Quelle est la nature des questions auxquelles les sources et les méthodes historiques peuvent répondre ?

Quelle est la nature des questions auxquelles les sources et les méthodes historiques peuvent répondre ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Quelle est la nature des questions auxquelles les sources et les méthodes historiques peuvent répondre ?

  • Faites attention aux qualités des sources qui inspirent la nature des questions historiques valables.
  • Faites attention aux qualités des méthodes qui inspirent la nature des questions historiques valables.

Existe-t-il des troisièmes polices pour la nature des questions historiques valides ?


Les sources et méthodes historiques visent à répondre à des questions contextuelles sur le sens et la nature du comportement et de l'expérience humains au fil du temps sur la base des archives documentaires du passé.

Les questions doivent être opportunes : elles doivent porter sur le changement et la continuité. Ils doivent faire face à la situation à temps.

Les questions doivent porter sur le dossier documentaire du passé : l'histoire est fondamentalement une quête textuelle. Même lorsque les historiens construisent, par exemple, des séries salaires-prix dans l'histoire économique, ils s'appuient sur les documents textuels du passé. Cette question peut devenir problématique lorsque les archives documentaires du passé sont d'origine récente (par exemple : preuves fournies par les archéologues).

Les questions doivent porter sur les pratiques et les comportements humains : si l'on peut observer des témoignages pour les climatologues ou les botanistes à partir des archives documentaires du passé, ces activités deviennent alors biologie ou écologie. L'histoire elle-même s'intéresse au monde humain des significations et des expériences. Beaucoup de choses qui peuvent ne pas sembler initialement être une signification ou une expérience humaine (construction de bateaux) le sont en réalité : la science, l'artisanat et la pratique de la construction de bateaux sont une entreprise intensément sociale et axée sur le sens.

Les questions doivent porter sur le contexte et le sens : les historiens répondent généralement aux questions sur le sens plutôt que sur le volume. Alors que des réponses peuvent être disponibles pour des questions telles que « Combien de soldats étaient dans une division en Allemagne ? » un historien cherchera à répondre : « Pourquoi les Allemands ont-ils choisi une certaine structure divisionnaire ? En tant que tel, de nombreuses choses que les gens souhaitent savoir sur le passé ne peuvent pas être répondues par les historiens, car les questions ne sont pas significatives ou contextuelles : une pratique peut être non pertinente, ou les sources peuvent ne pas enregistrer la pratique d'une certaine manière (ou pas du tout ) qui permet de la contextualiser.

C'est parce que les historiens s'occupent du dossier documentaire du passé, qui tend à être des documents que les gens se souciaient de préserver (ou n'ont pas cherché à détruire délibérément). Ces documents ont tendance à porter sur la signification des pratiques sociales humaines. De plus, comme les historiens lisent le sens des textes, les méthodes de lecture du sens produisent des limitations sur les questions auxquelles il est possible de répondre. L'utilisation de l'empathie ou des statistiques économiques historiques réduit le nombre de significations pouvant être produites.

Troisièmement, c'est parce que la plupart des gens veulent des questions de sens et de contexte sur le passé. « Comment était-ce d'être… ? plutôt que "Combien de clous dans une botte clouée en moyenne au 14e siècle à Florence ?" et les agences de financement soutiennent la première question mais pas la seconde.


Histoire : Évaluation de la valeur historique et de l'importance des sources

Lorsqu'ils jugent de l'importance d'une source pour éclairer ce qui s'est passé dans le passé, les élèves omettent souvent de tenir dûment compte de l'influence du contexte, des idées contemporaines et du recul dans l'évaluation de l'interprétation offerte par la source.

Cette leçon vise à aider les étudiants à évaluer de manière critique une gamme de sources en termes de leur importance (c'est-à-dire leur valeur et leur utilité pour les historiens). Dans l'activité, les élèves sont invités à utiliser leurs connaissances contextuelles pour parvenir à des jugements fondés sur l'importance de chaque source pour éclairer la question, en gardant à l'esprit

  • la date de paternité, le public, le point de vue et les motivations de chaque source
  • que les sources peuvent être importantes à l'époque ou avoir une importance qui leur est attribuée par la suite par les historiens
  • que le degré d'importance est une question d'interprétation, souvent liée aux systèmes de valeurs de la période au cours de laquelle l'interprétation a été produite.

Lancer

Les élèves sont répartis en petits groupes et se voient présenter une sélection de différentes sources de commémoration de la crise du Home Rule, par exemple :

  • Un poème de Rudyard Kipling intitulé « Ulster 1912 » commémorant le Pacte d'Ulster
  • Un panneau commémorant l'exposition Home Rule d'une décennie d'anniversaires à l'hôtel de ville de Belfast ou des souvenirs de Home Rule sur le site eBay
  • Une fresque murale commémorant l'Ulster Volunteer Force et/ou l'Insurrection de Pâques 1916.
  • Un podcast (YouTube) d'une conférence d'historiens modernes sur la commémoration d'événements importants au cours de la décennie des anniversaires.
  • Une sélection d'autres vues d'historiens modernes sur Home Rule

(Visitez la section Ressources du site Web pour plus d'exemples de sources)

Les élèves examinent les sources et discutent

  • De quels types de sources s'agit-il ?
  • Qu'est-ce qui est commémoré ?
  • Quel est le contexte contextuel ?
  • Quels sont les messages clés des sources ?
  • De quelles manières ces messages/objectifs peuvent-ils être liés aux événements contemporains ?

Activités

Chaque groupe commencera à examiner la fiabilité/motivation des sources en utilisant deux séries de critères

Les élèves commenceront par examiner chaque source en utilisant un ensemble de critères appelés DAAMIT.

A - Public

  • Quel était le but/le motif de l'auteur ?
  • Était-ce pour divertir/informer/persuader/tromper ?
  • Comment ces motifs ont-ils pu influencer l'interprétation/la perspective offerte par la source ?
  • Qu'est-ce que l'auteur pourrait vouloir qu'il advienne à la suite de ce travail?

I - Informations

  • Quelle forme prend la source ? (poème/chanson écrit) ?
  • Quelles informations fournit-il ?
  • D'où sont tirées les informations ? Par exemple : L'observation est-elle de première main ?
  • quelles autres sources d'information ont été utilisées pour le produire ?
  • Est-il produit d'une manière que l'on s'attendrait à ce qu'une source de ce genre soit produite ?
  • Dans quelle mesure est-il susceptible d'être fiable ?
  • Quelle est la perspective et le ton offerts par la source ?
  • Quel aperçu cela donne-t-il sur les opinions et les points de vue de l'auteur?
  • Dans quelle mesure est-il susceptible d'être fiable à la lumière des considérations précédentes ?

Les enseignants peuvent aider les élèves à sonder :

  • Quels sont les mots clés de la source ? Que signifient-ils?
  • Quelles idées clés l'auteur essaie-t-il de communiquer ?
  • L'auteur fournit-il des preuves à l'appui de ces idées ?
  • Quelles hypothèses et valeurs sous-jacentes les sources reflètent-elles ?
  • Quels problèmes les sources soulèvent-elles ?
  • Pouvez-vous relier ces questions au contexte historique ?

Les élèves partagent des informations et comparent les réponses, en soulignant les similitudes et les différences.

Les élèves utilisent ensuite un deuxième ensemble de critères (les cinq « R ») pour évaluer la valeur pour les historiens de chaque source.

  • Rremarquable – l'événement/le développement dans la source a été remarqué par des personnes à l'époque et/ou depuis
  • Rs'est souvenu – l'événement/le développement dans la source a été important à un moment donné de l'histoire dans la mémoire collective d'un ou de plusieurs groupes
  • Resonant – les gens aiment faire des analogies avec l'événement, il est possible de se connecter avec des expériences, des croyances ou des situations à travers le temps et l'espace
  • Rentraînant un changement – L'événement a eu des conséquences pour l'avenir
  • Rrévélant – un autre aspect du passé

Après avoir utilisé les deux ensembles de critères, chaque groupe classe les sources selon lesquelles, à leur avis, ont le plus et le moins de valeur pour les historiens et pourquoi. Ils devraient être encouragés à considérer également :

  • Si les sources les plus importantes sont les seules de valeur ?
  • Que pourraient nous dire les autres sources ?
  • À quel point cette source est-elle typique pour cette période ?
  • Dans quelle mesure cette source a-t-elle été diffusée ?
  • Quelles preuves étayent vos conclusions

À la lumière de toutes ces questions, quelle est l'importance de la source en termes d'aperçu qu'elle offre sur les événements, les actions, les motifs et les valeurs à l'époque et par la suite ?

Porter des jugements sur la valeur relative des sources

Une stratégie de « vente aux enchères de sources » (Diana Laffan 2009) peut être utilisée pour aider les élèves à décider laquelle des sources serait la plus précieuse pour les historiens lorsqu'ils enquêtent sur la commémoration du Home Rule.


À propos de cet article

Un test d'histoire posera souvent une question sur une source historique, comme un fait, une citation ou une image. Pour répondre à l'une de ces questions, soyez direct et allez droit au but en commençant par une phrase qui répond à l'invite. Pour étayer un point, étayez votre réponse par une preuve de la source en utilisant une citation directe ou un fait pour fournir un contexte. Utilisez d'abord vos preuves les plus solides, puis ajoutez des points moins importants qui appuient votre réponse globale. Vous pouvez ensuite expliquer pourquoi la source est importante ou précieuse afin de démontrer votre compréhension des faits. Pour obtenir des conseils de notre co-auteur de l'éducation sur la façon de faire bon usage du temps lorsque vous répondez à une question source dans l'histoire, continuez à lire !


Contenu

La critique de la source (ou évaluation de l'information) est le processus d'évaluation des qualités d'une source d'information, telles que sa validité, sa fiabilité et sa pertinence pour le sujet étudié.

Gilbert J. Garraghan et Jean Delanglez divisent la critique des sources en six enquêtes : [1]

  1. Lorsque la source, écrite ou non, a-t-elle été produite (date) ?
  2. a-t-il été produit (localisation) ?
  3. Par qui a-t-il été produit (paternité) ?
  4. De quel matériel préexistant a-t-il été produit (analyse) ?
  5. Sous quelle forme originale a-t-il été produit (intégrité) ?
  6. Quelle est la valeur probante de son contenu (crédibilité) ?

Les quatre premiers sont connus sous le nom de critique supérieure, le cinquième, de critique inférieure et, ensemble, de critique externe. La sixième et dernière enquête sur une source est appelée critique interne. Ensemble, cette enquête est connue sous le nom de critique de source.

R. J. Shafer sur la critique externe : « On dit parfois que sa fonction est négative, nous évitant simplement d'utiliser de fausses preuves alors que la critique interne a la fonction positive de nous dire comment utiliser des preuves authentifiées. » [2]

Notant que peu de documents sont acceptés comme totalement fiables, Louis Gottschalk énonce la règle générale, "pour chaque particulier d'un document, le processus d'établissement de la crédibilité doit être entrepris séparément quelle que soit la crédibilité générale de l'auteur." La fiabilité d'un auteur dans l'ensemble peut établir une probabilité de fond pour l'examen de chaque déclaration, mais chaque élément de preuve extrait doit être évalué individuellement.

Procédures pour les sources contradictoires Modifier

Bernheim (1889) et Langlois & Seignobos (1898) ont proposé une procédure en sept étapes pour la critique des sources en histoire : [3]

  1. Si les sources sont toutes d'accord sur un événement, les historiens peuvent considérer que l'événement est prouvé.
  2. Cependant, la majorité ne prévaut pas, même si la plupart des sources relatent les événements d'une certaine manière, cette version ne prévaudra que si elle réussit le test de l'analyse textuelle critique.
  3. La source dont le récit peut être confirmé par référence à des autorités extérieures dans certaines de ses parties peut être digne de confiance dans son intégralité s'il est également impossible de confirmer l'intégralité du texte.
  4. Lorsque deux sources ne sont pas d'accord sur un point particulier, l'historien préférera la source ayant le plus d'« autorité », c'est-à-dire la source créée par l'expert ou par le témoin oculaire.
  5. Les témoins oculaires sont, en général, à privilégier, en particulier dans les circonstances où l'observateur ordinaire aurait pu rapporter avec précision ce qui s'est passé et, plus précisément, lorsqu'ils traitent de faits connus de la plupart des contemporains.
  6. Si deux sources créées indépendamment s'entendent sur une question, la fiabilité de chacune est sensiblement améliorée.
  7. Lorsque deux sources sont en désaccord et qu'il n'y a pas d'autre moyen d'évaluation, alors les historiens prennent la source qui semble s'accorder le mieux avec le bon sens.

Les descriptions ultérieures de la méthode historique, décrites ci-dessous, ont tenté de surmonter la crédulité inhérente à la première étape formulée par les historiographes du XIXe siècle en énonçant des principes non seulement par lesquels différents rapports peuvent être harmonisés, mais plutôt par lesquels une déclaration trouvée dans une source peut être considéré comme peu fiable ou fiable en soi.

Principes de base pour déterminer la fiabilité Modifier

Les principes de base suivants de la critique des sources ont été formulés par deux historiens scandinaves, Olden-Jørgensen (1998) et Thurén (1997) : [4]

  • Les sources humaines peuvent être des reliques telles qu'une empreinte digitale ou des récits tels qu'une déclaration ou une lettre. Les reliques sont des sources plus crédibles que les récits.
  • Toute source donnée peut être falsifiée ou corrompue. Des indices forts de l'originalité de la source augmentent sa fiabilité.
  • Plus une source est proche de l'événement qu'elle prétend décrire, plus on peut lui faire confiance pour donner une description historique précise de ce qui s'est réellement passé.
  • Un témoin oculaire est plus fiable qu'un témoignage de seconde main, qui est plus fiable qu'un ouï-dire plus éloigné, et ainsi de suite.
  • Si un certain nombre de indépendant sources contiennent le même message, la crédibilité du message est fortement augmentée.
  • La tendance d'une source est sa motivation pour fournir une sorte de biais. Les tendances doivent être minimisées ou complétées par des motivations opposées.
  • S'il peut être démontré que le témoin ou la source n'a aucun intérêt direct à créer des préjugés, la crédibilité du message est augmentée.

Témoignage Modifier

R. J. Shafer propose cette liste de contrôle pour évaluer les témoignages oculaires : [5]

  1. Le sens réel de l'énoncé est-il différent de son sens littéral ? Les mots utilisés dans des sens ne sont-ils pas employés aujourd'hui ? La déclaration est-elle censée être ironique (c'est-à-dire signifier autre chose que ce qu'elle dit) ?
  2. Dans quelle mesure l'auteur pourrait-il observer la chose qu'il rapporte ? Ses sens étaient-ils à la hauteur de l'observation ? Son emplacement physique était-il adapté à la vue, à l'ouïe, au toucher ? Avait-il la capacité sociale d'observation appropriée : comprenait-il la langue, avait-il d'autres compétences requises (par exemple, la loi, l'armée) n'était-il pas intimidé par sa femme ou la police secrète ?
  3. Comment l'auteur a-t-il rapporté ?, et quelle était sa capacité faire cela?
    1. Concernant son capacité à signaler, était-il partial? A-t-il eu le temps de faire son rapport ? Le bon endroit pour le signalement ? Instruments d'enregistrement adéquats ?
    2. Lorsque a-t-il rapporté par rapport à son observation ? Bientôt? Beaucoup plus tard? Cinquante ans, c'est bien plus tard, car la plupart des témoins oculaires sont morts et ceux qui restent peuvent avoir oublié des éléments pertinents.
    3. Quel était l'auteur intention dans le reportage ? Pour qui a-t-il signalé ? Ce public serait-il susceptible d'exiger ou de suggérer une distorsion à l'auteur ?
    4. Existe-t-il des indices supplémentaires sur la véracité voulue ? Était-il indifférent au sujet rapporté, n'entendant donc probablement pas la déformation ? A-t-il fait des déclarations préjudiciables à lui-même, ne cherchant donc probablement pas à déformer ? A-t-il donné des informations fortuites ou fortuites, presque certainement pas destinées à induire en erreur ?

    Louis Gottschalk ajoute une considération supplémentaire : « Même lorsque le fait en question n'est pas bien connu, certains types de déclarations sont à la fois fortuit et probable à tel point que l'erreur ou le mensonge semble peu probable. Si une inscription ancienne sur une route nous dit qu'un certain proconsul a construit cette route alors qu'Auguste était princeps, on peut douter sans plus de corroboration que ce proconsul ait réellement construit la route, mais il serait plus difficile de douter que la route ait été construite pendant le principat. d'Auguste. Si une publicité informe les lecteurs que « les cafés A et B peuvent être achetés dans n'importe quelle épicerie fiable au prix inhabituel de cinquante cents la livre », toutes les déductions de la publicité peuvent fort bien être mises en doute sans corroboration, sauf qu'il y a une marque de café sur le marché appelé 'A and B Coffee.'" [6]

    Témoins indirects Modifier

    Garraghan dit que la plupart des informations proviennent de "témoins indirects", des personnes qui n'étaient pas présentes sur les lieux mais qui ont entendu parler des événements par quelqu'un d'autre. [7] Gottschalk dit qu'un historien peut parfois utiliser des preuves par ouï-dire lorsqu'aucun texte primaire n'est disponible. Il écrit : « Dans les cas où il utilise des témoins secondaires, il demande : (1) Sur quel témoignage principal le témoin secondaire base-t-il ses déclarations ? (2) Le témoin secondaire a-t-il rapporté avec exactitude le témoignage principal dans son ensemble ? (3) Si non, dans quels détails a-t-il rapporté avec précision le témoignage principal ? Des réponses satisfaisantes aux deuxième et troisième questions peuvent fournir à l'historien l'intégralité ou l'essentiel du témoignage principal sur lequel le témoin secondaire peut être son seul moyen de connaissance. Dans certains cas, la source secondaire est la source « originelle » de l'historien, dans le sens où elle est « l'origine » de son savoir. Dans la mesure où cette source « origine » est un rapport exact du témoignage primaire, il en teste la crédibilité comme il le premier témoignage lui-même." Gottschalk ajoute : « Ainsi, la preuve par ouï-dire ne serait pas écartée par l'historien, comme elle le serait par un tribunal simplement parce qu'il s'agit de ouï-dire. [8]

    Tradition orale Modifier

    Gilbert Garraghan soutient que la tradition orale peut être acceptée si elle satisfait soit deux « conditions générales » soit six « conditions particulières », comme suit : [9]

    1. Conditions générales énoncées.
      1. La tradition doit s'appuyer sur une série ininterrompue de témoins, allant du premier et immédiat rapporteur du fait au témoin vivant vivant dont nous la relevons, ou à celui qui a été le premier à la consigner par écrit.
      2. Il devrait y avoir plusieurs séries parallèles et indépendantes de témoins témoignant du fait en question.
      1. La tradition doit rapporter un événement public d'importance, tel qu'il serait nécessairement connu directement d'un grand nombre de personnes.
      2. La tradition doit avoir été généralement crue, au moins pour une période de temps définie.
      3. Pendant cette période définie, il a dû se passer sans protestation, même de la part de personnes intéressées à le nier.
      4. La tradition doit être d'une durée relativement limitée. [Ailleurs, Garraghan suggère une limite maximale de 150 ans, au moins dans les cultures qui excellent dans la mémoire orale.]
      5. L'esprit critique doit avoir été suffisamment développé pendant que la tradition a duré, et les moyens nécessaires d'investigation critique doivent avoir été à portée de main.
      6. Les personnes à l'esprit critique qui auraient sûrement défié la tradition - s'ils l'avaient considérée comme fausse - ne doivent pas avoir fait un tel défi.

      D'autres méthodes de vérification de la tradition orale peuvent exister, comme la comparaison avec les témoignages de vestiges archéologiques.

      Des preuves plus récentes concernant la fiabilité potentielle ou le manque de fiabilité de la tradition orale sont issues de travaux de terrain en Afrique de l'Ouest et en Europe de l'Est. [dix]

      Sources anonymes Modifier

      Les historiens autorisent l'utilisation de textes anonymes pour établir des faits historiques. [11]

      Une fois que les éléments d'information individuels ont été évalués dans leur contexte, des hypothèses peuvent être formées et établies par un raisonnement historique.

      Argument pour la meilleure explication Modifier

      C. Behan McCullagh pose sept conditions pour un argument réussi à la meilleure explication : [12]

      1. La déclaration, ainsi que d'autres déclarations déjà considérées comme vraies, doit impliquer encore d'autres déclarations décrivant des données observables présentes. (Nous appellerons désormais le premier énoncé « l'hypothèse », et les énoncés décrivant des données observables, « énoncés d'observation ».)
      2. L'hypothèse doit être de plus grand champ explicatif que toute autre hypothèse incompatible sur le même sujet, c'est-à-dire, elle doit impliquer une plus grande variété d'énoncés d'observation.
      3. L'hypothèse doit être d'un plus grand pouvoir explicatif que toute autre hypothèse incompatible sur le même sujet, c'est-à-dire, elle doit rendre les déclarations d'observation qu'elle implique plus probables que toute autre.
      4. L'hypothèse doit être plus plausible que toute autre hypothèse incompatible sur le même sujet, c'est-à-dire qu'elle doit être impliquée dans une certaine mesure par une plus grande variété de vérités acceptées que toute autre, et être impliquée plus fortement que toute autre et sa négation probable doit être impliquée par moins de croyances, et impliquait moins fortement que tout autre.
      5. L'hypothèse doit être moins ad hoc que toute autre hypothèse incompatible sur le même sujet, c'est-à-dire, elle doit inclure moins de nouvelles suppositions sur le passé qui ne sont pas déjà impliquées dans une certaine mesure par les croyances existantes.
      6. Ce doit être infirmé par moins de croyances acceptées que toute autre hypothèse incompatible sur le même sujet, c'est-à-dire que lorsqu'elle est associée à des vérités acceptées, elle doit impliquer moins de déclarations d'observation et d'autres déclarations qui sont considérées comme fausses.
      7. Elle doit dépasser les autres hypothèses incompatibles sur le même sujet de tellement, dans les caractéristiques 2 à 6, qu'il y a peu de chance qu'une hypothèse incompatible, après une enquête plus approfondie, la dépasse bientôt à ces égards.

      McCullagh résume, "si la portée et la force d'une explication sont très grandes, de sorte qu'elle explique un grand nombre et une variété de faits, beaucoup plus que toute explication concurrente, alors il est probable qu'elle soit vraie." [13]

      Inférence statistique Modifier

      McCullagh énonce cette forme d'argument comme suit : [14]

      1. Il existe une probabilité (du degré p1) que tout ce qui est un A est un B.
      2. Il est probable (au degré p2) qu'il s'agit d'un A.
      3. Par conséquent, (par rapport à ces prémisses) il est probable (dans la mesure où p1 × p2) qu'il s'agit d'un B.

      McCullagh donne cet exemple : [15]

      1. Dans des milliers de cas, les lettres V.S.L.M. apparaissant à la fin d'une inscription latine sur un socle de pierre tombale pour Votum Solvit Libens Merito.
      2. De toutes les apparences les lettres V.S.L.M. se trouvent sur cette pierre tombale à la fin d'une inscription latine.
      3. Par conséquent, ces lettres sur cette pierre tombale représentent Votum Solvit Libens Merito.

      Il s'agit d'un syllogisme sous forme probabiliste, utilisant une généralisation formée par induction à partir de nombreux exemples (comme première prémisse).

      Argument par analogie Modifier

      La structure de l'argument est la suivante : [16]

      1. Une chose (objet, événement ou situation) a des propriétés p1 . . . pm et pm + 1.
      2. Une autre chose a des propriétés p1 . . . pm.
      3. Ce dernier a donc la propriété pm + 1.

      McCullagh dit qu'un argument par analogie, s'il est valable, est soit un « syllogisme statistique caché » ou mieux exprimé comme un argument de la meilleure explication. C'est un syllogisme statistique lorsqu'il est « établi par un nombre et une variété suffisants d'instances de la généralisation », sinon l'argument peut être invalide car les propriétés 1 à n ne sont pas liées à la propriété m + 1, sauf si propriété m + 1 est la meilleure explication des propriétés 1 à m. L'analogie n'est donc indiscutable que lorsqu'elle est utilisée pour suggérer des hypothèses, et non comme un argument concluant.


      L'histoire est une manière d'organiser et d'expliquer le passé. On ne peut pas connaître l'histoire en apprenant simplement des aperçus du passé, ni en apprenant simplement les compétences de l'histoire en termes d'analyse des sources historiques. Apprendre l'histoire signifie apprendre à s'engager dans le processus d'enquête historique.

      S'engager dans une enquête historique, afin de développer une compréhension de l'ensemble du passé, est un processus cyclique qui commence par la demande de guider questions historiques. Ces questions sont étudiées en localisant et en analysant les traces du passé &mdash sources historiques. Il est essentiel de reconnaître que ces documents et reliques, sources historiques primaires et secondaires, sont :

      les restes et les traces du passé, et que nous n'avons pas accès à chaque enregistrement, relique ou artefact du passé

      produits d'époques et de contextes très différents de ceux d'aujourd'hui, et nous devons tout mettre en œuvre pour essayer de comprendre les personnes, les lieux et les époques qui ont produit ces sources et

      pas toujours développés pour servir de preuve intentionnelle du passé, mais ils peuvent toujours être analysés dans le but de tirer des inférences et des affirmations crédibles et valables sur le passé pour aider à répondre aux questions historiques (Lee, 2005, p. 58).

      Le processus systématique et sophistiqué d'analyse de ces sources historiques à la lumière de questions directrices aboutit à preuves historiques. Ces preuves historiques, qui peuvent parfois être complexes et contradictoires, sont ensuite utilisées pour construire des affirmations/récits crédibles sur le passé, ou en d'autres termes, interprétations historiques, qui cherchent à apporter des réponses aux questions historiques directrices. Ces interprétations ouvrent souvent de nouvelles voies pour le développement de nouvelles questions et mystères historiques à explorer.


      Les références

      Barthes, R. (2005). Critique et vérité. Traduit et édité par K.P. Keueman. Londres : Continuum International Publishing Group.

      Beatty, J. (2011). L'histoire perdue de 1914 : comment la Grande Guerre n'était pas une fatalité. Londres : Bloomsbury.

      Becuwe, S., Blancheton, D., & Charles, L. (2012). Le déclin de la puissance commerciale française lors de la première mondialisation (18501913) (pp. 2012-2022). Cahiers du Gretha : Université de Bordeaux.

      Belich, J. (2009). Reconstituer la terre : la révolution des colons et la montée du monde d'Angle 1783-1939. Oxford : Oxford University Press.

      Bell, A.R., & Dale, R.S. (2011). L'affaire du pèlerinage médiéval. Entreprise et société, 12(3), 601–627.

      Berlin, I. (1960). Histoire et théorie. Le concept d'histoire scientifique. Histoire et théorie, 1(1), 1–31.

      Bloch, M. (1954). Le métier d'historien. Traduit Peter Putman. Manchester : Manchester University Press.

      Boole, G. (2003). [1854] Une enquête sur les lois de la pensée, sur lesquelles sont fondées les théories mathématiques de la logique et des probabilités. Amherst : Livres de Prométhée.

      Brown, P. (2012). Par le chas d'une aiguille : la richesse, la chute de Rome et la formation du christianisme en Occident 350-550 après JC. Princeton : Princeton University Press.

      Buckley, P.J., & Artisien, P. (1987). Investissements directs nord-sud dans les communautés européennes : l'impact sur l'emploi des investissements directs des multinationales britanniques, françaises et allemandes en Grèce, au Portugal et en Espagne. Basingstoke : Macmillan.

      Buckley, P.J., Casson, M.C., & Gulamhussen, M.A. (2002). Internationalisation—Options réelles, gestion des connaissances et approche d'Uppsala. Dans V. Havila, M. Forsgren, & H. Hakansson (Eds.), Perspectives critiques sur l'internationalisation (pp. 229-261). Oxford : Elsevier.

      Buckley, P.J., Devinney, T.M., & Louviere, J.J. (2007). Les managers se comportent-ils comme le suggère la théorie ? Un examen théorique du choix de la prise de décision en matière de localisation d'investissements directs étrangers. Journal d'études commerciales internationales, 38(7), 1069–1094.

      Buckley, PJ., Newbould, G.D., & Thurwell, J. (1978). L'internationalisation : l'expérience des petites entreprises à l'étranger. Londres : Associated Business Press/New York : Halsted Press.

      Buckley, P.J., Pass, C.L., & Prescott, K. (1992). Au service des marchés internationaux : stratégies concurrentielles des entreprises. Oxford : Basil Blackwell.

      Buckley, P.J., & Pearce, R.D. (1991). Aspects internationaux des activités économiques du Royaume-Uni : examens des sources statistiques britanniques. Revue n° 44, volume XXVI Société royale de statistique/Conseil de recherches économiques et sociales. Londres : Chapman et Hall.

      Burgelman, R.A. (2011). Faire le pont entre l'histoire et le réductionnisme : un rôle clé pour la recherche qualitative longitudinale. Journal d'études commerciales internationales, 42(5), 591–601.

      Butterfield, H. (1965). L'interprétation whig de l'histoire. New York : W. W. Norton & Company Inc. (Original 1931).

      Cairncross, A. (1953). Investissement domestique et étranger. Cambridge : Cambridge University Press.

      Cannadine, D. (2013). Le passé indivis : l'histoire au-delà de nos différences. Londres : Allen Lane.

      Casson, M. (2009). Le premier système ferroviaire au monde. Oxford : Oxford University Press.

      Chandler, A.D. (1962). Stratégie et structure : chapitres de l'histoire de l'entreprise industrielle américaine. Cambridge : MIT Press.

      Chandler, A.D. (1984). Histoire comparée de l'entreprise. Dans D.C. Coleman & P. Mathias (Eds.), Entreprise et histoire : Essais en l'honneur de Charles Wilson (pp. 473-503). Cambridge : Cambridge University Press.

      Chitu, L., Eichengreen, B., & Mehl, A. J. (2013). Histoire, gravité et finance internationale. Document de travail du National Bureau of Economic Research 18697, Washington D.C.

      Clark, C. (2012). Les somnambules : comment l'Europe est entrée en guerre en 1914. Londres : Allen Lane.

      Clark, P., & Rowlinson, M. (2004). Le traitement de l'histoire dans les études d'organisation : vers un « tournant historique » ? Histoire des affaires, 43(3), 331–352.

      Collier, D., Brady, H. E., & Seawright, J. (2010). Sources de levier en inférence causale : vers une vision alternative de la méthodologie. Dans H. E. Brady & D. Collier (Eds.), Repenser l'enquête sociale : des outils diversifiés, des normes partagées (2e éd., p. 229-266). New York : Rowman et Lillefield.

      Cowley, R. (éd.). (1999). Et qu'est-ce qui se passerait si?. New York : G.P. Les fils de Putnam.

      Deaton, A. (2009). Instruments de développement : La randomisation sous les tropiques, et la recherche des clés insaisissables du développement économique. La conférence de Keynes. Londres : Académie britannique.

      Decker, S. (2013). Le silence de l'archive : le post-colonialisme et la pratique de la reconstruction historique à partir de preuves d'archives. Gestion et histoire de l'organisation, 8(2), 155–173.

      Derrida, J. (1994). Spectres de Marx. Traduit Peggy Kamuf. New York : Routledge.

      Diebolt, C. (2012). La voix cliométrique. Association Française de Cliométrie. Document de travail n° 12.

      Dunning, T. (2012). Expériences naturelles en sciences sociales. Cambridge : Cambridge University Press.

      Durand, R., & Vaara, E. (2009). Causalité, contrefactuels et avantage concurrentiel. Revue de Management Stratégique, 30(12), 1245–1264.

      Easterlin, R.A. (2013). Les coupes transversales appartiennent à l'histoire. Document de discussion IZA n° 7341.

      Evans, L. J. (2014). Passés altérés : contrefactuels dans l'histoire. Londres : Petit, Brown.

      Ferguson, N. (éd.). (1997). Histoire virtuelle : alternatives et contrefactuels. Londres : Picador.

      Fogel, R.W. (1964). Chemins de fer et croissance économique américaine : Essais d'histoire économétrique. Baltimore, Maryland : La Presse Johns Hopkins.

      Foucault, M. (1965). Folie et civilisation. Traduit R. Howard. New York : Panthéon.

      Freedman, D., Pisani, R. et Purves, R. (2007). Statistiques (4e éd.). New York : W. W. Norton Inc.

      Gaddis, J.L. (2002). Le paysage de l'histoire : comment les historiens cartographient le passé. Oxford : Oxford University Press.

      Gottschalk, L. (1950). Comprendre l'histoire : un abécédaire de la méthode historique. New York : Alfred A Knopf.

      Gramsci, A. (1973). Sélections des cahiers de prison. Edité par Q. Hoare et G. Nowell Smith. New York : Éditeurs internationaux.

      Granger, C.W.J. (1988). Causalité, cointégration et contrôle. Journal of Economic Dynamics and Control, 12(2), 551–559.

      Granger, C.W.J., & Newbold, P. (1974). Régressions fallacieuses en économétrie. Journal d'économétrie, 2(2), 111–120.

      Green, W.A. (1993). Histoire, historiens et dynamiques du changement. Westport : Praeger.

      Gregory, B.S. (2012). La réforme involontaire : comment une révolution religieuse a sécularisé la société. Cambridge : Belking Press de l'Université Harvard.

      Grimmer-Solem, E. (2003). La montée de l'économie historique et de la réforme sociale en Allemagne 1864-1894. Oxford : Oxford University Press.

      Haggerty, S. (2012). « Uniquement pour de l'argent ? » La culture des affaires dans l'Atlantique britannique 1750-1815. Liverpool : Presse universitaire de Liverpool.

      Hannah, L. (2007). Le « divorce » de la propriété et du contrôle à partir de 1900 : recalibrer les tendances mondiales imaginées. Histoire des affaires, 49(4), 404–438.

      Hofstede, G. (1991). Cultures et organisations : Logiciels de l'esprit. Londres : McGraw Hill.

      Hofstede, G. (1997). Cultures et organisations : Logiciel de l'esprit. New York : McGraw-Hill.

      Hofstede, G. (2001). Les conséquences de la culture : comparer les valeurs, les comportements, les institutions et les organisations à travers les nations (2e éd.). New York : Publications sages.

      Hood, N., & Young, S. (1979). L'économie du commerce international. Londres : Longman.

      Hufbauer, G.C., & Adler, F. (1968). Investissement manufacturier américain et balance des paiements. Washington, DC : Département du Trésor américain.

      Hymer, S.H. (1976). Les opérations internationales des entreprises nationales : étude des investissements directs étrangers. Cambridge : MIT Press.

      Jackson, J. E., & amp Kollman, K. (2010). Une formulation de la dépendance au chemin avec un exemple empirique. Revue trimestrielle de science politique, 5(3), 257–289.

      Johanson, J., & Vahlne, J.E. (1977). The internationalization process of the firm: A model of knowledge development and increasing foreign market commitments. Journal of International Business Studies, 8(1), 23–32.

      Johanson, J., & Vahlne, J. E. (2009). The Uppsala internationalization process model revisited: From liability of foreignness to liability of outsidership. Journal of International Business Studies, 40(9), 1411–1431.

      Jones, G. (1998). Company history and business history in the 1990s. University of Reading discussion papers in economics and management (series A), p. 383.

      Jones, G. (2000). Merchants to multinationals. British trading companies in the nineteenth and twentieth centuries. Oxford : Oxford University Press.

      Jones, G., & Khanna, T. (2006). Bringing history (back) into international business. Journal of International Business Studies, 37(4), 453–468.

      Jones, G., & Zeitlin, J. (Eds.). (2007). The Oxford handbook of business history. Oxford : Oxford University Press.

      Judge, W. Q., Fainshmidt, S., & Brown, J. L. (2014). Which model of capitalism best delivers both wealth and equality? Journal of International Business Studies, 45(4), 363–386.

      Kipping, M., Wadhwani, R. D., & Bucheli, M. (2014). Analyzing and interpreting historical sources: A basic methodology. In M. Bucheli & R. D. Wadhwani (Eds.), Organizations in time: History, theory, methods (pp. 305–329). Oxford : Oxford University Press.

      Kobrak, C., & Schneider, A. (2011). Varieties of business history: Subject and methods for the twenty-first century. Business History, 53(3), 401–424.

      Kogut, B. (2009). Methodological contributions in international business and the direction of academic research activity. In A. Rugman (Ed.), The Oxford handbook of international business (2nd ed., pp. 711–739). Oxford : Oxford University Press.

      Kogut, B., & Kulatilaka, N. (2001). Capabilities as real options. Organization Science, 12(6), 744–758.

      Kogut, B., & Parkinson, D. (1998). Adoption of the multidivisional structure: Analysing history from the start. Industrial and Corporate Change, 7(2), 249–273.

      Kogut, B., & Zander, U. (2000). Did socialism fail to innovate? A natural experiment of the two Zeiss companies. American Sociological Review, 65(2), 169–190.

      Laidler, D. (2012). Today’s standards and yesterday’s economics—two short occasional essays—eliminating history from economic thought and Mark Blaug on the quantity theory. Economic Policy Research Institute working paper series 2012–6, University of Western Ontario.

      Lebow, R. N. (2012). Counterfactual thought experiments: A necessary teaching tool. The History Teacher, 40(2), 153–176.

      Lebow, R. N. (2014). Archduke Franz Ferdinand lives!. New York : Palgrave Macmillan.

      Leunig, T. (2010). Social savings. Journal of Economic Surveys, 24(5), 775–800.

      Ludden, D. (Ed.). (2001). Reading subaltern studies: Critical history, contested meaning and the globalization of South Asia. London: Anthem Press.

      MacKay, R. B. (2007). ‘What if’: Synthesising debates and advancing prospects of using virtual history in management and organization theory. Management & Organizational History, 2(4), 295–314.

      Mahoney, J. (2004). Comparative-historical methodology. Annual Review of Sociology, 30, 81–101.

      Maielli, G., & Booth, C. (2008). Counterfactual history, management and organizations: Reflections and new directions. Management & Organizational History, 3(1), 49–61.

      Moss, M. (1997). Archives, the historian and the future. In M. Bentley (Ed.), Companion to historiography (pp. 960–973). Londres : Routledge.

      Nickell, S. (1981). Biases in dynamic models with fixed effects. Econometrica: Journal of the Econometric Society, 49(6), 1417–1426.

      O’Rourke, K., & Williamson, G. (1999). Globalization and history: The evolution of a nineteenth-century Atlantic economy. Cambridge: MIT Press.

      Oz, O. (2004). Using Boolean—and fuzzy-logic-based methods to analyse multiple case study evidence in management research. Journal of Management Inquiry, 13(2), 166–179.

      Paavilainen-Mäntymäki, E., & Welch, C. (2013). How to escape an unprocessual legacy? A viewpoint from international business research. In M. E. Hassett & E. Paavilainen-Mäntymäki (Eds.), Handbook of longitudinal research methods in organisation and business studies (pp. 229–248). Cheltenham: Edward Elgar.

      Page, S. E. (2006). Path dependence. Quarterly Journal of Political Science, 1(1), 87–115.

      Penrose, E. T. (1959). The theory of the growth of the firm. Oxford : Basil Blackwell.

      Pettigrew, A. M. (1997). What is processual analysis? Scandinavian Journal of Management, 13(4), 337–348.

      Ragin, C. C. (1987). The comparative method: Moving beyond qualitative and quantitative strategies. Berkeley : Presse de l'Université de Californie.

      Reddaway, W. B., et al. (1968). Effects of UK direct investment overseas: Final report. Cambridge : Cambridge University Press.

      Rowlinson, M., Toms, S., & Wilson, J. F. (2007). Competing perspectives on the ‘managerial revolution’: from ‘managerialist’ to ‘anti-managerialist’. Business History, 49(4), 464–482.

      Saka-Helmhout, A. (2011). Comparative historical analysis in international management research. In R. Piekkari & C. Welch (Eds.), Rethinking the case study in international business and management research (pp. 383–407). Cheltenham: Edward Elgar.

      Schwarzkopf, S. (2012). Why business historians need a constructive theory of the archive. Business Archives, 105(November), 1–9.

      Shaver, J. M. (1998). Accounting for endogeneity when assessing strategy performance: Does entry mode choice affect FDI survival? Management Science, 44(4), 571–585.

      Simiand, F. J. (1903). Méthode historique et sciences socials. Revue de Synthèse Historique, 6, 1–22.

      Skocpol, T., & Somers, M. (1980). The uses of comparative history in macrosocial inquiry. Comparative Studies in Society and History, 22(2), 174–197.

      Snyder, T. (2010). Bloodlands: Europe between Stalin and Hitler. London: The Bodley Head.

      Steuer, M.D. et al. (1973). The impact of foreign direct investment on the U.K. London: HMSO.

      Stinchcombe, A. L. (1965). Social structure and organisations. In J. G. March (Ed.), Handbook of organizations (pp. 142–193). Chicago: Rand-McNally.

      Tilley, C. (1983). Big structure, large processes, huge comparisons. New York: Russell Sage Foundation.

      Toms, S., & Beck, M. (2007). The limitations of economic counterfactuals: The case of the Lancashire textile industry. Management & Organizational History, 2(4), 315–330.

      Welch, C., & Paavilainen-Mäntymäki, E. (2014). Putting process (back) in: Research on the internationalization process of the firm. International Journal of Management Reviews, 16(1), 2–23.

      Whittington, R. (2007). Introduction: Comparative perspectives on the managerial revolution. Business History, 49(4), 399–403.

      Wilkins, M., & Hill, F. E. (2011). American business abroad: Ford on six continents. Cambridge : Cambridge University Press (Original edition 1964 Wayne State University Press).

      Yin, R. K. (2014). Case study research: Design and methods (5th ed.). Thousand Oaks: Sage Publications.

      Zaheer, S. (1995). Overcoming the liability of foreignness. Academy of Management Journal, 38(2), 341–363.

      Zeitlin, J. (2007). The historical alternatives approach. In G. Jones & J. Zeitlin (Eds.), The Oxford handbook of business history (pp. 120–140). Oxford : Oxford University Press.


      Primary Source Research

      When you analyze a primary source, you are undertaking the most important job of the historian. There is no better way to understand past events than by examining the sources that people from that period left behind (e.g., whether journals, newspaper articles, letters, court case records, novels, artworks, music or autobiographies).

      Each historian, including you, will approach a source with a different set of experiences and skills, and will therefore interpret the document differently. While there is no one right interpretation, interpretations should still be supported by evidence and analysis. If you do not do a careful and thorough analysis, you might arrive at a wrong interpretation.

      In order to analyze a primary source you need information about two things: the document itself and the era from which it comes. You can base your knowledge on class materials and other credible sources. You'll also need to analyze the document itself. The following questions may be helpful for your analysis of the document as an artifact and as a source of historical evidence.

      Initial Analysis

      1. What is the physical nature of your source? This is particularly important if you are dealing with an original source (i.e., an actual old letter, rather than a transcribed and published version of the same letter). What can you learn from the form of the source? (Was it written on fancy paper in elegant handwriting, written on scrap-paper, scribbled in pencil?) What does this tell you?
      2. What is the source's purpose? What was the author's message or argument? What were they trying to get across? Is the message explicit? Are there implicit messages as well?
      3. How does the author try to convey their message? What methods do they use?
      4. What do you know about the author? This might include, for example, race, ethnicity, sex, class, occupation, religion, age, region, or political beliefs? Does any of this matter? Comment?
      5. Who was or is the intended audience? Was this source meant for one person's eyes, or for the public? How does that affect the source?
      6. What can a careful reading of the text/artifact tell you? How do language and word choice work? Are important metaphors or symbols used? What about the silences--what does the author choose NOT to talk about?

      Evaluating the Source as Historical Evidence

      You'll also want to evaluate how credible the source is and what it tells you about the given historical moment.

      1. Is it prescriptive--telling you what people thought should happen--or descriptive--telling you what people thought did happen?
      2. Does it describe ideology and/or behavior?
      3. Does it tell you about the beliefs/actions of the elite, or of "ordinary" people? From whose perspective?
      4. What historical questions can you answer using this source? What are the benefits of using this kind of source?
      5. What questions can this source NOT help you answer? What are the limitations of this type of source?
      6. If we have read other historians' interpretations of this source or sources like this one, how does your analysis fit with theirs? In your opinion, does this source support or challenge their argument?

      Remember, you cannot address each and every one of these questions in your presentation or in your paper, and I wouldn't want you to. You need to be selective.

      Crédit: Thank you to Carleton College's History Department for permission to adapt their resource "How to Analyze a Primary Source." (Minor additions or changes made to the original text). Original text created by Molly Ladd-Taylor, Annette Igra, Rachel Seidman, and others.


      Answering the Question

      So, you are confident that you have understood the question and have carried out a preliminary analysis. It is now time to bring them both together and formulate your answer.

      The temptation when you are writing under timed conditions is just to start in the hope that somehow, you will produce an answer worthy of a good mark. Examiners, when marking papers, are looking for answers that demonstrate clearly that you have engaged and understood the source and can demonstrate and understand its relevance to the period in question. Time spent planning your answer at this stage can make this an achievable goal and help to focus your answer, resisting the temptation to go off-topic and prevent you from forgetting a key fact that could alter your grade. How you plan your answer, whether by producing a mind map or just noting keywords is up to you. Even if you should run out of time, the presence of a plan would give the examiner some indication of where your answer was heading and you may be awarded points as a result.

      One of the most common problems experienced by students when answering a source-based history question is knowing how to start. What should the introductory passage say? The best way to overcome this is to incorporate the question into your answer. Par exemple:

      Question
      ‘Source A opposes Kaiser Wilhelm II. How do you know?’
      First sentence:
      The opposition to Kaiser Wilhelm II is evident in Source A through…

      In approaching the question this way you are demonstrating to the examiner your understanding of what is expected of you and at the same time provide a focus for your writing, making it less likely that you will go off-topic.

      Your first paragraph should then be followed by incorporating the strongest evidence you have to support your argument backed by direct reference to the source. Much of source-based analysis is interpretative. If you can support the points you make throughout your answer by referencing the text and by demonstrating both its value and relevance to the period and themes you have studied, you can avoid the fate of the unsupported, generalised source-based answer scoring the lower grades.

      The following is a model answer provided by the AQA examination board. The student was required to analyse and evaluate a cartoon of Edward Jenner giving the smallpox inoculation to patients at St. Pancras Hospital, in terms of how useful it would be to a historian studying vaccination:

      Source A
      Source A shows society’s negative reaction to Edward Jenner’s discovery of the smallpox vaccination. The cows sprouting from people’s bodies are a representation of the unnatural effects people believed they would develop if they got vaccinated.
      This is useful because it is a reminder that although the discovery is significant today, it was rejected by a lot of people around the time it was found. The origin of this source states that it was drawn in 1802 by James Gillray only three years after Jenner’s discovery. As the vaccination was still relatively new in 1802 many people did not trust it, especially as Jenner had no way of explaining the effects of his work as germs had yet to be discovered. Therefore, the person drawing this may have set out for it to be portrayed negatively so that people may revert to more common treatments such as inoculation. This would stop many doctors going out of business as they weren’t familiar with Jenner’s practise and didn’t trust it. The purpose of this source is to shine a negative light on Jenner’s vaccination so that people would not rely on his methods of treatment. At this time inoculation was something widely practised by many doctors throughout Britain. This is useful as it can give us a further explanation as to why his discovery did not take off as quickly as we would presume. This being because if Jenner’s vaccination became popular enough, many doctors would lose money from performing inoculations, hence them spreading rumours such as those seen here. The source is a cartoon and this impacts on its utility as cartoons tend to be exaggerated and for comedic effect thus decreasing their utility to historians. They must be used in combination with a variety of other source types.

      The examiner’s commentary to this answer discusses the student’s complex evaluation of the source. How the student demonstrated and utilised sustained judgement and specific textual and historical knowledge, whilst also recognising its purpose and value as a source. It achieved a level 4 grading.



Commentaires:

  1. Mikagrel

    D'accord, cette idée est juste

  2. Pulan

    Plus facile à dire qu'à faire.

  3. Kigagis

    Il est possible et nécessaire :) de discuter à l'infini

  4. Jeff

    Quels mots ... super, l'idée excellente

  5. Abdul-Aliyy

    Je pense que vous n'avez pas raison. Entrez, nous en discuterons. Écrivez-moi dans PM, nous allons le gérer.



Écrire un message