Chronologie de la poterie

Chronologie de la poterie



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

  • 29000 AEC - 25000 AEC

    Figurines gravettiennes dont la Vénus de Dolní Věstonice.

  • 16000 avant notre ère

    Les plus anciens vases de poterie connus découverts au Japon

  • 14000 avant notre ère

    Production de poterie sur le fleuve Amour dans la Russie d'aujourd'hui.

  • 8000 AEC

    Les fours en usage au Proche-Orient sont appliqués à la production de poterie.

  • 5500 avant notre ère

    Plus ancien atelier de faïence d'Egypte fondé à Abydos.

  • c. 4000 avant notre ère

    Création à Uruk des premiers bols fabriqués en série.

  • c. 2000 avant notre ère

    Tour de poterie introduit à la civilisation minoenne en Crète.

  • c. 1000 avant notre ère

    La première poterie grecque distinctive est produite, le style proto-géométrique.

  • c. 900 avant notre ère

    Le style géométrique de la poterie grecque est d'abord produit.

  • 675 AEC - 626 AEC

  • c. 625 avant notre ère

    Poterie à figures noires créée à Corinthe.

  • c. 625 AEC - 600 AEC

    Le style orientalisant de la poterie grecque devient populaire à Corinthe.

  • 625 AEC - 575 AEC

    Style de poterie bucchero de transition en Étrurie.

  • c. 620 AEC - 600 AEC

    Le proto-corinthien atteint son apogée dans la qualité artistique en produisant la meilleure poterie de Grèce.

  • 600 AEC - 480 AEC

    La poterie attique à figures noires domine le marché de la céramique grecque.

  • 575 AEC - 480 AEC

  • c. 570 avant notre ère - c. 560 AEC

    Le Vase François à figures noires est réalisé en Attique par Ergotimos (potier) et Kleitias (peintre).

  • 560 AEC - 520 AEC

    La poterie chalcidique à figures noires est produite dans le sud de l'Italie.

  • 545 AEC - 530 AEC

    Exekias, peut-être le plus grand peintre de poterie à figures noires, est actif.

  • c. 530 avant notre ère

    Le style de poterie à figures rouges prend le pas sur les figures noires.

  • 530 avant notre ère

    Le Peintre d'Andokides invente la poterie à figures rouges.

  • 320 avant notre ère

    Derniers exemples enregistrés de poterie attique à figures rouges.

  • c. 300 CE - c. 700 CE

    Les figurines en terre cuite Haniwa sont placées à l'extérieur des tombes japonaises ou kofun.


Poterie californienne

Les principaux jalons de l'histoire de la poterie californienne comprennent : l'arrivée des colons espagnols, l'avènement de l'État et la croissance démographique qui a suivi, le mouvement des arts et de l'artisanat, la Grande Dépression, l'ère de la Seconde Guerre mondiale et l'attaque d'importations à bas prix après la Seconde Guerre mondiale. à une forte baisse du nombre de poteries californiennes. Les potiers californiens, grands et petits, ont laissé un héritage de conception de vaisselle, d'objets de collection, d'art et d'architecture.


Chronologie de la poterie - Histoire

DISTRIBUTEURS AU DÉTAIL/GROS

2442, rue Ludelle Fort Worth, Texas 76105
Sans frais : 1-866-535-2651 Télécopieur : 1-817-536-7120

“ La céramique est partout autour de nous. C'est l'une des industries les plus anciennes de la planète. On tient souvent pour acquis le rôle majeur que la céramique a joué dans le progrès de l'humanité. Une fois que les humains ont découvert que l'argile pouvait être déterrée et transformée en objets en la mélangeant d'abord avec de l'eau puis en étant cuite, l'industrie est née. Dès 24 000 av. J.-C., des figurines animales et humaines étaient fabriquées à partir d'argile et d'autres matériaux, puis cuites dans des fours partiellement creusés dans le sol. 10 000 ans plus tard, au fur et à mesure que des communautés sédentaires se sont établies, des tuiles ont été fabriquées en Mésopotamie et en Inde. On pense que la première utilisation de récipients de poterie fonctionnels pour stocker de l'eau et de la nourriture date d'environ 9 000 ou 10 000 av. Les briques d'argile ont également commencé à être fabriquées à la même époque. On pense que le verre a été découvert en Égypte vers 8 000 av. J.-C., lorsque la surchauffe des fours a produit une glaçure colorée sur la poterie. Les experts estiment que ce n'est qu'en 1500 avant JC que le verre a été produit indépendamment de la céramique et façonné en objets séparés. La céramique de loisir, telle que nous la connaissons aujourd'hui, a explosé dans la conscience du public pendant la Grande Dépression. Erma Duncan, fondateur de Duncan Enterprises et Francis Darby, fondateur de Paragon Industries, ont commencé à fabriquer respectivement des émaux et des fours pour que l'artiste à domicile puisse s'amuser à faire de la céramique à la maison. La hiérarchie du fabricant de céramique, du distributeur, du marchand traditionnel et du client s'est formée. Le fabricant fabriquait les moules, la couleur, les pinceaux, les outils et les fours. Le fabricant a demandé à un distributeur de stocker un grand inventaire du produit et a informé le distributeur sur le produit. Le distributeur a ensuite éduqué et vendu le produit au marchand ou au magasin de céramique traditionnel, à l'école, au producteur de produits finis ou au potier. Le public était tenu d'acheter le produit auprès du distributeur. Bien sûr, certains distributeurs et revendeurs ont fait un meilleur travail de vente parce qu'ils ont fait un meilleur travail d'éducation et de service au client final. Les fabricants ont proposé des programmes de certification aux distributeurs et aux revendeurs. Les diplômés ont ensuite pu enseigner la céramique au grand public. Depuis les années 1920 et jusqu'à l'introduction de l'atelier de céramique contemporaine dans les années 1990, pour le grand public, il n'y avait que des marchands de céramique traditionnels et des ateliers de potier. Dans les magasins de céramique traditionnels, les moules étaient achetés auprès de distributeurs ou de fabricants de moules. Les propriétaires ont mélangé de la barbotine liquide, l'ont versée dans les moules, l'ont laissée se mettre en place, l'ont coulée et ont mis les légumes verts sur des étagères à vendre. Les clients achetaient des glaçures, des pinceaux et des outils dans le magasin et travaillaient sur les projets dans le magasin ou les emmenaient chez eux pour y travailler. Ensuite, ils les ramenaient au magasin pour être licenciés. Souvent, les cours étaient offerts aux étudiants débutants, intermédiaires ou avancés. Dans l'atelier du potier, un ou plusieurs maîtres potiers ont travaillé longtemps et durement sur leur tour de potier pour créer de belles œuvres d'art fonctionnelles, mais l'expérience n'était pas disponible pour les clients de la rue. Des années et des années d'études et d'apprentissage étaient la seule voie à suivre si l'on voulait devenir maître potier. De nombreux potiers sont devenus des producteurs de produits finis au fur et à mesure que leurs entreprises se développaient, créant non seulement des céramiques fonctionnelles, mais aussi des beaux-arts en céramique. À partir des années 20 et jusqu'au milieu des années 1980, l'industrie de la céramique a connu un essor et a prospéré. Mais au milieu des années 80, certains des fabricants qui ne suivaient pas les nouveaux produits et les nouvelles formations ont commencé à subir des pertes de ventes. Lorsqu'ils ont commencé à vendre directement au public, en contournant les distributeurs et les revendeurs, le processus d'éducation a également souffert et le déclin du commerce de la céramique a ainsi commencé. En 1993, le concept de studio de céramique contemporaine, aujourd'hui populairement connu sous le nom de paint-your-own-pottery (PYOP), a émergé pour offrir au grand public de la peinture, des pinceaux, du glaçage et de la cuisson, de la bisque au lieu de greenware - le tout pour un prix, dans un cadre de studio attrayant. Ce nouveau concept a coïncidé avec l'énorme croissance en Amérique impliquant les marchés de niche de la maison et du jardin et les genres d'affaires « Do-It-Yourself ». Lowe’s, Michael’s, Martha Stewart, Home Depot, Home and Garden TV (HGTV), Home Shopping Network, Hobby Lobby et Garden Ridge faisaient tous partie d'une industrie artisanale en plein essor. Aujourd'hui, il existe environ 1800 studios dans le monde, contre 50 en 1995. Vers l'an 2000, des studios ont commencé à apparaître en Europe et en Asie - Angleterre, Allemagne, France, Chine, Japon, Autriche et dans d'autres pays. Internet, la croissance du bricolage et le nouveau concept de peinture de votre propre poterie ont donné un coup de fouet bien nécessaire à l'industrie de la céramique. En 2002, et aussi récemment que fin 2006, les magazines, Tendances de l'artisanat et Rapports d'artisanat, a déclaré que Wall Street accordait une très grande attention à l'ensemble de l'industrie artisanale - et pour cause. Les super magasins de loisirs et d'artisanat comme Michaels, Hobby Lobby et Jo Ann’s Fabrics affichaient constamment des bénéfices stupéfiants. Tous les jours, non seulement de nouvelles expositions d'artisanat, mais aussi des réseaux d'artisanat entiers se présentaient à la télévision et dans les franchises toujours croissantes du câble et du satellite. Et nous voici à la naissance du 21ème siècle. En 2015, l'économie mondiale semble au mieux incertaine et chancelante - Qu'est-ce que cela signifie pour l'industrie de la céramique et des arts du feu ? Lorsque nous considérons l'histoire de la céramique et en particulier sa popularité au siècle dernier - rappelez-vous, elle a explosé pendant la Grande Dépression, tout comme l'industrie du divertissement - nous pouvons voir que la céramique et les arts du feu seront toujours avec nous pour de nombreuses raisons. L'humanité A BESOIN de céramique - pour des raisons fonctionnelles et artistiques. Nous devons nous exprimer et faire quelque chose de créatif qui peut durer toute une vie avec nos mains est relaxant, stimulant et durable. Il n'est donc pas surprenant qu'en ces temps difficiles alors que d'autres industries luttent pour survivre, la céramique connaît un nouvel essor. Lire la suite - The American Ceramic Society, 1990 et Ceramic Studio of Prague, 2007

Plus de sites d'histoire de la céramique à visiter :

Le plus excellent site pour un aperçu de la céramique et de l'histoire :
http://www.visual-arts-cork.com/ceramics.htm

copyright 2005-2018 - Connie Speer. Tous droits réservés, sauf indication contraire ci-dessus.


Edgefield, Caroline du Sud - Poterie Old Edgefield

La Caroline du Sud est connue pour avoir trois traditions d'art populaire uniques : la vannerie Sweetgrass, la poterie Catawba et la poterie Edgefield. 1 Ces métiers d'importance historique ne se trouvent généralement nulle part ailleurs. Un récent voyage dans la ville d'Edgefield nous a fait découvrir la dernière de ces formes d'art.

Depuis plus de 200 ans, la région d'Edgefield en Caroline du Sud est connue pour sa production d'un type spécifique de poterie appelé « grès ». Solide et non poreux, le grès est généralement émaillé et cuit dans un four à très haute température. Le produit résultant peut être très gros - jusqu'à 40 gallons ! – et a le potentiel de durer des siècles.

Des restes de poteries encore plus anciennes ont été trouvés dans plusieurs endroits autour de la Caroline du Sud. Il y a jusqu'à 4 500 ans, les Amérindiens ont créé de la faïence en utilisant la riche argile rouge que l'on trouve dans tout notre État. Plutôt que de tourner sur une roue comme le sont les navires modernes, ces pots en forme de main ont été laissés non émaillés et cuits à des températures plus basses. En conséquence, la faïence n'était pas aussi durable que le grès et ne pouvait pas retenir l'eau. Pourtant, les Catawba sont bien connus à ce jour pour avoir utilisé cette méthode essentielle pour la préparation et le stockage des aliments, en utilisant les ressources naturelles à leur disposition. (La poterie Catawba continue de prospérer en Caroline du Sud et est « probablement la plus ancienne forme d'art nord-américaine encore utilisée aujourd'hui » 2 aux États-Unis.)

ANCIEN STUDIO DE POTERIE D'EDGEFIELD POTTER STEVE FERRELL POTERIE ANCIENNE DE BORDEFIELD

Edgefield n'était pas le premier endroit du pays à produire commercialement du grès. On pense cependant que c'est le premier endroit du Sud-Est à le produire avec succès. Au début des années 1800, la famille Landrum s'est installée dans ce qui s'appelait alors le district d'Edgefield – maintenant le comté d'Edgefield. Les Landrum, comme beaucoup d'autres dans la région, possédaient des esclaves qui aidaient à gérer leurs plantations et leurs entreprises. En 1810, le Dr Abner Landrum a construit une communauté entière autour de la production d'esclaves de poterie en grès, parfois appelée Landrumville, mais plus souvent Pottersville.

Les habitants de Pottersville ont profité des abondants gisements d'argile rouge et de kaolin de la région. Le kaolin était (et est toujours) utilisé à plusieurs fins pratiques, telles que Kaopectate®, le dentifrice et les pigments de peinture. Dans la poterie en grès, cette argile blanche brillante permettait d'ajouter des éléments décoratifs aux pots et aux jarres en argile rouge. Les potiers du district d'Edgefield ont fait un excellent usage du kaolin, du sable, du pin et des feldspaths qui leur étaient naturellement disponibles. Bien qu'ils ne soient pas entièrement uniques à la région, ces éléments étaient essentiels à la production de poterie d'Edgefield.

Pottersville est rapidement devenu un village d'environ 150 habitants et a rapidement acquis la réputation de produire du grès bon marché, robuste et beau. Dans les années 1840, de nombreuses familles avaient commencé des opérations similaires et Edgefield a acquis une plus grande renommée pour sa poterie. Le travail des esclaves était encore largement utilisé et une poignée d'artisans qualifiés se distinguaient parmi eux.

Un esclave en particulier est devenu un nom familier parmi les historiens. "Dave le Potter", comme on l'appelle communément, est né vers 1800 et a peut-être perdu une jambe dans un accident de train, le rendant inapte au travail sur le terrain. Il était parmi les relativement rares esclaves lettrés de son temps, ayant peut-être appris à lire par son premier propriétaire, Harry Drake. Bien qu'il soit mal vu d'éduquer les esclaves de peur que l'alphabétisation ne déclenche le libre arbitre et un soulèvement potentiel, de nombreux propriétaires ont appris à leurs esclaves à lire afin qu'ils puissent étudier la Bible. L'alphabétisation de Dave lui a permis de marquer plusieurs de ses pots avec une signature et une date, ou plus rarement, un distique rimé ou un court poème.

Il y a aussi des spéculations que Dave a été jumelé avec un autre esclave nommé Henry. L'histoire raconte qu'il manquait à Henry ses deux bras, et tandis qu'Henry utilisait ses pieds pour faire tourner la roue, la force énorme de Dave lui a permis de produire des pots et des pots d'une taille exceptionnelle. Les pots résultants n'étaient pas seulement magnifiquement conçus, ils offrent également une chronologie qui a permis aux historiens de retracer le mouvement de Dave entre les fabricants de grès et de consolider de nombreuses théories entourant l'histoire de la poterie du sud. Voici des exemples de poésie de Dave :

Aujourd'hui, cette remarquable tradition a été ramenée à la vie par l'artiste résident de Old Edgefield Pottery, Stephen Ferrell Stephen Ferrell. À chaque rotation de sa roue, Steve tire doucement un récipient du monticule d'argile devant lui. Son travail, comme celui d'innombrables artisans du passé, est caractéristique du comté d'Edgefield. Sa forme ovoïde et son rebord robuste mais délicat sécheront jusqu'à un stade de cuir dur, auquel cas il l'embellira d'une barbotine de kaolin d'un blanc éclatant et d'un riche glaçage céladon pour apporter plus de luminosité à la conception de la surface du pot. Une fois cuit, le récipient durcira en grès pratiquement indestructible qui, comme celui de Dave, pourra être apprécié pendant des siècles à venir.

1. Merci à Stephen Ferrell pour avoir fourni des informations et des conseils sur les traditions d'art populaire de SC.


Le lieu de la poterie

Début de la construction

La construction de la structure d'origine a commencé pour abriter la production de la Minnesota Stoneware Company.

Construction du bâtiment terminée

La production commence sur une variété de produits en grès.

Incendie massif

Un incendie se déclare brûlant le bâtiment jusqu'aux fondations. Bien que la cause exacte soit inconnue, on pense qu'un four à gaz nouvellement installé pourrait être la cause de l'incendie.

Bâtiment entièrement reconstruit

La demande pour les produits en grès fabriqués dans le bâtiment Pottery Place était si élevée que la reconstruction de l'énorme bâtiment de 4 étages a été achevée en seulement 4 mois.

Four tunnel construit

Le four tunnel a été construit et était le plus long four aux États-Unis à l'époque.

Changement de nom

Le nom a officiellement changé pour Red Wing Pottery.

Fermeture de la production de grès

À mesure que les matériaux disponibles évoluaient et que les ménages et les entreprises se tournaient désormais vers les récipients en plastique et les grandes cuves en métal, la demande de récipients en grès a diminué et la ligne de grès produite à The Pottery Place a fermé. Ils produisaient toujours de la poterie, mais se concentraient plutôt sur des articles de vaisselle qui étaient encore couramment utilisés dans les ménages.

La poterie Red Wing se met en grève

À cause des problèmes de main-d'œuvre, les travailleurs de Red Wing Pottery se mettent en grève. Et bien qu'il y ait eu des discussions sur une résolution, l'usine a fini par fermer complètement. Fin de la production de Red Wing Pottery produite à The Pottery Place.

Immeuble Sat Vacant

Au cours de cette période, le bâtiment était en grande partie vacant, bien qu'il ait été utilisé par diverses personnes (on ne sait pas si elles étaient autorisées à le faire) pour stocker du grain, des bateaux et une variété d'autres choses.

Le bâtiment prend une nouvelle vie

Le bâtiment a été rénové et mis aux normes de sécurité modernes, donnant une nouvelle vie à ce bâtiment historique. Il abritait des magasins d'usine, des restaurants, des bureaux, des appartements et des magasins de détail.

Un changement de propriétaire

Le bâtiment a été acheté par de nouveaux propriétaires, les magasins d'usine ont été fermés mais les restaurants, autres magasins de détail, bureaux et appartements sont restés. Peu de temps après, des appartements supplémentaires ont été ajoutés et la vision de l'espace historique s'est pleinement réalisée comme une expérience complète et charmante.

L'expérience du lieu de la poterie

Le Pottery Place fonctionne comme une expérience précieuse ici à Red Wing, MN. Lors de la visite de notre charmante ville, connue pour son histoire, sa beauté et son charme, les visiteurs font de la Pottery Place un arrêt incontournable! Histoire, nourriture, shopping, hébergement (et il y a même du travail dans les bureaux logés ici). C'est un endroit que vous ne voudrez pas manquer!


Ici, nous revenons sur nos 200 ans d'histoire.

Depuis le début…William Bourne, un potier local, a visité le filon d'argile derrière l'usine de Denby en 1809 et a immédiatement reconnu ses qualités. C'est alors que Guillaume confie à son plus jeune fils, Joseph, la tâche de diriger la poterie. Connue sous le nom de « Joseph Bourne », la poterie est rapidement devenue populaire pour produire les meilleures bouteilles et bocaux. Comme le verre était si cher au début du 19 e siècle, les bouteilles et les pots en grès étaient indispensables à la maison et servaient à contenir n'importe quoi, des médicaments à l'encre et à l'eau minérale.

Après la mort de Joseph en 1860, son fils unique, Joseph Harvey Bourne, reprend la direction de la poterie. Malheureusement, Joseph Harvey n'a eu que peu de temps pour prouver qu'il était un digne successeur puisqu'il est décédé à peine 9 ans après son père. Pendant les 30 années suivantes, la poterie fut gérée par la veuve de Joseph Harvey, Sarah Elizabeth Bourne. Sarah était passionnée par le développement de nouveaux designs et émaux et a aidé à créer de nombreux émaux colorés qui ont été utilisés sur des objets d'art décorés.

Sarah Elizabeth n'a pas eu d'enfants pour hériter de Denby et donc le contrôle de la poterie a été transféré à ses deux neveux après sa mort en 1898. Le propre neveu de Sarah s'est retiré de l'entreprise en 1907, laissant le neveu de son mari, le troisième "Joseph" – Joseph Bourne Wheeler en tant que propriétaire unique. En 1916, l'entreprise a été constituée en société à responsabilité limitée avec M. Bourne Wheeler comme directeur général.

Denby conçoit à travers les époques…Des années plus tard, alors que le verre devenait moins cher, nous nous sommes concentrés sur la production d'ustensiles de cuisine et d'objets d'art. Dans les années 1930, le sculpteur Donald Gilbert a utilisé de nouvelles techniques de cuisson pour créer de nouvelles gammes magnifiques, notamment « Cottage Blue » et « Manor Green » - les deux modèles sont devenus des classiques et sont restés en production pendant les 50 années suivantes. Gilbert était également le concepteur de nos figurines d'animaux de caractère qui sont aujourd'hui chéries par les collectionneurs de Denby.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, nous ne pouvions pas utiliser de teintures de glaçure colorées en raison de restrictions de fabrication, nous nous sommes donc tournés vers la fabrication d'isolateurs télégraphiques et de pots de batterie pour aider l'effort de guerre. Nous avons également créé une collection de céramique appelée « Utility Brown » qui comprenait des pièces conçues spécifiquement pour les forces armées telles que des théières NAAFI et de grandes bouteilles pour contenir les rations de rhum des marins.

Après la guerre, nous avons pu continuer notre travail avec des glaçures saisissantes et des motifs peints à la main. Avec la qualité et le savoir-faire dans chaque pièce, nous avons lancé de nouvelles collections, notamment « Greenwheat » et des gammes à la décoration impressionnante telles que « Glynnware » qui a été conçue par Albert College et reflétait l'ambiance de cette nouvelle ère.

Dans les années 1950 et 1960, les designers de Denby, Kenneth Clarke ont conçu notre collection « Classic Giftware » et Gill Pemberton a lancé des gammes emblématiques, notamment « Chevron », qui a inspiré notre motif Natural Canvas 2016, et « Arabesque », qui reste un très conception de vaisselle collectée aujourd'hui. Avec son look audacieux des années 70, « Arabesque » était

belle et pourrait également être utilisée comme « du four à la vaisselle ». Ce nouveau concept, qui est aujourd'hui une partie importante de Denbyware, signifiait que les utilisateurs n'avaient pas besoin de transférer les aliments des casseroles et des poêles. Au lieu de cela, ils pouvaient cuisiner et servir de la nourriture en utilisant la même vaisselle. Aujourd'hui, nous avons une gamme dédiée de pièces allant du four à la vaisselle qui présentent nos superbes glaçures, notamment Halo, Natural Canvas et Heritage.

Aujourd'hui…Nous continuons à allier beauté et fonctionnalité en concevant des gammes qui conviennent à toutes les occasions, de l'heure du thé du mardi aux dîners du week-end. Vraiment stylé par la vie, Denby peut être utilisé partout dans la maison avec chaque pièce conçue dans un souci de polyvalence.

Il faut une large équipe pour créer nos collections, de nos designers extraordinaires aux artisans qui utilisent nos 200 ans d'expérience pour fabriquer de belles céramiques intemporelles dans notre usine de Derbyshire, en Angleterre, en utilisant de l'argile d'origine locale.

Nous lançons chaque saison de nouvelles gammes et produits pour accompagner nos best-sellers. En plus des collections complètes pour une refonte complète ou pour vos débuts, nous proposons également des gammes de capsules plus petites et des pièces uniques qui peuvent vous aider à rafraîchir et à ajouter de l'intérêt à votre vaisselle existante. Le denim naturel et le bleu studio sont nos derniers modèles qui ont une touche artisanale aux côtés de toutes les caractéristiques de qualité de Denby. Nous avons également réintroduit des compétences et des techniques d'artisanat pour créer notre collection de tasses décorées à la main qui nous permet de préserver les compétences en céramique dans l'industrie de la poterie. Chaque tasse est décorée à la main, ce qui la rend entièrement unique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors, voilà, la brève histoire de la poterie britannique Denby. Ainsi que sur notre site internet, vous pouvez retrouver Denby dans certains magasins américains, retrouvez plus d'informations ici.


Étude de cas | Poterie – Évolution et signification

Poterie ou céramique ou art de la céramique fait référence à la création d'objets constitués d'un matériau dur et cassant produit à partir de minéraux non métalliques en les moulant alors que le matériau est humide, puis en les cuisant à haute température. Ils sont souvent constitués d'argile, de porcelaine, de stéatite, etc.

La poterie joue un rôle important dans l'étude de la culture et la reconstruction du passé. Historiquement avec une culture distincte, le style de la poterie a changé. Il reflète les conditions sociales, économiques et environnementales dans lesquelles une culture a prospéré, ce qui aide les archéologues et les historiens à comprendre notre passé. Il a une valeur significative dans la compréhension des cultures où l'écriture était soit absente, soit non déchiffrée. La compréhension de la présence du feu, la cuisson, le stockage, la population sédentaire ou migratrice, la stratification sociale peuvent tous être développés via l'étude de la poterie.

Pour les gens, la poterie offrait la possibilité de stocker, de cuisiner, de transporter, de commercer et est essentiellement devenue une expression de la créativité artistique.

La poterie est principalement de deux types

La poterie artisanale est plutôt une poterie de style primitif développée à un âge précoce qui, avec le temps, se transforme en tour de roue. Les différents motifs dessinés à la surface jouent un rôle important dans la compréhension d'une culture et de ses croyances.

Évolution de la poterie

I. Âge néolithique

On retrouve la première référence de poterie à cette époque. Naturellement, il s'agit de poteries faites à la main, mais au cours de la période ultérieure, la roue à pied est également utilisée.

  • Non émaillé/non bruni qui a une surface rugueuse
  • Poterie grise grossière faite à la main
  • Matériel – argile mélangée avec du mica et du sable
  • La poterie est dépourvue de toute peinture
  • Dans de nombreux cas, des cordons de balle de riz torsadés ont été imprimés dans de l'argile humide pour la décoration
  • Trouvé dans toute l'Inde, y compris le Sud. Burzahom – poterie grise grossière
  • Articles brunis noirs, articles gris et articles pressés mats inclus

II. Âge Chalcolithique

L'ère chalcolithique, le premier âge des métaux, est marquée par l'apparition de cultures distinctes dans diverses parties de notre pays, à savoir la culture Ahar dans le sud-est du Rajasthan, la culture Malwa dans le MP occidental, la culture Jorwe dans le Maharashtra occidental, etc.

Les gens de cet âge utilisaient différents types de poterie.

1. Poterie noire et rouge

La céramique noire et rouge semble avoir été largement utilisée. Des cultures comme Ahar-Banas ont montré la présence de Articles noirs et rouges poterie avec dessins linéaires blancs.

2. Articles noir sur rouge

Jorwe la vaisselle est peinte en noir sur rouge et a une surface mate traitée avec un lavage.

3. Poterie de Couleur Ocre (OCP)

Les gens de l'OCP sont considérés comme les contemporains juniors d'Harappa.

Cette poterie est identifiée au Culture du trésor de cuivre qui a été trouvé dans la haute vallée du Ganga et dans la région de Ganga Yamuna doab.

  • La couleur de la poterie va de l'orange au rouge.
  • La période couverte par la culture OCP se situe approximativement entre 2000 avant JC et 1500 avant JC.
  • Les principaux sites sont – Jodhpura (Rajasthan), Attranjikhera (UP)
  • Ganeshwar, situé près des mines de cuivre de Khetri, était initialement soupçonné d'avoir de l'OCP, mais des recherches l'ont réfuté.

III. Civilisation harappéenne

Articles polis Poterie avec surface rugueuse

  • Il existait à la fois des types de poterie polie et non polie
  • La poterie a généralement un surface rouge et est roue lancée même si ceux faits à la main existent aussi
  • Articles polis étaient bien tiré.
  • La plupart des poteries sont polychrome ce qui signifie que plus de deux couleurs sont utilisées pour colorer la poterie.
  • La plupart des poteries sont utilitaire. Ces poteries ont généralement bases plates
  • Conception géométrique ainsi que des peintures représentant la faune et la flore sont observés
  • Des poteries perforées ont également été trouvées peut être utilisé pour filtrer la liqueur.
  • La poterie dans toute la civilisation était uniforme (jeté en masse) révélant une certaine forme de contrôle et laissant moins d'espace à la créativité individuelle
  • Présence de luxueux la poterie obtenue à partir de certains sites révèle une stratification économique dans la société

1. Harappa mature

Poterie funéraire d'Harappa

  • Poterie brunie et peinte
  • La poterie funéraire a été spécialement et distinctement faite
  • Révèle la croyance harappéenne en la vie après la mort
  • La présence ou l'absence de cette poterie dans les objets funéraires reflétait la stratification sociale

2. Feu Harappa

Poterie de Couleur Ocre (OCP) – Comme nous le savons, les cultures harappéennes tardives (1900 avant JC – 1200 avant JC) étaient principalement chalcolithiques. Certains sites chalcolithiques spécifiques montrent les éléments du Harappéen tardif (comme l'utilisation de briques cuites, etc.). Ces sites ont OCP.

Pâte brunie gris-noir produit sur roue lente – Trouvé dans la vallée de Swat. Cela ressemble à la poterie du plateau nord iranien.

Noir-sur-rouge poterie peinte et tournée au tour – Également trouvé dans la vallée de Swat. Cela montre un lien entre la vallée de Swat et Harappa.

Articles gris et articles gris peints, généralement associés au peuple védique ont été trouvés en conjonction avec de la poterie harappéenne tardive. Il a des conceptions moins complexes par rapport aux périodes précoces et matures suggérant une dilution de la riche culture.

IV. Ère védique – PGW

L'ère védique a vu l'émergence de Culture des articles gris peints (PGW).

Les sites du Rig Vedic ont des PGW mais les objets en fer et les céréales sont absents. Par conséquent, il est considéré comme une phase de pré-fer de PGW. D'autre part, les sites védiques postérieurs sont considérés comme une phase ferreuse de PGW.

Cette poterie est un L'âge de fer poterie trouvée dans Plaine du Gange et Ghaggar – Vallée de Hakra, d'une durée d'environ 1200 avant JC - 600 avant JC. Mathura était le plus grand site PGW.

  • Caractérisé par un style de poterie fine et grise peinte de motifs géométriques en noir.
  • Sont confinés à quelques emplacements géographiques, à savoir – Pendjab, Haryana et supérieurVallée du Gange. Cette culture est associée aux villages et aux villes (mais sans grandes villes)

V. Ère védique ultérieure – NBPW

Les derniers védiques connaissaient 4 types de poterie : les poteries noires et rouges, les poteries noires, les poteries grises peintes et les poteries rouges.

VI. Fin de l'ère védique ultérieure – NBPW

Vers la toute fin de l'âge védique ultérieur vers le 6ème siècle avant JC, nous voyons l'émergence de la 2ème phase d'urbanisation (1ère étant la civilisation de la vallée de l'Indus). Cette époque marque le début de la Articles polis noirs du nord (NBPW).

Carte montrant les zones où la poterie NBPW a été trouvée

  • Poterie de type brillant et brillant.
  • Fabriqué en tissu fin et servi de vaisselle pour une classe plus riche. Pris en considération poterie de luxe trouvé seulement avec les élites révélant une stratification sociétale qui était le résultat de l'hégémonie brahmanique.
  • Cette poterie a continué d'exister à l'époque de Mahajanapada.
  • Trouvé dans Ahichatra, Hastinapur (tous deux en UP), Navdatoli (Madhya Pradesh)
  • Classés en deux groupes – bichromie et monochrome
  • Poterie monochrome a un tissu fin et fin. En pot roue rapide et avoir un surface étonnamment brillante. 90% de ce type est noir de jais, noir brunâtre et noir bleuâtre et 10% ont des couleurs comme le rose, le doré, le marron entre autres.
  • Poterie bichrome se trouve moins. Il montre toutes les caractéristiques de monochrome sauf qu'il montre une combinaison de deux couleurs.

Une poterie bichrome avec deux couleurs

VI. Ère mégalithique

Cette culture est située entre le 3ème siècle avant JC et le 1er siècle après JC. Les mégalithes désignent les monuments construits en gros (méga) des pierres (lith). Cette culture est particulièrement connue pour ses grandes tombes en pierre. Dans le Sud, cet âge est caractérisé par l'utilisation du fer.


Les formes de la poterie égyptienne antiqueétaient nombreux. Les vases ont été fabriqués principalement pour un usage pratique et non pour l'ornement bien que la décoration de certains d'entre eux soit remarquable. L'amphore, en Egypte comme dans tous les pays antiques était le vase le plus commun et le plus utile, était faite dans toutes les tailles, depuis le récipient à huile ou à parfum de trois pouces jusqu'à l'immense jarre de trois ou quatre pieds de hauteur, pour contenir de l'eau, du vin, de l'huile ou des céréales.

La poterie fournit un support sécurisé pour la datation de toutes les découvertes archéologiques. Les études de leur datation mettent en lumière la période proprement produite ainsi que les affiliations culturelles et les aspects économiques qui les entourent. Les gens commencent à créer des récipients en poterie très tôt. La poterie était utilisée pour des tâches utilitaires telles que la cuisine, le stockage et l'expédition. En Égypte, les artisans produisaient des figures en céramique de formes intéressantes, des récipients et même des sarcophages qui faisaient partie intégrante des pratiques funéraires égyptiennes antiques.

Le plus tôt poterie égyptienne avait déjà des dessins géométriques dessus. Les Égyptiens fabriquaient deux sortes de poteries :

– La poterie douce de fabrication ordinaire.

– Le composé grossier, granuleux, manquant de cohésion, sableux, facilement émietté, très blanc, mais toujours recouvert d'une forte glaçure ou d'un émail.

La finalité de la céramique ancienne en Egypte ainsi que celle de leurs contemporaines recouvrent les usages domestiques, funéraires, festifs et rituels. L'Egypte a produit plusieurs variétés de poterie non émaillée. La poterie la plus courante était la poterie ordinaire rouge, crème et jaune. L'art de recouvrir la poterie d'émail a été inventé très tôt par les Égyptiens. Ils l'appliquaient aussi bien à la pierre qu'à la poterie. La poterie émaillée était également utilisée à des fins d'incrustation dans les travaux ornementaux.

Le matériau céramique permet d'être interprété dans son contexte socio-économique plus large. Les études sur cette poterie découlent de l'analyse de nombreux sites en Egypte du Delta au nord à Éléphantine au sud, et couvrent une gamme chronologique de l'Ancien Empire à la période copte.

Les poteries à usage funéraire fabriquées en Egypte montrent un grand nombre de petites poteries émaillées qui ont été déposées avec les morts elles sont très bien conservées et fournissent des informations très importantes. Les plus courantes étaient celles que l'on appelle maintenant les figures osiriennes, représentant généralement des momies. On les trouve à la fois non émaillés et émaillés, en poterie rouge et en poterie dure et granuleuse.

La poterie qui correspond à l'Égypte prédynastique était souvent d'une qualité étonnamment fine. La poterie de la période dite « badarienne » était fabriquée sans l'utilisation d'un tour de potier, et c'était généralement la femme qui élaborait la poterie. Ces belles pièces ont été brunies pour une finition brillante. Ils ont probablement été cuits dans des feux de joie ouverts ou dans des fours très primitifs, mais restent parmi les poteries les plus étonnantes jamais produites en Égypte.

De la période Naqada (4 000 à 3 000 av. J.-C.) jusqu'à la période dynastique, des peintures sans guides, des modèles répétitifs ou des concepts fixes ont été librement ajoutés à la poterie. Animal’s figures, patterns, boats and human figures were depicted.

The potter’s wheel in Egypt was invented in the Old Kingdom. At first this device was a simple turntable, but later evolved into a true potter’s wheel, requiring better preparation of the clay and more control during firing. These potter’s wheels were still hand turned. With the potter’s wheel more refined kilns were constructed, this new technique allowed pottery to be made in more abundance, but did not entirely replace all other forms of pottery making. For example, bread moulds continued to be handmade around a core known as a “Patrix”.

After the pottery was formed, either by a potter’s wheel or more primitive means, it would have been left to thoroughly dry. If the surface was to be burnished, after drying the pottery would have been polished with pebbles and then painted or perhaps engraved and finally fired, probably in a not confined place during pre dynastic times, until the development of kilns.

Egyptian pottery can be divided into two broad categories dependent on the

Type of clay that was used.

– The pottery made with Nile clay, and known as Nile silt ware. This potter after being fired, it has a red-brown color, been used for common, utilitarian purposes, though at times it might have been decorated or painted. Blue painted pottery was somewhat common during the New Kingdom (1,550-1,069 BC).

– The pottery made from ‘marl clay’. This type of pottery was usually thought superior to the common Nile mud pottery, often used for decorations and other functions. Was often burnished, leaving a shiny glaze like surface although it was not a truly glace process.

Shaping Methods of Pottery Use in Egypt

– Hand-shaping pottery and finished with a turning device.

Hand-shaping methods of pottery use in Egypt

1) Forming a single piece of clay by the use of free-hand shaping,

2) Shaping with a paddle and anvil,

3) Shaping on a core or over a hump,

5) Building with a slab or coil.

It can be said in a summary that the pottery production in ancient Egypt was a significant industry that produces a variety of goods that serve well to resolve the basic needs presented to this culture of counting with appropriate containers for liquids and solids. For us today these potteries are serving another different purpose but not less important because they are providing us with a wide range of answers to multiples questions still unresolved about this ancient civilization history, their religious dogmas and their social life.


Art Pottery in Edgerton: History and Resources

What is Art Pottery?
Inspired by the Arts and Crafts movement in Britain, American art potters approached ceramics as an art form. They experimented with a variety of new glazes and decorative techniques and focused on creating vases and other ornamental wares instead of utilitarian pieces like cups and plates. There is no single style of American art pottery, but some well-known examples include Rookwood’s elegant painted landscapes, Teco’s dramatic forms, and the Paul Revere Pottery’s charming illustrations.

The Art Pottery of Pauline Jacobus
Pauline Jacobus established the Pauline Pottery in Chicago in 1883 and relocated the company to Edgerton in 1888. In creating her art pottery wares, Jacobus incorporated the forms and decorative techniques of some of the most influential potteries and ceramic designers of her time. Pauline wares were made using molds, some of which–like the long-necked pitchers and the globular vases–were similar to forms used by the Rookwood Pottery of Cincinnati, where Jacobus took classes before beginning to work in art pottery. The majority of the Pauline wares are decorated with hand-painted underglaze–paints applied with brushes after a first firing, then coated with a clear glaze and fired a second time. The most common motif–a variety of flowers in solid colors, outlined in black–is reminiscent of the work of John Bennett, a widely admired decorator for the Doulton Pottery of London who relocated to New York City in 1877. Other Pauline works show the influence of Laura Fry, a decorator for Rookwood who worked briefly with Jacobus in Chicago–including carving and gilding as well as the use of Fry’s own invention, an atomizer (airbrush), to create spattered backgrounds or smooth glaze transitions.

Timeline: Edgerton’s Art Potteries
The success of the Pauline Pottery, combined with the area’s high-quality clay beds, attracted a number of ceramic artists to Edgerton. Between 1888 and 1909, the community was home to six successful pottery companies.


Weller Pottery

The Weller Pottery was the first mass producer of art pottery. Samuel Weller was known for hiring great artists, and for his innovations. However, he also produced many so-called “mutant” pots – strange glazes and odd glazes for a given pot type.

At the March 2001 WPA meeting Chris Swart gave a wonderful presentation on Weller Art Pottery. Chris also organized our 2001 Show and Sale Exhibit on Weller and Company.

The following article appeared the WPA Press, Vol. 8, April 2001
By Kari Kenefick

The Weller Pottery was the first mass producer of art pottery. Samuel Weller was known for hiring great artists, and for his innovations. However, he also produced many so-called “mutant” pots – strange glazes and odd glazes for a given pot type.

Weller was not known for excellence in quality control. This article contains material from Chris Swart’s March presentation, as well as a few tidbits from other pottery references as listed following this article.

Samuel Augustus Weller was born on April 12, 1851 in Ohio. In 1872, the 21 year old Weller, a resident of Muskingum County, established the Weller pottery in a log cabin in Fultonham, Ohio (near Zanesville), complete with a beehive kiln. As business boomed he moved to Zanesville and built a new factory on the banks of the Muskingum River.

Weller was followed in his move to the river banks by many other potteries that went on to become household names, such as Roseville, J.B.Owens, McCoy, Watt, Hull, Brush and Robinson Ransbottom. The Weller pottery continued, as did many others, in this general location until 1931 when the Depression forced consolidations and down-sizing.

Sam Weller traveled to the 1893 World’s Fair in Chicago where he was so taken with the work of the Lonhuda Pottery of Steubenville, Ohio, that he offered to purchase the pottery from William Long. The following year Long sold his pottery to Weller and became a designer for Weller. Lonhuda pottery was continued by Weller’s firm and the incorporation of this product into the Weller pottery family is credited with launching Weller into the art pottery market.

Long’s tenure at the Weller pottery was short he left in 1896. At approximately this time Louise Weller was born and the Lonhuda pottery line became Louwelsa. As with the Lonhuda pottery, Louwelsa featured a high gloss over beautifully painted flowers and background colors of blues, reds and greens, often in a gradient of light, bright color to very dark colors.

Weller pottery lines that immediately followed Louwelsa included: i) Dickensware in 1897, which was very similar to Louwelsa except that the background color was solid versus the gradient ii) Eocean, first produced in 1898 through the 1920s, featured again the background gradient with colors of gray or olive green to ivory. Eocean Rose had a rosey tint over the ivory iii)

Turada was developed by Henry Schmidt in 1897, as the first squeezebag pottery line in the Ohio valley (Tyrano was a similar and competing product produced by Owens Pottery in 1898) iv) Dickensware II (1890) was developed by Charles Upjohn, who headed the Weller decorating department from 1895-1904.

Many other pottery lines were developed at Weller, by an impressive number of talented pottery designers, whose names are too numerous to mention here. However, readers might appreciate the dates of a few standout potters in the Weller arena, including the fact that Jacques Sicard and an assistant were enticed to travel from France to Zanesville, OH, to produce glazes for Sam Weller’s pottery.

It is recorded that Sicard arrived in Ohio around 1900, although his Sicardo line was little known until it’s exposure at the 1904 St. Louis World’s Fair. Pieces made by Sicard featured his characteristic iridescent metallic finish and were often signed Sicard on the side of the vase. The Sicardo pottery was well received at the World’s Fair and even before that was selected by Tiffany’s as one of their product lines (1903). But Sam Weller felt that the glaze was too expensive and attempted to get the recipe from Sicard’s previous employer in France. When asked to pay for the recipe Weller refused.

Sicard left for France in 1907. It is estimated that Weller spent $50,000 on the Sicard/Sicardo venture, one in which only an estimated 30% of the ware came through the complicated firing and finishing process in marketable form.

Another iridescent ware potter, John Lessel went to work for Sam Weller in 1920. Lessel had been influenced by Owensart Opalesce, J.B. Owen’s answer to Weller’s Sicardo line. The Opalesce line was introduced in 1905 but soon disappeared. Lessel had already worked producing pieces with a plain yet metallic surface in 1903–04 for Arcen Ciel in Zanesville, OH.

The Lasa line that Lessel produced for Weller very closely mimics one of the opalescent lines of Owens’. Lessel was responsible for several of Weller’s most popular pottery lines, Lasa being the best known.

As stated by Chris during his presentation, Weller was the largest producer of art pottery in the world by 1905. Sam Weller developed a reputation for hiring the best, most creative designers, but also for attempting to steal their secrets.

In 1925 Sam Weller died at age 74. His nephew Harry Weller took over as president of the company, introducing the continuous kiln process, and consolidating the multiple plants in 1931, due to the Depression.

Harry Weller died in an automobile crash in 1932. During the years 1930–32 the last freehand decorated lines were introduced at Weller. These included Stellar, Geode, Cretone, Raceme, and Bonito.

Bibliographie

In addition to notes from Chris Swart’s presentation, the following references were used for this article: Nelson, Marion (1988) Art Pottery of the Midwest.
Sigafoose, Dick (1998) American Art Pottery.

Chris Swart used All About Weller (1989) by Ann Gilbert McDonald, Art Pottery of the Midwest (1988) by Marion Nelson, and Art Pottery of the United States (1987) by Paul Evans to prepare his talk and the Weller timeline.

Galerie

WPA members brought in some of their collection to give a preview of the Wisconsin Pottery Association’s 2001 show Weller & Company.

Chronologie

April 12, 1851–Samuel Augustus Weller born in Ohio

1872 –Operates a one-man pottery in Fultonham, near Zanesville in Muskeegum County, Ohio

1882-1890 –Expansion to Zanesville, followed by building, buy-outs until 1931 when the Depression forces consolidation and down-sizing

1893-1896–William Long’s Lonhuda ware, Louise Weller and Louwelsa born, 1896

1897–Henry Schmidt develops Weller Turada, the first squeezebag pottery line in the Ohio valley, Owens Pottery introduces similar Cyrano line in 1898

1895-1904–Charles Upjohn heads Weller decorating department, develops Dickensware II in 1900

1902-1907–Jacques Sicard at Weller, Sicard line appears in the fall of 1903 (Clement Massier Reflets Metalliques by 1889)

1902-1905–Weller becomes world’s largest pottery and maker of mass produced Art Pottery

1903-1904–Frederick Hurton Rhead at Weller, develops Jap Birdimal line in 1904, becomes Roseville’s first art director in 1904, leaves Roseville in 1908

1904–Weller has huge display at the St. Louis Exposition

1908–Rudolph Lorber develops Dechiwo, 1908, which leads to Burntwood, Claywood, and others

1917–Weller Hudson family introduced

1916-1929–Rudolph Lorbor develops Brighton birds, Muskota, Woodcraft, Forest, Glendale and other great naturalistic lines, ending with Coppertone, 1929. Dorothy England Laughead creates Silvertone, Chase, and the Garden Animals

1920-1924–John Lessell heads the decorating department, develops luster glaze lines including LaSa, Marengo, Cloudburst, Lamar, others

July 1, 1922–Weller Pottery incorporated as “S.A. Weller, Inc.”

October 4, 1925 –Samuel Augustus Weller dies

1925-1932–Nephew Harry Weller takes over as president, introduces continuous kiln, consolidates plants in 1931 due to Depression, dies in auto crash in 1932

1930-1932–Last freehand decorated lines introduced at Weller: Stellar, Geode, Cretone, Raceme, Bonito

1932-1937–Frederic Grant, son-in-law, is president for one year, divorced from Ethel (Weller, b. 1898) Irvin Smith, another son-in-law (Louise) is president from 1933-1937

1935–Freehand decoration ends at Weller

1935-1948–Weller produces simplified embossed lines

1937-1948–Walter Hughes, a ceramic engineer and former employee at American Encaustic Tiling Company is Weller’s last president

1947-1948–Essex Wire Corporation buys controlling share in Weller, closes the pottery in 1948

1954–Minnie Weller dies at age 92, Weller house contents are auctioned

Related Sites: (These sites will open up in a new window)

Weller History – An article about Weller Pottery at Collectics.com .

Pottery Studio – A history article with links to some examples. Interesting link to information on Charlotte Rhead, the sister of Frederich H. Rhead a designer at Weller.


Voir la vidéo: Montélimar Terra Potiers