaient devenus plus compétents. tacticiens. Cela pouvait déjà être discerné à l'été 1943, lorsque les Soviétiques attendaient de laisser les Allemands prendre le dessus et s'engager profondément dans une offensive, et étaient donc bien placés pour exploiter la perte d'équilibre des Allemands en longeant.

L'offensive allemande contre le saillant de Koursk fut lancée le 5 juillet 1943, et Hitler y jeta 20 divisions d'infanterie et 17 divisions blindées totalisant environ 3 000 chars. Mais les colonnes de chars allemands se sont empêtrées dans les profonds champs de mines que les Soviétiques avaient posés, prévenus par la longue préparation de l'offensive. Les Allemands n'ont avancé que de 10 à 30 milles et aucun gros sac de prisonniers soviétiques n'a été pris, car l'Armée rouge avait retiré ses principales forces du saillant avant le début de l'attaque allemande. Après une semaine d'efforts, les divisions blindées allemandes ont été sérieusement réduites par les défenses antichars soviétiques bien préparées dans le saillant. Le 12 juillet, alors que les Allemands commençaient à se retirer, les Soviétiques lancèrent une contre-offensive sur les positions allemandes dans le saillant et rencontrèrent un grand succès, prenant Orël le 5 août. A cette époque, les Allemands avaient perdu 2 900 chars et 70 000 hommes dans le Bataille de Koursk, qui fut la plus grande bataille de chars de l'histoire. Les Soviétiques ont continué à avancer régulièrement, prenant Belgorod puis Kharkov. En septembre, l'avance soviétique s'accélère et, à la fin du mois, les Allemands d'Ukraine sont repoussés vers le Dniepr.


Ce jour dans l'histoire des Noirs : 31 janvier 1943

La star de Broadway et actrice de cinéma Etta Moten Barnett a chanté lors de la fête d'anniversaire du président Franklin D. Roosevelt le 31 janvier 1943, devenant ainsi le premier Afro-Américain à se produire à la Maison Blanche.

Elle a interprété "Remember My Forgotten Man", qu'elle a également chanté dans le film Chercheurs d'or de 1933 (1933), bien qu'elle ne figure pas au générique. Chanteuse de conaltro, elle était surtout connue pour son rôle principal dans la reprise de 1942 de Porgy et Bess à Broadway.

Barnett est né le 5 novembre 1901 à Weimar, au Texas. Elle a épousé Claude Barnett, fondateur de l'Associated Negro Press, en 1934. Dans ses dernières années, Barnett a été active dans de nombreuses organisations communautaires, notamment le Conseil national des femmes noires, la Conférence nationale des chrétiens et des juifs et l'African American Institute. Elle est décédée d'un cancer du pancréas le 5 janvier 2004, à l'âge de 102 ans.

BET National News - Tenez-vous au courant des dernières nouvelles de tout le pays, y compris les gros titres du monde du hip hop et du divertissement. Cliquez sur ici pour s'abonner à notre newsletter.


Zhitomir-Berdichev Opérations allemandes à l'ouest de Kiev 24 décembre 1943-31 janvier 1944 Volume 1

Le 24 décembre 1943, l'Armée rouge lança la première d'une série d'offensives hivernales contre le groupe d'armées allemand Sud de von Manstein, dont l'objectif général était de libérer l'ouest de l'Ukraine de l'occupation. Cette première offensive fut entreprise par les forces du 1er front ukrainien du général Vatoutine, et frappa la 4.Panzerarmee allemande commandée par le général der Panzertruppen Raus. Elle est connue des historiens soviétiques sous le nom d'opération Zhitomir-Berdichev. En l'espace de trois semaines, les troupes de Vatoutine ont obtenu un succès spectaculaire, avançant sur 100 kilomètres sur un large front et repoussant la 4.Panzerarmee sur chaque secteur. Ils ont libéré Jitomir et Berdichev ainsi qu'un certain nombre d'autres villes de la région, et à la mi-janvier, le 1er Front ukrainien avait atteint presque tous ses objectifs initiaux. Cependant, à ce moment-là, von Manstein avait amené le quartier général de la 1.Panzerarmee pour aider à coordonner la défense, et les Allemands ont commencé à stabiliser leur ligne de front brisée avec une série de contre-attaques visant la position trop étendue de beaucoup de les unités soviétiques avancées. Ces contre-attaques, menées au cours des trois semaines suivantes, ont réussi à créer une série de poches mal tenues, infligeant des pertes considérables en hommes et en matériel de l'Armée rouge, et finalement en restaurant une certaine forme de position défensive cohésive. Néanmoins, le succès limité que von Manstein avait obtenu n'était que temporaire. La combinaison de l'assaut russe et de la contre-attaque allemande avait créé les conditions préalables aux deux prochaines offensives hivernales soviétiques, l'opération Korsun'-Shevchenkovskii et l'opération Rovno-Lutsk.Pour la première fois, voici une histoire détaillée et bien documentée de l'important mais opération négligée qui devait être le début de la libération de l'ouest de l'Ukraine. Basé sur les archives non publiées des 1ère et 4ème armées blindées allemandes, et complété par une cartographie complète et des données sur l'ordre de bataille, ce livre fournit un compte rendu détaillé et faisant autorité des opérations allemandes telles qu'elles se sont développées en réponse à la guerre soviétique. offensive. Il donne également un aperçu vivant de la planification et de la prise de décision des commandements de campagne de l'armée allemande dans la conduite non seulement d'une défense mobile, mais aussi d'une série de contre-attaques qui, en dernière analyse, ne pourraient guère faire plus qu'offrir un répit temporaire dans le visage de la force et de l'habileté croissantes de l'Armée rouge. Cette histoire est publiée en deux volumes distincts, qui couvriront ensemble les opérations qui ont eu lieu entre le 24 décembre 1943 et le 31 janvier 1944. Ce premier volume décrit les événements jusqu'au 9 janvier 1944, au cours de laquelle les forces allemandes ont été repoussées de force sous le poids de l'offensive soviétique, et comprend 140 cartes de situation quotidiennes détaillées en couleur pour permettre au lecteur de suivre les opérations au fur et à mesure qu'elles se développent au jour le jour. Le deuxième tome couvrira la période du 10 au 31 janvier 1944 et décrira la série de contre-attaques entreprises par les Allemands alors qu'ils tentaient désespérément de stabiliser une situation qui avait déjà échappé à leur contrôle. enquête qui, par l'ampleur de sa portée et la profondeur de ses détails, est susceptible d'établir une nouvelle norme pour les futures études de combat opérationnel sur le front de l'Est.

« Barratt fait un travail superbe en détaillant le cours et l'issue de cette importante offensive soviétique du point de vue allemand. Son étude minutieuse et détaillée des dossiers militaires allemands fournit la base essentielle pour des comptes rendus équilibrés ultérieurs de la façon dont le maréchal von Manstein a mené une guerre de manœuvre contre un ennemi sans visage mais numériquement supérieur. David M. Glantz


31 janvier 1943 - Histoire

Pacifique sud-ouest et ouest

Toutes les zones 284,023 11,834,995 28,500,226 48,512,945 42,987,344 132,119,533


(a) Le tonnage d'Amérique latine est combiné avec le tonnage d'Amérique du Nord en 1945.
(b) Le tonnage de l'Afrique centrale et du Moyen-Orient est combiné avec celui de la Méditerranée et de l'Afrique du Nord à partir de novembre 1944.
(c) Le tonnage du Pacifique Sud est combiné avec celui du Pacifique central à partir d'août 1944.

Graphique montrant le pourcentage du fret total expédié chaque année (basé sur les données ci-dessus)

Expédié vers des destinations outre-mer par les principaux ports de l'armée : de décembre 1941 à décembre 1945

Comprend les cargaisons expédiées aux commandants de l'armée à l'étranger sur des navires exploités par ou attribués à l'armée, sur des navires exploités par ou attribués à la marine, et sur des navires commerciaux pour les forces militaires ou pour le secours civil ainsi que des fournitures de prêt-bail expédiées sur des navires exploités par ou alloué donc à l'armée. Les chiffres n'incluent pas les fournitures de prêt-bail achetées par le ministère de la Guerre et expédiées sur des navires qui ne sont pas sous le contrôle de l'armée.

Mesure des tonnes de quarante pieds cubes

Déc. 1941 1942 1943 1944 1945

Le total Boston 160 600,612 1,959,969 3,953,680 2,967,359 9,481,780 New York 75,257 3,717,884 10,116,328 15,861,674 8,753,402 38,524,545 crême Philadelphia 346 4,541 743,729 2,772,146 2,431,408 5,952,170 Baltimore 0 51,290 1,028,166 2,811,494 2,974,692 6,865,643 Routes de Hampton 7,277 337,900 3,020,069 5,464,725 4,125,763 12,955,734 Charleston 5,543 386,242 672,139 1,092,313 1,518,851 3,675,088 La Nouvelle Orléans 41,058 972,863 883,486 2,002,136 4,055,943 7,954,767 Los Angeles 2,423 485,346 1,495,561 3,293,091 3,887,943 9,164,364 San Francisco 101,645 3,486,401 5,555,283 7,711,629 8,173,801 25,028,759 Seattle 50,314 1,791,916 3,025,496 3,550,057 4,098,900 12,516,683 Total de tous les ports 284,023 11,834,995 28,500,226 45,512,945 42,987,344 132,119,533


Les ports indiqués sont les huit où l'armée exploitait des ports d'embarquement et les deux (Philadelphie et Baltimore) où l'armée exploitait des ports de fret. Alors que la plus grande partie de la cargaison était chargée directement dans ces ports, une partie était également chargée dans des sous-ports officiellement désignés et dans d'autres ports situés à proximité et supervisés par les principaux ports. Parmi les ports sans nom, les plus gros tonnages ont été chargés à Searsport, Maine (470 000 tonnes de mesure, un sous-port de Boston Prince Rupert, Colombie-Britannique (950 000 tonnes de mesure.), un sous-port de Seattle et de Portland, Oregon (1 800 000 tonnes de mesure, un sous-port de San Francisco jusqu'en août 1944 et un sous-port de Seattle par la suite. La cargaison incluse est la même que ci-dessus.

Expédié par eau par les services au sein des forces armées : de décembre 1941 à décembre 1945

Comprend les cargaisons expédiées aux commandants de l'armée à l'étranger sur des navires exploités par ou attribués à l'armée, sur des navires exploités par ou attribués à la marine, et sur des navires commerciaux pour les forces militaires ou pour le secours civil ainsi que des fournitures de prêt-bail expédiées sur des navires exploités par ou alloué donc à l'armée. Les chiffres n'incluent pas les fournitures de prêt-bail achetées par le ministère de la Guerre et expédiées sur des navires qui ne sont pas sous le contrôle de l'armée.

Mesure des tonnes de quarante pieds cubes

Déc. 1941 1942 1943 1944 1945 Le total Armée de l'Air 40,929 1,163,639 4,147,644 9,067,968 5,287,561 19,707,741 Service de guerre chimique 1,513 52,636 313,888 519,452 188,693 1,076,182 Corps d'ingénieurs 84,638 2,525,795 4,542,403 6,531,115 5,476,319 19,160,270 Département médical 2,237 137,064 259,407 440,012 304,368 1,143,088 Département des munitions 13,906 1,552,370 7,840,785 12,494,933 8,847,774 30,749,768 Corps de quartier-maître 113,338 5,349,574 6,621,593 12,080,088 13,329,330 37,493,923 Corps des transmissions 6,617 182,062 568,509 980,768 804,998 2,542,954 Corps de transport (une) (une) 844,564 1,309,061 1,123,953 3,277,578 Armée, Divers (b) 11,920 738,804 2,870,279 4,446,134 7,102,113 15,169,250 Marine (c) 8,925 133,051 491,154 643,414 522,235 1,798,779 Tous les services 284,023 11,834,995 28,500,226 48,512,945 42,987,344 132,119,533


(a)Matériel du corps de transport inclus avec "Divers" jusqu'en 1942.
(b) Comprend les fournitures de prêt-bail et de secours civils expédiées sur des navires exploités par ou alloués à l'armée, les expéditions du corps d'artillerie côtière, les bagages des troupes, les articles ménagers et autres biens personnels des postes de changement du personnel militaire, les expéditions d'échange de l'armée et des services spéciaux, et quelques autres articles.
(c) Comprend les fournitures navales expédiées sur des navires exploités par ou alloués à l'armée. La marine a également transporté du matériel de l'armée sur des navires exploités par elle ou qui lui ont été attribués.


31 janvier 1943 - Histoire

ACHETER DES VÊTEMENTS ET DES CADEAUX DE LA 7E DIVISION D'INFANTERIE :

"Division sablier"

(Mise à jour 1-28-10)

La 7e division d'infanterie, la « Bayonet », était une division légère autrefois stationnée à Fort Ord, en Californie. Connue à la fin de la guerre froide sous le nom de « chasseurs légers », cette division a une histoire riche de la Seconde Guerre mondiale et de la Corée à l'opération Just Cause, l'invasion du Panama.

L'insigne des manches d'épaule a été adopté pour la première fois en octobre 1918. Il est né de l'utilisation de deux sept, un inversé et un droit, pour créer un symbole de sablier. En conséquence, la 7e division était également connue sous le nom de "division sablier". Une baïonnette a été ajoutée à l'insigne distinctif de l'unité à la suite de la participation de la division à la guerre de Corée et symbolise l'esprit combatif du 7e d'infanterie.

La 7e division d'infanterie a été formée à l'origine pour servir pendant la Première Guerre mondiale. Elle a été activée dans l'armée régulière le 6 décembre 1917 à Camp Wheeler, en Géorgie et après l'entraînement est arrivée en France en octobre 1918, environ un mois avant la signature de l'armistice. . Bien que la 7e division d'infanterie dans son ensemble n'ait pas vu d'action, bon nombre de ses unités subordonnées l'ont fait. After 33 days in combat, the division suffered 1,988 casualties that included 204 killed in action. The 7th Infantry Division returned to the United States in late 1919 and was gradually demobilized at Camp Meade, Maryland. The Division was deactivated on September 22, 1921.

In the buildup for World War II, a cadre was sent to Camp Ord, California to reactivate the 7th Infantry Division on July 1, 1940. The Division was formed around the 17th, 32nd, and 53rd Infantry Regiments and was commanded by Major General Joseph Stilwell. Many of the new soldiers in the Division were draftees, called up in the US Army's first peacetime draft in history.

After the Japanese attack on Pearl Harbor, the 7th Infantry Division was sent to Camp San Luis Obispo to continue training. The 159th Infantry, recently mobilized from the California National Guard, replaced the 53rd Infantry Regiment. From April of 1940 until January 1, 1943, the Division was designated the 7th Motorized Division and the unit trained in California's Mojave Desert. It was thought that the Division would head to North Africa. However, the motor vehicles went away, and the unit was redesignated the 7th Infantry Division once again. Amphibious training began under the tutelage of the Feet Marine Force and General Holland Smith. The 7th Division was now destined for the Pacific Theater.

The Hourglass Division first saw combat in WWII in the Aleutian Islands. On May 11, 1943, lead by the 17th Infantry Regiment, elements of the Division landed on Attu Island where Japanese forces were established. The 7th Infantry Division destroyed all Japanese resistance on the island by May 29th after defending against a suicidal "Bonzai" charge. Approximately 2,351 Japanese were killed, leaving only 28 to be taken prisoner. The 7th Infantry Division lost 600 soldiers killed in action. The 159th Infantry Regiment remained on Attu to secure the island and was replaced by the 184th Infantry Regiment. In August of 1943 the 7th Infantry landed on Kiska Island only to find that the Japanese forces there had secretly withdrawn. The Hourglass Division was then redeployed to the Hawaiian Islands for more training.

The 7th ID was now assigned to the Marine's V Amphibious Corps along with the 4th Marine Division. Their next stop was Kwajalein Atoll, landing on January 30, 1944. The purpose of Operation Flintlock was to remove all Japanese forces from this group of 47 islands in the Pacific. The 7th Infantry Division landed on the main island of Kwajalein while the Marines moved on to outlying islands. By February 4th the island was under the control of the Hourglass soldiers. The 7th Infantry Division suffered 176 killed in action and 767 wounded.

Elements of the 7th Infantry Division also participated in Operation Catchpole to capture Engebi in the Eniwetok Atoll on February 18, 1944. The islands of that atoll were secured in only a week. Afterwards, all elements of the Division were back in Hawaii for refit and training in preparation for the assault on the Philippine Islands. While there, the Hourglass Division was reviewed by General Douglas MacArthur and President Franklin Roosevelt in June of 1944.

The 7th Infantry Division was now assigned to XXIV Corps of the Sixth Army. On October 20, 1944 the Hourglass Division made an assault landing at Dulag, on Leyte in the Philippine Islands. Initially there was only light resistance. However, on October 26th the enemy launched a large, but uncoordinated counter attack against the Sixth Army. High casualties were suffered in fierce jungle fighting, but the 17th Infantry Regiment took Dagami on October 29th. The 7th Infantry Division then moved to the west coast of the island on November 25th, attacking north to Ormoc and securing Valencia on December 25, 1944. Operations to secure Leyte continued until February of 1945. The 7th Infantry Division was then removed from the Sixth Army, which went on to attack Luzon and continue the Philippine Campaign. The Hourglass Division would begin training for their next stop through the Pacific, the Japanese island of Okinawa.

For the landing on Okinawa, the 7th Infantry Division was again assigned to the XXIV Corps, now of the Tenth Army. On April 1, 1945, the 7th Infantry Division landed south on Okinawa along with the 96th Infantry Division, and the 1st, and 6th Marine Divisions. The Okinawa Campaign would eventually have 250,000 troops on the island. The Japanese had removed their armor and artillery off the beach and set up defenses in the hills of Shuri. The XXIV Corps destroyed these forces after 51 days of battle over harsh terrain and in inconsiderate weather. After 39 more days of combat, the 7th Infantry Division was moved into reserve after having suffered heavy casualties. The Hourglass Division was soon moved back into the line and fought until the end of the Battle of Okinawa on June 21, 1945. The 7th ID had experienced 89 days of combat on Okinawa and lost 1,116 killed in action and approximately 6,000 wounded. However, it is estimated that the 7th Infantry Division killed at least 25,000 Japanese soldiers and took 4,584 prisoners.

During WWII, the Hourglass soldiers spent 208 days in combat and suffered 8,135 casualties. The 7th Infantry Division won three Medals of Honor, 26 Distinguished Service Crosses, 1 Distinguished Service Medal, 982 Silver Star Medals, and 3,853 Bronze Star Medals. The Division received nine Distinguished Unit Citations and four campaign streamers.

After the Japanese surrender, the 7th Infantry Division was moved to Korea to accept the surrender of Japanese forces there. After the war, the Bayonets remained as occupation forces in Japan and as security forces in South Korea. During this period, the US Army went through a massive reduction in strength, falling from a wartime high of 89 divisions to only 10 active duty divisions by 1950. The 7th Infantry Division was one of only four drastically under strength and under trained divisions on occupation duty in Japan when the North Koreans invaded South Korea on June 25, 1950.

At the beginning of the Korean War, the 7th Infantry Division was further reduced in strength when the Division provided reinforcements for the 25th Infantry Division and the 1st Cavalry Division who were sent directly to South Korea. Over the next two months the Bayonet Division was brought up to strength with replacements from the US, over 8,600 South Korean soldiers, and the attachment of a battalion of Ethiopians as part of United Nations forces.

The 7th Infantry Division and the 1st Marine Division made up the landing force for the famous Inchon Landing, code named Operation Chromite. Supported by the 3rd Infantry Division in reserve the landing began on September 7, 1950 under the command of the X Corps. The operation took the North Koreans completely by surprise and the X Corps immediately moved on to retake the South Korean capital of Seoul. Seoul was captured on September 26th, and the 7th Infantry Division soon linked with American forces moving north from the breakout of the Pusan Perimeter. The Inchon operation cost the Division 106 killed, 411 wounded, and 57 missing. Casualties of South Korean soldiers with the Division numbered 43 killed and 102 wounded. The X Corps was removed through the ports at Inchon and Pusan to prepare for another amphibious landing further north.

With the North Korean army broken and on the run, the 7th Infantry Division made an unopposed landing at Iwon on October 31, 1950 with orders to move north to the Yalu river with the rest of the X Corps. Through cold, early winter weather, like that only known to a soldier who has been to the Korean Peninsula, the 17th Infantry Regiment made it to Hyesanjin on the Yalu on November 20th. This made the 17th, and as a result the 7th ID, the first American unit to reach the Manchurian border with Communist China.

Chinese Communist Forces (CCF) entered the war on November 27, 1950, storming across the border to attack the Eighth Army in the west and X Corps in the east. Twelve Chinese divisions now assaulted the spread out regiments of the Bayonets and the rest of X Corps. United Nations forces could not stand up to the onslaught and a retreat was ordered. The 7th ID repulsed repeated attacks as they moved to the port of Hungnam during December of 1950. Three battalions of the division, known as Task Force Faith were trapped by the CCF during the withdrawal. These battalions were wiped out during what became known as the Battle of Chosin Reservoir. During the retreat from the Yalu, the 7th Infantry Division lost 2,657 killed and 354 wounded.

The 7th Infantry Division was back on the front lines during January of 1951 as part of the United Nations offensive to push back the CCF and North Koreans. The Division was now part of the IX Corps and saw action almost continuously until June when it was moved to the rear for rest and refit. The first since coming to the Korean Peninsula. The Bayonets returned to the line in October, now entering the "stalemate" phase of the war. The 7th ID defended a "static line" with the rest of United Nations forces until the armistice. It was only known as "static" because although the enemy was kept above the 38th parallel, very few gains in territory were made. Still, the Bayonets participated in multiple recognizable actions like the Battle for Heartbreak Ridge, the Battle for Old Baldy, the assault on the Triangle Hill complex as part of Operation Showdown, and the famous Battle at Pork Chop Hill.

The Korean War Armistice was signed on July 27, 1953. During the Korean War, the Bayonets were in combat for a total of 850 days. They suffered 15,126 casualties, including 3,905 killed in action and 10,858 wounded. The 7th Infantry Division remained on the DMZ, it's headquarters at Camp Casey, South Korea until 1971. On April 2, 1971 the Division was deactivated at Fort Lewis, Washington.

The 7th Infantry Division was reactivated at Fort Ord, California in October of 1974. The Bayonets did not deploy to Vietnam. They were held as a contingency force for South America. On October 1, 1985 the Division was redesignated as the 7th Infantry Division (Light) and organized as a light infantry division. It was the first US division specifically designed as such. During the Cold War the "Light Fighters" trained at Fort Ord, Camp Roberts, Fort Hunter Liggett and Fort Irwin. The 7th ID now had battalions from the 21st, 27th, and 9th Infantry Regiments.

In December of 1989, the 7th Infantry Division participated in Operation Just Cause, the invasion of the Central American nation of Panama. The 7th Light Infantry Division was joined by the 82nd Airborne Division, the 75th Rangers, Marines and other US forces totaling some 27,684 personnel and over 300 aircraft. On December 20th, elements of the 7th ID landed in the northern areas of Colon Province, securing the Coco Solo naval Station, Fort Espinar, France Field, and Colon. The symbolic end of the operation was the surrender of Panamanian Dictator Manuel Noriega on January 3, 1990. Most US units began to return to their American bases on January 12th, however several units, including the 5th Battalion, 21st Infantry (Light) of the 7th Light Infantry Division stayed in Panama until later in the spring to train the new Panamanian Police Forces.

One final mission for the 7th Infantry Division was helping to restore order to the Los Angeles basin during the riots in 1992. Their deployment was called Operation Garden Plot, whose objective was to patrol the streets of Los Angeles and act as crowd control, supporting the Los Angeles Police Department and the California National Guard. In 1991 the Base Realignment and Closure Commission recommended the closing of Fort Ord due to the high cost of living in the coastal California area. By 1994 the 7th ID had moved to Fort Lewis, Washington. As part of the post-Cold War reduction of forces, the 7th Infantry Division (Light) was deactivated on June 16, 1994 at Fort Lewis.

Since the end of the Cold War, the US Army has considered new options for integrating the components of the Active Army, National Guard, and Army Reserve. To facilitate the training and readiness of National Guard units, two active duty division headquarters were activated. The 7th ID was one of these, reactivated on June 4, 1999 at Fort Carson, Colorado. While the active division headquarters concept worked admirably, a new component called Division West under First Army was activated to control the training of reserve units in 21 states. This made the need for the active component headquarters obsolete and the 7th Infantry Division headquarters was deactivated for the final time on August 22, 2006.

The 7th Infantry Division was identified as the highest priority inactive division in the US Army Center of Military History's lineage scheme due to its numerous accolades and long history. All of the Bayonets' flags and heraldic items are located in the National Infantry Museum at Fort Benning, Georgia.

7th Infantry Division Gift Shop:

Shop for 7th ID Gift Items and T-Shirts in our store »

Visitez Military Vet Shop sur Facebook — Vous voulez être notre ami ? Rejoignez-nous sur Facebook pour des liens vers des articles et des nouvelles sur les problèmes des anciens combattants, les dernières ventes et codes de réduction, les annonces de nouveaux produits et des aperçus des produits et des conceptions à venir.


Churchill's Fight Against Indian Independence

Why would the British government behave with such inhumane disregard for life? Indian scholars today believe that it stemmed in large part from the antipathy of Prime Minister Winston Churchill, generally considered one of the heroes of World War II. Even as other British officials like Secretary of State for India, Leopold Amery and Sir Archibald Wavell, India's new viceroy, sought to get food to the hungry--Churchill blocked their efforts.

A fervent imperialist, Churchill knew that India--Britain's "Crown Jewel"--was moving toward independence, and he hated the Indian people for it. During a War Cabinet meeting, he said that the famine was the Indians' fault because they "breed like rabbits," adding "I hate Indians. They are a beastly people with a beastly religion." Informed of the rising death toll, Churchill quipped that he only regretted that Mohandas Gandhi was not among the dead.

The Bengal Famine ended in 1944, thanks to a bumper rice crop. As of this writing, the British government has yet to apologize for its role in the suffering.


31 January 1943 - History

Although toleration was give to Christianity in 311CE by Constantine I, Christianity did not become the legal religion of the Roman Empire until the reign of Theodosius I (379-395). At that point not only was Christianity made the official religion of the Empire, but other religions were declared illegal.

Theodosian Code XVI.1.2

It is our desire that all the various nation which are subject to our clemency and moderation, should continue to the profession of that religion which was delivered to the Romans by the divine Apostle Peter, as it has been preserved by faithful tradition and which is now professed by the Pontiff Damasus and by Peter, Bishop of Alexandria, a man of apostolic holiness. According to the apostolic teaching and the doctrine of the Gospel, let us believe in the one diety of the father, Son and Holy Spirit, in equal majesty and in a holy Trinity. We authorize the followers of this law to assume the title Catholic Christians but as for the others, since in out judgment they are foolish madmen, we decree that the shall be branded with the ignominious name of heretics, and shall not presume to give their conventicles the name of churches. They will suffer in the first place the chastisement of divine condemnation an the second the punishment of out authority, in accordance with the will of heaven shall decide to inflict.

from Henry Bettenson, ed., Documents of the Christian Church, (London: Oxford University Press, 1943), p. 31 [Short extract used under fair-use provsions]

Ce texte fait partie de l'Internet Medieval Source Book. Le Sourcebook est une collection de textes du domaine public et de textes autorisés liés à l'histoire médiévale et byzantine.

Sauf indication contraire, la forme électronique spécifique du document est protégée par le droit d'auteur. L'autorisation est accordée pour la copie électronique, la distribution sous forme imprimée à des fins éducatives et à usage personnel. Si vous dupliquez le document, indiquez la source. Aucune autorisation n'est accordée pour une utilisation commerciale.

Paul Halsall June 1997
[email protected]

Les Internet History Sourcebooks Project is located at the History Department of Fordham University, New York. The Internet Medieval Sourcebook, and other medieval components of the project, are located at the Fordham University Center for Medieval Studies.The IHSP recognizes the contribution of Fordham University, the Fordham University History Department, and the Fordham Center for Medieval Studies in providing web space and server support for the project. The IHSP is a project independent of Fordham University. Although the IHSP seeks to follow all applicable copyright law, Fordham University is not the institutional owner, and is not liable as the result of any legal action.

© Concept et design du site : Paul Halsall créé le 26 janvier 1996 : dernière révision le 20 janvier 2021 [CV]


Voir la vidéo: La météo pour le jeudi 31 janvier - 3001


Commentaires:

  1. Alva

    Si de bons résultats

  2. Shak

    Auteur, de quelle ville êtes-vous?

  3. Mohammed

    Wow, j'ai craché sur ce blog il y a environ 3 mois, les ventes ne pensaient pas que quelqu'un commentait ici :) En fait, il n'y a rien à discuter de ce qui est proposé, pour le plaisir du test, il a été ajouté ;)) Vont-ils sérieusement s'engager dans ce blog...

  4. Darr

    génial

  5. Eron

    Je pense que vous faites une erreur. Discutons de cela. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.

  6. Philoctetes

    Je ne peux pas participer maintenant à la discussion - c'est très occupé. Mais je serai libéré - j'écrirai nécessairement que je pense.

  7. Bemot

    Comme c'est impossible d'ailleurs.

  8. Richmond

    Je suis désolé, mais à mon avis, vous avez tort. Je suis sûr. Nous devons discuter.



Écrire un message