Mary Baker Eddy

Mary Baker Eddy

Mary Baker Eddy était la fondatrice de la Science Chrétienne, une dénomination protestante américaine. Elle devint une patiente de Phineas Quimby en 1862 et tira quelques bénéfices de sa "guérison magnétique". Plus tard, elle déclara que l'hypnose était inefficace et abandonna Quimby. Après une chute en 1866 qui lui a blessé la colonne vertébrale, elle « s'est tournée vers Dieu » et a passé les trois années suivantes à lire et à réfléchir à la spiritualité et à la guérison.

En 1875, elle publie son livre le plus célèbre, Sciences et santé. C'est devenu le manuel du mouvement de la Science Chrétienne. Elle a ouvert l'Église du Christ, Scientiste à Boston en 1879. Elle est décédée à Newton, Massachusetts, le 3 décembre 1910.


Mary Baker Eddy sur Race et esclavage

De nombreuses personnes et institutions aux États-Unis se livrent actuellement à un examen approfondi de la question raciale. Les Scientistes Chrétiens doivent se pencher sur l'héritage de Mary Baker Eddy sur la question de la race et de l'esclavage. J'ai grandi en croyant que Mary Baker Eddy était une abolitionniste courageuse alors qu'elle vivait dans le Sud, se levant hardiment et défendant l'égalité et la justice pour tous au prix d'un grand coût personnel. Ce sont les histoires qu'elle a racontées sur elle-même des décennies plus tard. À un moment donné, j'ai voulu écrire un livre sur Mary Baker Eddy, la courageuse abolitionniste. En 2011, j'ai déménagé à Raleigh, en Caroline du Nord, et là-bas, j'ai commencé à faire des recherches sur le temps de Mme Eddy dans les Carolines. L'image qui émerge sur la base de recherches plus poussées n'est pas cohérente avec les histoires qu'elle a racontées sur elle-même plusieurs décennies plus tard. En fait, ils révèlent tout le contraire.

Des décennies après son séjour dans le Sud, Mme Eddy s'est décrite comme une abolitionniste au franc-parler [1] . Mais il n'y a aucune preuve pour étayer cette affirmation. En fait, toutes les preuves dont nous disposons montrent qu'en 1844, elle a fait campagne avec enthousiasme contre les candidats abolitionnistes et modérés [2] , comparant littéralement les modérés aux démons [3] , tout en soutenant les politiciens pro-esclavagistes [4] . Elle a soutenu les politiciens pro-esclavagistes même lorsque la majorité de la Caroline du Nord a voté contre son candidat. Des décennies plus tard, elle a affirmé avoir libéré les esclaves de son mari après sa mort tragique. [5] Mais il n'y a aucune preuve à l'appui de cette affirmation. En fait, il n'y a aucune preuve que son mari ait jamais possédé des esclaves. [6] Il n'y a aucune preuve qu'elle a libéré les esclaves, ce qui était illégal en Caroline du Sud et aurait nécessité une loi spéciale de la législature de Caroline du Nord. [7] Des décennies plus tard, elle raconta des histoires d'un de ces esclaves la sauvant héroïquement des voleurs après la mort de son mari. [8] Mais il n'y a aucune preuve à l'appui de cette affirmation. En fait, elle a raconté des histoires mutuellement contradictoires, [9] et en racontant les histoires, elle a affirmé que son père était un abolitionniste fort [10] – quand toutes les preuves indiquent qu'il détestait Abraham Lincoln [11] et, comme le frère de Mary, Albert Baker. [12] , étant un ferme anti-abolitionniste [13] . Des décennies plus tard, Mme Eddy a dit qu'elle s'était ouvertement opposée à sa famille sur la question de l'abolition lors des élections de 1852. [14] Mais il n'y a aucune preuve à l'appui de cette allégation. En fait, elle s'est opposée au candidat abolitionniste au Sénat en 1852, que la majorité de l'État du New Hampshire a soutenu, et a fait campagne pour son adversaire. [15] Si elle avait été abolitionniste, elle n'aurait pas fait un commentaire en passant disant qu'elle ne pensait pas beaucoup au livre La Case de l'oncle Tom. [16] Histoire après histoire, elle se peint en termes héroïques, vivant une vie grandiose et romancée. Mais les faits documentés ne soutiennent aucune de ses affirmations. En fait, ils pointent dans la direction opposée.

Des décennies après l'abolition de l'esclavage, elle a comparé la Science Chrétienne au mouvement abolitionniste dans Science et Santé. En 1891, elle ajouta à cette déclaration une référence à l'esclave africain étant «sur le plan le plus bas de la vie». [17] Elle a par la suite révisé cette déclaration pour simplement se référer à l'esclave comme étant « sur le plan le plus bas de la vie humaine ». [18] Dans une conversation privée, des décennies après la guerre de Sécession, elle a qualifié « le nègre » de ce jour-là d'être sur le plan le plus bas de la vie humaine, et elle a dit à un professeur de Science Chrétienne qui enseignait aux Afro-Américains qu'ils devraient arrêter d'enseigner. eux [19] , et ne devraient pas enseigner la Science Chrétienne aux Afro-Américains avant que la moitié du monde ne soit devenu des Scientistes Chrétiens. [20] Dans Science et Santé, elle a opposé les « Hommes rouges » aux « races plus éclairées ». [21]

Bien que ses défenseurs puissent dire qu'elle n'était qu'une femme de son temps, elle était en décalage avec les électeurs du New Hampshire et de la Caroline du Nord alors qu'elle faisait campagne pour les politiciens pro-esclavagistes, et elle s'en tenait également aux enseignements raciaux largement dénoncés et discrédités. En fait, Mary Baker Eddy a suivi un enseignement hérétique qui prétend que la « race anglo-saxonne » était la réel tribus perdues d'Israël, et que les Anglais et les Américains blancs étaient le peuple élu de Dieu. Cette théorie anglo-israélienne a été largement ridiculisée et dénoncée par les chrétiens et les historiens pendant des décennies avant que Mme Eddy ne l'adopte publiquement. Cet enseignement est complètement hérétique, complètement non biblique et complètement infondé dans l'histoire. Mary Baker Eddy a écrit avec approbation à propos d'un auteur (C.A.L Totten) qui a plaidé en faveur de l'enseignement anglo-israélien dans ses nombreux livres, notamment Notre course [22]. Elle a soutenu et encouragé plusieurs de ses élèves qui se sont accrochés à cet enseignement anglo-israélien. [23] Elle pensait que si les liens anglo-israéliens pouvaient être démontrés, cela prouverait une sorte d'autorité spirituelle et de supériorité pour elle-même. [24] Certains de ses étudiants qui croyaient à cet enseignement croyaient que Mme Eddy pouvait être prouvée être l'héritière du trône de David et avoir le droit d'être reine d'Angleterre. [25] Elle a fait référence, dans une conversation privée, à la Science Chrétienne comme à une « religion anglo-saxonne ». [26] Pas plus tard qu'en 1898, dans un poème publié dans les journaux de Boston, Le Journal de la Science Chrétienne, et Recueil elle a qualifié les peuples d'Angleterre et des États-Unis d'« Anglo-israélien » et de « race sceptique de Juda ». [27] Loin de prôner l'égalité universelle, elle a clairement articulé dans ses écrits publiés que les Anglo-Saxons sont le peuple élu de Dieu.

Malgré toutes ses affirmations, la preuve montre qu'elle opposé abolition. Ses histoires sur la libération des esclaves n'étaient que des histoires, destinées à la peindre comme une figure héroïque, comme toutes ses histoires sur elle-même. En fait, elle considérait « l'esclave africain » et « le nègre » comme étant au niveau le plus bas de la vie. Elle tenait à un enseignement entièrement hérétique et complètement ridicule selon lequel la race anglo-saxonne était le peuple élu de Dieu. Loin d'être une abolitionniste héroïque et une défenseure de l'égalité, Mary Baker Eddy était une fabuliste en série et une avocate impénitente d'enseignements indéfendables sur la supériorité de la race anglo-saxonne.

Tanner Johnsrud était un scientifique chrétien de cinquième génération et un praticien répertorié dans le Journal pendant plus d'une décennie. Lui et sa femme ont quitté la Science Chrétienne en 2017 et sont devenus Chrétiens. Il travaille actuellement sur un livre sur le développement de l'enseignement et des revendications de Mary Baker Eddy sur elle-même.

[1] Révérend Irving C. Tomlinson, M.A. C.S.B. Douze ans avec Mary Baker Eddy Souvenirs et expériences. (Boston : The Christian Science Publishing Society, 1996.) 19

[2] Robert Peel Mary Baker Eddy : Années de découverte. (New York : Holt, Rinehart et Winston.) 71

[3] Ernest Sutherland Bates et John V Dittemore. Mary Baker Eddy : La vérité et la tradition. (New York : Knopf, 1932.) 33-35

[4] Gillian Gill Mary Baker Eddy. (Cambridge, Massachusetts : Perseus Books.) 66

[5] Lyman P. Powell. Mary Baker Eddy un portrait grandeur nature. (New York : Macmillan, 1930.) 81.

Julia Michael Johnston. Mary Baker Eddy : sa mission et son triomphe. (Boston : The Christian Science Publishing Society. 1998.) 15

[7] Éplucher Des années de découverte, p. 323 remarque 2

[11] McClure's Magazine janvier 1907. Volume XXVIII, n° 3. p. 229.

[13] Éplucher Des années de découverte, p. 320 n. 93

[14] Sibylle Wilbur. La vie de Mary Baker Eddy. (New York : Concord Publishing Co., 1908.) 52-54.

[16] Peel vol 1, p. 88 La lettre a été écrite le 1er janvier 1853, mais elle n'est pas citée dans Peel. Il existe évidemment dans les archives de la bibliothèque Mary Baker Eddy.

[17] Science et Santé 61e édition, pp. 121-122 (1891)

[18] Science et santé 257e édition, p. 225 (1902)

[19] Elizabeth Earl Jones Mme Eddy en Caroline du Nord et Mémoires p. 109-110

[20] (Bliss Knapp et Eloise M Knapp – Leur livre 1953.) Ceci est tiré d'un carnet tenu par Eloise Knapp, épouse de Bliss Knapp. Il se trouve dans les archives du Principia College.

[21] Science et santé 26e édition, p. 357.

[22] Mary Baker Eddy et la prophétie biblique p. 17

[23] Peel Years of Authority pp. 116-117

Richard Nenneman. Pèlerin persistant : la vie de Mary Baker Eddy. Etna, New Hampshire : Nebbadoon Press. 1997. 250-251

[24] Robert Peel Mary Baker Eddy : des années d'autorité. New York : Holt Rinehart Winston, 1977. 117

[25] Éplucher Années d'autorité 116.

[26] Elizabeth Earl Jones Mme Eddy en Caroline du Nord et Mémoires. 109-110


Les calèches et traîneaux de Mary Baker Eddy

Ce programme virtuel, conçu pour les élèves de la maternelle à la 5e année, explorera certaines des différentes formes de transport utilisées par Mary Baker Eddy au 19 e et au début du 20 e siècle. Les élèves découvriront un certain nombre de ses véhicules et ses chevaux bien-aimés qui tiraient ses calèches et ses traîneaux. Le programme comprendra un examen approfondi de l'une des voitures de Mme Eddy actuellement exposée au Longyear Museum, ainsi qu'un ensemble de ses cloches de traîneau de notre collection et une courte vidéo montrant des traîneaux en action ici en Nouvelle-Angleterre. Nous sommes impatients de vous accueillir ainsi que votre famille et vos jeunes amis à ce programme!

Recommandé pour les élèves de la maternelle à la 5e année.

Veuillez nous contacter à [email protected] si vous avez des questions concernant le programme.

Inscrivez vous pour Un instantané de l'histoire : les calèches et les traîneaux de Mary Baker Eddy maintenant!

INSCRIVEZ-VOUS MAINTENANT – 13h00
INSCRIVEZ-VOUS MAINTENANT – 16 h

Image ci-dessus : « American Homestead Winter », lithographie de Currier & Ives.


Maison Mary Baker Eddy

Mary Baker Eddy. Avec la permission de la Bibliothèque du Congrès. Maison Mary Baker Eddy, Lynn, MA. Avec l'aimable autorisation de Judy Wellman.

Mary Baker Eddy Home, 8 Broad Street, Lynn, Massachusetts

Née le 16 juillet 1821, Mary était la plus jeune des six enfants de la famille Baker. Elle a passé une grande partie de sa jeunesse à souffrir d'une maladie chronique. Elle a reçu une éducation d'hommes de soutien dans sa vie, malgré sa maladie. Sa formation religieuse reflétait le protestantisme de la Nouvelle-Angleterre du début du XIXe siècle, même si elle n'était pas d'accord avec la doctrine de la prédestination. Au cours de ses premières années d'études, elle s'intéresse à l'écriture.

En tant que jeune adulte, Eddy a dû faire face à la perte d'un certain nombre de personnes importantes : son frère, son premier mari, sa mère et un nouveau fiancé. Toujours de santé fragile, Eddy a essayé de subvenir à ses besoins, mais l'écriture et l'enseignement ne pouvaient pas la soutenir. Elle s'est remariée, mais ce choix s'est avéré difficile car son mari l'a abandonnée pendant des mois. Elle a finalement obtenu le divorce pour adultère.

Ces expériences, sa fragilité et ses questions sur la prédestination l'ont amenée à rechercher le rôle de l'esprit dans la guérison des maladies physiques. Elle a essayé une variété de pratiques médicales alternatives, qui ont eu un effet minimal pendant un temps limité. Ensuite, elle a eu ce qu'elle a décrit comme une épiphanie : que la source des maux physiques pouvait être résolue avec la foi et la concentration mentale. Au cours de la décennie suivante, de 1866 à 1875, elle développa et appliqua la méthode scientifique consistant à utiliser son esprit à travers le « Principe divin toujours actif » par lequel elle entendait Dieu.

En 1875, elle a acheté une maison à Lynn MA, a commencé à donner des conférences et a terminé son livre séminal Sciences et Santé. Dans ce document, elle a décrit une méthode de guérison qui, espérait-elle, réformerait la pratique religieuse dans l'église chrétienne par un retour au « christianisme primitif », comme elle en est venue à l'appeler. Le livre subirait de multiples révisions et impressions, deviendrait l'un des livres les plus influents sur la spiritualité jamais écrits par un Américain et aiderait à lancer une nouvelle dénomination. L'espoir initial d'Eddy de réformer les croyances religieuses existantes a cédé après de multiples rejets par le public. Néanmoins, ses propres disciples ont grandi et ensemble, ils ont formé une nouvelle Église du Christ (scientifique).

Le mouvement de la Science Chrétienne s'est développé rapidement dans les années 1880. Eddy a donné des cours à Boston et à Chicago où elle a voyagé pour enseigner à ceux qui ont exprimé un intérêt pour la Science Chrétienne dans le Midwest et au-delà. Elle a créé et édité un magazine mensuel appelé Le Journal de la Science Chrétienne a fondé la National Christian Scientist Association et a ajouté une classe normale à son collège pour former des enseignants qualifiés en science chrétienne afin de répandre la religion alors qu'ils organisaient leurs propres classes à travers le pays.

Au fur et à mesure que l'intérêt du public pour la Science Chrétienne grandissait, la critique publique grandissait, en particulier de la part des deux bastions masculins du clergé et de l'establishment médical. Tous deux se sentaient menacés par l'incursion de cette valeur aberrante sur leur territoire, et tous deux en voulaient aux défections de leurs rangs. L'affront était aggravé par le fait qu'Eddy était une femme.

Alors que les questions féministes n'ont jamais été l'axe principal du travail d'Eddy, sa vie offre un excellent exemple d'une femme rejetant les rôles de genre conventionnels et se créant un espace en dehors des restrictions sociales de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Son mouvement reconnaissait une divinité à deux sexes et valorisait les contributions des deux sexes de manière égale. Dès le début, les femmes ont joué un rôle essentiel dans le mouvement de la Science Chrétienne, en tant que guérisseuses, enseignantes, conférencières, rédactrices et responsables de l'église. En fondant et en dirigeant avec succès un mouvement d'envergure nationale et finalement internationale, sa vie reflétait et exemplifiait les courants sociaux de la fin du 19 e siècle, alors que les femmes élargissaient leurs rôles traditionnels dans la société.

La maison du 8 Broad Street à Lynn, MA s'est avérée le meilleur endroit pour reconnaître les contributions d'Eddy aux États-Unis. Elle l'a acheté comme sa première maison. Elle a complété et publié sa déclaration théologique la plus importante, Science et santé avec la clé des Écritures, ici. Dans cette maison, elle a enseigné et prêché formellement, ce qui a conduit à la création d'une église et d'un collège. Elle a jeté les bases de son organisation religieuse qui a lancé une trajectoire qui l'amènerait sur la scène nationale et au-delà. Le Longyear Museum a restauré la maison suite à son achat en 2007.

Le National Collaborative for Women's History Sites, à la demande du National Park Service, Northeast Division, a travaillé avec le Longyear Museum pour proposer la maison d'Eddy comme monument historique national en 2016. Le musée a finalisé et soumis la proposition au NPS en décembre 2018.


Obtenez une copie


Mary Baker Eddy - Histoire

Mary Baker Eddy a vécu à Lynn au numéro 8 Broad Street de 1875 à 1882. Le site historique a fait l'objet d'une restauration majeure. Il s'agissait de la première maison appartenant à Mary Baker Eddy, auteure, éditrice, conférencière et guérisseuse, où elle acheva d'écrire et publia la première édition de son ouvrage principal, "Science and Health", en 1875.

Le monument Mary Baker Eddy à Lynn

Le maire de Lynn, Judith Flanagan Kennedy, a inauguré à nouveau le monument historique Mary Baker Eddy à Lynn, créé par le sculpteur et natif de Lynn, Reno Pisano.

L'hommage est en reconnaissance des 145 années qui se sont écoulées depuis la découverte de la Science Chrétienne, résultat de la guérison d'Eddy après une chute critique sur la glace sur ce site en 1866. Le monument est situé au coin d'Oxford et de Market Street. ici à Lynn, Massachusetts.

La cérémonie de réinauguration du maire Kennedy est un rappel opportun que cet héritage mondial de Mary Baker Eddy a commencé ici à Lynn.

Les lynn journaliste ont publié un court article sur son état dans leur édition du 3 février 1866. On ne s'attendait pas à ce qu'elle survive, trois jours après la chute, elle a été guérie en lisant sa Bible. Sa quête pour comprendre comment s'est déroulée cette guérison l'a conduite à la découverte de la Science Chrétienne. Cet événement à mi-chemin de sa vie est devenu le tournant de sa recherche de longue date de la santé et d'une méthode de guérison divinement scientifique.

Il y a cent ans, lorsqu'elle est décédée le 3 décembre 1910 à l'âge de 89 ans, Mary Baker Eddy était un nom familier. Des centaines d'hommages sont parus dans les journaux du monde entier, y compris Le Boston Globe, qui a écrit, &ldquoElle a fait un travail merveilleux&mdashan extraordinaire dans le monde et il ne fait aucun doute qu'elle a eu une puissante influence pour le bien.&rdquo

En 1907 Vie humaine le magazine a proclamé Eddy "la femme la plus célèbre, la plus intéressante et la plus puissante d'Amérique, sinon du monde aujourd'hui".

Susan B. Anthony a écrit une fois publiquement en faveur d'Eddy. Clara Barton en commentant la Science Chrétienne dans le Américain de New York a déclaré : « Il fait plus dans le monde aujourd'hui et continuera à le faire à mesure que plus de gens prendront conscience de la beauté de ses enseignements, que toute autre influence pour le bien ». Même Mark Twain, un critique de la Science Chrétienne, a confié : « Quand nous ne connaissons pas une personne &ndash et aussi quand nous le faisons &ndash nous devons juger de la taille et de la nature de ses réalisations par rapport aux réalisations des autres dans son secteur d'activité spécial &ndash il n'y a pas d'autre moyen. Mesuré selon cette norme, il y a treize cents ans que le monde n'a produit personne qui puisse atteindre la ceinture de Mme Eddy. Il a également commenté : " À plusieurs égards, elle est la femme la plus intéressante qui ait jamais vécu et la plus extraordinaire. "

L'héritage de Lynn en tant que &ldquoCity of Firsts &rdquo s'est enrichi grâce aux réalisations révolutionnaires d'Eddy&rsquo qui ont commencé à Lynn. Ici, elle a eu du mal à partager sa découverte et à se faire entendre à une époque où les femmes ne pouvaient pas voter et étaient généralement exclues de la chaire, des séminaires et de la profession médicale. Ses premiers travaux de guérison dans la pratique de la Science Chrétienne ont commencé à Lynn. Elle a dit &ldquoLa Bible contient la recette de toutes les guérisons&rdquo.&rdquo L'une d'elles incluait la guérison d'un petit garçon aux pieds bots alors qu'il était avec lui sur la rive de Lynn. Les débuts d'une nouvelle religion sont nés ici ainsi que les premiers pas pour former une église mondiale. À Lynn, le premier discours public sur la Science Chrétienne fut prononcé le 23 mai 1875 par Eddy au Concert Hall sur Market Street : &ldquoChrist Healing the Sick.&rdquo En juin, les premiers services dominicaux se tinrent au Good Templars Hall. Le 31 janvier 1881, elle fonda et reçut une charte pour son Massachusetts Metaphysical College.

De son étude de la Bible est venue son travail principal, Science et santé avec la clé des Écritures, qu'elle acheva et publia en 1875 alors qu'elle vivait à Lynn au 8 Broad Street . Sa maison est maintenant une étape historique sur le sentier de la zone du patrimoine national d'Essex. Le philosophe Bronson Alcott a écrit que son travail avait le « sceau de l'inspiration ». En 1992, son livre a été nommé « l'un des 75 livres écrits par des femmes dont les paroles ont changé le monde » par la Women's National Book Association.


1 Pour un compte rendu du don, voir Peel , Robert , Mary Baker Eddy: The Years of Authority ( Boston : Christian Science Publishing Society , 1982 ), 9 – 10 Google Scholar .

2 Mary Baker Eddy, «Étang et but», Écrits divers 1883-1896, dans Ouvrages en prose autres que la science et la santé avec la clé des Écritures (Boston : La Première Église du Christ, Scientiste, 1924), 206.

3 Eddy , Mary Baker , Non et oui, dans Prose Works Other Than Science and Health with Key to the Saintes (Boston : The First Church of Christ, Scientist , 1925) Google Scholar , 45, 46. Publié pour la première fois en 1891.

4 Voir Stark, Rodney et Bainbridge, William, The Future of Religion: Secularization, Revival and Cult Formation (Berkeley : University of California Press, 1985), 237 – 238 CrossRefGoogle Scholar. Les auteurs citent un recensement de 1926 sur l'appartenance religieuse aux États-Unis dans lequel la répartition par sexe pour la Science Chrétienne est de 75,5% de femmes par rapport à une statistique de 55,7% de femmes pour l'ensemble des membres de l'église aux États-Unis. Un recensement de 1906, tel que publié dans Organismes religieux : 1906, vol. 2 (Washington : Government Printing Office, 1910), a donné une répartition par sexe pour l'Église du Christ, Scientiste, aux États-Unis, à 72 pour cent de femmes. J'ai mené une analyse de genre de la liste des praticiens de la Science Chrétienne (guérisseur) dans le numéro de décembre 1910 de Le Journal de la Science Chrétienne. Mes résultats ont donné un chiffre approximatif de 89 pour cent de femmes pour les praticiens de la Science Chrétienne comme autorisé par l'Église de la Science Chrétienne à cette époque : le mois et l'année du décès d'Eddy.

5 Stephen Gottschalk, L'émergence de la science chrétienne dans la vie religieuse américaine. (Berkeley : University of California Press, 1973), 218. Alors que Gottschalk identifie un tel personnage de la Science Chrétienne comme représentant seulement une minorité de Scientistes Chrétiens, son analyse indique son importance dans les perceptions de la culture de la Science Chrétienne. Par exemple, il remarque également dans le même paragraphe que « certains des partisans les plus éthérés de Mme Eddy ont affecté un ton de voix aigu et superficiellement doux, de sorte qu'Ezra Pound, par exemple, pouvait facilement identifier une femme à laquelle il faisait référence. dans une lettre comme ayant une « voix de la science chrétienne ». L'émergence de la science chrétienne dans la vie religieuse américaine, 218.

6 Putney, Clifford, Muscular Christianism: Manhood and Sports in Protestant America, 1880–1920 (Cambridge, Mass. : Harvard University Press, 2001), 144Google Scholar.

7 En commençant par la cinquantième édition historique de Science et santé avec la clé des Écritures (1891), Eddy a inclus un nouveau chapitre, intitulé « Science, Théologie, Médecine », dans lequel elle a systématiquement discuté de la Science Chrétienne en relation avec ces disciplines.

8 Gottschalk a soutenu que « la science chrétienne est mieux comprise comme une interprétation pragmatique de la révélation chrétienne ». Gottschalk, L'émergence de la science chrétienne dans la vie religieuse américaine, 278.

9 Erwin Canham, Engagement pour la liberté : l'histoire du Christian Science Monitor (Boston : Houghton Mifflin, 1958), xvi. Canham a occupé les postes de rédaction suivants à Le Moniteur de la Science Chrétienne : rédacteur en chef (1941-1944), rédacteur en chef (1945-1964) et rédacteur en chef (1964-1974).

10 "M. Thomas Hughes et son adresse », Supplément de Harvard Advocate 10, non. 1 (Cambridge, Massachusetts, 14 octobre 1870).

11 Winn, William E., « Les jours d'école de Tom Brown et le développement du « christianisme musclé », « Church History 29 , no. 1 (mars 1960) : 73CrossRefGoogle Scholar, https://doi.org/10.2307/3161617.

12 Voir Brett McCay et Kate McCay, « Quand le christianisme était musclé », dans Christianisme musclé : la relation entre les hommes et la foi (Jenks, Oklahoma : Semper Vigilis, 2018), chap. 3, Kindle. Ils notent que «le mouvement du christianisme musclé n'a jamais été officiellement organisé ou dirigé par une seule personne, mais était plutôt une tendance culturelle qui s'est manifestée de différentes manières et a été soutenue par diverses figures et églises - principalement celles de la variété protestante libérale principale. . "

13 Putney, Christianisme musculaire, 7.

14 Voir Putney, Christianisme musclé, 69–70.

15 Luther Gulick, « Ce que signifie le triangle », L'ère des jeunes hommes, 18 janvier 1894.

16 Gulick, « Ce que signifie le triangle ».

17 Putney , Clifford , « Luther Gulick: His Contributions to Springfield College, the YMCA, and ‘Muscular christianisme’ », Historical Journal of Massachusetts 39, no. 1-2 (été 2011 ) : 158Google Scholar . Le grand-père de Luther Gulick, Peter Gulick, a repris la cause missionnaire chrétienne dans les années 1820, acceptant une nomination en 1827 du Conseil américain des commissaires pour les missions étrangères (ABCFM) pour servir dans le royaume d'Hawaï. Les descendants ultérieurs de Peter Gulick ont ​​également entrepris des carrières et des postes de missionnaires dans des pays étrangers.

18 Gulick, « Ce que signifie le triangle ».

19 Gulick, « Ce que signifie le triangle ».

20 Putney, Christianisme musclé, 72.

21 Mary Baker Eddy a écrit cela dans un passage sur les « Témoignages » pour le Manuel de l'Église Mère, La Première Église du Christ, Scientiste, à Boston, Massachusetts (Boston : Christian Science Publishing Society, 1895), 47.

22 Voir Putney, Christianisme musclé, 150–153.

23 Voir Mary Farrell Bednarowski, Nouvelles religions et imagination théologique en Amérique (Bloomington : Indiana University Press, 1989), 34. Alors que Bednarowski a observé que les points de vue de la Science Chrétienne en tant que gnostique sont « trompeurs », elle a également reconnu leur prépondérance.

24 Voir Williams, Peter, Popular Religion in America : Symbolic Change and the Modernization Process in Historical Perspective (Urbana : University of Illinois Press, 1989), 132Google Scholar.

25 Voir Sydney Ahlstrom, « Harmonial Religion since the Later Nineteenth Century », dans Une histoire religieuse du peuple américain, 2e éd. (1ère éd. 1972 New Haven, Connecticut: Yale University Press, 2004), 1019-1036. Ahlstrom identifie la « pensée harmonieuse » comme une tendance importante de la religiosité américaine. Pourtant, il distingue la «science chrétienne», la «nouvelle pensée» et la «pensée positive» comme «modes majeurs» de cette orientation spirituelle.

26 Ahlstrom, « Harmonial Religion since the Later Nineteenth Century », 1019.

27 Catherine Albanais, Une république de l'esprit et de l'esprit : une histoire culturelle de la religion métaphysique américaine (New Haven, Connecticut : Yale University Press, 2007), 295.

28 Stephen Gottschalk, Faire rouler la pierre : le défi de Mary Baker Eddy au matérialisme (Bloomington : Indiana University Press, 2006), 364.

29 Putney, Christianisme musclé, 150.

30 Eddy, Manuel de l'Église Mère, 41, a conseillé : « Lorsqu'il est nécessaire de montrer le grand fossé entre la Science Chrétienne et la théosophie, l'hypnotisme ou le spiritisme, faites-le, mais sans mots durs. Sur Helen Van Anderson comme « l'une des missionnaires vedettes de Hopkins », voir Beryl Satter, Chaque esprit a un royaume : les femmes américaines, la pureté sexuelle et le mouvement de la nouvelle pensée, 1875-1920 (Berkeley : University of California Press, 1999), 116 et voir Charles Braden, Spirits in Rebellion: L'essor et le développement d'une nouvelle pensée (Dallas : Southern Methodist University Press, 1963), 140-141. Selon Braden, Hopkins a suivi des cours de Christian Science auprès de Mary Baker Eddy en décembre 1883. À partir de septembre 1884, elle a été rédactrice en chef de Le Journal de la Science Chrétienne et par la suite « a été démis de ses fonctions de rédacteur en chef en octobre 1885 ». En outre, pour une notice biographique sur Hopkins, voir nos accessions. 550.58.010–550.58.027, The Mary Baker Eddy Papers, consulté le 11 novembre 2020, https://marybakereddypapers.org. On y lit en partie que Hopkins « était une élève de Mary Baker Eddy, prenant des cours de primaire en décembre 1883 », et qu'elle « a rejoint la Christian Scientist Association (CSA) en 1884 et a été brièvement la rédactrice par intérim de Le Journal de la Science Chrétienne.”

31 Mary Baker Eddy, « Questions répondues », Le Journal de la Science Chrétienne 5, non. 1 (avril 1887) : 25.

32 Pour une analyse de la relation entre spiritualisme et théosophie, voir Stephen Prothero, « From Spiritualism to Theosophy: ‘Uplifting’ a Democratic Tradition », Religion et culture américaine : un journal d'interprétation 3, non. 2 (été 1993) : 197-216 et voir Robert Ellwood et Catherine Wessinger, « The Feminism of ‘Universal Brotherhood’: Women in the Theosophical Movement », dans Leadership des femmes dans les religions marginales : exploration en dehors du courant dominant, éd. Catherine Wessinger (Urbana : University of Illinois Press, 1993), 69. Ils écrivent que les fondateurs de la Société théosophique, Helena Blavatsky et Henry Steele Olcott, « croyaient que si les réalités non substantielles évoquées par le spiritisme pouvaient être pénétrées et jointes à la science de l'esprit progressiste. du jour, alors l'unité de la vie pourrait à nouveau être saisie.

33 Globe quotidien de Boston, 7 janvier 1895.

34 Voir A10835B, The Mary Baker Eddy Collection, The Mary Baker Eddy Library.

35 L. L. Doggett, Histoire de la Boston Young Men's Christian Association (Boston : Association chrétienne des jeunes hommes, 1901), 72.

36 Mary Baker Eddy, Sciences et santé, vol. 1, 3e éd. (Cambridge, Mass. : University Press, 1881), 233 (ci-après cité comme Sciences et santé [1881]).

37 Voir Ann Douglas, « The Loss of Theology : From Dogma to Fiction », dans La féminisation de la culture américaine (New York : Farrar, Straus et Giroux, 1977), 121-164.

38 Douglas, « La perte de la théologie », 124.

39 Mary Baker Eddy, Science et santé avec la clé des Écritures (Boston : Christian Science Publishing Society, 1934), 227 (ci-après cité comme Sciences et santé [1934]).

40 Mary Baker Eddy, La première église du Christ scientiste et divers (Boston : Première Église du Christ, Scientiste, 1913), 218.

41 Charles Howard Hopkins, Histoire du Y.M.C.A. en Amérique du Nord (New York : Association Press, 1951), 246.

42 Hopkins, Histoire du Y.M.C.A. en Amérique du Nord, 254–255. Gulick a lu ce discours lors de la vingt-neuvième convention internationale des Young Men's Christian Associations, Kansas City, Missouri, le 9 mai 1891. Voir L'ère des jeunes hommes, 26 novembre 1891.

43 Mary Baker Eddy, « Christian Science in Tremont Temple », Écrits divers, 1883-1896, dans Ouvrages en prose autres que la science et la santé avec la clé des Écritures (Boston : La Première Église du Christ, Scientiste, 1925), 96.

44 L'accent mis au début par la Société théosophique sur le spiritualisme le rendit attrayant pour les femmes de la communauté spiritualiste. Voir « Theosophy », in June Melby Benowitz, éd., Encyclopédie des femmes américaines et de la religion, 2e éd. (Santa Barbara, Californie : ABC-CLIO, 2017), 597.

45 Bannière de Lumière, 10 novembre 1866, p. 2, cité dans Ann Braude, Esprits radicaux : spiritualisme et droits des femmes dans l'Amérique du XIXe siècle (Boston : Beacon Press, 1989), 83.

46 Peel, Mary Baker Eddy : Les années d'autorité, 10.

47 Voir Eddy, « Pond and Purpose », 203-204.

48 Guillaume James, La vie vaut-elle la peine d'être vécue ? (Philadelphie : S. Burns Weston, 1896), 61.

49 Voir Eddy, « Pond and Purpose », 204.

50 Eddy, « Étang et but », 205.

51 Eddy, « L'étang et le but », 205-206.

52 Le neuvième nouveau dictionnaire collégial de Webster (Merriam Webster, 1991) date l'origine du terme « transit rapide » à 1873.

53 Eddy, « Étang et objectif », 206.

54 Eddy, « Étang et but », 207.

55 Voir Donald Meyer, « The Scientific Humanism of G. Stanley Hall », Journal de psychologie humaniste 11, non. 2 (octobre 1971) : 201-213. Meyer note : « En 1904, Hall révéla les dimensions plus larges de son ‘anthropologie supérieure’ lorsqu’il publia son plus grand ouvrage, Adolescence. " Meyer describes Hall's view of adolescence as “an especially crucial time in a person's growth because, in this period, the higher sensibilities develop and the ideals of love and service take form.” Meyer, “The Scientific Humanism of G. Stanley Hall,” 209.


Mary Baker Eddy

The church founded by Mary Baker Eddy, known as Christian Science, is built upon the premise that sickness and death have no basis in reality because matter itself is unreal. They are illusions produced by unbelief and the failure to understand the true concept of God.

Christian Science is best known today from the refusal of its followers to take medication or to consult a doctor. Eddy believed that reality, created by God and therefore inherently good, could not contain anything not good, such as poverty, suffering, and death. The illusion ended for Mary Baker Eddy on December 3, 1910, when she suffered a very real death resulting from pneumonia.

Mary Baker was born in New Hampshire on July 16, 1821. Her childhood was filled with frequent periods of sickness, physical and emotional, for which she was treated with morphine and hypnotism. This era saw the rise of many enthusiasms such as mesmerism, spiritualism, Quakerism, and Mormonism, all of which influenced her philosophy.

She claimed that after a fall on the ice in 1866 which left her with crippling injuries (later denied by the attending doctor in a signed affidavit) she rediscovered the secrets of faith healing used by Christ which were lost when the early Christian church apostatized. She proceeded to write down these spiritual laws in a textbook, published in 1875, known as S cience and Health with Key to the Scriptures.

Eddy claimed the book was dictated to her directly by God. Of its authorship she said, “I should blush to write a Science and Health with Key to the Scriptures as I have, were it of human origin, and I, apart from God, its author but as I was only a scribe echoing the harmonies of heaven in divine metaphysics, I cannot be super-modest in my estimate of the Christian Science textbook.” In actual fact this work, considered by her followers to be of equal importance to the Bible, is of human origin. It is largely the result of plagiarism, the remainder being the pantheistic ramblings of Eddy herself.

The plagiarized material, much verbatim, was taken from the writings of P. P. Quimby and Francis Lieber.

Quimby was a hypnotist and faith healer who had previously treated Eddy and had won from her adoration and published endorsements. He coined the terms “Science of Health” and “Christian Science” to describe his theories which he compiled in a work titled Questions and Answers . A copy of this exists with corrections in Mary Baker Eddy’s own handwriting.

Lieber had produced a manuscript on the metaphysics of the philosopher Hegel, and Eddy freely copied from it. Newspapers of the day unmasked the plagiarism, Le New York Times of July 10, 1904 printing parallel columns of Eddy and Quimby for comparison.

Christian Science purports to be a Christian organization. It borrows heavily from the Christian vocab-ulary but denies all the fundamental Christian dogmas. It rejects the belief in a personal God, the Trinity, the divinity of Christ, the existence of sin and the devil, the Resurrection, and heaven and hell. Instead Christian Science substitutes a vague pantheism. Referring to its textbook, Mark Twain wrote, “Of all the strange and frantic and incomprehensible and uninterpretable books which the imagination of man has created, surely this one is the prize sample.”

When her third husband, Asa Eddy died, Mary Baker Eddy convinced a coroner to change the cause of death from heart attack to “arsenic poisoning mentally administered.” In a letter to the Boston Post she insisted that former students had used “Malicious Animal Magnetism” to kill him. “MAM” was the term used by Eddy to describe the misuse of the mental powers she was teaching others to employ.

Mary Baker Eddy wished to acquire wealth. L'édition originale de Science and Health with Key to the Scriptures was advertised as “a book that affords an opportunity to acquire a profession by which you can accumulate a fortune.” Her followers were commanded to buy and sell copies under pain of excommunication. They were forced to buy each new edition, even though only a few words might have been changed. Eddy, who started her religion without a penny, died a millionairess.

Christian Science is a non-Christian sect masquerading as Christian. When Mary Baker Eddy was alive, perhaps some were better off reading her fanciful textbook than submitting to bloodletting and primitive surgery. (Medicine was in a primitive state by today’s standards.) But disease is real, and modern medicine often can cure it. No one should labor (and die) under the illusion that “matter and death are mental illusions.” In short, Christian Science has proved itself neither Christian nor scientific.


Imparting a Fresh Impulse: Mary Baker Eddy Teaches the Class of 1898

It had been almost a decade since Mary Baker Eddy had taught classes at her Massachusetts Metaphysical College in Boston. Hoping to ensure the highest quality teaching for the future of the Christian Science movement, in mid-November 1898 she sent messages to some seventy prospective participants from near and far, requesting that they be present at Christian Science Hall in Concord, New Hampshire, Sunday afternoon, November 20, to receive “a great blessing.”

Almost all were able to come. And when they had gathered, they found out why they had been called, as Edward A. Kimball read Mrs. Eddy’s greeting to them:

You have been invited hither to receive from me one or more lessons on Christian Science…. This opportunity is designed to impart a fresh impulse to our spiritual attainments, the great need of which I daily discern. I have awaited the right hour, and to be called of God to contribute my part towards this result. 1

The class consisted of two lessons, Mrs. Eddy examining the spiritual fitness of the students, taking them higher in their understanding of God, and preparing them for the work that lay ahead. The Christian Science movement had come a long way in the thirty-two years since the discovery that impelled it, but it still needed the inspired wisdom of its Leader to temper and hone its momentum, and to establish its teaching on a sound and consistent basis.

The year 1898 brought significant action on the part of Mrs. Eddy for her church. Refining some functions within the organization brought progressive steps, including the establishment of The Christian Science Board of Lectureship, the Christian Science Sentinel, and the Board of Education. And in November, having become increasingly concerned over the quality of teaching in the Christian Science field, Mrs. Eddy decided to teach again. It would be the class of 1898, a significant event as time would tell, and her last class.

Letters or telegrams went out to some seventy people to be at Christian Science Hall in Concord at the appointed hour. Those invited were not only from nearby, but also from greater distances — the western, midwestern, and southern United States, and Canada, England, and Scotland. A “great blessing” was promised, but no specific information as to the nature of the blessing was given. And the invitations were strictly confidential. Students were told about the class when they had gathered, and why confidentiality had been essential:

I have awaited your arrival before informing you of my purpose in sending for you, in order to avoid the stir that might be occasioned among those who wish to share this opportunity and to whom I would gladly give it at this time if a larger class were advantageous to the students. 2

Christian Science Hall Concord, New Hampshire. Interior and exterior photographs. Longyear Museum collection, P2304. Christian Science Hall Concord, New Hampshire. Interior and exterior photographs. Longyear Museum collection, P2313. Stained-Glass Window. From Christian Science Hall, Concord, New Hampshire. Longyear Museum collection, AF0963.

Preparing the next generation

The class was composed of about an equal number of men and women from diverse regions, from varying walks of life, and representing varying levels of experience in their practice of Christian Science. Also invited were observers representing the press.

In a January 1898 letter to Daphne Knapp, Carol Norton, John Lathrop, and James Neal thanking them for the gift of a parasol, Mrs. Eddy addressed them, “My beloved Quartette.” About a year earlier, in December of 1896, she had recommended that these four young people become First Members of her church, an early governing body of the church.

Her reasons were clearly stated:

First, for their faithfulness in the field. Second, for the advantage to them individually. Third, from a desire to have them grow up with the First Members of the Mother Church who receive more directly my counsel and assistance. 3

When Mrs. Eddy was asked why she chose so many young people for the class, she replied, in substance, because I want my teaching carried on. — Emma C. Shipman 4

A Shared Experience

There were in the class some close family relationships — mothers and daughters, a mother and son, sisters, some husbands and wives, and even future marriage partners.

Several years after attending the 1898 class, Daisette Stocking and William P. McKenzie were married. But they had known each other since she had introduced Christian Science to him at a gathering of friends in 1891. He had been prepared for the ministry and possessed exceptional poetical and rhetorical abilities. Mrs. Eddy early perceived his talents and deeply Christian character and appointed him as one of the first members of the Christian Science Board of Lectureship in 1898, only one of many important positions he would fill in the church over the years. Daisette wore the clover-shaped gold pin (below) during the 1898 class.

Rose Cochrane and her mother, Effie Andrews, attended, as did Abigail Dyer Thompson with her mother, Emma Thompson. Of the experience Abigail wrote,

It was my blessed privilege to be a member of our Leader’s last class. Through the influence of my mother’s deep appreciation of Mrs. Eddy as God-inspired in her leadership, I was prepared to follow with absorbing interest every word of her teaching. 5

Experience lifted to higher ground

Mrs. Eddy had come to rely on workers in the Field that were strong and steady for the immense work to be done. Their resolute Christian foundations, ability to stand in the face of battle, and untiring efforts to move the Cause forward were a joy to her.

She had once referred to two of these stalwart individuals, Effie Andrews and Marjorie Colles, as “old grand soldiers,” and she invited both to partake of the class.

Judge Septimus J. and Camilla Hanna were Editor and Assistant Editor of The Christian Science Journal at the time they were invited to attend the class. This had given them a close working relationship with Mrs. Eddy, including private instruction. Camilla’s healing through Christian Science had convinced her husband to become a student, and he left his legal career and served in many responsible capacities, including First Reader of The Mother Church, a member of The Board of Lectureship, and Normal class teacher in the Christian Science Board of Education in 1907.

Certificate for Normal Class Instruction. Given to Kate Davidson Kimball after instruction by Mary Baker Eddy in the November 1898 class, Longyear Museum collection, LMDB-6018.

Edward and Kate Kimball were from Chicago, where Edward had managed a successful manufacturing business for some twenty years. As was the case for many other families, Edward’s healing through Christian Science changed the course of their lives, which became devoted to working for the Cause. Edward held several prominent positions — he was one of the first teachers appointed to the Christian Science Board of Education, and one of the first members of The Christian Science Board of Lectureship. He is said to have delivered over 1,000 lectures in nine years. The certificate (below) is the one presented to Kate Kimball after attending the 1898 class.

Sue Harper Mims had been a leader in social and public life of Atlanta, Georgia, for many years, when her healing of a long-standing illness brought her into the active practice of Christian Science. She became one of the first teachers to be established in the southeastern United States, and was appointed in 1898 to The Christian Science Board of Lectureship— one of the first women to serve in that capacity.

In her Communion address of June 4, 1899, Mrs. Eddy said, “The students in my last class in 1898 are stars in my crown of rejoicing.” 6 These words recall thoughts expressed in her earlier article, “Fidelity”:

Is a musician made by his teacher? He makes himself a musician by practising what he was taught. The conscientious are successful. They follow faithfully through evil or through good report, they work on to the achievement of good by patience, they inherit the promise…. The lives of great men and women are miracles of patience and perseverance. Every luminary in the constellation of human greatness, like the stars, comes out in the darkness to shine with the reflected light of God. 7

Student Irving C. Tomlinson writes about the class in his Twelve Years with Mary Baker Eddy: “The purpose of the gathering was not to teach the letter of Christian Science, Mrs. Eddy said, for the members were supposed to possess that knowledge. It was rather to spiritualize the Field, and she remarked to me afterward that her work with that class changed the character of the entire Field.” 8


Where is color?

Mrs. Eddy writes: "Has not the truth in Christian Science met a response from Prof. S. P. Langley, the young astronomer? He says that 'color is in nous,' not 'in the rose' and he adds that this is not 'any metaphysical subtlety,' but a fact 'almost universally accepted, within the last few years, by physicists.'" (Rudimental Divine Science, page 6.)

For additional background on Mary Baker Eddy and Natural Science, scan down to "Christian Science and Natural Science" on the Founder's page here.


Voir la vidéo: Soul of A Woman - The Life and Times of Mary Baker Eddy