Carl Lewis remporte le quatrième saut en longueur consécutif à 35 ans

Carl Lewis remporte le quatrième saut en longueur consécutif à 35 ans


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le 29 juillet 1996, la légende de l'athlétisme Carl Lewis remporte sa quatrième médaille d'or olympique consécutive au saut en longueur. Il s'agissait de la neuvième et dernière médaille d'or olympique de sa riche carrière.

Frederick Carlton Lewis est né le 11 juillet 1961 à Birmingham, en Alabama, et a grandi dans une communauté de la classe moyenne du New Jersey. Adolescent, Lewis a rencontré le champion olympique Jesse Owens, qui est devenu son héros. Il a participé à l'athlétisme, mais était sous-dimensionné jusqu'au lycée, quand il a développé les longues jambes qui aident un sprinteur à couvrir le sol et a subi une énorme poussée de croissance qui l'a obligé à marcher avec des béquilles pendant trois mois pendant qu'il peaufinait sa démarche. Une fois pleinement développé à 6 pieds 2 pouces de hauteur, Lewis a établi un record national de lycée dans le saut en longueur avec un saut de 26 pieds 8 pouces.

Après une carrière remarquable à l'Université de Houston, Lewis a remporté les 100 mètres, 200 mètres et le saut en longueur aux championnats nationaux de 1983, et est entré aux Jeux olympiques de 1984 à Los Angeles en tant que sprinteur le mieux classé au monde. Là, il a atteint son objectif de quatre médailles d'or, remportant le saut en longueur, le 100 mètres, le 200 mètres et ancrant l'équipe américaine victorieuse dans le relais 4 x 100 mètres.

La victoire à Atlanta a fait de Lewis le premier olympien depuis le lanceur de disque américain Al Oerter à remporter la même épreuve à quatre reprises. Sa carrière est considérée comme l'une des plus grandes de l'histoire de l'athlétisme.


Carl Lewis remporte le quatrième saut en longueur consécutif à 35 ans - HISTOIRE

A cette date de 1996, l'un des plus grands olympiens de tous les temps a réalisé son exploit le plus impressionnant.

Aux Jeux d'été d'Atlanta, Carl Lewis s'est hissé dans la dernière manche du saut en longueur lors de sa dernière tentative. Puis lors de son troisième saut de la ronde finale, Lewis a décoché un saut de 27 pieds, 10¾ pouces, qui l'a propulsé à la première place.

Lewis a réussi deux de ses trois derniers sauts, et lorsque Mike Powell a commis une faute lors de son dernier saut, Lewis l'avait fait.

Il a remporté le saut en longueur pour les quatrièmes Jeux olympiques consécutifs, devenant le deuxième athlète d'athlétisme à remporter quatre médailles d'or olympiques consécutives dans la même épreuve, avec le lanceur de disque Al Oerter de 1956 à 1968.

Seuls deux autres athlètes, quel que soit leur sport, ont remporté quatre médailles d'or consécutives dans une épreuve olympique : Michael Phelps au 200 mètres quatre nages individuel de 2004 à 2016, et le Danemark Paul Elvstrom dans le dériveur individuel de 1948 à 1960.

L'or était la 10e médaille de la carrière olympique de Lewis, le plaçant derrière le seul coureur de fond finlandais Paavo Nurmi (12) parmi les athlètes d'athlétisme.

Lewis a augmenté son total de carrière à neuf médailles d'or, égalant le record olympique de médailles d'or, depuis dépassé par Phelps avec 23.

Lewis s'est fait un nom olympique une douzaine d'années plus tôt à Los Angeles, remportant des médailles d'or aux 100 mètres, 200, relais 4x100 et saut en longueur. Il a établi un record olympique au 200 m et a fait partie de l'équipe de relais qui a établi un record du monde.

Lors de ces Jeux, Lewis est devenu le sixième olympien avec quatre médailles d'or en athlétisme à un seul Jeux olympiques, le premier à le faire depuis 1948. Personne d'autre ne l'a fait depuis lors.

Lewis a eu la chance de répéter cet exploit aux Jeux olympiques de 1988 à Séoul, mais il a remporté l'argent au 200, et l'équipe de relais américaine a été disqualifiée au premier tour.

Il a répété son titre de champion du 100 après la disqualification de Ben Johnson pour un test positif aux stéroïdes, faisant de Lewis le premier homme à remporter deux médailles d'or olympiques dans l'épreuve, un exploit qu'Usain Bolt a surmonté en remportant sa troisième victoire consécutive à Rio l'année dernière.

En 1992, Lewis a remporté sa troisième médaille d'or au saut en longueur et il a ancré l'équipe de relais à un record du monde, faisant de lui le seul athlète à remporter deux fois le saut en longueur et le relais 4x100 aux mêmes Jeux olympiques.

On s'attendait à ce qu'il remporte une autre médaille d'or en 1996, mais sa victoire spectaculaire est l'un des souvenirs impérissables des Jeux d'Atlanta et l'un des plus grands accomplissements de l'histoire olympique.


IL EST TOUJOURS LE ROI

Rien n'allait arrêter Carl Lewis. Pas un boycott du bloc de l'Est ou un complot de bombe local. Rien n'allait l'empêcher de devenir le plus grand athlète olympique américain d'athlétisme de tous les temps.

Peut-être y était-il déjà, mais Lewis a levé tout doute lorsqu'il a remporté sa quatrième médaille d'or consécutive au saut en longueur lundi soir et a forgé un lien personnel entre les deux olympiades d'été américaines qui auront lieu de son vivant.

Tout a commencé à Los Angeles en 1984 et s'est terminé par une victoire si improbable que même Lewis, 35 ans, avait du mal à y croire.

"J'essaie juste de comprendre comment vous êtes tous entrés dans mon rêve", a déclaré Lewis par la suite. "Je ne me souviens pas m'être levé ce matin."

Il s'est bien levé et a navigué sur 27 pieds, 10 3/4 pouces lors de sa troisième tentative de la finale du saut en longueur d'hier soir pour remporter sa neuvième médaille d'or olympique en carrière.

James Beckford d'Orlando, en compétition pour la Jamaïque, a remporté l'argent à 27-2 1/2, et son compatriote américain Joe Greene a remporté le bronze avec un bond de 27-0 1/2 dans l'un des événements les plus attendus de l'athlétisme. compétition au stade olympique.

"Je ne vois pas comment je peux surpasser cela", a déclaré Lewis, qui a célébré sa victoire en remplissant un sac en plastique avec du sable de la fosse de saut en longueur et en l'agitant à la foule.

Lewis a célébré avec le traditionnel tour de victoire sous drapeaux. Il s'est arrêté à peu près à mi-chemin de la piste pour embrasser le leader des droits civiques Jesse Jackson, puis a sprinté le reste du chemin dans l'histoire olympique. La neuvième médaille d'or a égalé la légende finlandaise de la distance Paavo Nurmi pour le plus par un athlète de piste.

"Le neuvième est le plus spécial", a déclaré Lewis après son plus long saut en deux ans. "Cela a pris le plus de concentration. Cela a pris le plus de douleur. Et cela n'aurait pas pu arriver sans beaucoup de soutien."

Si ce fut une soirée historique pour Lewis, ce fut une nuit horriblement décevante pour le détenteur du record du monde Mike Powell, qui a terminé deuxième derrière Lewis aux Olympiades de 1988 et 1992.

Il a commis une faute sur trois de ses cinq premiers sauts et s'est retrouvé en boitant avec une apparente tension musculaire à l'aine après que le drapeau rouge soit levé lors de son avant-dernière tentative. Il a essayé de faire sa dernière tentative, mais s'est effondré dans la fosse et est resté face contre terre pendant plus d'une minute, le mélange de douleur et de déception écrit sur son visage couvert de sable lorsqu'il s'est finalement relevé.

Lewis a obtenu le droit de sauter dernier dans les trois derniers tours en raison de sa place au sommet du classement lorsque le peloton a été réduit à huit. Il a choisi de conserver son énergie et de réussir sa quatrième tentative quand personne ne l'a dépassé. Il a fait sa cinquième tentative, mais n'a pas approché sa distance précédente.

Ensuite, c'était juste l'attente. Greene avait commis une faute sur ses quatrième et cinquième sauts et – avec Powell blessé – était considéré comme la compétition la plus rude de la ronde finale, mais il commettait à nouveau une faute lors de son dernier saut et envoyait involontairement la foule dans l'hystérie.

"Vous ne voulez pas que les moments olympiques se terminent", a déclaré Lewis, "mais je voulais que cette compétition soit terminée, après le troisième tour. Je pensais, finissons-en avec ça."

Quand il s'est finalement terminé, même ses concurrents n'ont pas pu se plaindre. Greene a même admis qu'il souhaitait que Lewis saute bien, même s'il essayait de sauter plus loin.

Le seul vrai suspense de la ronde finale a été fourni par Beckford, diplômé de Boone High School, dont la dernière tentative s'est déroulée à moins de huit pouces de Lewis et a fait passer le Jamaïcain de la quatrième à la deuxième place.

"Ce fut un honneur de sauter contre lui", a déclaré Beckford, "de sauter contre lui pour la dernière fois - la dernière fois pour lui."


Contenu

Il s'agissait de la 21e apparition de l'événement, qui est l'un des 12 événements d'athlétisme à avoir eu lieu à chaque Jeux olympiques d'été. Les finalistes de retour des Jeux de 1984 étaient le médaillé d'or Carl Lewis des États-Unis, le médaillé de bronze Giovanni Evangelisti d'Italie, le quatrième Larry Myricks des États-Unis, le septième Junichi Usui du Japon, le huitième Kim Jong -il de Corée du Sud, et l'Espagnol Antonio Corgos, dixième. Le médaillé d'argent de 1984, Gary Honey d'Australie, a été inscrit mais n'a pas pris le départ. Lewis et Myricks étaient les favoris, leur nouveau coéquipier, Mike Powell, était également un challenger. [2]

L'Algérie, le Bangladesh, le Qatar, Saint-Vincent-et-les Grenadines, la Sierra Leone et le Swaziland ont chacun fait leur première apparition à l'événement. Les États-Unis sont apparus pour la 20e fois, la plupart de toutes les nations, n'ayant manqué que les Jeux boycottés de 1980.

La compétition de 1988 a utilisé le format en deux tours avec une finale divisée introduite en 1952. Le tour de qualification a donné à chaque concurrent trois sauts pour atteindre une distance de 8,00 mètres si moins de 12 hommes le faisaient, les 12 premiers (y compris tous ceux à égalité) avanceraient . La finale a offert à chaque sauteur trois sauts. Les huit meilleurs sauteurs ont reçu trois sauts supplémentaires pour un total de six, avec les meilleurs à compter (les sauts des tours de qualification n'ont pas été pris en compte pour la finale). [2] [3]

Les records du monde debout et olympiques avant l'événement étaient les suivants.


Contenu

Carl Lewis était sur le point d'entrer dans l'histoire, pour égaler l'accomplissement unique d'Al Oerter en remportant quatre championnats olympiques dans la même épreuve. Cependant, maintenant âgé de 35 ans, il était relativement assez vieux pour un sprinter-sauteur en longueur. Lewis a à peine atteint les Jeux olympiques, terminant seulement troisième aux essais olympiques de 1996 derrière le détenteur du record du monde Mike Powell (à 33 ans, également cinq ans après son apogée) et Joe Greene, 29 ans. Ces mêmes trois sauteurs américains avaient balayé l'épreuve quatre ans plus tôt.

Alors que Lewis était classé numéro un lors de la ronde de qualification, il lui a fallu trois sauts pour se qualifier automatiquement. Lewis a acquis une certaine notoriété en remportant les Jeux olympiques de 1984 lors de son premier essai. Powell, Greene et Iván Pedroso ont effectué leur qualification automatique (8,05 m) dès leur premier essai.

Au premier tour Emmanuel Bangué a pris la tête avec 8,19 m. Powell est passé à la deuxième place au deuxième tour à 8,17 m, Lewis sautant 8,10 m pour passer en troisième. Greene a pris la tête au troisième tour avec 8,24 m, jusqu'à ce que Lewis fasse son saut de 8,50. Le saut de Lewis a égalé le record du monde Masters M35 de l'ancien rival Larry Myricks.

Alors que Pedroso était le champion du monde en titre et avait sauté nettement mieux un an plus tôt, il n'est pas entré dans les huit derniers pour obtenir trois sauts restants. Aucun autre sauteur ne s'est amélioré dans ses derniers sauts, à l'exception de James Beckford, dont le tour final de 8,29 m l'a propulsé vers la médaille d'argent, poussant Greene au bronze.

Il s'agissait de la 23e apparition de l'événement, qui est l'un des 12 événements d'athlétisme à avoir eu lieu à chaque Jeux olympiques d'été. Les six premiers des Jeux de 1992 sont de retour : l'équipe américaine de balayage des médailles composée de Carl Lewis, Mike Powell et Joe Greene, le quatrième Iván Pedroso et le cinquième Jaime Jefferson de Cuba, et le sixième Konstantinos Koukodimos de Grèce, les autres finalistes de retour étaient le Chinois Geng Huang, huitième, et le Roumain Bogdan Tudor, douzième. Pedroso avait dépassé Powell en tant que meilleur sauteur du monde en 1995, remportant le championnat du monde. Les deux hommes, cependant, ont souffert de blessures aux ischio-jambiers avant les Jeux. Lewis, le triple champion olympique, s'est à peine qualifié pour l'équipe américaine derrière Powell et Greene. [2]

L'Arménie, la Biélorussie, les îles Vierges britanniques, la Croatie, la République tchèque, la Gambie, les Antilles néerlandaises, le Sri Lanka, le Turkménistan et l'Ukraine ont chacun fait leur première apparition à l'événement. Les États-Unis sont apparus pour la 22e fois, la plupart de toutes les nations, n'ayant manqué que les Jeux boycottés de 1980.

La compétition de 1996 a utilisé le format en deux tours avec une finale divisée introduite en 1952. Le tour de qualification a donné à chaque concurrent trois sauts pour atteindre une distance de 8,05 mètres si moins de 12 hommes le faisaient, les 12 premiers (y compris tous ceux à égalité) avanceraient . La finale a offert à chaque sauteur trois sauts. Les huit meilleurs sauteurs ont reçu trois sauts supplémentaires pour un total de six, avec les meilleurs à compter (les sauts des tours de qualification n'ont pas été pris en compte pour la finale). [2] [3]

Les records du monde debout et olympiques avant l'événement étaient les suivants.


Carl Lewis entre dans l'histoire olympique

A cette date de 1996, l'un des plus grands olympiens de tous les temps a réalisé son exploit le plus impressionnant.

Aux Jeux d'été d'Atlanta, Carl Lewis s'est hissé dans la dernière manche du saut en longueur lors de sa dernière tentative. Puis lors de son troisième saut de la ronde finale, Lewis a décoché un saut de 27 pieds, 10¾ pouces, qui l'a propulsé à la première place.

Lewis a réussi deux de ses trois derniers sauts, et lorsque Mike Powell a commis une faute lors de son dernier saut, Lewis l'avait fait.

Il a remporté le saut en longueur pour les quatrièmes Jeux olympiques consécutifs, devenant le deuxième athlète d'athlétisme à remporter quatre médailles d'or olympiques consécutives dans la même épreuve, avec le lanceur de disque Al Oerter de 1956 à 1968.

Seuls deux autres athlètes, quel que soit leur sport, ont remporté quatre médailles d'or consécutives dans une épreuve olympique : Michael Phelps au 200 mètres quatre nages individuel de 2004 à 2016, et le Danemark Paul Elvstrom au dériveur individuel de 1948 à 1960.

L'or était la 10e médaille de la carrière olympique de Lewis, le plaçant derrière le seul coureur de fond finlandais Paavo Nurmi (12) parmi les athlètes d'athlétisme.

Lewis a augmenté son total de carrière à neuf médailles d'or, égalant le record olympique de médailles d'or, depuis dépassé par Phelps avec 23.

Lewis s'est fait un nom olympique une douzaine d'années plus tôt à Los Angeles, remportant des médailles d'or aux 100 mètres, 200, relais 4x100 et saut en longueur. Il a établi un record olympique au 200 m et a fait partie de l'équipe de relais qui a établi un record du monde.

Lors de ces Jeux, Lewis est devenu le sixième olympien avec quatre médailles d'or en athlétisme à un seul Jeux olympiques, le premier à le faire depuis 1948. Personne d'autre ne l'a fait depuis lors.

Lewis a eu la chance de répéter cet exploit aux Jeux olympiques de 1988 à Séoul, mais il a remporté l'argent au 200, et l'équipe de relais américaine a été disqualifiée au premier tour.

Il a répété son titre de champion du 100 après la disqualification de Ben Johnson pour un test positif aux stéroïdes, faisant de Lewis le premier homme à remporter deux médailles d'or olympiques dans l'épreuve, un exploit qu'Usain Bolt a surmonté en remportant sa troisième victoire consécutive à Rio l'année dernière.

En 1992, Lewis a remporté sa troisième médaille d'or au saut en longueur et il a ancré l'équipe de relais à un record du monde, faisant de lui le seul athlète à remporter deux fois le saut en longueur et le relais 4x100 aux mêmes Jeux olympiques.

On s'attendait à ce qu'il remporte une autre médaille d'or en 1996, mais sa victoire spectaculaire est l'un des souvenirs impérissables des Jeux d'Atlanta et l'un des plus grands accomplissements de l'histoire olympique.


Carl Lewis a battu des records du monde en suivant un régime végétalien

Carl Lewis a été élu « sportif du siècle » par le Comité international olympique et « olympien du siècle » par Sports Illustrated.

Après avoir participé à deux Jeux Olympiques, Lewis avait remporté six médailles d'or dans quatre épreuves (course de 100 mètres, course de 200 mètres, saut en longueur et relais 4 215100). Il avait établi deux nouveaux records olympiques dans le processus. Il avait déjà construit un héritage en tant que l'un des plus grands athlètes d'athlétisme de l'histoire. Il pouvait se détendre et profiter de sa célébrité. Carl Lewis n'avait plus rien à prouver. Pourtant, Lewis n'était pas prêt à partir. L'or ne suffisait pas, il voulait se prouver qu'il n'était pas seulement le meilleur sprinteur et sauteur du monde, mais le meilleur sprinteur et sauteur de l'histoire du monde.

«À cette époque, (les athlètes ont participé à) un ou deux Jeux olympiques, (ils) ont pris leur retraite et (ont été) terminés. Mais je n'ai jamais couru après les médailles. Je cherchais toujours la performance », a déclaré Lewis à STACK lors du gala 2017 USATF Black Tie and Sneaker. « J'ai remporté quatre médailles d'or (à mes premiers Jeux olympiques), j'ai obtenu l'or dans chaque épreuve. Mais encore, je n'avais pas le record du monde au 100 mètres, au 200 mètres ou au saut en longueur. Et je n'avais pas sauté 29 pieds. Mon truc a toujours été la performance, pas la récompense.

Mais l'âge de Lewis lui rendait peu service en ce qui concerne ses poursuites de record du monde. Après tout, Bob Beamon, l'homme qui a établi le record du monde mythique de 29 pieds et 2½ pouces au saut en longueur, l'a fait à 22 ans. Lewis approchait rapidement de la trentaine et il savait que le temps n'était pas de son côté. "Vous avez 30 ans en tant qu'athlète et vous dites" oh mon Dieu, où allons-nous à partir d'ici ? " Surtout dans notre sport. J'étais en territoire inconnu, les gens n'avaient tout simplement pas de succès à cet âge parce qu'ils ne restaient pas (à l'époque). Je cherchais donc toutes sortes de façons de rester dans le sport », a déclaré Lewis. "(Modifier mon alimentation) faisait partie de mon évaluation de mes 30 ans."

Carl a poursuivi: "Dr. McDougall m'a mis au défi de m'engager à suivre un régime végétarien, puis de « le faire tout simplement ». cercle des gagnants. De par la nature des aliments, un athlète gagnant doit manger principalement des plantes pour obtenir un carburant à indice d'octane élevé (glucides).

Le Dr McDougall écrit : « Carl Lewis, l'homme le plus rapide du monde, est mon plus grand titre de gloire pour un athlète qui suit le régime McDougall. Il a établi le record du monde du 100 mètres, a remporté deux médailles d'or et a réalisé la meilleure série de sauts en longueur de sa carrière (29 pieds trois fois - ceux-ci sont considérés comme la meilleure série de sauts de tous les temps) tout en suivant le régime McDougall. .

« J'ai rencontré Carl Lewis en 1990 à Minneapolis un matin alors que nous apparaissaient tous les deux dans une émission télévisée. Il m'a dit qu'il était frustré parce que tous les régimes alimentaires précédents l'avaient fait devenir en surpoids ou l'avaient laissé trop faible pour rivaliser et gagner (il s'agissait principalement de régimes hypocaloriques et de contrôle des portions). Peu de temps après, il a commencé à manger notre régime végétarien pur et faible en gras recommandé et son dilemme a été résolu. Oui, il a découvert là-bas EST un régime qui lui permettrait de paraître, de se sentir, de fonctionner et de donner le meilleur de lui-même sans jamais avoir faim - cela ne devrait-il pas être le cas pour nous tous ? Dans l'introduction de son nouveau livre de cuisine, il déclare : « En fait, ma meilleure année de compétition sur piste a été la première année où j'ai suivi un régime végétalien.

Championnats du monde 1991 : les plus belles performances de Lewis

Une fois que Lewis a pu optimiser son alimentation, il a remarqué une forte augmentation de son énergie et de sa vigueur. Les effets de son nouveau régime ont été pleinement exposés aux championnats du monde de 1991 à Tokyo. L'événement, qui a eu lieu peu de temps après le 30e anniversaire de Lewis, est considéré comme l'un des événements les plus dominants de l'histoire de l'athlétisme.

L'un des plus grands duels de l'histoire du sport mettait Lewis face à Mike Powell, qui avait été le meilleur sauteur en longueur de 1990. Mais Lewis avait également remporté 65 compétitions consécutives de saut en longueur entrant dans la compétition. Les deux sauts ont été échangés sur le territoire de 28 pieds avant que Lewis ne déclenche un énorme saut de 29 pieds et 2¾ pouces. C'était le plus long saut enregistré dans toutes les conditions de l'histoire de l'humanité. Étonnamment, Powell a dépassé cette marque d'un pouce et demi lors de sa prochaine tentative et a établi un record du monde. Lewis a continué à sauter plus de 29 pieds dans la compétition à deux reprises, mais Powell a remporté la médaille d'or. Le record du monde de Powell tient toujours à ce jour. Quoi qu'il en soit, Lewis avait réalisé quelque chose qui était son rêve depuis son enfance. Il avait sauté 29 pieds et il avait dépassé Bob Beamon. "Ce fut la plus grande rencontre que j'aie jamais eue", a déclaré Lewis Nouvelles d'athlétisme peu de temps après l'événement.

Dans la finale du 100 mètres, Lewis a affronté les deux hommes qui se sont classés numéro un au monde les deux années précédentes : Burrell et le Jamaïcain Raymond Stewart. Dans ce qui serait la course de 100 mètres la plus profonde jamais réalisée à ce moment-là, avec six hommes terminant en moins de dix secondes, Lewis a non seulement vaincu ses adversaires, mais il a également récupéré le record du monde avec un temps de 9,86 secondes. Bien qu'auparavant détenteur du record du monde de cet événement, c'était la première fois qu'il franchissait la ligne avec "WR" à côté de son nom sur les écrans de télévision géants, et la première fois qu'il pouvait savourer son exploit au moment où il se produisait. Son record du monde tiendra ensuite près de trois ans. Il pouvait être vu avec les larmes aux yeux par la suite. "La meilleure course de ma vie", a déclaré Lewis. "La meilleure technique, la plus rapide et je l'ai fait à trente ans."

La longévité de Lewis est rapidement devenue légendaire. Aux Jeux olympiques de 1996, il remporte sa quatrième médaille d'or consécutive au saut en longueur à 35 ans. Ses neuf médailles d'or olympiques sont les plus décernées par un athlète d'athlétisme dans l'histoire moderne. "En fait, j'ai eu tous mes records personnels au 100 et au saut en longueur après mes 30 ans, après ce changement de régime", a déclaré Lewis. « Je me sentais plus léger, plus rapide


Saut en longueur, Hommes

Les Championnats du monde de 1991 avaient présenté le plus grand duel de saut en longueur de l'histoire de l'athlétisme, mettant en vedette les médaillés d'or et d'argent olympiques de 1988, Carl Lewis et Mike Powell. Lewis a ouvert avec 8,68 (28-5¾) pour prendre la tête, Powell répondant avec 8,54 (28-0¼) au deuxième tour. Au troisième tour, Lewis a réalisé le deuxième plus long saut de tous les temps, 8,83 (28-11¾), mais un vent de +2,3 l'a empêché de compter pour les records, bien qu'il ait compté pour la compétition. Au quatrième tour, il a également amélioré cela. La marque de 8,91 (29-2¾) a été relevée au tableau, ce qui signifie que le record du monde tant vanté de Bob Beamon a finalement été battu, mais cela aussi a été aidé par le vent, un vent de +2,9 suivant. Au cinquième tour, le vent était légal et Lewis a sauté 8,87 (29-1¼), le deuxième plus long saut légal de tous les temps. Powell était embourbé à la deuxième place, regardant Lewis produire la plus grande série de l'histoire du saut en longueur. Mais ensuite, Powell a produit de son mieux. La marque de 8,95 (29-4½) sur le panneau du stade signifiait que le record du monde de Beamon était finalement battu, si le vent était légal, et il était de - +0,3 m/s. Au dernier tour, Lewis a riposté, sautant une autre superbe marque de 8,84 (29-0), également avec un vent légal. Mais il avait perdu et il avait perdu dans ses efforts pour être l'homme à battre le record de Beamon. Aux essais olympiques de 1992, Powell a de nouveau battu Lewis (8,62-8,53) et était un léger favori à Barcelone.

Au premier tour de la finale, Lewis a ouvert avec 8,67 (28-5½). Powell a connu des difficultés tôt, mais est sorti à 8,22 (26-11¾) au deuxième tour et à 8,33 (27-4) au troisième tour. Le cinquième tour a vu les deux produire de gros sauts, Lewis avec 8,50 (27-10¾) et Powell avec 8,53 (28-0). Lewis a de nouveau sauté de 8,50 (27-10¾) dans le dernier tour. Powell était en hausse trois sauteurs plus tard et a produit sa meilleure note, 8,64 (28-4¼), mais ce n'était pas suffisant pour la médaille d'or. Joe Greene a complété le balayage américain. Lewis avait remporté sa troisième médaille d'or consécutive dans cette épreuve. Sans compter les Jeux olympiques de 1906, cela a fait de Lewis le quatrième terrain d'athlétisme à remporter trois médailles d'or consécutives dans la même épreuve individuelle - John Flanagan au lancer de marteau, Viktor Saneyev au triple saut et Al Oerter, qui en a remporté quatre consécutives, dans le lancer du disque.

PosAthlèteCNOQualificationFinal
11729Carl Lewis Etats-Unis8.68 (1)8.67 (1) Or
21752Mike Powell Etats-Unis8.14 (4)8.64 (2) Argent
31702Joe Greene Etats-Unis7.90 (12)8.34 (3) Bronze
4361Ivan Pedroso LIONCEAU8.07 (7)8.11 (4)
5349Jaime Jefferson LIONCEAU8.09 (5)8.08 (5)
6880Kostas Koukodimos GRE8.22 (3)8.04 (6)
7481Dmitri Bagrianov NUE8.09 (6)7.98 (7)
8277Huang Geng CHN8.22 (2)7.87 (8)
91520Borut Bilac SLO8.00 (10)7.76 (9)
10273Chen Zunrong CHN7.93 (11)7.75 (10)
1140Dave Culbert AUS8.00 (9)7.73 (11)
121469Bogdan Tudor ROU8.07w (8)7.61 (12)
13 r1/287Craig Hepburn BAH7.89 (13)
14 r1/2806Dietmar Haaf ALL7.85 (14)
15 r1/2901Marc Mason MEC7.83 (15)
16 r1/2886Spyros Vasdekis GRE7.82 (16)
17 r1/21086Masaki Morinaga JPN7.79 (17)
18 r1/2440Jesús Oliván ESP7.78 (18)
19 r1/2177Galin Georgiev BUL7.75 (19)
20 r1/2225Ian James POUVEZ7.74 (20)
21 r1/2642Franck Lestage FRA7.72 (21)
22 r1/2709Marc Forsythe GB7.71 (22)
23 r1/21433Elmer Williams PUR7.70 (23)
24 r1/2195Franck Zio BUR7.70 (24)
25 r1/21596Milan Gombala TCH7.69 (25)
26 r1/2912Csaba Almasi HUN7.69 (26)
27 r1/21512Tom Ganda ELS7.67 (27)
28 r1/2217Edrick Floréal POUVEZ7.62 (28)
29 r1/21366Romain Golanowski POL7.61 (29)
30 r1/2889Eugène Licorish GRN7.60 (30)
31 r1/2637Serge Hélan FRA7.60 (31)
32 r1/2823Constantin Krause ALL7.54 (32)
33 r1/21137James Sabulei KEN7.50 (33)
34 r1/2930Lászlo Szalma HUN7.47 (34)
35 r1/21427Michel François PUR7.46 (35)
36 r1/21127Benjamin Koech KEN7.44 (36)
37 r1/21506Danny Beauchamp SEY7.44 (37)
38 r1/2253Kareem Streete-Thompson BANC DE SABLE7.39 (38)
39 r1/2391Angelo Iannuzzelli ESA7.31 (39)
40 r1/21437Abdallah Mohamed Al-Cheib QAT7.27 (40)
41 r1/2583Gabriele Qoro FID7.22 (41)
42 r1/21541Khaled Ahmed Moussa SUD7.03 (42)
43 r1/21823Ndabezinhle Mdhlongwa ZIM6.96 (43)
44 r1/2122Elston Shaw BIZ6.57 (44)
45 r1/2511Vadim Ivanov NUE5.97 (45)
46 r1/29Abdel Kader Klouchi ALG5.33 (46)
CA r1/2427ngel Hernández ESP– (CA)
CA r1/2892Soriba Diakité IHM graphique– (CA)
CA r1/21003Giovanni Évangéliste ITA– (CA)
CA r1/21582Sizwe Sydney Mdluli SWZ– (CA)
DNS1499Badara Mbengue SEN– (DNS)
DNS1653Musabeh Al-Hadhrami Émirats arabes unis– (DNS)
DNS18Afonso Ferraz FR– (DNS)

PAGE UN -- Carl Lewis saute dans l'histoire / Il est contrit et poli après avoir remporté la 4e médaille d'or du saut en longueur

1996-07-30 04:00:00 HAP Atlanta -- CARL LEWIS a réalisé l'une des grandes performances de l'histoire de la piste hier soir.

Il a également sauté très loin dans un bac à sable et a remporté la médaille d'or au saut en longueur, mais plus à ce sujet dans une minute.

La performance la plus remarquable est survenue une heure après que Lewis, 35 ans et un supposé has-been, ait réussi un magnifique saut de 27 pieds et 10 3/4 pouces pour remporter sa quatrième médaille d'or consécutive au saut en longueur et sa neuvième médaille d'or. globalement.

Lewis, le plus grand athlète d'athlétisme de tous les temps, est venu dans la salle d'entrevue et a parlé avec éloquence et émotion du soutien qu'il a reçu de millions de personnes et de ses sentiments envers ses fans et son sport.

Il a même dévié des barbes vraiment bizarres lancées par son rival Michael Johnson, qui a remporté le 400 mètres la nuit dernière, puis a attaqué Lewis, à travers les médias, comme un roi shakespearien devenu fou.

Toute cette action est survenue après que Lewis ait battu le Jamaïcain James Beckford de plus de huit pouces, l'Américain Joe Greene remportant le bronze, comme il l'avait fait en 92.

Si vous n'avez pas prêté beaucoup d'attention à Lewis ces derniers temps

années, ou depuis qu'il a vraiment fait irruption sur la scène avec de superbes Jeux olympiques de quatre médailles d'or en 1984, vous pourriez vous demander qui était cet homme qui a remporté l'or la nuit dernière.

Le jeune Lewis était flippant, superficiel, égocentrique et déconnecté des sentiments de quiconque sauf des siens. Il était un peu bizarre.

"Je vais être plus grand que Michael Jackson", s'est vanté Lewis avant les Jeux olympiques de 1984, auxquels quelqu'un a commenté: "Et alors? Jackson n'a que 5-10."

Mais ce nouveau vieux Carl ne veut pas être plus grand que n'importe qui. Il est juste content d'être ici parmi les géants.

"J'essaie juste de comprendre comment vous êtes tous entrés dans mon rêve", a-t-il déclaré en s'asseyant pour faire face aux médias.

"Cette médaille, la neuvième, est la plus spéciale", a-t-il déclaré, "parce qu'elle a demandé le plus de concentration et de douleur. C'étaient des millions de personnes qui m'encourageaient aux essais, m'envoyaient du courrier, m'encourageaient ici J'ai toujours eu le sentiment d'avoir été honoré de toucher la vie des gens, et cette victoire était pour chaque personne qui m'a soutenu.

"De retour à la maison (à Houston), j'ai reçu des notes chez moi, les gens ont sonné à la porte, les gens ont mis des drapeaux olympiques sur leurs maisons parce qu'ils savaient que je courais dans le quartier. Il y avait 85 000 personnes qui m'aidaient ici ce soir, mais il y en avait 260 millions d'Américains qui m'ont aidé."

Même si Lewis a toutes ces médailles, il n'a pas été le vieux sprinteur imbattable depuis au moins cinq ans. Aux essais olympiques américains, il a terminé dernier au 100 mètres, entravé par une crampe à la jambe.

Sa confiance semblait tout sauf abattue, tout comme ses jambes. Il était comme un vieil acteur revenant sur scène juste pour faire un dernier rappel.

Hier soir, lors des qualifications pour le saut en longueur, Lewis n'a pas réussi jusqu'à son tout dernier saut, lorsqu'il a grimpé de 27 pieds, 2 1/2 pouces, son plus long saut en deux ans.

Le jeune Carl Lewis opérait à un niveau physique différent de tous les autres athlètes. De toute évidence, l'ancien Carl a fait appel à quelque chose d'un peu plus émotionnel ou spirituel cette semaine.

En perdant une grande partie de sa supériorité physique sur le reste des sprinteurs et sauteurs du monde, Lewis a apparemment trouvé d'autres attributs. Personnage. Humilité. La capacité de se connecter avec les fans, pour qui il avait l'habitude de se présenter comme une sorte de nerd.

C'est peut-être ce nouveau truc qui a aidé Lewis à clôturer sa carrière olympique hier soir avec un grand chelem.

Le médaillé de bronze Greene était convaincu.

"Carl a à peu près établi la norme pour ce que c'est d'être un grand athlète", a-t-il déclaré.

Comme Lewis l'a dit, "Le ballon m'a été remis neuf fois, et j'ai pu m'occuper des affaires."

LA COLÈRE D'UN RIVAL

Michael Johnson était moins qu'impressionné. Johnson a lancé une campagne pour forcer Lewis à passer le manteau de la star n ° 1 du sport.

"Ce que j'ai dit", a déclaré Johnson hier soir après sa course pour la médaille d'or, "en ce qui concerne Carl essayant de continuer à être le premier athlète en athlétisme, je pense qu'il devrait se retirer de cela. Je ne suis même pas en compétition pour ça. Mon objectif n'est pas de remplacer Carl Lewis."

Johnson a poursuivi en disant qu'il en voulait à Lewis d'essayer de se qualifier pour les Jeux olympiques du 100 mètres et du relais de 400 mètres – qu'il aurait dû limiter ses efforts au saut en longueur. D'une manière ou d'une autre, Johnson est devenu l'arbitre de qui devrait essayer de faire quoi.

Êtes-vous confus? Lewis aussi. C'était peut-être la pleine lune d'hier soir.

Il y a une querelle personnelle. Johnson estime que Lewis a fait passer le gain financier au détriment du soutien à la piste américaine. Mais les dernières attaques de Johnson semblent manquer de rationalité.

Passer le flambeau ? Comment? Johnson veut-il que Lewis signe un feuillet rose ? Fed-Ex son jock strap au Hall of Fame ?

"Je ne sais pas ce que quelqu'un doit faire pour passer le flambeau", a déclaré Lewis. "Il n'y a pas de manuel pour le faire. L'athlétisme a 30 événements, et je ne suis pas ici pour concourir pour quoi que ce soit (autre que ses événements).

"Ce que Michael doit comprendre, c'est qu'il n'y a rien de tel que de passer le flambeau. Nous devrions célébrer celui qui se produit. Nous devrions célébrer les multitudes au lieu de se battre pour une place en disant 'Regardez-moi, regardez-moi.' "


Comment Carl Lewis a battu des records du monde avec un régime végétalien

Lorsque la poussière est tombée sur les Jeux olympiques d'été de 1988 à Séoul, en Corée du Sud, Carl Lewis n'avait plus rien à prouver.

Après avoir participé à deux Jeux Olympiques, Lewis avait remporté six médailles d'or dans quatre épreuves (course de 100 mètres, course de 200 mètres, saut en longueur et relais 4 215100). Il avait établi deux nouveaux records olympiques dans le processus. Il avait déjà construit un héritage en tant que l'un des plus grands athlètes d'athlétisme de l'histoire. Il pouvait se détendre et profiter de sa célébrité. Pourtant, Lewis n'était pas prêt à partir. L'or ne suffisait pas, il voulait se prouver qu'il n'était pas seulement le meilleur sprinteur et sauteur du monde, mais le meilleur sprinteur et sauteur de l'histoire du monde.

«À cette époque, les gens allaient à un ou deux Jeux olympiques, vous vous retiriez et vous avez terminé. Mais je n'ai jamais couru après les médailles. Je cherchais toujours la performance », a déclaré Lewis à STACK lors du gala 2017 USATF Black Tie and Sneaker. « J'ai remporté quatre médailles d'or (à mes premiers Jeux olympiques), j'ai obtenu l'or dans chaque épreuve. Mais quand même, je n'avais pas le record du monde du 100, du 200 ou du saut en longueur. Et je n'avais pas sauté 29 pieds. Mon truc a toujours été la performance, pas la récompense.

Mais l'âge de Lewis lui rendait peu service en ce qui concerne ses poursuites de record du monde. Après tout, Bob Beamon, l'homme qui a établi le record du monde mythique de 29 pieds et 2½ pouces au saut en longueur, l'a fait à 22 ans. Lewis approchait rapidement de la trentaine et il savait que le temps n'était pas de son côté. "Vous avez 30 ans en tant qu'athlète et vous dites" oh mon Dieu, où allons-nous à partir d'ici ? " Surtout dans notre sport. J'étais en territoire inconnu, les gens n'avaient tout simplement pas de succès à cet âge parce qu'ils ne restaient pas (à l'époque). So I was looking for all different kinds of ways to stay in the sport,” Lewis says. “(Changing my diet) was all a part of my evaluation of turning 30.”

Perhaps the most incredible aspect of Lewis’s early career success is that he achieved it while barely eating. Early on, Lewis had figured out that being lighter helped him run faster and jump higher. However, in these days before sports nutritionists were the norm for any high-level competitive athlete, Lewis ended up taking that idea to the extreme.

“I knew all along that your weight was extremely important to success. So I wanted to make sure I kept my weight down. I got to a point where that was more important (to me) than eating. My diet actually became unhealthy because I wasn’t eating enough. I was technically dieting the wrong way,” Lewis says. “There was a point where I would never eat breakfast, eat lunch maybe two days a week, then just eat dinner every day. C'était ça. To keep my weight down. Then I realized over time that was not healthy. It happened because people were around me and saying, you never eat. I had just gotten so used to it. Then I started to seek out information.”

Lewis needed a diet that could provide him with plenty of sustenance without bogging him down. During a TV appearance in 1990, he met Dr. John McDougall, one of the earliest public advocates of the benefits of a plant-based diet. His beliefs instantly intrigued Lewis. Shortly thereafter, Lewis met the late Jay Kordich on a radio show. Kordich was known as “The Father of Juicing,” and he explained to Lewis how juicing might benefit an athlete like him.

“I got more information about the vegan diet, about juicing, about all these kind of things,” Lewis said. He eventually settled on a plant-based diet with no animal products—aka, a vegan diet. “I selected a day I was going to (start) it,” Lewis said. “At first, there were challenges.”

For six months, Lewis struggled to make the diet work for him. He immediately lost a significant amount of weight and he often felt lethargic. Lewis initially believed the problem was that he wasn’t getting enough protein with the new diet, but the actual issue was much more simple—he wasn’t consuming enough calories. Due to the high-fiber, low-calorie nature of many vegan-friendly foods, new vegans often struggle to consume enough calories. For Lewis—a man who was used to eating so little food before he switched to veganism—the struggle was even greater.

“We discussed it and the problem wasn’t protein—I was eating plenty of protein. I wasn’t eating enough calories. That’s what I realized. You have to really eat in order to get the calories. And remember, I was someone who wasn’t eating very much. Breakfast was like taboo. So the biggest adjustment I had to make was to actually start eating,” Lewis said. Lewis, who first began employing a private chef in 1985, found that having someone else cook for him made the transition to veganism much more feasible.

“A lot of people say ‘Oh, it’s good to do a vegan diet.’ Well it’s not that easy, especially as an athlete, unless you have someone that’s prioritizing your meals,” Lewis says. “Obviously, you have to eat more. You have to watch what you eat. You have to find things and figure out ways to make it work. It took a while for my body to adjust and figure it out and for my cook to (bulk) up my meals, slide in the snacks (throughout the day). It really took six months for me to figure it out.”

Once Lewis was able to optimize his diet, he noticed a big uptick in his energy and vigor. The effects of his new diet were on full display at the 1991 World Championships. The event, which took place shortly after Lewis’s 30th birthday, is regarded as one of the most dominant displays in track and field history.

It began with his performance in the finals of the 100-Meter Dash. Facing a stacked field, Lewis went on to win the gold and set a world record with a time of 9.86 seconds. His world record would subsequently stand for nearly three years. “(It was) the best race of my life,” Lewis told ESPN. “The best technique, the fastest. And I did it at 30.”

Next came one of the greatest duels in the history of sport. It featured Lewis facing off against Mike Powell, who had been the top-ranked long jumper of 1990. But Lewis had also won 65 consecutive Long Jump meets entering the competition. The two traded jumps in the territory of 28 feet before Lewis unleashed a massive 29 feet, 2¾ inch jump. It was the longest jump recorded under any condition in human history. Amazingly, Powell out-jumped this mark by an inch-and-a-half on his next attempt and set a world record. Lewis would go on to jump over 29 feet in the competition two more times, but Powell took the gold medal. Powell’s world record still stands to this day. Regardless, Lewis had achieved something that had been a dream of his since childhood. He had jumped 29 feet, and he had out-jumped Bob Beamon. “This has been the greatest meet that I’ve ever had,” Lewis told Track and Field News shortly after the event.

Lewis’s longevity soon became legendary. At the 1996 Olympics, he won his fourth consecutive gold medal in the Long Jump at 35 years old. His nine Olympic gold medals are the most by a track and field athlete in modern history. “I actually had all my personal bests in the 100 and the Long Jump after I turned 30, after this diet change,” Lewis said. “I felt lighter, faster and fitter.”


Carl Lewis wins fourth consecutive long jump at 35 - HISTORY

The roots of track and field, or athletics, may be traced back to the first ancient Olympic Games, held in 776 B.C. in the valley of Olympia on the southwestern coast of the Greek peninsula. The only event at those Games – the “stadion” – was a sprinting race of approximately 200 meters, or the length of the ancient Olympic stadium. Coroebus won the stadion in 776 B.C., and thus is history’s first Olympic champion. The ancient Olympic Games, held every four years, eventually grew to contain other athletics events such as the discus, javelin and the broad jump.

The marathon has its origins in the legend of the Greek soldier Pheidippides. Legend has it that in 490 B.C., following the Greeks’ victory over the Persian invaders in the Battle of Marathon, Pheidippides ran 25 miles from Marathon to Athens with news of the victory. Upon his arrival in Athens, Pheidippides called out, “Be joyful, we win!” and then collapsed and died of exhaustion. In commemoration of the messenger’s feat, a marathon race of 40 kilometers (24.8 miles) was held on the route from Marathon to Athens at the first modern Olympic Games in 1896. The official marathon distance was set at 42.195 km (26 miles and 385 yards) for the 1908 London Games. There are conflicting historical accounts as to why: some say it was so that the race would begin at Windsor Castle and finish directly in front of the royal box at Olympic Stadium, while other historians say the starting point was selected to ease crowd control.

After the end of the ancient Olympic Games (in about 393 A.D.), athletics competitions were rarely contested. The sport was revived sporadically in England between the 12th century and the 19th century. Cambridge and Oxford University contested the first university track meet in 1864, and in 1873 the first collegiate races in the U.S. were held. The International Amateur Athletic Federation (IAAF), the international governing body of the sport, was founded in 1912, and in 2001 the name of the organization was changed to the International Association of Athletics Federations. In 2019, the name was changed again, and the organization is now known as World Athletics.

Ethiopia's Almaz Ayana kicked things off on the first day of competition by breaking a nearly 23-year-old world record in the women's 10,000m by more than 14 seconds. American Michelle Carter won the United States its first ever Olympic title in the women's shot put, and her compatriot Dalilah Muhammad later did the same in the women's 400m hurdles. American Matthew Centrowitz's surprise 1500m win was USA's first in the event since 1908. Mo Farah of Great Britain defended both his 10,000m and 5000m crowns, a consecutive double only achieved by one other man in history, the great Lasse Viren. South Africa's Wayde van Niekerk from lane eight took down Michael Johnson's elusive 400m world record. Bahamian Shaunae Miller dove at the line to beat American superstar Allyson Felix in the women's 400m, though Felix would still earn her fifth and sixth career Olympic golds in the 4x100m and 4x400m relays to become track and field's most successful female Olympian in history. Kenya's David Rudisha, Croatia's Sandra Perkovic, USA's Christian Taylor and Ashton Eaton all defended their golds, respectively, in the men's 800m, women's discus, men's triple jump and decathlon. During the heats of the women's 5000m, a moment of sportsmanship swept the globe when after a devastating fall American Abbey D'Agostino and New Zealander Nikki Hamblin helped each other finish. Team USA swept the women's 100m hurdles, an Olympic first for the event. Jamaica's Elaine Thompson and Usain Bolt doubled in the 100m and 200m – for Bolt, the third consecutive Olympics he'd accomplished the feat. Bolt and Jamaica's win in the 4x100m relay, also a third consecutive victory, tied him with legends Carl Lewis and Paavo Nurmi for the most career Olympic track and field golds with nine.

Usain Bolt completed the "double-triple," successfully defending his Olympic gold medals in the 100m, 200m and 4x100m relay. Allyson Felix also won three Olympic gold medals, including her first individual gold in the 200m after earning silver medals in 2004 and 2008. Great Britain's Mo Farah swept the 5000m and 10,000m races in front of his home fans. Kenya's David Rudisha lived up to his nickname, "King David," by breaking the 800m world record.

Usain Bolt of Jamaica broke three world records at the Games in the 100m, 200m and 4x100m relay, despite slowing down to celebrate in the 100m and running into a headwind in the 200m. Dawn Harper won gold in the 100m hurdles after her U.S. teammate, Lolo Jones, clipped the ninth hurdle and stumbled. Russia's Yelena Isinbayeva broke the world record in the pole vault to secure her second consecutive gold medal. Kenya's Sammy Wanjiru obliterated the Olympic record to claim the first gold medal for his country in the marathon.

The U.S. men had their medal brooms out, racing to sweeps in both the 200m and 400m events. Justin Gatlin also claimed the gold medal for the U.S. in the 100m. In the women's sprints, young athletes that made their Olympic mark, as an 18-year-old Allyson Felix took silver in the 200m and 20-year-old Lauryn Williams earned silver in the 100m. Overall, the U.S. laid claim to 25 medals, the most since the 1992 Barcelona Games. Morocco's Hicham El Guerrouj completed a rare distance double in the 1500m and 5000m.

Cathy Freeman was given the honor of lighting the Olympic Cauldron in the Opening Ceremony, and ten day later, she delivered a stirring victory in the 400m. It was Australia's first track and field gold medal since 1988. In her Olympic debut, Marion Jones of the United States claimed five medals, but she has since been stripped of her medals. U.S. sprinters won gold medals in the 100m with Maurice Greene and 400m with Michael Johnson.

Michael Johnson set a world record in the 200m on his way to becoming the first man to own Olympic gold medals in the 200m and 400m. Veteran American athletes shined in Atlanta, as Carl Lewis won his fourth long jump title at the age of 35, and 34-year-old Jackie Joyner-Kersee claimed the bronze in the long jump to bring her Olympic medal tally to seven. U.S. decathlete Dan O'Brien, who failed to even qualify for Barcelona, managed to claim the gold in Atlanta. Russia's Svetlana Masterkova surprised the favorites by sweeping the 800m and 1500m.

For American sprinter Gail Devers, the Barcelona Games were marked by fulfillment and disappointment. She won a gold medal in the closest 100m finish in Olympic history, but five days later, she hit the final hurdle and tumbled across the finish line of the 100m hurdles in fifth. In the women's 10,000m, Derartu Tulu of Ethiopia became the first black African woman to win an Olympic medal. She celebrated by taking a victory lap, hand in hand, with Elana Meyer, a white South African.

The winner of the men's 100m, Ben Johnson of Canada, was disqualified after testing positive for anabolic steroids. The gold medal was then awarded to Carl Lewis, who also claimed gold in the long jump. American sprinter Florence Griffith Joyner left Seoul with four Olympic medals, including gold medals in the 100m, 200m and 4x100m relay.

As the Games returned to American soil for the first time since 1932, Carl Lewis of the United States matched Jesse Owens' performance at the 1936 Berlin Games by winning gold medals in the 100m, 200m, 4x100m relay and long jump. Two-time Boston Marathon winner Joan Benoit won the inaugural Olympic women's marathon. Prior to 1984, women never had competed in an Olympic race longer that 1500m.

Perhaps the most anticipated showdown of the Moscow Games was between middle-distance runners Steve Ovett and Sebastian Coe of Great Britain. Going into the 800m, world-record holder Coe was the favorite, but Ovett edged him by 45-hundredths of a second to take gold. Six days later, Coe overcome the disappointment of that defeat by winning in the 1500m, upsetting the favored Ovett, who came away with bronze. The United States was one of the countries that boycotted the 1980 Games.

In the Montreal decathlon, Bruce Jenner continued America's string of success in the event, joining luminaries Jim Thorpe, Bob Mathias and Rafer Johnson as Olympic gold medalists. Also at the 1976 Games, Cuban Alberto Juantorena performed a remarkable feat of versatility, becoming the first man to complete the 400m-800m double.

Yale University product Frank Shorter cruised to victory, becoming the first U.S. marathoner to win Olympic gold since 1908. In the Munich 5000m, American phenom Steve Prefontaine took the lead with a mile to go and held it until less than 600m remained. Prefontaine was passed by Viren, Mohamed Gammoudi of Tunisia and Ian Stewart of Great Britain — the latter just 10m from the finish line — and failed to medal.

As "The Star-Spangled Banner" played and the U.S. flag was raised during the medal ceremony for the men's 200m in Mexico City, gold medalist Tommie Smith and bronze medalist John Carlos, both of the United States, bowed their heads and raised their black-gloved, clenched fists in a demonstration against racial injustice. American discus thrower Al Oerter became the first track and field athlete to win four gold medals in the same event. American high jumper Dick Fosbury claimed Olympic gold using a distinct technique, dubbed the "Fosbury Flop."

American Billy Mills, who had never run the 10,000m in under 29 minutes, clocked a time of 28:24.4 to become the first and still only American to claim Olympic gold in the event. Fellow American Wyomia Tyus claimed the 100m gold medal by defeating her Tennessee State teammate, Edith McGuire. McGuire was also the 200m gold medalist.

As a child, Wilma Rudolph suffered from polio, scarlet fever and pneumonia, and was unable to walk until she was 7. But at the 1960 Rome Olympics, the 20-year-old Tennessee native earned the title of "Fastest Woman in the World" by winning the 100m. Rudolph also won gold in the 200m and 4x100m relay, becoming the first American woman to win three gold medals at one Olympics. In the decathlon, Rafer Johnson of the United States defeated C.K. Yang, his teammate at UCLA.

Dubbed the "Golden Girl" of the Melbourne Games, 18-year-old redhead Betty Cuthbert dazzled the home crowd by winning gold medals in the 100m and 200m, as well as the 4x100m relay. Eight years later at the Tokyo Games, the Australian claimed victory at 400m, becoming the only athlete, male or female, to own Olympic gold medals in the 100m, 200m and 400m.

In an amazing display of physical and mental endurance, Czechoslovakian distance runner Emil Zatopek became the first and still only runner to sweep the 5000m, 10,000m and marathon at one Olympics. Known for the pained expression seemingly etched onto his face when he ran, Zatopek set Olympic records in the 5000m and 10,000m in Helsinki before entering – and winning – his first marathon.

Dutchwoman Fanny Blankers-Koen, a 30-year-old mother of two, dominated the 1948 Games, winning the 100m, 200m, 80m hurdles and 4x100m relay to become the first and still only woman to claim four track and field gold medals at a single Olympics. Just three months after taking up the decathlon, 17-year-old Bob Mathias became the youngest-ever men's Olympic track and field champion. Four years later in Helsinki, Mathias successfully defended his title.

Under the gaze of Adolph Hitler, who intended the Berlin Games to be a showcase of Aryan superiority, African-American Jesse Owens emerged as an Olympic hero. With a distinct, upright running style — "My foot is only a fraction of the time on the track," he once explained — Owens raced to victories in the 100m, 200m and 4x100m relay. He also won the long jump as part of a four-gold effort.

Nicknamed "Babe" because she could hit a baseball like Babe Ruth, 21-year-old Texan Mildred Didrikson entered the Los Angeles Games qualified for five women's track and field events. But due to rules restricting female participation, she was only allowed to compete in three events. A natural-born, all-around athlete, Didrikson won two Olympic gold medals in the 80m hurdles and javelin, and a silver in the high jump, before going on to become one of the greatest female golfers of all time.

Despite the objections of some, including modern Games founder Baron de Coubertin and Pope Pius XI, women were allowed to compete in Olympic track and field events for the first time in Amsterdam. The women's program included the 100m, 800m and 4x100m relay, plus the high jump and discus. With a victory in the 100m, Betty Robinson, a 16-year-old high school student from Riverdale, Illinois, became the first woman to win an Olympic track and field title.

Finland was a distance-running superpower in the 1920s and 1930s, as evidenced by its success at the 1924 Olympics. The most prolific of the "Flying Finns" was Paavo Nurmi, who won five gold medals in Paris to complement the two golds and one silver he earned four years earlier. Two of Nurmi's 1924 triumphs came in the 1500m and 5000m races held just an hour apart. Finnish officials keep Nurmi out of the 10,000m, which teammate Ville Ritola won in world record time en route to a six-medal output in Paris (four gold, two silver). Nurmi would go on to win the 10,000m in 1928, ultimately closing his Olympic career with nine gold medals.

Runners from Great Britain took the top two spots on the medal stand for the men's 1500m, with Albert Hill winning the gold medal and Philip Baker claiming the silver. Baker, who would later adopt his wife's maiden name and become known as Philip Noel-Baker, went on to a distinguished career as a member of British Parliament and a staunch proponent of global disarmament, eventually earning the Nobel Peace Prize in 1959.

Considered by many to be the greatest all-around athlete in history, Jim Thorpe dominated the pentathlon and decathlon competitions in Stockholm. The multi-event sweep inspired King Gustav V of Sweden to tell the gifted American, "Sir, you are the greatest athlete in the world." The reply: "Thanks, king." The following year, Thorpe was stripped of his gold medals when it was revealed he received $15 to play minor league baseball. Seven decades later, the International Olympic Committee reinstated Thorpe as Olympic champion.

As a reported 100,000 spectators looked on, Italy's Dorando Pietri staggered into London's Olympic Stadium for the final 385 yards of the marathon. Pietri, delirious and exhausted, took a wrong turn onto the track, and collapsed. Race officials, despite the fact that their actions would result in disqualification for the Italian runner, rushed to his aid, helping him across the finish line. Although Pietri was denied the gold medal, he gained worldwide fame and became one of the most famous non-winners in Olympic history.

The 1904 marathon is considered one of the strangest Olympic races ever. Among the entrants was a Cuban postman, Felix Carvajal, who hitchhiked to St. Louis after losing his money in a New Orleans crap game. He arrived at the start wearing street shoes and long pants, chatted with spectators mid-race, diverted from the course into an apple orchard and ultimately finished fourth. Another competitor was chased into a cornfield by two dogs. American Fred Lorz crossed the finish line first but was discovered to have hitched a ride for 11 miles. With his admitted practical joke resolved, Lorz's compatriot Thomas Hicks was crowned the official winner.

With victories in the 60m, 110m hurdles, 200m hurdles and long jump at the Paris Games, American Alvin "Al" Kraenzlein set the still-standing record for most individual track and field titles in one Games. Using an unorthodox extended-leg style, he revolutionized hurdling, establishing the style used by future generations. Indiana's Ray Ewry, in the course of one afternoon, won three Olympic titles: the standing long jump, standing high jump and standing triple jump.


Voir la vidéo: 1996 Atlanta - longueur: 9e médaille dor de Carl LEWIS, Emmanuel BANGUÉ 4e


Commentaires:

  1. Mukazahn

    Je m'excuse, mais à mon avis, vous admettez l'erreur. Écrivez-moi dans PM, nous allons le gérer.

  2. Stan

    est absolument conforme

  3. Shakagul

    La phrase sympathique

  4. Healy

    Wacker, by the way, this excellent phrase comes up right now

  5. Arara

    Je pense que tu as tort. Je suis sûr. Je peux le prouver. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.



Écrire un message