Le porte-avions américain Langley est coulé

Le porte-avions américain Langley est coulé


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le premier porte-avions de la marine américaine, le Langley, est coulé par des avions de guerre japonais (avec un peu d'aide de destroyers américains), et tous ses 32 avions sont perdus.

Le Langley a été lancé en 1912 comme le collier naval (navire de transport de charbon) Jupiter. Après la Première Guerre mondiale, le Jupiter a été converti en premier porte-avions de la Marine et rebaptisé Langley, d'après le pionnier de l'aviation Samuel Pierpont Langley. C'était également le premier navire à propulsion électrique de la Marine, capable d'atteindre une vitesse de 15 nœuds. Le 17 octobre 1922, le lieutenant Virgil C. Griffin a piloté le premier avion, un VE-7-SF, lancé depuis les ponts du Langley. Bien que des avions aient déjà décollé des navires, il s'agissait néanmoins d'un moment historique. Après 1937, le Langley a perdu les 40 % avant de son pont d'envol dans le cadre d'une conversion en annexe d'hydravions, une base mobile pour les escadrons de bombardiers de patrouille.

Le 8 décembre 1941, le Langley faisait partie de la flotte asiatique aux Philippines lorsque les Japonais ont attaqué. Il mit immédiatement les voiles pour l'Australie, arrivant le jour du Nouvel An 1942. Le 22 février, commandé par Robert P. McConnell, le Langley, transportant 32 combattants Warhawk, partis dans le cadre d'un convoi pour aider les Alliés dans leur bataille contre les Japonais dans les Indes néerlandaises.

Le 27 février, le Langley se sépare du convoi et se dirige directement vers le port de Tjilatjap, Java. À environ 74 miles au sud de Java, le porte-avions a rencontré deux destroyers d'escorte américains lorsque neuf bombardiers bimoteurs japonais ont attaqué. Bien que le Langley ait demandé une escorte de chasseurs de Java pour se mettre à couvert, aucun ne pouvait être épargné. Les deux premiers bombardiers japonais ont raté leur cible, car ils volaient trop haut, mais la chance du Langley a manqué la troisième fois et il a été touché trois fois, mettant le feu aux avions sur son pont d'envol. Le transporteur a commencé à lister. Le commandant McConnell a perdu sa capacité à naviguer sur le navire. McConnell a ordonné l'abandon du Langley et les destroyers d'escorte ont pu mettre son équipage en sécurité. Sur les 300 membres d'équipage, seulement 16 ont été perdus. Les destroyers ont ensuite coulé le Langley avant que les Japonais ne puissent le capturer.


Langley a été nommé en l'honneur de Samuel Pierpont Langley, scientifique américain et pionnier de l'aviation. Elle a perpétué le nom et la tradition de l'USS Langley (CV-1), le premier porte-avions de l'US Navy, qui avait été coulé le 27 février 1942. Le navire a été commandé à l'origine comme un Cleveland-classe croiseur léger et nommé Fargo (CL-85). Elle a été fixée comme USS Pointe Couronne (CV‑27) par New York Shipbuilding Corporation, Camden, New Jersey États-Unis le 11 avril 1942 et rebaptisé Langley le 13 novembre 1942.

1943 Modifier

Langley a été lancé le 22 mai 1943 et mis en service le 31 août 1943, le capitaine W.M. Dillon aux commandes. Après le shakedown dans la mer des Caraïbes, Langley a quitté Philadelphie le 6 décembre 1943 pour Pearl Harbor, où elle a participé aux opérations de formation.

1944 Modifier

Le 19 janvier 1944, il a navigué avec la Task Force 58 (TF 58) pour l'attaque des îles Marshall. Du 29 janvier au 6 février, Langley Le Carrier Air Group 32 (CVG-32) a mené des raids sur Wotje et l'île de Taroa pour soutenir les débarquements à Kwajalein, et du 10 au 28 février à Eniwetok. Après un bref répit à Espiritu Santo, Nouvelles Hébrides, Langley L'avion a touché des positions japonaises à Palau, Yap et Woleai, îles Caroline, du 30 mars au 1er avril. Elle a procédé ensuite à la Nouvelle-Guinée pour prendre part à la capture de Hollandia le 25 avril. À peine 4 jours plus tard, le transporteur s'est engagé dans la grève de 2 jours contre le bastion japonais Truk. Pendant le raid, Langley et son avion représentait quelque 35 avions ennemis détruits ou endommagés, alors qu'il ne perdait lui-même qu'un seul avion.

Langley quitta ensuite Majuro le 7 juin 1944 pour la campagne des îles Mariannes et Palau. Le 11 juin, la TF 58 a lancé une frappe de 208 chasseurs et de huit bombardiers-torpilleurs contre des bases et aérodromes ennemis sur Saipan et Tinian. Du 11 juin au 8 août, Langley a opéré avec la TF 58 et a également participé à la bataille de la mer des Philippines, du 19 au 20 juin 1944.

Le porte-avions quitta Eniwetok le 29 août et sortit avec la TF 38, sous le commandement de l'amiral William F. Halsey pour des assauts aériens sur Peleliu et des aérodromes aux Philippines comme étapes préliminaires de l'invasion du Palaus du 15 au 20 septembre 1944. En octobre, il a opéré au large de Formosa et des îles Pescadores. Plus tard dans le mois, la TF 38 a soutenu les débarquements sur Leyte. Les efforts japonais pour arrêter l'avance américaine comprenaient la contre-attaque de la plupart des principales unités de flotte disponibles ("Opération Sho-Go"). Le 24 octobre, Langley Les avions ont participé à la bataille de la mer de Sibuyan. Les avions de la TF 38 ont attaqué la Force centrale japonaise, alors qu'elle se dirigeait vers le détroit de San Bernardino et la tête de pont américaine à Tacloban. Les unités japonaises se retirèrent temporairement. Le lendemain, à la nouvelle des porte-avions japonais au nord de Leyte, la TF 38 s'est précipitée pour intercepter. Dans la bataille qui s'ensuit au large du cap Engaño, les Japonais perdent quatre porte-avions, deux cuirassés, quatre croiseurs lourds, un croiseur léger et cinq destroyers. Langley Les avions ont aidé à la destruction des porte-avions Zuihô et Zuikaku, ce dernier étant le seul transporteur restant des six qui avaient participé à l'attaque de Pearl Harbor.

Au cours du mois de novembre 1944, Langley soutenu les débarquements des Philippines et frappe la région de la baie de Manille. Avion de Langley Les CVG-44 attaquèrent les convois de renfort japonais et les aérodromes de Luzon et de la région du Cap Engaño. Le 1er décembre, le transporteur s'est retiré à Ulithi pour le réapprovisionnement.

1945 Modifier

Au cours du mois de janvier 1945, Langley a participé au raid en mer de Chine méridionale soutenant l'invasion du golfe de Lingayen. Des raids ont été effectués contre Formose, l'Indochine française et la côte chinoise du 30 décembre 1944 au 25 janvier 1945. Langley's groupe opérationnel a été attaqué par deux bombardiers en piqué le 21 janvier. Une bombe de 50 kg (110 lb) a collé au centre de Langley's pont d'envol vers l'avant et a pénétré jusqu'au pont de la galerie pour exploser parmi les cabines des officiers juste à l'arrière du gaillard d'avant. L'incendie a été rapidement éteint et le poste de pilotage a été réparé pour poursuivre les opérations de vol. Le deuxième bombardier a infligé des dégâts plus importants à l'USS Ticonderoga. [1]

Langley s'est joint ensuite aux balayages contre Tokyo et Nansei Shoto à l'appui des atterrissages sur Iwo Jima entre le 10 février et le 18 mars 1945. Elle a ensuite attaqué des aérodromes sur la patrie japonaise et est arrivée d'Okinawa le 23 mars. Jusqu'au 11 mai, le navire a opéré au large d'Okinawa ou a participé à des frappes sur Kyushu, au Japon, dans le but de détruire les bases kamikazes du sud du Japon qui lançaient des attaques désespérées et meurtrières.

Après avoir touché Ulithi et Pearl Harbor, elle a fumé à San Francisco, en arrivant le 3 juin pour les réparations et la modernisation au Chantier Naval de Hunters Point. Elle est partie le 1 août et a atteint le Port de Perle le 8 août 1945. Pendant que là, le mot est arrivé que les hostilités étaient terminées. Elle a accompli deux voyages "Magic Carpet" dans le Pacifique, transportant des soldats aux États-Unis et est devenue en route le 1 octobre pour Philadelphie.

1946 Modifier

Elle a quitté ce port le 15 novembre pour le premier de deux voyages en Europe transportant les troupes de l'armée américaine revenant de ce théâtre. Elle est retournée à Philadelphie le 6 janvier 1946 et a été affectée à la flotte de réserve de l'Atlantique, groupe de Philadelphie, le 31 mai 1946. Langley a été désarmé le 11 février 1947.

Langley a été sorti des « boules à mites », remis à neuf et transféré en France dans le cadre du Programme d'assistance à la défense mutuelle le 8 janvier 1951. Après plus d'une décennie de service dans la Marine française en tant que La Fayette, elle a été renvoyée aux États-Unis le 20 mars 1963 et vendue à la Boston Metals Co., Baltimore, Maryland, pour mise au rebut. [2]


Comment le premier avion de la marine américaine a été coulé par le. Marine américaine

Bien que ce ne soit pas le premier porte-avions dans le monde, l'USS Langley (CV-1/AV-3) a la particularité d'être le premier porte-avions de la marine américaine.

Bien que ce ne soit pas le premier porte-avions dans le monde, l'USS Langley (CV-1/AV-3) a la particularité d'être le premier porte-avions de la marine américaine.

Converti en 1920 du charbonnier (navire de transport de charbon) USS Jupiter (Navy Fleet Collier No. 3), elle était également le premier navire à propulsion turbo-électrique de la Marine.

Histoire de la Langley

Suite à des essais en Atlantique, Langley - du nom du pionnier américain de l'aviation Samuel Pierpont Langley - a été utilisé comme plate-forme d'essai pour développer des techniques et des tactiques d'exploitation des transporteurs tout en servant dans l'océan Pacifique. On lui avait donné le numéro de coque CV-1, mais contrairement à la croyance populaire, il ne signifiait pas en fait « navire transporteur », mais plutôt dérivé de la désignation de croiseur.

Le 17 octobre 1922, le lieutenant Virgil C. Griffin a piloté le premier avion, un VE-7-SF, lancé depuis l'USS Langleyles ponts de. Bien qu'il ne s'agisse pas du premier avion à décoller d'un poste de pilotage, ce fut un moment marquant pour l'aviation navale américaine. Le commandant Kenneth Whiting est rapidement devenu le premier aviateur à décoller d'un porte-avions à l'aide d'un système de catapulte lors des premiers tests du porte-avions.

En octobre 1936, le navire de guerre fut à nouveau converti - de porte-avions à offre d'hydravions et fut reclassé AV-3. Au cours de cette conversion, le pont d'envol du navire de guerre a été réduit d'environ quarante pour cent pour lui permettre de fonctionner comme base mobile pour les escadrons de bombardiers de patrouille. Elle a été affectée à la Force de reconnaissance des aéronefs et avait été affectée à la flotte asiatique avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Lorsque la guerre a commencé, elle était au large des îles Philippines, mais a pu se rendre en Australie.

Au début de la guerre, Langley a aidé la Royal Australian Air Force (RAAF) à effectuer des patrouilles anti-sous-marines à partir du port nord de Darwin.

Fin février 1942, commandé par Robert P. McConnell, Langley transportait trente-deux chasseurs Warhawk dans le cadre d'un convoi pour aider les efforts alliés contre les Japonais dans les Indes néerlandaises. Le 27 de ce mois, alors qu'il était escorté par une paire de destroyers de la marine américaine Whipple (DD-217) et Edsall (DD-219), l'ancien porte-avions a été attaqué par neuf bombardiers japonais bimoteurs.

Frappé trois fois, le Langley's le pont d'envol a été englouti par les flammes et le navire a pris une gîte de 10 pour cent à bâbord. Seize marins avaient été tués dans l'attaque. Incapable de négocier l'embouchure étroite du port de Tjilatjap, Langley perdu tout pouvoir. À 13 h 32, l'ordre d'abandonner le navire est passé. Le commandant McConnell est resté sur le pont et a piloté un canon antiaérien pendant que l'équipage était évacué.

Les destroyers d'escorte ont tiré neuf obus de quatre pouces et deux torpilles dans l'ancien tender à charbon pour assurer son naufrage. Malheureusement, beaucoup de Langley's l'équipage, qui avait été transféré sur le pétrolier USS Pécos, ont été perdus en mer lorsque le pétrolier a été coulé en route vers l'Australie le 1er mars. De plus, trente et un des trente-trois pilotes affectés au 13e Escadron de poursuite (provisoire) de l'US Army Air Force Edsall ont également été perdus le jour même où le destroyer a coulé alors qu'il répondait à l'appel de détresse du Pécos.


Liste des porte-avions coulés

Avec l'avènement du vol plus lourd que l'air, le porte-avions est devenu une arme décisive en mer. [1] En 1911, les avions ont commencé à être lancés et atterris avec succès sur des navires avec le vol réussi d'un Curtiss Pusher à bord de l'USS Pennsylvanie. [2] La Royal Navy britannique a été la pionnière du premier porte-avions avec des hydravions, car les hydravions étaient sous-performants par rapport aux avions terrestres traditionnels. [3] Le premier véritable porte-avions était le HMS Argus, [2] [4] lancé à la fin de 1917 avec un complément de 20 avions et un pont d'envol de 550 pieds (170 m) de long et 68 pieds (21 m) de large. [4] Le dernier porte-avions coulé en temps de guerre était le porte-avions japonais Amagi, à Kure Harbour en juillet 1945. La plus grande perte de vie a été les 2 046 tués sur Akitsu Maru-un paquebot converti avec un petit pont d'envol, transportant le 64e régiment d'infanterie de l'armée impériale japonaise. En conséquence, le porte-avions réussit à interdire les mouvements logistiques de l'ennemi.


USS Langley: Comment le premier porte-avions de la Marine a été perdu

Bien que ce ne soit pas le premier porte-avions dans le monde, l'USS Langley (CV-1/AV-3) a la particularité d'être le premier porte-avions de la marine américaine.

Converti en 1920 du charbonnier (navire de transport de charbon) USS Jupiter (Navy Fleet Collier No. 3), elle était également le premier navire à propulsion turbo-électrique de la Marine.

Histoire de la Langley

Suite à des essais en Atlantique, Langley - du nom du pionnier américain de l'aviation Samuel Pierpont Langley - a été utilisé comme plate-forme d'essai pour développer des techniques et des tactiques d'exploitation des transporteurs tout en servant dans l'océan Pacifique. On lui avait donné le numéro de coque CV-1, mais contrairement à la croyance populaire, il ne signifiait pas en réalité « navire porte-avions », mais plutôt dérivé de la désignation de croiseur.

Le 17 octobre 1922, le lieutenant Virgil C. Griffin a piloté le premier avion, un VE-7-SF, lancé depuis l'USS Langleyles ponts des ‘s. Bien qu'il ne s'agisse pas du premier avion à décoller d'un poste de pilotage, ce fut un moment marquant pour l'aviation navale américaine. Le commandant Kenneth Whiting est rapidement devenu le premier aviateur à décoller d'un porte-avions à l'aide d'un système de catapulte lors des premiers tests du porte-avions.

En octobre 1936, le navire de guerre fut à nouveau converti - de porte-avions à offre d'hydravions et fut reclassé AV-3. Au cours de cette conversion, le pont d'envol du navire de guerre a été réduit d'environ quarante pour cent pour lui permettre de fonctionner comme base mobile pour les escadrons de bombardiers de patrouille. Elle a été affectée à la Force de reconnaissance des aéronefs et avait été affectée à la flotte asiatique avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Lorsque la guerre a commencé, elle était au large des îles Philippines, mais a pu se rendre en Australie.

Au début de la guerre, Langley a aidé la Royal Australian Air Force (RAAF) à effectuer des patrouilles anti-sous-marines à partir du port nord de Darwin.

Fin février 1942, commandé par Robert P. McConnell, Langley transportait trente-deux chasseurs Warhawk dans le cadre d'un convoi pour aider les efforts alliés contre les Japonais dans les Indes néerlandaises. Le 27 de ce mois, alors qu'il était escorté par une paire de destroyers de la marine américaine Whipple (DD-217) et Edsall (DD-219), l'ancien porte-avions a été attaqué par neuf bombardiers japonais bimoteurs.

Frappé trois fois, le Langley’s le pont d'envol a été englouti par les flammes et le navire a pris une gîte de 10 pour cent à bâbord. Seize marins avaient été tués dans l'attaque. Incapable de négocier l'embouchure étroite du port de Tjilatjap, Langley perdu tout pouvoir. À 13 h 32, l'ordre d'abandonner le navire est passé. Le commandant McConnell est resté sur le pont et a piloté un canon antiaérien pendant que l'équipage était évacué.

Les destroyers d'escorte ont tiré neuf obus de quatre pouces et deux torpilles dans l'ancien tender à charbon pour assurer son naufrage. Malheureusement, beaucoup de Langley’s l'équipage, qui avait été transféré sur le pétrolier USS Pécos, ont été perdus en mer lorsque le pétrolier a été coulé en route vers l'Australie le 1er mars. Edsall ont également été perdus le jour même où le destroyer a coulé alors qu'il répondait à l'appel de détresse du Pécos.


Ce jour dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale : 27 février 1942 : le porte-avions américain Langley est coulé

Ce jour-là, le premier porte-avions de l'US Navy, le Langley, est coulé par des avions de guerre japonais (avec un peu d'aide de destroyers américains), et tous ses 32 avions sont perdus.

Les Langley a été lancé en 1912 comme le collier naval (navire de transport de charbon) Jupiter. Après la Première Guerre mondiale, le Jupiter a été converti en premier porte-avions de la Marine et rebaptisé le Langley, d'après le pionnier de l'aviation Samuel Pierpoint Langley. C'était également le premier navire à propulsion électrique de la Marine, capable d'atteindre une vitesse de 15 nœuds.

Le 17 octobre 1922, le lieutenant Virgil C. Griffin a piloté le premier avion, un VE-7-SF, lancé depuis le Langleyles ponts de. Bien que des avions aient déjà décollé des navires, il s'agissait néanmoins d'un moment historique.

Après 1937, le Langley a perdu les 40 pour cent avant de son pont d'envol dans le cadre d'une conversion en offre d'hydravions, une base mobile pour les escadrons de bombardiers de patrouille.

Le 8 décembre 1941, le Langley faisait partie de la flotte asiatique aux Philippines lorsque les Japonais ont attaqué. Il a immédiatement mis les voiles pour l'Australie, arrivant le jour du Nouvel An 1942.

Le 22 février, commandé par Robert P. McConnell, le Langley, transportant 32 combattants Warhawk, partis dans le cadre d'un convoi pour aider les Alliés dans leur bataille contre les Japonais dans les Indes néerlandaises.

Le 27 février, le Langley s'est séparé du convoi et s'est dirigé directement vers le port de Tjilatjap, Java. À environ 74 miles au sud de Java, le porte-avions a rencontré deux destroyers d'escorte américains lorsque neuf bombardiers bimoteurs japonais ont attaqué. Bien que le Langley avait demandé une escorte de chasseurs de Java pour se couvrir, aucun ne pouvait être épargné.

Les deux premiers bombardiers japonais ont raté leur cible, car ils volaient trop haut, mais le LangleyLa chance a manqué la troisième fois et il a été touché trois fois, mettant le feu aux avions sur son pont d'envol. Le transporteur a commencé à lister. Le commandant McConnell a perdu sa capacité à naviguer sur le navire.


Contenu

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la marine des États-Unis a acheté deux bateaux à aubes à roues latérales des Grands Lacs et les a convertis en navires-écoles pour porte-avions d'eau douce. Les deux navires portaient le symbole de classification de coque IX (Unclassified Miscellaneous) et ne disposaient pas de ponts de hangar, d'ascenseurs ou d'armements. Le rôle de ces navires était de former les pilotes aux décollages et atterrissages des porte-avions. [86] Ensemble, les Zibeline et Carcajou formé 17 820 pilotes dans 116 000 atterrissages de porte-avions. Parmi ceux-ci, 51 000 débarquements ont eu lieu sur Zibeline. [87]


Le porte-avions américain Langley est coulé - 27 février 1942 - HISTORY.com

Sgt Joe C.

Ce jour-là, le premier porte-avions de la marine américaine, le Langley, est coulé par des avions de guerre japonais (avec un peu d'aide de destroyers américains), et tous ses 32 avions sont perdus.

Le Langley a été lancé en 1912 sous le nom de Jupiter. Après la Première Guerre mondiale, le Jupiter a été converti en premier porte-avions de la Marine et rebaptisé Langley, d'après le pionnier de l'aviation Samuel Pierpoint Langley. C'était également le premier navire à propulsion électrique de la Marine, capable d'atteindre une vitesse de 15 nœuds. Le 17 octobre 1922, le lieutenant Virgil C. Griffin a piloté le premier avion, un VE-7-SF, lancé depuis les ponts du Langley. Bien que des avions aient déjà décollé des navires, il s'agissait néanmoins d'un moment historique. Après 1937, le Langley a perdu les 40 % avant de son pont d'envol dans le cadre d'une conversion en annexe d'hydravions, une base mobile pour les escadrons de bombardiers de patrouille.

Le 8 décembre 1941, le Langley faisait partie de la flotte asiatique aux Philippines lorsque les Japonais ont attaqué. Il a immédiatement mis les voiles pour l'Australie, arrivant le jour du Nouvel An 1942. Le 22 février, commandé par Robert P. McConnell, le Langley, transportant 32 chasseurs Warhawk, est parti dans le cadre d'un convoi pour aider les Alliés dans leur bataille contre les Japonais aux Indes néerlandaises.

Le 27 février, le Langley se sépare du convoi et se dirige directement vers le port de Tjilatjap, Java. À environ 74 miles au sud de Java, le porte-avions a rencontré deux destroyers d'escorte américains lorsque neuf bombardiers bimoteurs japonais ont attaqué. Bien que le Langley ait demandé une escorte de chasseurs de Java pour se mettre à couvert, aucun ne pouvait être épargné. Les deux premiers bombardiers japonais ont raté leur cible, car ils volaient trop haut, mais la chance du Langley a manqué la troisième fois et il a été touché trois fois, mettant le feu aux avions sur son pont d'envol. Le transporteur a commencé à lister. Le commandant McConnell a perdu sa capacité à naviguer sur le navire. McConnell a ordonné l'abandon du Langley et les destroyers d'escorte ont pu mettre son équipage en sécurité. Sur les 300 membres d'équipage, seulement 16 ont été perdus. Les destroyers ont ensuite coulé le Langley avant que les Japonais ne puissent le capturer.

Le porte-avions américain Langley est coulé - 27 février 1942 - HISTORY.com

Merci de nous avoir rappelé qu'en 1942, le porte-avions USS Langley a été attaqué par neuf bombardiers bimoteurs japonais attaqués après que le porte-avions se soit séparé du convoi et qu'il se soit dirigé directement vers le port de Tjilatjap, Java.
Contexte supplémentaire :
L'USS Langley a été affecté à l'Aircraft Scouting Force dans le Pacifique, où il a aidé la Royal Australian Air Force dans les patrouilles anti-sous-marines. Le 27 février 1942, le Langley avait rendez-vous avec les destroyers USS Whipple et USS Edsall au large des côtes indonésiennes dans le cadre du commandement américano-britannique-néerlandais-australien (ABDACOM). Vers midi, il est attaqué par neuf bombardiers en piqué japonais. Bien que les destroyers aient fait tout ce qu'ils pouvaient pour la protéger, la vitesse du Langley n'a pas dépassé les 10 nœuds, ce qui a ralenti sa fuite. Elle a survécu aux deux premières frappes grâce au Cmdr. R. P. McConnell, son skipper, et son habileté aux virages serrés du gouvernail, et a évité deux vagues de bombes. Mais le troisième, elle a pris cinq coups et sa salle des machines a été rapidement inondée. Vers 13h30, le Cmdr. McConnell a donné l'ordre d'abandonner le navire. L'équipage de Langley a ensuite regardé depuis les ponts de Whipple et Edsall pendant que les destroyers tiraient des obus et des torpilles sur l'ancien charbonnier et porte-avions afin qu'il ne tombe pas entre les mains de l'ennemi.

Images : Avions USS Langley CV1 des années 1920 dans le hangar de l'USS Langley pendant les années 1920 1942-02-27 USS Langley étant abandonné 1942-02-27 USS_Langley_(AV-3)_is_hit_by_torpedo
https://www.navalhistory.org/2014/03/20/americas-first-aircraft-carrier-uss-langley-cv-1-warfighting-first-platforms-people
"Par le Commandement de l'histoire navale et du patrimoine
Le porte-avions. Sans aucun doute, l'un des navires les plus impressionnants pour naviguer sur la mer, une ville flottante chargée d'avions qui peuvent être lancés pour attaquer les navires ou le rivage, de presque n'importe où dans le monde.
Comme pour beaucoup de grandes choses, les origines du porte-avions sont venues d'un début plus modeste. Lorsque la quille a été posée pour le charbonnier de classe Proteus nommé Jupiter, elle était déjà plus qu'un simple cargo en vrac utilisé pour transporter du charbon pour garder d'autres navires en carburant. Il a été conçu pour être le premier navire turbo à propulsion électrique, une expérience visant à améliorer la sécurité sur les navires où le feu de la poussière de charbon pouvait rapidement devenir mortel. L'intérêt pour cette expérience a amené le président William Taft à assister à la cérémonie de pose de la quille le 18 octobre 1911 au chantier naval de Mare Island en Californie. Alors que l'USS Jupiter (AC 3) a été mis en service le 7 avril 1913, c'était sa renaissance le 20 mars 1920, en tant que premier porte-avions du pays, pour lequel ce navire restera dans les mémoires.
Servir la flotte dans deux guerres
Après la mise en service de l'USS Jupiter (AC 3), il a servi activement dans la flotte du Pacifique à Mazatlan, au Mexique, pendant la crise de Veracruz en 1914. Il était alors le premier navire à traverser le canal de Panama d'ouest en est le jour de Christophe Colomb, 1914. Pendant la Première Guerre mondiale, Jupiter a fourni du charbon aux navires en France de 1917 à 18. Un indice de son avenir a peut-être été révélé lorsque Jupiter a transporté le premier détachement d'aviation navale américaine à arriver en Europe. Le détachement était composé de sept officiers et de 122 hommes commandés par le lieutenant Kenneth Whiting.

Après la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle l'USS Jupiter a remporté la Médaille de la victoire de la Première Guerre mondiale, le navire qui était déjà le premier à propulsion électrique serait transformé en une autre première : le premier porte-avions du pays. Après avoir navigué dans Norfolk, l'USS Jupiter a été désarmé le 24 mars 1920. Les travaux ont commencé pour transformer le charbonnier en premier porte-avions conçu du pays, rebaptisé USS Langley (AC 1) le 11 avril 1920.

De nobles buts pour l'aéronavale
Il était tout à fait approprié que Langley soit nommé en l'honneur de Samuel Pierpont Langley, ancien professeur adjoint à l'Académie navale des États-Unis et plus tard secrétaire du Smithsonian Institute. Comme d'autres pionniers de l'aviation, Langley était obsédé par la création d'un «avion plus lourd que l'air» pour la Marine. Il a fini par passer le reste de sa vie à rivaliser avec ces autres titans de l'aviation, Orville et Wilbur Wright, qui ont obtenu le brevet. Langley n'a pas obtenu le brevet de son « aérodrome ». De plus, les tentatives répétées de Langley de lancer des avions à partir d'un navire n'ont jamais réussi. Le célèbre poète anglais Rudyard Kipling l'a félicité pour sa persévérance et a commenté :

« Par l'intermédiaire du [président Theodore] Roosevelt, j'ai rencontré le professeur Langley du Smithsonian, un vieil homme qui avait conçu un modèle d'avion… et d'humour à la presse de son pays. Langley l'a pris assez froidement et m'a dit que, bien qu'il ne vivrait jamais jusque-là, je devrais voir l'avion établi.

Langley est décédé en 1906 sans avoir réussi à piloter son «aérodrome», mais il a réussi à susciter le désir de la Marine de lancer et d'atterrir des avions à partir de navires en mer. La Marine a repris là où Langley s'était arrêté.

En tant que charbonnier, Jupiter avait sept tours à cadre en A de 50 pieds de haut montées sur le pont supérieur pour charger et décharger du charbon. Les bases A-frame ont été utilisées pour supporter un autre pont et un élévateur de plate-forme pour transporter les avions du hangar au pont d'envol. Étant donné que le navire a été construit principalement pour les tests et l'expérimentation pour «l'aviation maritime», il n'y avait pas de tour de contrôle ou ce que, sur les transporteurs plus modernes, on appelle «l'île». Son pont d'envol, soutenu par de lourdes poutres en acier, couvrait tout le navire de la proue à la poupe, ce qui lui a valu le surnom de « Wagon couvert », car le pont ressemblait à une verrière géante. L'insigne de Langley véhiculait même l'image d'un navire avec un auvent en boucle, évoquant l'époque des pionniers américains lorsque les colons se déplaçaient vers l'ouest dans des wagons Conestoga, connus sous le nom de « goélettes des prairies ».

Elle a été remise en service le 20 mars 1922. Son premier officier exécutif se sentait comme chez lui sur le nouveau navire : le Cmdr. Kenneth Whiting, un ancien commandant de sous-marin devenu aviateur qui avait été transporté en Angleterre par le charbonnier Jupiter. Whiting, qui a obtenu le titre de « père du porte-avions », a été le dernier aviateur de la marine à suivre une formation personnelle auprès d'Orville Wright.

Le 17 octobre 1922, le lieutenant Virgil C. Griffin lança le premier avion de Langley depuis son pont, un Vought VE-7. Neuf jours plus tard, le lieutenant Cmdr. Godfrey D. Chevalier a effectué le premier atterrissage sur le pont de Langley près de Norfolk, en Virginie, le 26 octobre 1922. Une fois que ces roues ont dérapé sur le pont d'envol, la Marine avait finalement acquis la capacité de lancer des avions et de les ramener en toute sécurité ainsi que leurs pilotes en toute sécurité vers un navire. Un mois plus tard, le 18 novembre 1922, le Cmdr. Whiting est devenu le premier aviateur à être catapulté du pont d'un porte-avions.

Langley a servi de banc d'essai non armé pour le pont d'envol et les opérations aériennes tout au long des années 1920. Pendant ce temps, la Marine apprendrait de ses expériences à Langley comment mieux garer et lancer des avions plus rapidement, ce qui a ouvert la voie aux porte-avions de la flotte qui ont suivi, tels que Ranger, Lexington et Saratoga, tous des navires construits avec des ponts d'envol qui étaient plus larges, plus longs et plus robustes.
Tout ce qui concerne le vol n'a pas réussi à se rendre avec succès sur le nouveau porte-avions. Comme les pigeons voyageurs avaient été utilisés pour les communications pendant la Première Guerre mondiale, un pigeonnier voyageur était prévu pour le porte-avions transformé. Apparemment, la formation des pigeons voyageurs manquait à la base navale de Norfolk. Alors que les pigeons retournaient au navire si seulement quelques-uns étaient relâchés, une fois que tout le troupeau était relâché, les oiseaux retournaient au chantier naval plutôt qu'au navire pour se percher. Les pigeons ont donc été licenciés et le pigeonnier est devenu le bureau du directeur général.

Avec de nouveaux porte-avions construits sur la base des enseignements tirés de l'USS Langley, le navire a été désarmé le 26 février 1937. Il a été reclassé et converti en annexe d'hydravions avec le numéro de coque AV-3.

Carrière post-porteuse
Pendant la Seconde Guerre mondiale, Langley est affecté à la Force de reconnaissance des aéronefs dans le Pacifique, où elle assiste la Royal Australian Air Force lors de patrouilles anti-sous-marines. Le 27 février 1942, Langley avait rendez-vous avec les destroyers USS Whipple et USS Edsall au large des côtes indonésiennes dans le cadre du commandement américano-britannique-néerlandais-australien (ABDACOM). Vers midi, il est attaqué par neuf bombardiers en piqué japonais. Bien que les destroyers aient tout fait pour le protéger, la vitesse du Langley n'a pas dépassé les 10 nœuds, ce qui a ralenti sa fuite. Elle a survécu aux deux premières frappes grâce au Cmdr. R. P. McConnell, son skipper, et son habileté aux virages serrés du gouvernail, et a évité deux vagues de bombes. Mais le troisième, elle a pris cinq coups et sa salle des machines a été rapidement inondée. Vers 13h30, le Cmdr. McConnell a donné l'ordre d'abandonner le navire. L'équipage de Langley a ensuite regardé depuis les ponts de Whipple et Edsall pendant que les destroyers tiraient des obus et des torpilles sur l'ancien charbonnier et porte-avions afin qu'il ne tombe pas entre les mains de l'ennemi.

Langley a aidé à former les premiers pilotes de porte-avions de la Marine, et ils se sont avérés inestimables pour la Marine sur Lexington (CV 2) lors de la bataille de la mer de Corail et sur Saratoga (CV 3) lors de la bataille des Salomon orientales pendant la campagne de Guadalcanal. Là, les aviateurs de la Marine ont aidé avec succès à endommager et à couler des porte-avions ennemis. Parmi les aviateurs de la marine qui ont servi à bord du Langley, cinq sont devenus des contre-amiraux, quatre sont devenus des vice-amiraux et quatre sont devenus des amiraux quatre étoiles. "
LTC Stephen C. LTC Greg Henning Capt Seid Waddell Capt Tom Brown SFC (Rejoindre pour voir) SFC William Farrell SSgt Robert Marx SFC James J. Palmer IV alias "JP4" SSgt (Rejoindre pour voir) SGT John " Mac " McConnell SP5 Mark Kuzinski SrA Christopher Wright SP5 Robert RuckCPT (Inscrivez-vous pour voir)
SCPO Morris RamseyCPL Eric EscasioPO2 Tom Belcher
SGT Digno De JesusCPT Joshua Dumont

Par Naval History and Heritage Command Le porte-avions. Sans aucun doute, l'un des navires les plus impressionnants pour naviguer sur la mer, une ville flottante chargée d'avions qui peuvent être lancés pour attaquer les navires ou le rivage, de presque n'importe où dans le monde. Comme pour beaucoup de grandes choses, les origines du.


Le porte-avions américain Langley est coulé - HISTOIRE

Le Jupiter (AC 3) a été posé 18 octobre 1911 par Mare Island Navy Yard, Vallejo, Californie lancé 14 août 1912 parrainé par Mme Thomas F. Ruhm et commandé 7 avril 1913, Comdr. Joseph M. Reeves aux commandes.

Après avoir passé avec succès ses essais, le Jupiter, le premier navire à propulsion électrique de l'US Navy, a embarqué un détachement de Marines à San Francisco et s'est présenté à la flotte du Pacifique à Mazatlan, au Mexique, le 27 avril 1914, renforçant la force navale américaine sur le Pacifique mexicain. côte pendant les jours tendus de la crise de Vera Cruz. Elle est restée sur la côte Pacifique jusqu'à ce qu'elle soit partie pour Philadelphie, le 10 octobre. En route le charbonnier a fumé par le canal de Panama le jour de Columbus, le premier navire à le transiter d'ouest en est.

Avant l'entrée de l'Amérique dans la Première Guerre mondiale, il a navigué dans l'Atlantique et le golfe du Mexique, rattaché à la division auxiliaire de la flotte de l'Atlantique. Le navire est arrivé à Norfolk le 6 avril 1917 et, affecté au Naval Overseas Transportation Service (NOTS), a interrompu ses opérations de charbonnage par deux voyages de fret vers la France en juin 1917 et novembre 1918. Il était de retour à Norfolk le 23 janvier 1919 d'où il a navigué pour Brest, France, le 8 mars, pour le charbonnage dans les eaux européennes pour accélérer le retour des vétérans victorieux aux États-Unis. Upon reaching Norfolk August 17, 1919 the ship was transferred to the west coast. Her conversion to an aircraft carrier was authorized July 11, 1919 and she sailed to Hampton Roads, Va., December 12, where she was decommissioned March 24, 1920.

Jupiter was converted into the first U.S. aircraft carrier at the Navy Yard, Norfolk, Va., for the purpose of conducting experiments in the new idea of seaborne aviation, a field of unlimited possibilities. Her name was changed to USS Langley April 11, 1920 she was reclassified CV 1 and recommissioned 20 mars 1922, Cmdr. Kenneth Whiting in command.

As the first Navy carrier, USS Langley was the scene of numerous momentous events. Au October 17, 1922 Lt. Cmdr. Virgil C. Griffin piloted the first plane, a VE7-SF, launched from her decks. Though this was not the first time an airplane had taken off from a ship, and though Langley was not the first ship with an installed flight-deck, this one launching was of monumental importance to the modern U.S. Navy. The era of the aircraft carrier was born introducing into the Navy what was to become the vanguard of its forces in the future. With Langley underway 9 days later, Lt. Cmdr. G. DeC. Chevalier made the first landing in an Aeromarine. On November 18, Commander Whiting, at the controls of a PT, was the first aviator to be catapulted from a carrier's deck.

By January 15, 1923 USS Langley (CV 1) had begun flight operations and tests in the Caribbean for carrier landings. In June she steamed to Washington, D.C., to give a demonstration at a flying exhibition before civil and military dignitaries. She arrived in Norfolk June 13, and commenced training along the Atlantic coast and Caribbean which carried her through the end of the gear. In 1924 Langley participated in more maneuvers and exhibitions, and spent the summer at Norfolk for repairs and alterations, she departed for the west coast late in the year and arrived in San Diego November 29 to join the Pacific Battle Fleet.

For the next 12 years USS Langley operated off the California coast and Hawaii engaged in training fleet units, experimentation, pilot training, and tactical-fleet problems. On October 25, 1936 she put into Mare Island Navy Yard, Calif., for overhaul and conversion to a seaplane tender. Though her career as a carrier had ended, her well-trained pilots proved invaluable to the next two carriers, USS Lexington and USS Saratoga.

Langley completed conversion February 26, 1937 and was reclassified AV 3 on 11 avril she was assigned to Aircraft Scouting Force and commenced her tending operations out of Seattle, Sitka, Pearl Harbor, and San Diego. She departed for a brief deployment with the Atlantic Fleet from February 1st to July 10, 1939, and then steamed to assume her duties with the Pacific fleet at Manila arriving September 24th.

At the outbreak of World War II, USS Langley was anchored off Cavite, Philippine Islands. She departed December 8 and proceeded to Balikpapan, Borneo, and Darwin, Australia, where she arrived January 1, 1942. Until 11th, Langley assisted the Royal Australian Air Force (RAAF) in running antisubmarine patrols out of Darwin. She was then assigned to American-British-Dutch-Australian forces assembling in Indonesia to challenge the Japanese thrust in that direction. She departed Fremantle, Australia, February 22 in convoy, and left the convoy 5 days later to deliver 32 P-40s to Tjilatjap, Java.

Early in the morning February 27, 1942, USS Langley rendezvoused with her antisubmarine screen, destroyers USS Whipple and USS Edsall. At 1140 nine twin-engine enemy bombers attacked her. The first and second Japanese strikes were unsuccessful but during the third Langley took five hits. Aircraft topside burst into flames, steering was impaired, and the ship took a 10 degree list to port. Unable to negotiate the narrow mouth of Tjilatjap Harbor, the seaplane tender went dead in the water as in-rushing water flooded her main motors. At 1332 the order to abandon ship was passed. The escorting destroyers fired nine 4-inch shells and two torpedoes into the old tender to insure her sinking. She went down about 75 miles south of Tjilatjap with a loss of 16.


With the advent of heavier-than-air flight, the aircraft carrier has become a decisive weapon at sea. The effectiveness of large aircraft carriers was demonstrated early in the war, when dozens of Japanese fighters and bombers, launched from aircraft carriers, decimated the U.S Pacific fleet at Pearl Harbor, Hawaii in late 1941. In May of 1942, aircraft from Japanese and U.S carriers battled at the Coral Sea, the first naval conflict where the opposing ships did not make contact. This battle resulted in the sinking of the Lexington. The Japanese Navy also took heavy losses, most notably at the Battle of Midway in June 1942. There they lost four carriers and hundreds of airplanes&mdashits naval power declined steadily after that. By contrast, ship production in the U.S accelerated dramatically in 1944 and 1945, when dozens of aircraft carriers (and other ships) were completed. Most came too late to make a major difference in the war, and many ships on order were cancelled at the end of the war in mid-1945.

USS LANGLEY (CV-1) - Sunk on February 22, 1942. It seems almost fitting that the first U.S. Navy carrier was the first to be sunk in World War II. LANGLEY had originally been a collier but was converted to a carrier in March of 1922. She was the test carrier from which all U.S. Navy carriers came. She was sunk 75 miles off of Tjilapjap, Java. Three waves of nine Aichi D3A1 "Val" dive bombers of the Japanese 21st and 23rd Naval Air Flotillas attacked her. She was struck by 5 bomb hits, she was badly damaged, and took a 10 degree list. She was abandoned due to her desparate situation and she had to be scuttled by her US destroyers escorts with nine 4 in (100 mm) shells and two torpedoes. She was just one of the many victims of the Battle of the Java Sea. 16 of her men went to the bottom with her.

The U.S. seaplane tender USS Langley (AV-3) is torpedoed following fatal bomb damage from Japanese dive bombers, south of Java, 27 February 1942. The photo was taken from the destroyer USS Whipple (DD-217) [Via Wikipedia]

USS LEXINGTON (CV-2) - Sunk May 8, 1942. She was torpedoed by Japanese B5Ns and hit by Japanese D3As during the Battle of the Coral Sea. The great aircraft carrier seemed to stay steady after being struck by two torpedoes and two bombs. The crew managed to get the fires under control and all seemed to be well. Suddenly, a series of explosions ripped through the ship when the vapers of her fuel supply ignited. The ship was abandoned in late afternoon, and the USS Destroyer Phelps was ordered to sink the ship and fired a total of five torpedoes. Immediately after the last torpedo hit, Lexington, down by the bow but nearly on an even keel finally sank. Some 216 crewmen were killed and 2,735 were evacuated. Thus ended the career of one of the most remarkable aircraft carriers in the U.S. Navy. She was nicknamed "Lady Lex".

The U.S. Navy aircraft carrier USS Lexington (CV-2), burning and sinking after her crew abandoned ship during the Battle of Coral Sea, 8 May 1942. Note planes parked aft, where fires have not yet reached [Via Wikipedia]

USS YORKTOWN (CV-5) - Sunk June 8, 1942. Bombed and torpedoed during the Battle of Midway. On June 4, the Yorktown was bombarded twice by Japanese "Vals" and torpedoed by Japanese "Kates" operating off of the Japanese aircraft carrier Hiryu. (the only surviving Japanese carrier of four, but it was also sunk that day) During the first attack she was struck by 5 bombs. During the second attack, however, two torpedoes found their mark, seriously damaging the carrier. The crew was evacuated by order of Captain Buckmaster but the carrier did not go down. She began to drift and a recovery team was able to board her on June 5, but she was not to be saved. They had a carefully predetermined plan of action to be carried out by men from each department&mdashdamage control, gunnery air engineering, navigation, communication, supply and medical. To assist in the work, USS Hammann was brought alongside to starboard, aft, furnishing pumps and electric power. Unknown to Yorktown and the six nearby destroyers, Japanese submarine I-168 had achieved a favorable firing position. The Yorktown was finished off on June 8 when struck by 3 of 4 torpedoes fired by the Japanese submarine. The destroyer USS Hammann, which was providing power to the crippled carrier, was struck by the 4th torpedo and was lost with virtually all hands.

USS Yorktown (CV-5) is hit on the port side, amidships, by a Japanese Type 91 aerial torpedo during the mid-afternoon attack by planes from the carrier Hiryu, in the Battle of Midway, on 4 June, 1942. Yorktown is heeling to port and is seen at a different aspect than in other views taken by USS Pensacola (CA-24), indicating that this is the second of the two torpedo hits she received. Note very heavy anti-aircraft fire [Via Wikipedia]

USS WASP (CV-7) - Sunk September 15, 1942. Torpedoed during the Battle of Guadalcanal. A spread of six Type 95 torpedoes were fired at Wasp from the tubes of the B1 Type submarine I-19. Wasp put over her rudder hard to starboard to avoid the salvo, but it was too late.The carrier was hit by 2 torpedoes fired from the Japanese submarine. The fire spread quickly and got out of control. After little more than an hour she had to be abandoned. She continued to burn for 3 hours and was eventually sunk by U.S. destroyer Lansdowne. 193 men had died and 366 were wounded during the attack. All but one of her 26 airborne aircraft made a safe trip to carrier Hornet nearby before Wasp sank, but 45 aircraft went down with the ship. Other US destroyers kept I-19 busy avoiding 80 depth charges, but I-19 escaped safely.

The U.S. aircraft carrier USS Wasp (CV-7) burning after receiving three torpedo hits from the Japanese submarine I-19 east of the Solomons, 15 September 1942 [Via Wikipedia]

USS HORNET (CV-8) - Sunk October 26, 1942. Torpedoed during the Battle of Santa Cruz in the Solomon Islands. She was struck by 2 torpedoes launched by Nakajima B5N "Kate" torpedo planes, which seriously damaged the electrical systems and engines. At almost the same moment a pilot of a crippled Aichi D3A "Val" dive bomber became one of the first Kamikaze of the war when the pilot deliberately crashed into Hornet's port side near the bow. With power knocked out to her engines, Hornet was unable to launch or land aircraft forcing its aviators to either land on Enterprise or ditch in the ocean. Her fires were under control and repair crews were on the verge of restoring power, but there was an new attack by nine Japanese Nakajima B5N "Kate" torpedo planes from the carrier Junyo. Eight of these aircraft were either shot down or failed to score hits but the ninth planted a torpedo into Hornet's starboard side which proved to be the fatal blow. The torpedo hit destroyed the repairs to the electrical system and caused a 14 degree list. She was damaged her beyond repair. After being informed that Japanese surface forces were approaching and that further towing efforts were futile, Vice Admiral William Halsey ordered Hornet sunk, and an order of "abandon ship" was issued. In the afternoon the crew was taken off. But the final "coup de grace" was administered later in the day by The Japanese destroyers, Makigumo and Akigumo, which finally finished off Hornet with four 24-inch (610 mm) Long Lance torpedoes. On 27 October, Hornet was finally sunk with the loss of 140 of her sailors.

Hornet, severely listing, is abandoned by her crew at about 17:00 on October 26, 1942 [Via Wikipedia]

USS PRINCETON (CVL-23) - Sunk October 23, 1944. Bombed during the Battle of Leyte Gulf near the Philippines. A highly skilled, lone Japanese pilot placed a bomb squarely between 6 armed torpedo bombers being readied for takeoff on the flight deck. The Yokosuka D4Y 'Judy' dive bomber dropped a single bomb, which struck the carrier between the elevators, punching through the flight deck and hangar before exploding. Although structural damage was minor, a fire broke out as a result of the hit it quickly spread due to burning gasoline and caused further explosions. Cruisers and destroyers came alongside to provide assistance. USS Irwin (DD-794) approached and attempted to fight the fire in the forward section of the hangar deck. The cruiser USS Birmingham (CL-62), being the largest ship (and sharing the same light cruiser hull as the Princeton) took the lead role in fire fighting. The rough seas caused the Princeton to collide with and damage the assisting ships. PRINCETON crews fought to save the ship, but by mid-afternoon, fires reached the torpedo storage areas and a second and larger explosion shook the Princeton. The Birmingham suffered extensive damage and the carrier had to be abandoned. Irwin was also damaged, but stayed close and launched boats to rescue survivors from the sea. Irwin rescued .Princeton.Three minutes later an even larger explosion occurred on Princeton, destroying the entire forward section and sending flames and debris up to 1000&ndash2000 feet into the air.

USS Birmingham (CL-62) comes alongside the burning USS Princeton (CVL-23) to assist with fire fighting, 24 October 1944 [Via Wikipedia]

USS LISCOMB BAY (CVE-56) - Sunk November 24, 1943. Torpedoed off of the Gilbert Islands during Operation Galvanic. At 5 A.M. two torpedoes launched from the Japanese submarine I-175 struck almost simultaneously. At least one struck abaft the after engine room, near the bomb stowage compartment and this meant that every bomb there exploded simultaneously. Men, planes and fragments of steel from the ship went high in the air. So high that the USS NEW MEXICO, which was traveling nearly a mile behind her, was showered with everything from plating to pieces of bodies and clothing. The whole after portion of the ship vanished. Immediately the ship was aflame from bow to stern, and one blast followed another as some bit of explosive or gasoline was found by the fires. All together 217 men were rescued. 591 enlisted men and 53 officers went down with the ship. Third Class Dorie Miller, the first black sailor to win the Navy Cross for his actions during the Pearl Harbor attack was killed aboard this ship. Of the 916 crewmen, only 272 were rescued by Morris, Hughes and Hull. The culprit, Japanese submarine I-175, escaped.

Burial at sea aboard the Leonard Wood of twoLiscome Bay sailors, victims of the submarine attack by I-175. Foreground facing ceremony are survivors ofLiscome Bay. Ship in background is Neville carrying remainder of the survivors [Via Wikipedia]

USS BLOCK ISLAND (CVE-21) - Sunk May 29, 1944. Torpedoed off the Canary Islands at 20:13 on 29 May 1944. U-549 had slipped undetected through her screen. The submarine put three torpedoes into the carrier before being sunk herself by Eugene E. Elmore et Ahrens of the screen. The carrier lost 6 men in the attack the remaining 951 were picked up by the escort screen.

USS Block Island (CVE-21) shortly after leaving Norfolk, October 15, 1943, on her first anti-submarine cruise, with aircraft from Composite Squadron 1 (VC-1) on deck&mdash9 FM-1 Wildcats (forward) and 12 TBF-1C Avengers [Via Wikipedia]

USS GAMBIER BAY (CVE-73) - Sunk October 25, 1944. Sunk by naval gunfire off of the Philippines during the Battle of Leyte Gulf. A small band of "jeep carriers" of "Taffy 3" came up against a much larger task force of Japanese ships, the still dangerous Center Force&mdashconsisting of four battleships, six heavy cruisers, two light cruisers and 11 destroyers. Leyte was hardly a carrier battle, but the stand of the "jeep carriers" off of Samar showed how much punishment the little ships could take. Their air groups were armed for softening up beach obstacles and strongpoints, not battleships and heavy cruisers, but their pilots made dummy runs at the Japanese ships. Gambier Bay was fired on and hit by multiple Japanese ships. Gambier Bay&primes lone 5 in (130 mm) gun fired at an enemy cruiser that was shelling her, and the destroyers Heermann and Johnston made an unsuccessful effort to save her. Gambier Bay on fire. Around 08:20, Gambier Bay was severely damaged by an 8 in (200 mm) shell from the Japanese Heavy Cruiser Chikuma which flooded her forward engine room, cutting her speed in half. Gambier Bay was soon dead in the water. Gambier Bay and other ships of "Taffy 3"&mdashaided by planes of "Taffy 2"&mdashhad stopped the powerful Japanese Center Force and inflicted significant losses. Two enemy cruisers were sunk, and much damage was inflicted on the other ships. Overall, the overwhelmingly powerful Japanese surface fleet had been turned back by the escort carriers and their screen of destroyers and destroyer escorts.

Gambier Bay (CVE-73) under Japanese fire during the Battle of Samar. The smudge in the upper right corner is a Japanese heavy cruiser [Via Wikipedia]

USS ST LO (CVE-63) - Sunk October 25, 1944. Bombed during the Battle of Leyte Gulf off of Samar Island, Philippines. St. Lo was sunk the same day as the Gambier Bay. At 10:47, the task unit came under a concentrated air attack by the Shikishima Special Attack Unit. During the 40&ndashminute engagement with enemy kamikazes, all the escort carriers except Fanshaw Bay were damaged. One Mitsubishi A6M2 Zero&mdashperhaps flown by Lieutenant Yukio Seki&mdashcrashed into the flight deck of St. Lo at 10:51. Its bomb penetrated the flight deck and exploded on the port side of the hangar deck, where aircraft were in the process of being refueled and rearmed. A gasoline fire erupted, followed by six secondary explosions, including detonations of the ship's torpedo and bomb magazine. St. Lo was engulfed in flame and sank 30 minutes later. Of the 889 men aboard, 113 were killed or missing and approximately 30 others died of their wounds. The survivors were rescued from the water by Heermann, John C. Butler, Raymond, and Dennis. It was a terrible day for the U.S. Navy.

The first major explosion following the impact of the Kamikaze aircraft has created a fireball that has risen to about 300 feet above the flight deck. The largest object above that fireball is the aft aircraft elevator, which was hurled to a height of about 1,000 feet by this first explosion. In this photo it is about 800 feet high [Via Wikipedia]

USS OMMANEY BAY (CVE-79) - Sunk January 4, 1945. Sunk by a Kamikaze off of Mindoro, Philippines. A twin-engine Japanese suicide plane penetrated the screen undetected and made for Ommaney Bay. The plane nicked her island then crashed into her starboard side. Two bombs were released one of them penetrated the flight deck and detonated below, setting off a series of explosions among the fully gassed planes on the forward third of the hangar deck. The second bomb passed through the hangar deck, ruptured the fire main on the second deck, and exploded near the starboard side. Men struggling with the terrific blazes on the hangar deck soon had to abandon it because of the heavy black smoke from the burning planes and exploding .50 caliber ammunition. By 17:50 the entire topside area had become untenable, and the stored torpedo warheads threatened to go off at any time. The order to abandon ship was given. At 19:45 the carrier was sunk by a torpedo from the destroyer Burns. A total of 95 Navy men were lost, including two killed on an assisting destroyer when torpedo warheads on the carrier's hangar deck finally went off.

USS Ommaney Bay (CVE-79) (right) under attack [Via Wikipedia]

USS BISMARK SEA (CVE-95) - Sunk February 21, 1945. On 16 February, she arrived off Iwo Jima to support the invasion. Struck by two Kamikazes off of Iwo Jima. The planes set off uncontrollable fires and exploding ammunition. Two Japanese kamikazes hit the Bismarck Sea, first on the starboard side under the first 40 mm gun (aft), crashing through the hangar deck and striking the ship's magazines. The fire was nearly under control when the second plane struck the aft elevator shaft, exploding on impact and destroying the fire fighting salt water distribution system, thus preventing any further damage control. Due to the great explosions the ship was abandoned and sank beneath the waves in 90 minutes. The USS Bismarck Sea sank with the loss of 318 men, and was the last US Navy aircraft carrier to be lost during World War II. Three destroyers and three destroyer escorts rescued survivors over the next 12 hours, between them saving a total of 605 officers and men from her crew of 923. Survivors were then transferred to Dickens and Highlands.

Large explosion on board USS Bismarck Sea (CVE-95) during the night of February 21, 1945. She was struck by two Kamikazes within two minutes of each other, while she was taking part in the Iwo Jima operation. She sank as a result of her damage. Photographed from USS Saginaw Bay (CVE-82) [Via Wikipedia]


La Seconde Guerre mondiale

During the first half of January 1942, Langley aided the Royal Australian Air Force in conducting anti-submarine patrols out of Darwin. Receiving new orders, the ship sailed north later that month to deliver 32 P-40 Warhawks to Allied forces at Tjilatjap, Java and to join American‑British‑Dutch‑Australian forces gathering to block the Japanese advance into Indonesia. On February 27, shortly after meeting with its antisubmarine screen, the destroyers USS Whipple et USS Edsall, Langley was attacked by a flight of nine Japanese G4M "Betty" bombers.

Successfully evading the first two Japanese bombing runs, the ship was hit five times on the third, causing the topsides to burst in to flames and the ship to develop a 10-degree list to port. Limping towards Tjilatjap Harbor, Langley lost power and was unable to negotiate the mouth of the harbor. At 1:32 PM, the ship was abandoned and the escorts moved into sink the hulk to prevent its capture by the Japanese. Sixteen of Langley's crew were killed in the attack.


Voir la vidéo: USA:n miehittämätön lennokki laskeutui ensi kertaa lentotukialukselle