Crash Report Libertor A.N.925, 18 février 1942 (2 sur 3)

Crash Report Libertor A.N.925, 18 février 1942 (2 sur 3)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Crash Report Libertor A.N.925, 18 février 1942 (2 sur 3)

Crash Report pour Liberator A.N.925 le 18 février 1942 (page 2 sur 3)

Pendant que nous assistions au sergent Wilson, le commandant d'escadre Gates et le chef d'escadron Kerr sont arrivés sur les lieux directement du site n°4. Ils ont déclaré que le Flying Officer Wakefield souffrait de brûlures et d'un choc grave. Il a été laissé en S/Ldr. La chambre de Kerr après que des mesures antichoc aient été prises.

La camionnette « Standard » est arrivée à Sick Quarters vers 5 heures du matin ; les deux patients ont été reçus par le sergent Smith. A.C. Owen est resté dans les quartiers des malades pour aider à mettre les patients au lit dans la salle n°2. Nous n'avons pas perdu de temps pour fournir des bouillottes, des couvertures chaudes et des boissons chaudes. Une solution de bicarbonate de soude a été appliquée sur les zones brûlées et les patients ont été rendus aussi confortables que possible dans les circonstances.

LAC. Underwood est retourné sur les lieux de l'accident dans la camionnette « Standard » pour apporter toute l'aide nécessaire.

L'ambulance est arrivée à Sick Quarters une dizaine de minutes plus tard. Premièrement, le P/O Densham et le F/O Bannister ont été rapidement déchargés et transportés au Crash Theatre. Le sergent Wilson a été placé à proximité du poêle dans le bureau et a été rendu aussi confortable que la civière le permettait et fourni avec des bouteilles d'eau chaude et des boissons chaudes. Il a ensuite été mis au lit dans la salle n°2. Il était très évident que le F/O Bannister et le P/O Densham étaient gravement choqués. le plus rapidement possible. Les plaies et les zones brûlées autant qu'elles ont pu être observées ont été baignées dans une solution de bicarbonate de soude et recouvertes.

D'autres civières et couvertures ont été placées dans l'ambulance, A.C Maidment ayant reçu l'ordre de se rendre à nouveau sur les lieux et de contacter L.A.C. Underwood et les officiers ?al.

En revenant de Sick Quarters dans la camionnette 'Standard', L.A.C. Underwood a contacté le F/O Claydon qui était sur le point de reconnaître la zone autour de l'épave en feu, mais a reçu l'ordre de rester sur le chemin et de se méfier du danger de nouvelles explosions des grenades sous-marines restantes. Après avoir attendu un intervalle de quelques minutes, il est monté dans la camionnette « Standard » et a emprunté le chemin menant au site n°4. Il a été informé par des spectateurs qu'une victime était présente dans l'une des huttes. En faisant enquête, il trouva F/O. Wakefield dans la chambre du S/Lrd Kerr avec le médecin l'accompagnant. DÉCALAGE. Underwood a reçu l'ordre de se procurer une civière et des moyens de transport. L'ambulance est arrivée sur le site n°4 à ce stade, donc avec l'aide d'A.C. Maidment, le patient a été placé sur une civière, mis dans l'ambulance et transporté aux Sick Quarters avec S/Lrd Kerr et A.C. Maidment présents. LAC. Underwood est revenu dans la camionnette 'Standard'.

Au cours de la tournée d'inspection du F/O Claydon via des fossés et recouvrant des monticules de terre, il a plaqué le commandant d'escadre Gates et le chef d'escadron Kerr à divers points de vue, ce qui a permis de faire un circuit complet de l'épave en feu. Aucune preuve n'a pu être trouvée pour indiquer la présence d'autres victimes. Convaincu qu'il était possible d'aller plus loin en restant sur les lieux, il s'enfuit en courant vers les quartiers des malades.

Le Flying Officer Wakefield a été mis au lit aux côtés des autres victimes et tous les traitements anti-chocs possibles ont été prodigués.

Les médecins-conseils ont collaboré, examinant minutieusement chaque patient et prescrivant les mesures prophylactiques nécessaires à mettre en œuvre immédiatement.

Toutes les plaies et les zones brûlées ont été nettoyées et pansées sous la supervision des médecins. D'autres mesures antichoc ont été prises comme la nécessité.

Le transport des six patients à l'hôpital a posé problème. La coopération de la R.A.F. Aldergrove a été invité à cet égard ; un accord fut rapidement conclu aux termes duquel notre ambulance 'Morris' remplacerait l'ambulance Aldergrove 'Albion'. L'échange temporaire s'est effectué sans perte de temps.

La confirmation téléphonique a été donnée que trois patients seraient acceptés par l'hôpital militaire de Stranmillis et trois par le 31e hôpital général. En conséquence, les trois officiers ont été chargés dans l'ambulance 'Albion' de Nutt's Corner.

Un grand merci à Peter Claydon pour nous avoir envoyé ces photos, qui appartenaient à son père, C.W.J. Claydon, qui a passé une grande partie de la guerre à servir comme médecin au sein de l'escadron n°120 à Ballykelly, en Irlande du Nord.


Wendling England Aircrew, Ground Crew & POW Stories

Les histoires suivantes ont été compilées par les chercheurs de www.b24.net. Ces histoires et journaux intimes ont été soit soumis par l'un des croisés, leurs proches, conformes à d'autres publications, soit pris comme des récits des croisés. Il y a plusieurs autres histoires sous chacun des Stalag Lufts dans la section POW Research.

Prendre la route du Nord vers l'Angleterre - Richard Hoffman, Ball Turret Gunner, 579th Squadron, raconte son histoire en volant d'Alamogordo, NM vers l'Angleterre.

Prendre la route du sud vers l'Angleterre - Burrell Ellison, pilote, 576th Squadron, raconte son histoire en volant de Morrison Field, FL en Angleterre.

Manny Abrams, Navigateur, 579e Escadron - LE LIBÉRATEUR INVISIBLE - Nous n'étions pas invisibles. Nous étions simplement assis sur le mauvais aérodrome et parlions à la bonne tour de contrôle. Donc, après un autre décollage embarrassé (si cela est possible), nous avons effectué un nouvel atterrissage sur le bon aérodrome et sommes arrivés à notre dernier arrêt sur l'aire de trafic devant la tour.

Divers témoins oculaires du crash d'Alfred - Vers 14h30 J'ai entendu le bruit d'un avion, puis j'ai vu un B24 Liberator s'approcher bas au-dessus de la mer. Le bombardier était très manifestement en difficulté, avec au moins deux de ses quatre moteurs hors d'usage. Alors qu'il franchissait le sommet de la falaise et commençait à voler à l'intérieur des terres, il a viré vers la gauche, presque comme si le pilote essayait de virer et de s'écraser dans la mer, près du rivage. Cependant, pendant le virage, le bombardier paralysé a perdu de la hauteur et son aile droite a heurté des arbres à la lisière d'un bois sur un terrain en pente, une zone connue localement sous le nom de Pretty Corner.

M/Sgt. ernie barbier - 578th Crew Chief - Le Journal d'Ernie Barber du début à la fin de la guerre.

M/Sgt. Ernest Barbier - (comme dit à Greg Hatton le 16 septembre 1989) Une autre des grandes interviews de Greg Hatton. M/Sgt. Barber était chef d'équipe pour le 578e escadron. Il est venu à Wendling avec le cadre original du 392e.

Le sergent-chef. Bert M. Beals - Nez Gunner - La mission Diary Bert Major Beals Jr sur le Slayten Crew. Couvre ses missions du 25 septembre 1944 au 20 avril 1945. Présenté par son fils, Zachary Beals.

Berlin - 29 avril 1944 - Annette Tison partage ses recherches approfondies sur la mission du 29 avril 1944 à Berlin effectuée par la 8th Air Force le 29 avril 1944, en mettant l'accent sur le rôle du 392nd Bomb Group. Après plusieurs années de recherche sur l'équipage du Wyatt, y compris son oncle, le Slt Douglas N. Franke.

Le sergent-chef. Jim Blanco - Ingénieur 579e - En tant que membre de l'équipage de Bell, je me souviens très bien de l'expérience de cette journée. La mission a commencé vers 23 heures le 19 juin, lorsque le C.Q. est venu nous sortir de nos sacs avec les informations habituelles sur les heures de petit-déjeuner et de briefing. Après le petit déjeuner, briefing. Je me souviens encore de la sensation au creux de mon estomac, car la ligne de trace en excès de notre itinéraire entrant et sortant de la zone cible n'était pas visible sur le sol. Cela signifiait un long voyage. Les deux premières missions, ou peut-être cinq, c'est toujours une expérience aventureuse. Après cela, vous commencez à devenir sobre.

Landon H. Brent - J'ai effectué trente et une missions avec le 392e groupe de bombes 578e escadron de bombes

Guy D. Carnine - Compagnie aérienne B-24 du colonel Bernt Balchen - 578th Sqdn

Capitaine Bill Cetin - Bombardier en chef, équipage de Cassell tel que dicté à Mary (Rocky) Rothrock en janvier 2000. Ce journal commence par les notes de Bill sur le raid de Friedrichshafen le 18 mars 1944 et se poursuit avec ses notes de mission jusqu'au 16 janvier 1945. Rocky Rothrock, ami proche et voisin d'après-guerre, était artilleur avec ce 579e équipage.

2e lieutenant John B. Cihon - Nose Turret Gunner - Ceci est le journal du 2nd Lt Cihon abattu sur "Poco Loco", lors de la mission Gotha, le 24 février 1944 et son temps en tant que prisonnier de guerre.

Robert D. Copp - Pilote AC # 27491 : "Pregnant Peg" 29 avril 1944 - Un des équipages originaux du 577th Squadron et peut-être, le seul à avoir effectué le tour de vingt-huit missions. Cette histoire est un récit du raid de Berlin, le 29 avril 1944. Ce raid a perdu huit avions sur dix-huit pour le deuxième plus grand taux de pertes de la 392e histoire.

Le sergent-chef. William B. Dowling - 578th Crew Chief - L'histoire de William Dowling de sa rédaction à sa libération.

Ray J. Dunphy - 578th Navigator - C'est un excellent journal des missions du 392ème du 13 décembre 1943 au 12 juillet 1944.

Charles E. Dye - Charlie Dye était officier chargé des munitions dans la 1825th Ordnance Supply and Maintenance Company - Histoire bien écrite de son époque depuis l'obtention de son diplôme de l'Ordnance Officer Candidate School le 31 janvier 1943 jusqu'à son retour à bord du Queen Mary arrivant à New York Harbour Pier 90 en juin 20, 1945

Charles Dye et Guy Spinelli - CHARGEMENT DES BOMBES - Nous avons inspecté individuellement chaque bombe entrant dans la zone de stockage des bombes, affectueusement appelée "Bomb Dump". Nous avons inspecté chaque bombe pour nous assurer que les filetages, le fusible du nez et de la queue, les ailerons étaient corrects afin qu'il n'y ait aucun problème à insérer le fusible dans l'aileron de queue.

Burrell Ellison - NOTRE ÉQUIPAGE - Pilote 576th Sqdn. Excellente histoire écrite sur le premier équipage à avoir terminé toutes ses missions dans le 576th Sqdrn.

Victor Ferrari, Navigateur, 578e Escadron - What Happened To Ferrari And Roberts After Their Bomber Crashed est une histoire de ce qui leur est arrivé après avoir été abattus le 13 novembre 1944 et renfloués. Grande histoire d'évasion et d'évasion.

2e lieutenant Douglas N. Franke - Wyatt crew AC# 42-7510 : "El Lobo" 29 avril 1944 - Le frère de Douglas, Robert, raconte l'histoire et les circonstances de l'équipage Wyatt qui ont tous été tués lors du raid de Berlin, le 29 avril 1944.

Jean Gilbert - John se souvient de plusieurs événements intéressants lorsque sa famille a déménagé à la base de Wendling après que leur maison à Unthank Road, Norwich, a été détruite lors des bombardements intensifs sur cette ville en avril 1942.

Le colonel Lawrence G. Gilbert - (tel que raconté à Greg Hatton le 16 septembre 1989) Ceci est un récit bien écrit de la formation du 392e et il donne un bon aperçu des défis opérationnels et logistiques qui ne pouvaient être racontés que par le colonel Gilbert, le commandant de la base. à Wendling.

S/Sgt. Olivier Guillot - L'équipage du mitrailleur de taille Kaminitsa, 576 sq. S/Sgt. Oliver Guillor raconte son expérience avec le 576th, sa dernière mission et sa vie au Stalag 17b. Soumis par Greg Hatton.

2e lieutenant George Graham - Co-pilote Kaminitsa crew - Down 29 avril 44, Il y a tellement de choses auxquelles je pense maintenant que j'avais oublié ces dernières années. Certains jours, dans un ciel bleu clair, je pense à une chose qui m'est arrivée à laquelle je n'avais pas pensé depuis trente ans. J'ai effectué 9 missions avec l'équipage de Kamenitsa, mais j'ai eu 22 missions en tout.

1er lieutenant Gordon L. Hammond - Pilote, 579e Escadron - Cette "Déclaration ou rapport d'entrevue du personnel récupéré" fournit des détails sur la dernière mission du 1er Lt Hammond (22 avril 1944) et son emprisonnement au Stalag Luft III.

Navigateur Robert J. Harron - 577th Squadron - Schuster Crew - L'histoire du navigateur Robert Harron, KIA 28 janvier 1945, Mission #231, après une collision avec le 577th Sq. L'avion de Dodd au-dessus de la cible.

S/Sgt. Hyman Hatton - mitrailleur de ceinture, équipage d'Ofenstein. Le chercheur de B24.NET POW, Greg Hatton, interviewe son père en septembre 1974, un 392e prisonnier de guerre de l'équipage d'Offenstein. L'un des meilleurs documents historiques de la vie dans un camp de prisonniers de guerre de la Seconde Guerre mondiale.

Réflexions finales de Ruth Hatton - Un soir de juillet 1945, Hy m'a appelé de l'hôpital Halloran à Staten Island, c'était la première fois que j'avais de ses nouvelles depuis qu'il est devenu prisonnier de guerre. Il n'avait pas changé d'avis sur le mariage et voulait venir sur la côte ouest le plus tôt possible : « Continuons notre vie.

2e lieutenant Milton Henderson - Copilote sur la mission Gotha. - Un autre passage juste après que les bombes aient disparu et ils ont pris le moteur n°3 et l'ont mis le feu. Le moteur numéro 4 n'avait pas de plumes dans l'espoir que nous puissions suivre le groupe, mais comme il n'avait pas d'huile, il s'est rapidement enfui. Johns a fait plonger l'avion à pic pour essayer d'éteindre le tachymètre d'incendie n ° 4 qui s'était enroulé au-delà des chiffres qui hurlaient.

Hugh Malcolm Hinshaw - HEAVEN TO HELL - L'histoire de Malcolm Hinshaw sur le fait d'avoir été abattu et un prisonnier de guerre

Wagons couverts à Barth : S/Sgt. Hyman Hatton (392e BG) - Évacuation du camp du Luft 4 au Luft le 1er janvier 1945 comme l'a dit le S/Sgt. Fred Weiner (44BG).

2e lieutenant William Kamemitsa - Partie 1 - Pilote AC # 41-100371 L'une des histoires les plus colorées que j'ai lues sur la vie d'un 576th Sq très articulé et intéressant. pilote. Cette histoire commence avec son entraînement aux États-Unis lors du raid de Berlin, le 29 avril 1944. Le lieutenant..

2e lieutenant William Kamemitsa - Partie 2 - Le lieutenant William Kamenitsa descendu le 29 avril 1944. Kamemitsa était prisonnier de guerre au Stalag Luft 3

Lieutenant Jack Kaplan - L'expérience d'un aviateur au combat. Il s'agit d'une interview de Miriam Zverin du lieutenant Kaplan et de ses expériences à Wendling en tant que navigateur pour le 577th.

Le colonel Myron Keilman - Friedrichshafen, UNE MISSION DES PLUS CATASTROPHES, 18 mars 1944.

Le colonel Myron Keilman - La mission Gotha, LA GRANDE SEMAINE, 24 février 1944.

Le colonel Myron Keilman - MALCHANCE HARRY, le colonel Myron Keilman se souvient de Harry.

Le colonel Myron Keilman - LE BOMBARDEMENT DE LA SUISSE, le 1er avril 1944.

S/Sgt. Vitold Krushas - Ingénieur-Top tourelle Offenstein équipage. Quand nous sommes rentrés à la maison, nous avions encore 24 ou 25 ans. Nous sommes rentrés à la maison et tout a été une expérience. Vous avez eu des moments difficiles dans l'armée, mais d'une manière ou d'une autre vous appréciiez ce genre de choses. Nous ne savions pas que nos vies étaient en jeu, chaque fois que nous partions à l'entraînement. Nous n'avions pas réalisé qu'il en était toujours ainsi et qu'il en sera ainsi de génération en génération, quelle que soit la guerre. Quand ils vous disent "Un sur cinq d'entre vous ne reviendra pas". Ce ne sera pas votre équipage. Ce sera l'un des autres avions : "Pas moi ! Dommage que l'un de vous ne revienne pas".

Jean Krejci - L'équipage du mitrailleur de taille droite Kaminitsa et l'ancien président de l'organisation Stalag 17b. - « Je me suis arraché de ma mitrailleuse et je me suis redressé. Je me suis dit : « Nous sommes en bas, qu'est-ce qu'il y a de la sueur ? » À peu près à ce moment-là, le nez est tombé et j'ai navigué sur toute la longueur du fuselage. à travers jusqu'à ce que je panse contre la cloison avant, derrière la cabine avant. Bon sang, j'ai regardé et Ollie Guillot était juste là de l'autre côté de moi. Archie Young a levé les yeux et a vu deux personnes naviguer au-dessus de sa tête et il a dit qu'il a vu nous pancakes tous les deux dans la cloison à peu près en même temps. "

Sgt. Maurice Lampe - Lettres et documents décrivant la dernière mission de l'équipage de Whitemore le 23 juin 44

T/sergent. Robert Longo, équipage de Waist Gunner Rogers, Down 29 avril 1944 Luft 1, 4 et 6 - "Les combattants n'ont fait qu'un seul passage. Les balles sont descendues au milieu de l'avion. Le bombardier, Kane a été tué Je l'ai entendu hurler quand les combattants nous a d'abord attaqués. Eddy Gienko, dans la tourelle supérieure, avait sa combinaison antiaérien accrochée là et a dit qu'il pouvait entendre les balles le frapper. Deux balles ont touché Bob Danford, le mitrailleur de la tourelle. Une balle m'a touché dans le dos, mais elle n'a rien fait, il est juste rentré et ressorti à travers ma veste en cuir. Tout le navire était en feu, alors je les ai appelés par l'interphone et j'ai dit: " Tout est chaud ici! " Le copilote, Dick Weir, m'a entendu et dit : Renflouez-vous.

T/sergent. Robert Longo, Au-dessus des nuages ​​à trente ci-dessous . Les souvenirs d'avant, pendant et après la guerre de Robert "Smiley" Longo racontés et écrits par Max Pottinger. Plus de 130 pages.

Joe Maloy - Le sergent. Joe Maloy (BT) décrit la dernière mission de l'équipage Shere et son renflouement.

Lieutenant-colonel James R. Maris - NOTRE MISSION INOUBLIABLE - 578th Sqdn, la mission 23 en valait la peine ! - « Ingénieur à pilote, ingénieur à pilote : notre moteur numéro un a été soufflé de l'aile. Le numéro trois est dépouillé de son capot et de son compresseur. Il y a un trou de trois pieds de large dans l'aile gauche entre les moteurs un et deux. La soute à bombes les portes sont enfoncées. Et nous avons une bombe accrochée aux chaînes dans la soute à bombes. "

Lieutenant-colonel James R. Maris - LE PETIT CARRÉ D'ACIER - Lors de la vérification du B-24 le lendemain, un trou dans le côté gauche du cockpit a été identifié comme l'endroit où les éclats d'obus ont pénétré dans l'avion et, fort heureusement, ont heurté ma veste pare-balles. Le docteur m'a assuré que l'éclat d'obus serait entré dans mon cœur s'il n'avait pas été arrêté par ce petit carré d'acier. (J'ai gardé la petite partie du gilet pare-balles et des éclats d'obus et ils font maintenant partie de ma collection de souvenirs de mes jours B-24.)"

Jim Marsteller cherche des informations sur la mort de son oncle. - C'est l'incroyable histoire de la recherche de Jim lors de la mission Friedrichshafen du 18 mars 1944. Son oncle, Jim Morris, était l'ingénieur du Books Crew, qui a été tué au combat lorsque le bombardier B-24 s'est écrasé près de Hart, en Allemagne, le 18 mars 1944. De nombreux auteurs et historiens ont commenté que ses recherches sont l'une des plus efforts extraordinaires jamais déployés sur une seule mission de la Seconde Guerre mondiale.

L'histoire de John McCormick - Cet article explique pourquoi le S/Sgt John E. McCormick est enterré dans la ville néerlandaise de Zoetermeer et décrit pourquoi on se souvient encore de lui et de son honneur plus de 61 ans après sa mort.

Bill McGuire, fils du lieutenant William C. McGuire, 579th Sq. - L'AUTEUR/CHERCHEUR DE DEUXIÈME GÉNÉRATION PREND LA PAROLE. Cette interview raconte non seulement l'histoire du livre "Après les libérateurs", mais souligne également pourquoi la découverte des faits sur l'histoire de la Seconde Guerre mondiale et des sacrifices de nos combattants continue d'être importante pour nous tous.

William McGinley, mitrailleur de queue B-24 "Sally Ann", 579e Escadron - L'HISTOIRE DE SON ÉQUIPAGE À WENDLING. "Notre équipage, commandé par le lieutenant Stukas, était arrivé à Wendling le 15 octobre 1943 comme l'un des premiers équipages de remplacement et avait effectué huit missions de combat lorsque, le 29 janvier 1944, nous avons été réveillés aux toutes premières heures pour notre neuvième et ce qui s'est finalement avéré être notre dernière mission."

George W. Michel, opérateur radio/artilleur, 576th Sq. - LA 10E MISSION DU SIG ROBERTSON CREW LE 11 JUILLET 1944 A MUNICH, ALLEMAGNE. L'excellente histoire écrite d'être abattu au-dessus de l'Allemagne, essayant de garder l'avion en vol hors du territoire ennemi, le crash et la capture, puis l'internement en Suisse et l'évasion finale de George Michel.

S/Sgt. Jack A. Argent - Journal des missions du S/Sgt. Jack A. Money 8th Air Force, 392 Bomber Group, 579 Bomber Squadron 4 octobre 1943 au 18 mars 1944

Jack Morris - Navigator, 576th Squadron, 7 juillet 1944 - Lors de leur 32nd Mission, sur B-24J 42-94772, le 392nd Ils sont abattus après avoir bombardé une usine d'avions à Bernberg. Jack et son équipage se sont retrouvés au camp de prisonniers de guerre, Stalag Luft 3.

Francis Nashwinter - MES SOUVENIRS - 578th Sqdn, souvenirs de Francis Nashwinter - écrit en 2001.

Le lieutenant Leo Ofenstein, 392e BG/576sq. KIA 29 avril 44 - Hommage de son fils et de son frère. - "Dans le ciel violent au-dessus de Berlin, deux hommes ont tenu en l'air un B-24 gravement endommagé grâce à la détermination du cisaillement. À cause d'eux, cinq membres d'équipage ont échappé à l'avion en flammes et ont eu une chance de sauter en l'air. Trois générations plus tard, les noms Leo Ofenstein et John Wall est toujours vénéré par les familles de ceux qui ont survécu. »

Margaret Meen-Parker, écolière anglaise, QUAND ILS SONT ARRIVÉS, J'AVAIS NEUF - Il y a tellement de souvenirs de l'aérodrome de Wendling, à la fois heureux et tristes : avoir reçu des « ascenseurs » pour rentrer de l'école, assis sur la barre transversale des vélos du GI, tristesse dans la salle de classe de l'école de Wendling quand nous avons appris que les avions n'avaient pas rendu l'excitation et le soulagement alors que nous regardions les traînards, les avions solitaires gravement endommagés, apparaissant d'abord comme de minuscules points au-dessus de l'horizon lointain,

L'histoire de la vie de Oak Mackey, "Mon histoire de l'armée de l'air". Écrit plus de 60 ans après sa sortie. Alors qu'il était stationné en Angleterre avec le 392e BG, il a pris des notes sur chacune de ses missions de combat et, après son retour, a écrit une version plus grande. Cette histoire est constituée de 60 pages d'événements bien documentés du 392e BG et des expériences d'Oak Mackey.

Chêne Mackey, "Crunch Landing" à Seething. Sans aucune réflexion et peut-être avec instinct, j'ai poussé le gouvernail à fond à gauche, ce qui a fait pivoter l'avion vers la gauche et nous avons touché le sol dans une assiette latérale. Le train d'atterrissage s'est cassé, les deux hélices extérieures du moteur se sont cassées et le chariot a traversé l'aérodrome. Nous avons glissé latéralement sur le fuselage pendant une longue distance sur la glace et la neige, cela nous a semblé une éternité.

Ted Parsons, détachement de la RAF - Le personnel de la RAF était tout aussi impliqué dans l'atmosphère tendue d'une mission de pénétration profonde imminente que l'étaient les équipages américains au sol et en vol. À cette époque, il semblait que la guerre pouvait durer plusieurs années et la vue sinistre de B-24 gravement endommagés au combat et écrasés et de l'occasionnel bombardier Lancaster de la RAF l'a ramené avec force.

2e lt. David Purner, Navigateur, équipage d'Ofenstein, Descente le 29 avril 1944, Mission : Berlin - "Quand nous avons été touchés, je savais où nous étions - je venais d'enregistrer un rapport de position parce que c'était un bon point - le temps s'éclaircissait mais je pouvais ne vois pas Hanovre. "

Journal du lieutenant David Purner - Ce journal commence par sa demande de formation d'élève-officier en février 1942, enrôlement le 4 avril 1942, arrivée à Wendling le 24 mars 1944, abattu le 29 avril 1944, capturé le 1er mai 1944 et envoyé au Stalag Luft III. Marche forcée à Nuremberg en janvier 1945, puis à Moosburg en mars 1945 suivie de la libération du camp de prisonniers de guerre par le général George Patton le 29 avril 1945. Ce récit historique se termine par quelques reflets vivants de la vie des prisonniers de guerre.

"Double Trouble Mission Notes" Un récit de première main du S/Sgt George J. Reade George J. Reade était un jeune de 19 ans de Brooklyn, NY, lorsqu'il s'est enrôlé dans l'Army Air Corps. Il était l'un des quatre frères trois servis en Europe et le quatrième dans le Pacifique. Tous sont rentrés sains et saufs chez eux à la fin de la guerre en 1945. Ce sont les notes contemporaines de première main de George lors de ses 28 missions à bord du "Double Trouble" avec le 392nd Bomb Group, Squadron 578. Elles ont été fournies par Audrey-Ann Byron et Michael Reade.

Le journal de combat du S/Sgt Theodore A. Rausch - 26 VOYAGES EN ENFER - Les 26 missions du H.W. L'équipage Miller du 1er décembre 1943 au 24 mars 1944.

Lieutenant Jim Reynolds (cp) - Dernière mission de l'équipage Hummel, abattu le 23 mars 1945 (Wesel Mission). "Au cours des 81 dernières heures, j'avais volé d'Angleterre en Allemagne, été abattu, blessé, capturé, secouru, hospitalisé, fait de l'auto-stop à travers une partie de l'Allemagne et de la Belgique, puis ramené en Angleterre."

S/Sgt. Robert H. Richards - Le mitrailleur RW de l'équipage Beuchler, a effectué 20 missions entre le 11 juillet et le 12 septembre 1944. S/Sgt. Roberts a passé l'hiver à Luft 4. En février 1945, il a participé à la marche forcée à travers l'Allemagne qui s'est terminée à Halle, en Allemagne, le 26 avril.

James M. Ross - NOTRE TOUR SUIVANT - raconté à son fils, James E. Ross L'histoire complète d'un croisé de la Seconde Guerre mondiale, de l'intronisation aux missions qu'il a effectuées, à l'abattage, à la capture, à la vie dans 3 camps de prisonniers de guerre différents et à un survivant de la marche de la mort , à la libération et à la décharge. C'est l'histoire pour tous les éducateurs de connaître la vie d'un soldat de la Seconde Guerre mondiale.

Everett F. Satterly - L'histoire de l'ingénieur de l'équipage de James Sibley du 578th Bomb Squadron.

Birdie Schmidt Larrick - LA FAÇON QUE C'ÉTAIT, Souvenirs sur l'aéroclub de la Croix-Rouge américaine à Wendling par Birdie Schmidt Larrick. Birdie était le directeur du programme ARC au 392e BG de décembre 1943 au début de 1945. Elle était si appréciée qu'un des avions du groupe a été nommé en son honneur. Cette histoire et les nombreuses photos qui l'accompagnent donnent une image de la vie au 392e qui n'est pas autrement documentée.

Birdie Schmidt Larrick - L'aéroclub de la Croix-Rouge américaine à Wendling, Une brève histoire et des histoires de l'aéroclub de la Croix-Rouge américaine du livre des croisés du 20e siècle en quatre sections.

Sgt. Bernard Expéditeur - 579e mécanicien de tourelle - Sgt. Sender raconte le quotidien d'un mécanicien aéronautique à Wendling.

Louis M. Stephens - UNE COURTE SAGA - Notre équipage a effectué 7 autres missions avant d'être abattu le 9 septembre 1944 lors d'une mission à Maintz, en Allemagne. Il y a eu deux explosions qui ont détruit JAW-JA-BOY immédiatement après avoir dépassé la cible. Bill Riddleberger et moi avons été soufflés hors de l'avion par la deuxième explosion qui était le seul moyen pour nous de sortir.

Robert Tays, pilote, 578e Escadron - FERRY CREW - Convoyage des B-24 endommagés de la France vers l'Angleterre.

John G. Thiel - Sgt, opérateur radio/artilleur, 576th Sqdn - "J'étais artilleur opérateur radio sur des B-24 avec le 576e escadron du 392e groupe de bombes volant à partir de Kings Lynn (près de Norwich) en Angleterre. J'ai effectué 30 missions et nous avons été abattus "

S/Sgt. Jackson A. Tupper - Ses souvenirs en tant qu'ingénieur adjoint de l'équipage du lieutenant Burrell Ellisons dans le 576th B.S. 1943 - 1945

L'équipage de Bob Vickers - The Niagara Special Legacy - Le crash, l'équipage et le retour en France C'est l'histoire écrite par Keith Roberts, Vickers Crew Navigator, sur le crash et les événements qui ont eu lieu lorsque l'équipage est revenu sur le site du crash en 1998.

2e lieutenant John Wall (KIA 29 avril 44) - Mme Carol (Wall) Williams se souvient de son frère - "Ma prière est que cette histoire ne glorifie pas l'événement de la guerre. Les mots ne peuvent jamais exprimer les sentiments des familles lorsque leurs jeunes hommes sont envoyés pour tuer ou être tués. peu importe à quel point la cause peut sembler noble car il n'y a pas de gagnant lorsque la crème de cette génération meurt. Ce n'est qu'en vivant cette période que quelqu'un peut vraiment ressentir les douleurs de la guerre : »

"Farmer" de Londres fait partie de l'équipe de nettoyage de l'intérieur du bombardier - par David Ward - "Au fil du temps, on m'a demandé de nettoyer l'intérieur du Liberator après le retour des raids. Naturellement, j'ai sauté sur l'occasion et j'ai reçu un "vélo de service". « camion, un véhicule qui était un type de tracteur sans cabine, soutenu par un châssis qui roulait sur des chenilles. »

"Waugh Crew" Dans son manuscrit "Not Forgotten". Doug Willies raconte "L'histoire de l'équipage du B-24 qui fut le premier à voler "Ginger", le dernier à voler "Alfred" et comment on se souvint d'eux cinquante ans plus tard." Il décrit les hommes qui faisaient partie de l'équipage du 2/Lt Colby Waugh, leur entraînement, leurs missions, leur accident mortel près d'Upper Sheringham, Norfolk, Angleterre, le 4 janvier 1944, et le mémorial dans le village qui les honore. Les recherches approfondies de Doug ont été effectuées "en gratitude pour la liberté dont nous jouissons aujourd'hui".

Wyatt crew - Dédicace & Mémorial 29 avril 2004 - Annette Tison et sa famille se rendent sur le site du crash de son oncle de l'équipage Wyatt et y consacrent un mémorial. Il s'agit d'un grand témoignage de recherches individuelles combinées à la mise en mémoire de l'équipage 50 ans après les faits. Cette histoire devrait inspirer les autres à la recherche d'informations sur un être cher perdu pendant la guerre et sur ce qui peut être fait pour se souvenir d'eux plus d'un demi-siècle plus tard.

Stanley C. Zybort - Aircrew SGT - Le dernier vol de Zybort et les événements d'être abattu et un prisonnier de guerre. - Prendre une poignée après l'autre en jetant le frottement hors de l'ouverture. Je branche mon casque et rapporte au capitaine de l'avion ce qui s'est passé. Armetta est hors de combat. Il a l'air choqué. Dans un état second ! Je jette l'irritation. Quelques secondes plus tard, la flak frappe l'avion. Un trou juste à droite et légèrement en dessous de moi. Une explosion de boule de feu orange et noire sort du trou. Je rebondis. Je suis touché. Le mollet de ma jambe gauche me brûle. Ma combinaison de vol est déchirée là où j'ai été touché.


Crash Report Libertor A.N.925, 18 février 1942 (2 sur 3) - Historique

Jayne a posté ce commentaire sur le post de Kaimai Crash :

J'ai appelé ce soir un ami et collègue chercheur qui en sait un peu plus sur l'histoire de Whenuapai, et lui ai demandé plus d'informations.

Apparemment, il y a eu deux crashs du Liberator à l'aéroport de Whenuapai vers 1943 (qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, était le seul aéroport principal d'Auckland). L'un d'eux reste classé secret, mais les bombes à bord lorsqu'il s'est écrasé auraient été entendues dans tout Auckland. L'autre concernait les victimes civiles.

Selon le chercheur, les personnes à bord comprenaient des Japonais et des Taïwanais, amenés de tout le Pacifique, et apparemment ils étaient impliqués dans un échange planifié contre des troupes alliées. Les corps après le crash ont été incinérés secrètement la nuit, puis les cendres ont été stockées et ne sont retournées dans leurs pays respectifs qu'après la guerre.

Tout autour, un triste incident.

Mise à jour, septembre 2010 : un autre article sur les accidents de guerre de Whenuapai, ici.

17 commentaires :

Merci pour ça Lisa, excellent travail :)
Je demanderai ce livre à notre bibliothèque locale, c'était un événement très triste pour toutes les personnes impliquées.

1966 Encyclopaedia of New Zealand a des détails sur deux accidents à Whenuapai en 1942 et 1943 :
http://www.teara.govt.nz/1966/D/DisastersAndMishapsAirLosses/Pre-warAndWartimeAccidents/en

Merci beaucoup pour ce lien.

Mon grand-père était le copilote de ce crash, il a été interviewé par une émission de télévision néo-zélandaise faisant une histoire à ce sujet. Il m'en parlait souvent quand j'étais plus jeune.

Merci d'être passé nous informer. Si vous le souhaitez, n'hésitez pas à nous en dire plus.

Très intéressé de lire ceci, car j'ai essayé de savoir si Kendrick Smithyman a vu cet épouvantable accident et si la vue aurait pu l'aider à se retirer de l'armée de l'air et de tout ce qui concerne le vol.

Avez-vous envie de prendre un café/une bière/un déjeuner (mon cri !) et de discuter de Smithyman et de questions relatives à vos propres intérêts de recherche ? Je serais ravi si vous le faisiez ! Mon e-mail est [email protected] si vous avez envie de laisser tomber une ligne.

Salut maps, attends un e-mail de ma part bientôt. À votre santé!

salut
J'étais dans la RNZAF plusieurs années après que cela se soit produit. À Whenuapai (de 1967 à 1972 environ), il y avait une vieille épave d'avion visible juste au large de l'île Herald. On m'a dit que c'était un bombardier de guerre qui s'était écrasé. Cependant, on m'a dit qu'il y avait un autre bombardier de la Seconde Guerre mondiale qui s'était écrasé sur des terres agricoles à l'autre extrémité de la piste de Whenuapai, et celui-ci avait censément une grosse charge d'armes à bord car il y avait une énorme explosion. De plus, mon père était dans la RNZAF à Whenuapai pendant la Seconde Guerre mondiale en tant que contrôleur de la circulation aérienne, puis a été affecté à Gualdalcanal la veille de son départ, un Lockheed Ventura s'est écrasé à travers le toit incurvé du hangar en béton sud. Pendant de nombreuses années, la réparation du toit était visible à l'intérieur comme à l'extérieur. J'ai essayé de trouver des informations sur ces événements, je n'ai jamais eu de chance.
[email protected]

Merci pour votre commentaire. Je remarque qu'il y a beaucoup de références de fichiers sur Archway à des accidents survenus à Whenuapai pendant la Seconde Guerre mondiale. Je vais voir si je peux les rassembler dans une liste avec des dates pour un autre article et vous envoyer le lien. À votre santé.

Ma grand-mère a aidé à identifier les morts dans cet accident d'avion le 4 août 1943. Elle était mariée à un Japonais qui était l'un des prisonniers de guerre sur l'île de Soames.
Il existe un livre fictif sur l'internement des Japonais/étrangers en Nouvelle-Zélande intitulé "The Swap" écrit par Wendy Catran basé sur des faits.
It is also recorded in the book "Tact and Tenacity" a book about the 1st 60 years of Women police in NZ..my grandmother helped Edna Pearce (she was in the 1st intake of policewomen)set up and run an internment camp at Pokeno for the Japanese women.
When the plane crashed my grandmother and her husband acted as interpreters between the police and survivors and helped identify the dead..
In 2006 the NZ Police presented my grandmother with an award and thanked her for her volunteer help during that time.
She has lived in Japan since 1946. but periodically visited NZ..
If you google her name.. Jessie Banno..and check out the Police 10 4 that comes up it will tell you about her

Hi Rhonda. Thank you very much for your comment -- your grandmother sounds like she was an amazing woman. There's information about her service here.

She is an amazing woman. she will be 100 next year.
Yes I was fortunate to be given the video of her receiving that award by the reporter who did the story on TV1

If you like, Rhonda -- I'd be delighted and honoured to publish a guest post by you here on Timespanner about her. Feel free to contact me at [email protected]

This just received from a reader, Mitchell Hutchings:

"Hi – I’ve just read your post about the 1943 crash at Whenuapai. My father grew up in Greenhithe and was an avid plane spotter. He was a teenager when the crash occurred and always told us how he and his mates rowed over from “Devil’s Back” to the crash site once the military cordon had been lifted. They obviously went at low tide as he recounted having a good look all over the plane. He delighted in scaring us kids by describing how they lifted up a piece of wing and found a severed hand beneath! For many years we had an old fuselage door from the plane, which was a good source of hard-to-find aluminium after the war. I also have the navigator’s map folder that Dad retrieved and cleaned – a somewhat macabre souvenir from a wartime accident.

"There is still part of the wreckage visible at low tide just off the Hobsonville approaches to the Upper Harbour Bridge. At least that’s what I’ve always understood it to be. Many years ago it was way more recognisable as a piece of aircraft."

Hi, I am leading a project at Hobsonville Point Secondary which is investigating and doing archaeology around the crashes from Whenuapai. We have been out to investigate the wreckage by the Upper Harbour Bridge and found that it is a piece of a wing - but we can't identify if it is in fact from the Liberator or some other crash. Any help with this would be much appreciated.

We are also planning to go and see if there are any other pieces we can find in the mud-flats off the end of Pohutukawa Rd - any confirmation that we might be looking in the right place would also be greatly appreciated!


Gordon Henry Taylor "Gord" Farquharson

By P/O H. R. McDONALD, A Canadian Airfield in France, June 29, 1944 - (CP) - Canadian fighter planes, in one of the most brilliant achievements in the history of the R.C.A.F., shot down 26 out of a total of 34 enemy aircraft destroyed over the Normandy front between dawn and dusk yesterday.
In addition, R.C.A.F. pilots chalked up a number of enemy planes probably shot down and a number of others which were damaged.
Four pilots scored double kills. They were W/C J. E. (Johnny) Johnson, English&ndashborn commander of a Canadian fighter wing operating from an R.C.A.F. base in Normandy, and F/Ls. H. C. Trainor, Charlottetown W. T. Klersy, 14 Harcroft Rd., Toronto, and R. K. Hayward, St. John's, Nfld.

Destroys Two, Damages Third
Hayward destroyed two FW-190's and damaged a third, which gave him the highest R.C.A.F. individual score of the day.
Earlier reports indicated the Canadian airmen had downed 18 enemy planes in yesterday's daylight operations.
The complete figures were reached by intelligence officers today after a period of aerial operations which exceeded in intensity anything since the Allied Normandy beachhead was opened June 6.
Besides the toll of enemy planes, which included all fighter types, R.C.A.F. pilots also strafed transport on the roads.Final claims on two aircraft are being sifted
Among the R.C.A.F. Spitfire pilots contributing to the total with one Hun each were: F/Ls. Irving Kennedy, Cumberland, Ont. G. R. Patterson, Kelowna, B.C. J. McElroy, Kamloops, B.C. Henry Zary, New York R. M. Stayner, Saskatoon A. F. Halcrow, Penticton, B.C. G. W. Johnson, 102 Beechwood Ave., Hamilton, Ont. D. E. Noonan, 146 Willingdon Ave., Kingston, Ont. J. P. Rainville, Montreal and Flying Officers W. J. Banks, Leaside, Ont. et G. H. Farquharson, Corbyville, Ont.
W/C Johnson's score of two brought his total of enemy planes downed to 32, equaling the mark set by G/C A. G. (Sailor) Malan, a South African now on ground duty.
Among the R.C.A.F. fliers scoring probables were F/O A. C. Brandon, Timmins, Ont. F/O J. B. O'Sullivan, Vancouver and P/O J. M. Flood, Hearst, Ont.

Nine Others Damaged
At least nine others wire damaged by fliers of the R.C.A.F.
Of the wings comprising G/C W. (Bill) MacBrien's R.C.A.F. sector, the one led by 22-year-old W/C George Keefer, D.F.C. and Bar, Charlottetown, was high scorer of the day with 13 confirmed victories. Johnson's wing was second with seven, in a close race with a unit led by W/C R. A. Buckham, Vancouver.
The margin for Keefer's wing was established in two dusk operations in which seven enemy planes were destroyed and two damaged. In the first action Hayward sighted more than 25 Nazi fighters and led his formation in pursuit. He damaged one.
Later the same Spitfires became embroiled with a dozen FW-190's, and Hayward got two of them. The first fell out of control, and the second burst into flames and crashed after Hayward had followed it down to tree-top height.
"The Huns were like bees,&rdquo said WO. Murray Havers, 1 Lloyd St., Hamilton. Ont. "They seemed confused and acted as though they did not know what they were doing."
The Canadian airmen said the Germans did not put up much of a fight despite their numerical advantage.
Other Canadians credited with kills during the day were F/O G. R. Stephen, Montreal F/O Larry Robillard, Ottawa F/O W. A. Gilbert, Dartmouth, N.S. F/O Don Goodwin, Maynooth, Ont. and F/O Tommy Wheler, 10 Beauford Rd., Toronto.
F/O Klersy took a prominent part in athletics at St. Michael's College, playing hockey and rugby. He also rowed for his college, and was goalie for Ostrander's mercantile hockey team. Enlisting in June 1941, he took aircrew training in Toronto, Oshawa and Dunnville and after nearly a year with a fighter squadron at Bagotville, F/O Klersy went overseas in May 1942.
The 21-year-year old airman is the son of Mr. and Mrs. W. P. Klersy, 14 Harcroft Rd.

Born in Toronto, 10 May 1921
Home in Corbeyville, Ontario
In Cadet Movement for five years
Enlisted in Toronto, 28 October 1940
Trained at
No.2 ITS (graduated 20 February 1941)
No.2 EFTS (graduated 22 April 1941) &
No.32 SFTS (graduated 17 July 1941)
Flight Sergeant on 1 February 1942
Warrant Officer on 1 August 1942
P/O 29 September 1942
F/O 1 January 1943
F/L 10 April 1944
Posted overseas in July 1941
Further trained at No.54 OTU
Posted to Malta, 3 May 1942
- via aircraft carrier fly-off on 9 May 1942
Assigned to No.126 Squadron
Returning to Britain, he was injured in a
- Liberator crash at Gibraltar, 31 Oct. 1942 *
Assigned to
No.61 OTU, 2 December 1942
No.416 Squadron, 10 September 1943
Repatriated to Canada, 29 September 1944 &
- after staff postings
(notably No.6 Repair Depot, January to May 1945)
He was released on 14 September 1945.

TEN AWARDS ARE ISSUED TO RCAF MEN

Ottawa, Aug. 28, 1944 - (CP) - Air force headquarters announced tonight 10 awards &mdash three Distinguished Service Orders, four Distinguished Flying Crosses and three Distinguished Flying Medals &mdash to members of the RCAF serving overseas.
The D.S.O. went to three officers who previously had received the D.F.C. They were honored for continuing to display exceptional skill, determination and devotion to duty. The awards:

D.S.O.
S/L G. D. S. Koester, D.F.C., Guatemala.
S/L J. R. McDonald, D.F.C., Victoria.
F/L H. B. Hay, Edmundston, N.B.
D.F.C.
S/L B. D. C. Patterson, Calgary.
F/L D. W. McGowan, Saskatoon.
F/L T. A. Brannagan, Windsor.
F/O G. H. Farquharson, Corbyville, Ont.
D.F.M.
Sgt. D. C. Harkness, whose wife, Mrs. P. L. Harkness, lives at 400 Woodfield Rd., Toronto.
Sgt. D. R. McEvoy, Lindsay Ont., (reported missing June 16, 1944).
Sgt. D. J. Webb of Kelowna, B.C.

FARQUHARSON, F/O Gordon Henry Taylor (J15976) - DFC - No.416 Sq.
Award effective 21 August 1944 as per London Gazette dated 29 August 1944 &
AFRO 2373/44 dated 3 November 1944.

Flying Officer Farquharson is a keen and enthusiastic fighter pilot. He has led his flight on numerous occasions and has proved himself a good and capable leader. He has destroyed at least four enemy aircraft.

Victories Include :


11 July 1942
13 juillet 1942
28 July 1942
27 Aug 1942
13 Oct 1942


JER McRae, HV West, GH Farquharson, JB Gould, HG McNab & DF Prentice

All content should be considered the property of the contributers and/or The Canadian Fighter Pilot & Air Gunner Museum - unless otherwise noted


Part 1: An Alleged 1953 UFO Crash and Burial Near Garrison, Utah

November 10, 2005 – Fifty-two years ago on May 20, 1953, it’s been said by a variety of sources that some kind of unidentified aerial craft allegedly crashed in a desert site near Kingman, Arizona. Follow the red arrow in the map below from Kingman to the yellow marked location two hundred miles straight north. The yellow marks a dry lakebed east of Fishlake National Forest which the U. S. government photographed in a grid pattern on June 11, 1953.

Red arrow points 200 miles straight north from Kingman, Arizona, to the yellow-colored DRES facility near alleged lakebed crash site, perhaps in May 1953.

Two dozen high altitude photographs were taken in a grid pattern of a large triangular feature in the dry lakebed near a government facility known as the Desert Research Experimental Station, or D.R.E.S. The triangle measured approximately 4,400 feet long and 2,700 feet wide. The measurements are from a 1999 geologist’s analytical report.

“M 14 AMS 11 June 53 126.” Aerial photograph taken on June 11, 1953, one of two dozen all focused on the region of the triangle feature which measures 4,400 feet long by 2,700 feet wide.

The location of this unusual triangle feature is 175 miles south of the highly classified Dugway Proving Grounds. At least one former United States Air Force pilot says he has firsthand knowledge that a large aerial vehicle “not from this world” impacted in 1953 where the triangle was dug to bury the craft – and perhaps to provide a permanent marker in the lakebed for unknown purposes.

Dugway Proving Grounds and its highly classified test center are 175 miles north of the DRES facility and the odd triangular crash site. Dugway is south of Salt Lake City, Utah.

The nearest small town to the lake bed is Garrison, Utah. A few miles beyond is Baker, Nevada, where at least one local resident remembers a vivid explosion of something in the direction of the lakebed around 1953.

Garrison, Utah is 30 miles northwest of the DRES facility. Baker, Nevada, is ten miles beyond Garrison.

On July 16, 2005, I’m standing inside the odd triangle feature in the lakebed. Three miles away beneath the yellow arrow is the U. S. Forest Service’s Desert Research Experimental Station, DRES.

Linda standing inside lakebed triangle on July 16, 2005. Arrow points to DRES facility three miles away, highlighted by yellow arrow. Photograph by Steve Jones.

The Desert Experimental Research Range was established in 1933 by President Herbert Hoover “as an agricultural range experiment station,” covering 87 square miles.

Map of the DRES’s 87 square miles featured in plaque at DRES facility which was established in 1933 by President Herbert Hoover. Photograph by Linda Moulton Howe.

According to U. S. government history about the site, range lands during the severe drought years of the 1930s had deteriorated, affecting survival of livestock and ranchers. No one knew how to manage desert plants, so the Desert Experimental Range was created to learn.

Dry, cracked lakebed inside triangle near DRES on July 17, 2005. Photograph © 2005 by Linda Moulton Howe.

In 1933, the Civilian Conservation Corps, or CCC, built the DRES facility where the yellow arrow points below. 135 miles of fence was also built by the CCC to mark the boundary of DRES using hundreds of wire rolls and over 40,000 wood posts cut by hand. Most of the original posts still stand ­ a testament to the dry, high desert climate there.

Road and 1933-built fence to lakebed triangle. Arrow points to DRES. Photograph © 2005 by Linda Moulton Howe.

By 1935, the CCC built these two stone obelisks as a gate entrance to DRES, indicated by the yellow arrow.

Stone obelisk gate to DRES, July 17, 2005. Photograph © 2005 by Linda Moulton Howe.

Two and a half decades later on October 26, 1976, the United Nations Educational Scientific and Cultural Organization formally dedicated the Desert Experimental Range as part of the “international network of biosphere reserves. This network of protected samples of the world’s major ecosystem types is devoted to conservation of nature and scientific research in the service of man. It provides a standard which the effect of man’s impact on his environment can be measured.”

Ordered by Amadon-Mahtai M’Bow, Director General of UNESCO on October 26, 1976, under the decision of the Bureau of the International Coordinating Council of the “Program On Man and the Biosphere.” Exactly why this occurred and what the legal implications are in making DRES a U. N. biosphere are still not clear.

United Nations Biosphere Reserve Designation for DRES by UNESCO on October 26, 1976. Plaque built into stone at driveway entrance to DRES buildings. Photograph © 2005 by Linda Moulton Howe.

Today in 2005 from the outside, the DRES facility looks run down with paint peeling badly on all the buildings. But a strange juxtaposition to all the peeling paint and boarded up windows are new padlocks and many new doors with brand new solid locks. [ Editor’s Note: Stan Kitchen, current manager of the DRES installation since 1999, says he has been forced to put on new doors and locks because vandals have broken into the facility. But he has no knowledge about the triangular feature in the lakebed. ]

Weed-filled circular driveway ringed by deteriorating DRES buildings and empty flagpole. July 17, 2005 photograph © by Linda Moulton Howe. Peeling paint and boarded up DRES buildings. July 17, 2005 photograph © by Linda Moulton Howe. New lock hardware on peeling paint at DRES, July 17, 2005. Photograph © by Linda Moulton Howe. New lock on brand new door surrounded by peeling paint, July 17, 2005. Photograph © 2005 by Linda Moulton Howe.

The new doors and locks stand out as peculiar amid all the peeling paint and unkempt look of the buildings and grounds. There is also fresh weather caulking around the doors.

Above: New door and locks surrounded by peeling paint. Below: Fresh weather caulking on peeling paint around new door, July 17, 2005.
Photograph © 2005 by Linda Moulton Howe.

From behind one of the decrepit-looking DRES buildings, a new mono-directional antenna is powered by a new solar energy array constructed several hundred yards from the DRES facility.

Above and below: Mono-directional antenna powered by new solar energy array, July 17, 2005.
Photographs © 2005 by Linda Moulton Howe.

Continued in Partie 2 – An Intelligence Safe House Hiding in Plain Sight?


Crash Report Libertor A.N.925, 18 February 1942 (2 of 3) - History

Visit Military Aircraft Crash Sites
In the USA
You can purchase the military aircraft accident report and crash site pictures from AAIR for any of the aircraft crashes below.
See our ordering information page to learn how.

North American F-100 Super Sabre
F-100D s/n 55-3789
17 NOV 59
15 miles northwest of Las Vegas NV

Lockheed P-38 Lightning
P-38L s/n 44-24492
17 SEP 45
30 miles northeast of Daggett CA

Consolidated B-24 Liberator
B-24J s/n 42-50890
15 SEP 44
10 miles north of Flagstaff AZ

Lockheed P-80 Shooting Star
P-80A s/n 48-85271
11 APR 53
28 miles east of Boulder City Nevada

Vultee BT-13 Valiant
BT-13A s/n 42-42223
13 FEB 43
60 miles northeast of Marana AAF Arizona

Featured Crash Site
Yap Expedition
June 2006
U.K. Crashes
Virtual Crash Site Tour
Northrop T-38 Talon
T-38A s/n 61-0928
18 APR 1967
Devils Canyon AZ
Consolidé PBY Catalina
PBY-5A Bu# 48416
4 MAY 1945
Sausalito California
Martin PBM Mariner
PBM-5 Bu# 45415
30 NOV 1944
Mount Tamalpias California
North American F-100 Super Sabre
F-100D s/n 56-2931
1 JUN 1960
25 miles north of Nellis AFB NV
Bell P-39 Airacobra
P-39Q s/n 44-3082
29 JAN 1945
40 miles north of Las Vegas NV
Republic F-84 Thunderstreak
F-84F s/n 52-7071
14 JAN 1958
7 NE Swansea AZ
Northrop T-38 Talon
T-38A s/n 61-0921
26 JUL 1971
Superstition Mountains AZ
Douglas B-23 Dragon
B-23 s/n 39-052
29 JAN 1943
Loon Lake ID
Boeing B-17 Flying Fortress
B-17C s/n 40-2047
2 NOV 1941
Tells Peak, 25 east of Georgetown CA
Cessna UC-78 Bobcat
UC-78B s/n 43-7968
24 JAN 1945
10 miles south of Arlington AZ
Sabre nord-américain F-86
F-86A s/n 49-1148
10 MAR 1952
5 miles southwest of Patten ME
Boeing B-29 Super Fortress
B-29A s/n 44-69943
30 JUN 1945
95 Miles East of El Paso TX
North American T-6 Texan
T-6D s/n 44-81553
28 AUG 47
16 Miles Northeast of Williams AFB
Northrop F-5 Tiger
F-5E Aggressor
Central Nevada
Beechcraft C-45 Expediter
C-45F s/n 44-87062
8 APR 46
Near Danville CA
McDonnell F-101 Voodoo
F-101B s/n 58-0264 & F-101B s/n 58-0301
15 DEC 62
19 miles southeast of Yucca AZ
Lockheed P-38 Lightning
P-38L s/n 44-24745
26 FEB 45
10 miles west of Geyserville CA
Chance Vought F4U Corsair
F4U Bu# 50391 & FG-1 Bu# 13858
4 OCT 45
Mt. Tamalpias CA
Douglas C-47 Skytrain
C-47D s/n 44-76266
30 DEC 51
35 miles north of Globe AZ
AAIR field report for July 1998

To make up for missing July's crash of the month AAIR has posted a field report of our activities over the last few months to let you know why we have been so busy.

Sabre nord-américain F-86
F-86F s/n 52-5013
5 FEB 54
18 miles northwest of Moapa NV
Boeing B-17 Flying Fortress
B-17F s/n 42-5318
30 MAY 43
10 miles northeast of Covelo California
North American AT-6 Texan
AT-6D s/n 42-85684
14 MAR 45
20 miles west-northwest of Tonopah Arizona
Douglas AD Skyraider
AD-6 Bu# 135254 & AD-6 Bu# 135264
26 AUG 54
Mount Saint Helena California
General Dynamics F-16 Fighting Falcon
F-16A s/n 80-600
12 JAN 83
T-Bird Lake Nevada
North American B-25 Mitchell
B-25J s/n 44-31401
11 AUG 45
25 miles south-southwest of Yucca Arizona
Consolidated B-24 Liberator
B-24E s/n 42-7350
22 MAR 44
22 miles southeast of Willcox AZ
North American F-100 Super Sabre
F-100F s/n 56-3743
7 MAY 63
16 miles west of Wickenburg AZ
Lockheed F-104 Starfighter
F-104G s/n 63-13270
3 MAR 66
5 miles west of Aguila AZ
Gruman F6F Hellcat
F6F-3 Bu# 42746
21 AUG 45
5 miles north of Rodeo NM
Republic F-84 Thunderjet
F-84F s/n 52-6833
16 MAY 61
13 miles west of Wickenburg AZ
Douglas SBD Dauntless
SBD-3 Bu# 06630
10 SEP 42
90 miles east of Tucson AZ
Abandoned
WWII Airfield
17 miles west of Wickenburg AZ

You can purchase the military aircraft accident report and crash site pictures from AAIR for any of the aircraft crashes below.
See our ordering information page to learn how.


Horsham St Faith

Aerial photograph of Horsham St Faith airfield, 16 April 1946, taken by No. 541 Squadron, sortie number RAF/106G/UK/1428. English Heritage (RAF Photography).

Airmen of the 458th Bomb Group gather outside a hangar before a mission in July 1944. In the foreground are Joe Kania (without cap), Charlie Aillet (with cap) and Bob Vincent (with cigar). Image via Lieutenant Vincent Handwritten caption on reverse: 'Intill smoke cigars, 753rd Hangar & operations. Kania W/O cap, Cullet W/ Cap, Vincent with cigar.'

Pilots of the 56th Fighter Group relax with the papers or a pack of cards at a dispersal point rest room at Horsham St. Faith air base. Passed for publication 29 May 1943. Printed caption attached to print: 'A Match for the Nazi - F.W. 190 - the "Thunderbolt" New American High-Altitude Fighter. The latest Amerian single-seater fighter, the Republic P.47, known as the "Thunderbolt" has been in operation from British bases for some time. The largest and heaviest single-seater fighter - around 40,000 ft - the "Thunderbolt"'s top speed rated in excess of 400 m.p.h., at altitude, is derived from a Pratt and Whitney Radial engine of 2,000 h.p. fitted with Turbo-Supercharger. The armament consists of eight and a half in. calibre magine guns, these give a total rate of fire of 6,400 rounds a minute. In a series of operations they have shot down several of the German crack Fw 190s. Photograph shows - Crew at ease at dispersal point rest room. FOX MAY 1943.

Pilots of the 56th Fighter Group discuss route for a prospective sweep at Horsham St. Faith air base. Passed for publication 20 May 1943. Intelligence Officer David W. Robinson, in shirt sleeves, stands behind the group. Printed caption attached to print: 'A Match for the Nazi - F.W. 190 - the "Thunderbolt" New American High-Altitude Fighter. The latest Amerian single-seater fighter, the Republic P.47, known as the "Thunderbolt" has been in operation from British bases for some time. The largest and heaviest single-seater fighter - around 40,000 ft - the "Thunderbolt"'s top speed rated in excess of 400 m.p.h., at altitude, is derived from a Pratt and Whitney Radial engine of 2,000 h.p. fitted with Turbo-Supercharger. The armament consists of eight and a half in. calibre magine guns, these give a total rate of fire of 6,400 rounds a minute. In a series of operations they have shot down several of the German crack Fw 190s. Photograph shows - Crew discussing prospective sweep at dispersal point. FOX MAY 1943.

Men of the 56th Fighter Group gather outside a hangar at Horsham St. Faith air base to listen to radio reports of Lieutenant Ralph A. Johnson's dramatic bail out from his P-47 Thunderbolt over the North Sea, 26 June 1943. Printed caption on reverse of print: 'Men listening to radio as Lt. Ralph Johnson bails out of damaged P-47.'

P-47 Thunderbolts of the 62nd Fighter Squadron, 56th Fighter Group, lined up on the grass at Horsham St. Faith air base. Passed for publication 10 May 1943. Printed caption attached to print: 'The "Thunderbolt" - newest American fighter plane to reach Britain, Designed for fast speeds at high altitudes, the "Thunderbolts", newest American fighter plane to arrive in this country, has a wingspan of 41 feet, a 2,000 H.P. engine and a speed of over 400 M.P.H. Its ceiling, range and other details are still a secret. In the U.S. where it is in quantity production for the U.S.A.A.F. It is known as the P-47. Associated Press Photo shows: "Thunderbolts" lined up awaiting the take-off at a U.S. fighter station "somewhere in England".

P-47 Thunderbolts of the 62nd Fighter Squadron, 56th Fighter Group, lined up on the grass at Horsham St. Faith. Passed for publication 10 May 1943. Printed caption attached to print: 'The "Thunderbolt" - newest American fighter plane to reach Britain, Designed for fast speeds at high altitudes, the "Thunderbolts", newest American fighter plane to arrive in this country, has a wingspan of 41 feet, a 2,000 H.P. engine and a speed of over 400 M.P.H. Its ceiling, range and other details are still a secret. In the U.S. where it is in quantity production for the U.S.A.A.F. It is known as the P-47. Associated Press Photo shows: "Thunderbolts" lined up awaiting the take-off at a U.S. fighter station "somewhere in England".

Flying crew quarters of the 458th Bomb Group at Horsham St Faith. Handwritten caption on reverse: 'Flying Crew Quarters at Horsham, 458 BG.'

B-24 Liberators of the 458th Bomb Group line up for take off at Horsham St Faith. Handwritten caption on reverse: '458 BG Libs waiting to take off on mission. 81781 AC.'

A mobile control tower of the 458th Bomb Group at Horsham St Faith. Image via Tim W Kinnally Printed caption beneath image: 'Mobile Control Tower, 458th BG, Hosham St Faith.'


First Teddy bear goes on sale

On February 15, 1903, toy store owner and inventor Morris Michtom places two stuffed bears in his shop window, advertising them as Teddy bears. Michtom had earlier petitioned President Theodore Roosevelt for permission to use his nickname, Teddy. The president agreed and, before long, other toy manufacturers began turning out copies of Michtom’s stuffed bears, which soon became a national childhood institution.

One of Theodore Roosevelt’s hunting expeditions provided the inspiration for the Teddy bear. Ironically, though he was an avid conservationist, Roosevelt-led hunting trips often resulted in excessive slaughter, including one African trip during which his party killed more than 6,000 animals for sport and trophies. However, the idea for the teddy bear likely arose out of one of Roosevelt’s more compassionate acts.

Reports differ as to the exact details of the inspiration behind the teddy bear, but it is thought that while hunting in Mississippi in 1902, Roosevelt came upon an old injured black bear that his guides had tied to a tree. (The age, sex and state of health of the bear remain contested.) While some reports claim Roosevelt shot the bear out of pity for his suffering, others insist he set the bear free. Political cartoonists later portrayed the bear as a cub, implying that under the tough, outdoorsy and macho image of Roosevelt lay a much softer, more sensitive interior.


Service

Personnes

Thomas Baker

Militaire | 93e groupe de bombes
While assigned temporarily out of North Africa, on February 25, 1943, Baker flew as a passenger B24 41-23740. 'Red Ass' was forced to land in Spanish Morocco. The crew was interned. Chapter 10 of Ted's Travelling Circus chronicles their adventures in.

Lyman Dulin

Militaire | Master Sergeant | Ground crew | 93e groupe de bombes
While assigned temporarily out of North Africa, on February 25, 1943, Dulin was a passenger on B24 41-23740 'Red Ass' was forced to land in Spanish Morocco. The crew was interned. Chapter 10 of Ted's Travelling Circus chronicles their adventures in.

Alex Halbridge

Militaire | Sergeant | Engineer | 93e groupe de bombes
While assigned temporarily to fly out of North Africa, on February 25, 1943, B24 41-23740 'Red Ass' was forced to land in Spanish Morocco. The crew was interned. Chapter 10 of Ted's Travelling Circus chronicles their adventures in this incident.

James Holliday

Militaire | Sergeant | Radio Operator | 93e groupe de bombes
While assigned temporarily to fly out of North Africa, on February 25, 1943, B24 41-23740 'Red Ass' was forced to land in Spanish Morocco. The crew was interned. Chapter 10 of Ted's Travelling Circus chronicles their adventures in this incident.

Harold Kendall

Militaire | First Lieutenant | Pilot | 93e groupe de bombes
Harold Kendall was assigned to the 93rd Bomber Group / 409th Bomber Squadron and flew missions from England until the 93rd was temporarily assigned to fly out of North Africa in support of the Allied forces in that theater. On February 25, 1943, B-24.

Dell Kettering

Militaire | Technical Sergeant | Radio Operator | 93e groupe de bombes
Dell Kettering was on board B-24 41-23740 of the 93rd Bomber Group / 409th Bomber Squadron when it was being ferried from Port Lyautey, French Morocco to England on 25 February 1943. Short of fuel, the pilot, Lt Jacob (Jake) B. Epting, had to crash.

Ben Kuroki

Militaire | Staff Sergeant | Top Turret Gunner | 93e groupe de bombes
Crew member B-24 41-24105, flew on 1st Aug 43 Ploesti raid, returning safely to Libya. Second generation Japanese. Finished war as one of most highly decorated sergeants in WW II. Believed to be only enlisted man to fight in three theaters (Western.

George Metcalf

Militaire | Master Sergeant | Ground crew | 93e groupe de bombes
While assigned temporarily to North Africa, on February 25, 1943, flew as a passenger on B24 41-23740 'Red Ass' was forced to land in Spanish Morocco. The crew was interned. Chapter 10 of Ted's Travelling Circus chronicles their adventures in this.

Homer Moran

Militaire | Lieutenant | Co-Pilot | 93e groupe de bombes
While assigned temporarily to fly out of North Africa, on February 25, 1943, B24 41-23740 'Red Ass' was forced to land in Spanish Morocco. The crew was interned. Chapter 10 of Ted's Travelling Circus chronicles their adventures in this incident. Il était.

Albert Naum

Militaire | First Lieutenant | Bombardier | 93e groupe de bombes

Units served with

93e groupe de bombes

Grouper
Le 93e groupe de bombardement (lourd) a été activé le 1er mars 1942 à Barksdale Field, en Louisiane. Le 15 mai 1942, le groupe a déménagé à Fort. Myers, Florida to continue advanced flight training and also to fly anti-submarine patrols over the Gulf of Mexico they.

409th Bomb Squadron

Avion

41-24105 'Tupelo Lass'

Libérateur B-24
Flew on 1st Aug 43 Ploesti oil refinery raid, returning safely to Libya. Salvaged after crashing at Hardwick 11th Dec 43 on return from Emden.

41-23740 Red Ass

Libérateur B-24
Assigned to the 93rd Bomb Group, B-24H #41-23740 had been flown from the United States and delivered to the 2nd Bomb Wing on 2 December 1942. On 25 February 1943, the Liberator, piloted by 93rd BG pilot Jacob B. Epting, was being ferried from Port.

Missions

Operation Tidal Wave

1 August 1943
Operation TIDAL WAVE. B24D Liberators attack the oil refineries at Ploesti, Romania. The bombers flew low to avoid radar detection and dropped time delayed bombs. Out of the 177 B-24s that took part in the raid 167 managed to attack their targets. 57 B.


B-32 Dominator


Consolidated B-32-1-CF Dominator (S/N 42-108471)

Les Consolidated B-32 Dominator was a four-engined heavy bomber ordered by the Army Air Force at the same time as the Boeing B-29 Superfortress. In reality, the B-32 was a fall-back aircraft in the event that the complex, technology-laden B-29 did not meet its expectations as the nation's premier heavy bomber of World War II.

The Dominator's original design was similar to Consolidated's existing bomber, the B-24 Liberator, in that it used twin fins and a large Davis-type wing but it featured with a longer, rounder fuselage and a rounded nose.

Although the B-32 was designed to the same specifications as the Boeing B-29, considerably more development was necessary by Consolidated to meet the USAAF's specifications. Pressurization and remote control of the gun turrets were abandoned and the twin-ruddered B-24-type tail was replaced in 1944 by a very large B-29-type single fin and rudder.

In the end, the B-32's testing and production problems resulted in limited availability, and consequently the bomber saw little action during WWII. An airplane conceived in 1939 was not ready for war action until mid-1945. The success of the B-29 Superfortress also gave lesser importance to the B-32 program.

A total of 300 B-32s were ordered, but only 118 were delivered to the USAAF. A total of 130 were flyable, and 170 more cancelled.