Kurt Student : Allemagne nazie

Kurt Student : Allemagne nazie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Kurt Student est né à Birkhonz, en Allemagne, le 12 mai 1890. Il a rejoint l'armée allemande et a été mis en service en 1912. L'année suivante, il a rejoint le service aérien de l'armée allemande et pendant la Première Guerre mondiale, il a piloté des avions de reconnaissance et des bombardiers.

Après la guerre, Student est resté dans les forces armées et en 1934, il a rejoint la Luftwaffe. En tant que conseiller principal, il a joué un rôle important dans la création de la nouvelle armée de l'air allemande. Promu général de division, il fut chargé de former le premier bataillon allemand de parachutistes en 1938. La 7e division aérienne n'était pas utilisée en Pologne parce qu'Adolf Hitler voulait garder son existence secrète jusqu'à l'offensive de l'Ouest.

Les troupes de parachutistes des étudiants ont été employées avec succès en Norvège, en Belgique et aux Pays-Bas en 1940. Cela comprenait le largage de 4 000 parachutistes autour de La Haye et de Rotterdam. Au cours de l'opération, Student reçut une balle dans la tête et ne put reprendre son service qu'en janvier 1941.

L'étudiant a été impliqué avec Hitler dans la planification de l'opération Sealion, mais finalement les plans de larguer des unités de parachutistes en Angleterre et en Irlande du Nord ont été abandonnés. Il en était de même pour les plans d'une invasion aéroportée de Gibraltar après que le général Francisco Franco eut refusé d'autoriser les troupes de soutien à traverser l'Espagne.

L'assaut aéroporté de la Crète entre le 20 mai et le 1er juin 1941 fut très coûteux puisque 4000 parachutistes furent tués. Adolf Hitler a été choqué par l'ampleur de ces pertes et a décidé qu'il ne fallait plus entreprendre d'opérations aéroportées à grande échelle. L'invasion de Malte a été annulée et il a été décidé que les unités aéroportées devraient être utilisées comme troupes au sol.

Les troupes d'étudiants ont été utilisées en Italie, en Belgique, en Hollande et en France en 1944. Après le débarquement de Normandie, sa 1ère armée de parachutistes a tenté de stopper l'avancée du général Bernard Montgomery et de ses troupes alliées vers le Rhin. Juste avant de se suicider, Adolf Hitler a nommé Student pour remplacer Gotthard Heinrici en tant que commandant de l'AG Vistula. Kurt Student est décédé en 1978.

Le 10 janvier, un major désigné par moi comme officier de liaison auprès de la Flotte aérienne et de la Flotte aérienne a volé de Munster à Bonn pour discuter de certains détails sans importance du plan avec la Force aérienne. Il emportait cependant avec lui le plan opérationnel complet de l'attaque à l'Ouest. Par temps glacial et par vent fort, il s'est égaré sur le Rhin gelé et enneigé et s'est envolé pour la Belgique, où il a dû effectuer un atterrissage forcé. Il n'a pas pu brûler complètement le document vital. Des parties importantes de celui-ci tombèrent entre les mains des Belges, et par conséquent les grandes lignes de l'ensemble du plan allemand pour l'offensive occidentale. L'attaché aérien allemand à La Haye rapporta que le même soir, le roi des Belges avait eu une longue conversation téléphonique avec la reine de Hollande.

Il était intéressant d'observer les réactions de cet incident sur les principaux hommes de l'Allemagne. Alors que Goering était en colère. Hitler est resté assez calme et maître de lui. Au début, il voulait frapper immédiatement, mais heureusement s'est abstenu et a décidé d'abandonner entièrement le plan opérationnel initial. Celui-ci a été remplacé par le plan Manstein.

Au total, nous avions 4 500 parachutistes entraînés au printemps 1940. Pour donner une chance à l'offensive contre la Hollande, il était nécessaire d'utiliser la majeure partie d'entre eux là-bas. Nous avons donc affecté cinq bataillons, environ 4 000 hommes, à cette tâche, complétés par une division aérotransportée, la 22e, qui comprenait 12 000 hommes.

Les limites de nos forces nous ont obligés à nous concentrer sur deux objectifs - les points qui semblaient les plus essentiels au succès de l'invasion. L'effort principal, sous mon propre contrôle, était dirigé contre les ponts de Rotterdam, Dordrecht et Moerdijk par lesquels la route principale du sud traversait les embouchures du Rhin. Notre tâche était de capturer les ponts avant que les Hollandais ne puissent les faire sauter, et de les garder ouverts jusqu'à l'arrivée de nos forces terrestres mobiles. Ma force comprenait quatre bataillons de parachutistes et un régiment de transport aérien (de trois bataillons). Nous avons obtenu un succès complet, au prix de seulement 180 victimes. Nous n'avons pas osé échouer, car si nous l'avions fait, toute l'invasion aurait échoué.

L'attaque secondaire a été menée contre La Haye. Son objectif était de s'emparer de la capitale néerlandaise, et notamment de s'emparer des bureaux du gouvernement et du siège du Service. La force employée ici était commandée par le général Graf Sponcck ; il se composait d'un bataillon de parachutistes et de deux régiments aérotransportés. Cette attaque n'a pas réussi. Plusieurs centaines d'hommes sont tués et blessés, tandis qu'autant sont faits prisonniers.

Au début, Hitler développa en détail ses vues générales, politiques et stratégiques, sur la façon de continuer la guerre contre son principal ennemi. Il y a également évoqué les enjeux de la Méditerranée. Après cela, il s'est penché sur la question de l'invasion de l'Angleterre. Hitler a déclaré qu'au cours de l'année précédente, il ne pouvait pas se permettre de risquer un échec possible ; à part cela, il n'avait pas souhaité provoquer les Britanniques, car il espérait organiser des pourparlers de paix. Mais comme ils ne voulaient pas discuter, ils devaient faire face à l'alternative.

Puis une discussion a suivi sur l'utilisation du 11th Air Corps dans une invasion de la Grande-Bretagne. A cet égard, j'ai exprimé mes doutes quant à l'utilisation du Corps directement sur la côte sud, pour former une tête de pont pour l'armée - car la zone immédiatement derrière la côte était maintenant couverte d'obstacles. Ces doutes ont été acceptés par Hitler. J'ai alors proposé que, s'il s'avérait absolument nécessaire d'utiliser le 11th Air Corps sur la côte sud, les aérodromes de l'arrière-pays (25 à 35 milles de la côte) devraient être capturés, et des divisions d'infanterie y débarquaient.

Soudain, Hitler montra la péninsule de Cornouailles - Devon et dessina un grand cercle sur sa carte autour de Taunton et des Blackdown Hills, en disant : « Vos troupes aéroportées pourraient être utilisées ici comme protection de flanc. C'est un secteur fort et, d'ailleurs, cet important défilé doit être ouvert. Il montra ensuite Plymouth et insista sur l'importance de ce grand port pour les Allemands et pour les Anglais. Maintenant, je ne pouvais plus suivre sa pensée, et je demandai à quels endroits de la côte sud le débarquement devait avoir lieu. Mais Hitler s'en tint strictement à son ordre de garder secrètes les opérations et dit : « Je ne peux pas encore vous le dire ».

Bien que nous ayons réussi à capturer l'île, nos pertes étaient lourdes. Nous avons perdu 4 000 tués et disparus, en dehors des blessés, sur 32 000 hommes que nous avons largués sur l'île - 14 000 d'entre eux étaient des parachutistes et le reste appartenait à la division Montagne. Une grande partie de la perte était due à de mauvais débarquements - il y avait très peu d'endroits convenables en Crète, et le vent dominant soufflait de l'intérieur vers la mer. De peur de laisser tomber les troupes à la mer, les pilotes avaient tendance à les larguer trop loin à l'intérieur des terres - certains d'entre eux en fait dans les lignes britanniques. Les conteneurs d'armes tombaient souvent loin des troupes, ce qui était un autre handicap qui contribuait à nos pertes excessives. Les quelques chars britanniques qui étaient là nous ont beaucoup secoués au début - c'est une chance qu'il n'y en ait pas plus de deux douzaines. L'infanterie, principalement néo-zélandaise, a livré un combat acharné, bien que prise par surprise.

Hitler était très contrarié par les lourdes pertes subies par les unités de parachutistes et en est venu à la conclusion que leur valeur de surprise était passée. Après cela, il me disait souvent : « Le jour des parachutistes est terminé. Il ne voulait pas croire les informations selon lesquelles les Britanniques et les Américains développaient des forces aéroportées. Le fait qu'aucune n'ait été utilisée dans les raids de Saint-Nazaire et de Dieppe a confirmé son opinion. Il m'a dit : "Voilà, vous voyez ! Ils ne lèvent pas de telles forces. . J'avais raison.' Il ne changea d'avis qu'après la conquête alliée de la Sicile en 1943. Impressionné par la façon dont les Alliés les avaient utilisés

là, il a ordonné une expansion de nos propres forces aéroportées. Mais ce changement d'avis est arrivé trop tard - parce qu'à ce moment-là, vous aviez le commandement de l'air, et les troupes aéroportées ne pouvaient pas être utilisées efficacement face à une force aérienne supérieure.

Lorsque les Alliés débarquèrent en Sicile, le 10 juillet, je proposai aussitôt d'y faire une contre-attaque aéroportée immédiate avec mes deux divisions. Mais Hitler a refusé - JodI, en particulier, était contre. Ainsi, la 1ère division de parachutistes a simplement été transportée (du sud de la France) en Italie en premier lieu - en partie à Rome et en partie à Naples - tandis que la 2e division de parachutistes est restée à Nîmes avec moi. La 1ère division de parachutistes, cependant, fut bientôt envoyée en Sicile - pour être utilisée comme troupes au sol pour renforcer les rares forces allemandes qui étaient là lorsque les troupes italiennes ont commencé à s'effondrer en masse. La division a été pilotée par voie aérienne, en ascenseurs successifs, et larguée derrière notre front dans le secteur est au sud de Catane. J'avais voulu qu'ils soient largués derrière le front allié. Le premier contingent a été largué à environ 3 kilomètres derrière notre front, et par une étrange coïncidence, il a atterri presque simultanément avec les troupes de parachutistes britanniques qui ont été larguées derrière notre front pour ouvrir le pont sur la rivière Simeto. Il a vaincu ces troupes de parachutistes britanniques et a sauvé le pont de leurs mains. C'était le 14 juillet.


Kurt Georg Kiesinger

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Kurt Georg Kiesinger, (né le 6 avril 1904 à Ebingen, Allemagne - décédé le 9 mars 1988 à Tübingen, Allemagne de l'Ouest), homme politique conservateur et chancelier (1966-1969) de la République fédérale d'Allemagne dont la « grande coalition » a réuni le Parti social-démocrate ( SPD) au gouvernement pour la première fois depuis 1930.

Kiesinger a fait ses études à Berlin et à Tübingen, après quoi il a commencé à pratiquer le droit. Il a rejoint le parti nazi après l'accession au pouvoir d'Adolf Hitler en 1933 mais y est resté largement inactif et a refusé de rejoindre la guilde des avocats nationaux-socialistes en 1938. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a été chef adjoint du département de propagande radio au ministère des Affaires étrangères. . Interné par les forces américaines après la guerre, Kiesinger a finalement été innocenté par les tribunaux de dénazification alliés et allemands. Il a rejoint l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de Konrad Adenauer et a commencé sa carrière parlementaire dans la nouvelle République fédérale d'Allemagne (1949). De 1949 à 1958, il a été membre du Bundestag (chambre basse fédérale), où il a été président du comité de politique étrangère et a défendu la politique étrangère pro-occidentale d'Adenauer ainsi que son cours intérieur conservateur. De 1958 à 1966, il a été ministre-président du Bade-Wurtemberg et de 1962 à 1963 président du Bundesrat (chambre haute fédérale).

Kiesinger a remplacé Ludwig Erhard au poste de chancelier le 1er décembre 1966, après que ce dernier eut perdu le soutien du partenaire de coalition de la CDU au gouvernement, le Parti libre-démocrate (FDP). Kiesinger a réussi à détourner la publicité hostile au sujet de son ancienne appartenance au parti nazi. Son gouvernement, une grande coalition entre la CDU et le SPD, est resté au pouvoir pendant près de trois ans, au cours desquels l'économie ouest-allemande s'est améliorée après avoir commencé à vaciller sous Erhard. Kiesinger a poursuivi une politique étrangère pro-occidentale mais a atténué dans une certaine mesure les tensions avec le bloc soviétique. Son parti s'en sort bien aux élections de 1969, mais le SPD forme une coalition avec le FDP. Le 20 octobre 1969, Kiesinger est remplacé au poste de chancelier par Willy Brandt du SPD.


Kurt Jooss

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Kurt Jooss, (né le 12 janvier 1901 à Wasseralfingen, Allemagne - décédé le 22 mai 1979 à Heilbronn, W.Ger.), danseur, professeur et chorégraphe allemand dont les drames dansés combinaient des mouvements de danse moderne expressionnistes avec une technique de ballet fondamentale.

D'abord étudiant en musique, Jooss se forme à la danse de 1920 à 1924 avec Rudolf Laban puis travaille comme chorégraphe pour l'avant-garde Neue Tanzbühne (« New Dance Stage »). Après des études de ballet à Vienne et à Paris, Jooss retourne en Allemagne et fonde une école (1927) et une compagnie (1928). En 1930, il devient maître de ballet à l'Opéra d'Essen, où se produit son propre groupe. En 1932, il chorégraphie La Table Verte, qui a remporté le premier prix du concours chorégraphique organisé par les Archives Internationales de la Danse à Paris. Par la suite, son groupe est devenu connu sous le nom de Ballets Jooss et a fait une tournée mondiale en 1933 et 1934. Parce qu'Adolf Hitler était arrivé au pouvoir, Jooss n'est pas retourné en Allemagne mais avec Sigurd Leeder a établi son quartier général à Dartington Hall, Devon, Angleterre, où de nombreux des étudiants sont venus étudier son approche de la danse. Jooss est revenu à Essen en 1949, en tant que citoyen britannique, et a rouvert son école. Sa compagnie a été dissoute en 1953 (et il a pris sa retraite en tant que directeur d'école en 1968), mais il a réorganisé la compagnie pour des festivals en 1963 et 1964.

Le chef-d'œuvre de Jooss, La Table Verte, est une satire caustique sur la futilité de la guerre. Ses autres ballets, dont La grande ville (1932) et Les sept héros (1933), ont également des thèmes ou des implications contemporains. Jooss a conservé les pas et les positions de base du ballet dans sa chorégraphie et a largement utilisé le geste expressif, mais a éliminé les démonstrations de virtuosité telles que l'utilisation de points et de pirouettes multiples. Dans son école à Dartington Hall et plus tard à Essen, Jooss a formalisé son approche en développant davantage l'eucinétique, un système créé par Laban et conçu pour permettre à un danseur d'exécuter une grande variété de styles de danse avec expression et contrôle. Par sa chorégraphie éclectique et son enseignement, Jooss a élargi l'éventail technique et thématique de la danse théâtrale.


Parachutistes et Seconde Guerre mondiale

Les parachutistes devaient jouer un rôle décisif dans la Seconde Guerre mondiale. Les parachutistes ont joué un rôle essentiel dans l'attaque allemande contre la Crète, les attaques initiales des Alliés au jour J et ils ont joué un rôle important dans l'attaque ratée des Alliés sur Arnhem.

Les parachutistes ont développé une image d'élite des deux côtés pendant la Seconde Guerre mondiale. Les paras britanniques qui ont combattu avec tant de bravoure à Arnhem ont contribué à cimenter cette image même dans la défaite. L'attaque allemande de Fallschirmjager sur la Crète a fait de même du point de vue allemand.

Le désir de déposer des soldats derrière les lignes ennemies remonte à des siècles.

«Où est le prince qui peut se permettre de couvrir ainsi son pays de troupes pour sa défense, de sorte que dix mille hommes descendant des nuages ​​ne pourraient pas, dans de nombreux endroits, faire un nombre infini de mal avant qu'une force puisse être réunie pour repousser eux?" Benjamin Franklin en 1784

Pendant la Première Guerre mondiale, Winston Churchill a suggéré de lâcher des « colonnes volantes » pour détruire les ponts et les usines ennemis et saboter les communications. Un officier américain, le colonel 'Billy' Mitchell, a conçu un plan pour larguer des troupes en parachute d'un bombardier britannique Handley-Page sur la ville de Metz. Il a été annulé parce que l'armistice a été signé.

Entre les guerres, toutes les puissances militaires du monde ont joué avec l'idée d'opérations aéroportées. Les Russes ont rapidement pris les devants dans ce domaine. En 1936, 1 200 hommes de l'Armée rouge, parachutés lors de manœuvres près de Kiev. Les attachés militaires étrangers qui observaient ont été convenablement impressionnés. Les Russes appelaient ces troupes des « guerriers acridiens ». Ironiquement, malgré leur avance d'avant-guerre dans ce domaine, les Russes ont à peine utilisé des parachutistes pendant la Seconde Guerre mondiale. Des hommes destinés à diriger des groupes de partisans russes sont largués derrière les lignes allemandes. Une légende détenue par l'Armée rouge raconte que des soldats ont été largués d'un avion volant à basse altitude sans parachute alors qu'ils étaient ciblés sur un grand banc de neige !

À l'approche de la guerre, ni la Grande-Bretagne ni l'Amérique n'avaient de régiments de parachutistes. Les deux pays faisaient confiance au déplacement d'unités militaires complètes par voie aérienne - hommes, fournitures, pièces d'artillerie, etc. C'était ce qu'on appelait l'atterrissage aérien. Les Français avaient créé un bataillon de parachutistes en 1939, mais celui-ci fut bientôt dissous.

Ce sont les Allemands qui ont saisi le potentiel offert par les parachutistes. De telles troupes correspondaient parfaitement à la vision de Guderian d'une guerre éclairante - Blitzkrieg.

Göring, à la tête de la Luftwaffe, a formé les premiers régiments de parachutistes en 1935. Pendant la guerre civile espagnole, les Allemands avaient acquis de l'expérience dans les atterrissages aériens, principalement en utilisant le Junkers 52. Ce devait être cet avion qui devait être le cheval de bataille des Fallschirjager – les parachutistes allemands. Un général de la Luftwaffe, Kurt Student, fut chargé de l'entraînement aéroporté.

Les Allemands ont lancé ce qui peut être qualifié de première « attaque » aéroportée le 12 mars 1938 lorsque des parachutistes allemands ont saisi et capturé un aérodrome à Wagram en Autriche lors de la prise de contrôle de l'Autriche.

Lorsque les Allemands ont attaqué la Pologne et ont donné au monde son premier aperçu de Blitzkrieg en septembre 1939, les parachutistes n'ont joué aucun rôle malgré de nombreuses rumeurs selon lesquelles des régions de la Pologne avaient été capturées par des parachutistes. Cependant, lors de l'attaque contre l'Europe occidentale, des parachutistes allemands ont été utilisés dans l'attaque contre la Norvège en mai 1940 lorsqu'ils ont capturé des bases aériennes à Oslo et Stavanger.

Dans l'attaque contre les Pays-Bas, les parachutistes allemands ont joué un rôle majeur en isolant la ville de La Haye et en Belgique, ils ont saisi des ponts vitaux et ont pris un fort stratégique à Eben Emael.

Des parachutistes allemands sautent d'un J-52

Un an plus tard, les Allemands ont utilisé des parachutistes pour attaquer la Crète. C'était la première fois que les parachutistes étaient chargés d'attaquer et de vaincre une cible complète. À l'époque, il s'agissait de la plus grande attaque aéroportée de l'histoire. Bien que l'île ait été prise après de violents combats et que l'attaque soit passée dans le folklore militaire, les Allemands ont subi de très lourdes pertes (25 %) et Hitler a perdu confiance dans cette forme d'attaque. Sur ordre d'Hitler, des parachutistes allemands ont été envoyés en Russie où ils ont combattu en tant que troupes au sol. Cependant, les Britanniques s'intéressèrent davantage à cette bataille et avec le soutien de Churchill, la Grande-Bretagne disposa bientôt d'une division aéroportée.

En juin 1940, Churchill avait écrit au chef de l'aile militaire du Secrétariat du Cabinet de guerre :

« Nous devrions avoir un corps d'au moins 5 000 parachutistes… J'ai entendu dire que quelque chose est déjà fait pour former un tel corps, mais seulement, je crois, à très petite échelle. Il faut profiter de l'été pour former ces forces qui peuvent néanmoins jouer leur rôle de troupes de choc dans la défense intérieure. W Churchill

Le major John Rock des Royal Engineers a été chargé de créer une unité aéroportée britannique. Contrairement aux Allemands, les parachutistes britanniques faisaient partie de l'armée. L'unité de Rock était basée à Ringway, Manchester et elle devait se contenter de fournitures minimales. Ses premiers avions étaient des bombardiers Whitley dont la tourelle arrière avait été retirée afin que les parachutistes puissent sauter hors de l'avion (au lieu de sauter par une porte latérale).

Les Britanniques ont fait leur premier saut de démonstration en novembre 1940 lorsque quatre bombardiers Whitley ont largué 50 parachutistes. Le même mois, le général « Boy » Browning est nommé officier général commandant les troupes aéroportées. Fin décembre 1940, tout était en place pour créer la 1ère division aéroportée britannique dont la marque distinctive devait être le béret marron et une écusson avec Bellérophon à califourchon sur le cheval ailé Pégase.

En Amérique, une brigade aéroportée a été discutée en 1939 par le chef de l'infanterie. Un peloton d'essais parachutistes voit le jour en juin 1940 sous le contrôle de l'Infanterie. Ce peloton était dirigé par le major William Lee. À l'automne 1940, un bataillon de parachutistes est créé en Amérique et une école de parachutisme est fondée à Fort Benning en Géorgie. Les Américains, comme les Britanniques, ont expérimenté l'utilisation de planeurs pour acheminer leurs hommes vers une zone de largage.

Les divisions aéroportées britanniques et américaines avaient tendance à totaliser environ 9 000 hommes. La tendance était d'opter pour des hommes légèrement armés pour augmenter leur capacité à se déplacer sur un champ de bataille. Cela les désavantageait sur le terrain s'ils étaient confrontés à des chars et à d'autres véhicules blindés. Les dégâts subis par les Allemands en Crète ont appris aux Britanniques et aux Américains que toute zone préparée pour une attaque aéroportée entraînerait de lourdes pertes pour les attaquants.

Les soldats aéroportés du jour J ont subi des pertes disproportionnées par rapport aux débarquements sur la plage (à l'exception d'Omaha) tandis que l'attaque aéroportée sur Arnhem s'est avérée être un échec. Le succès des Alliés dans l'utilisation de régiments de parachutistes pour capturer les pistes d'atterrissage en Birmanie n'était dû qu'à l'implication des forces terrestres ainsi que des troupes aéroportées. Dans le secteur occidental de l'Europe, la vitesse de l'avancée des Alliés était telle que le temps de planifier et de coordonner un raid aéroporté de masse n'était jamais disponible.

La plupart des commandants militaires supérieurs considéraient le rôle des troupes aéroportées simplement comme de s'emparer de sites stratégiques (tels que des ponts dans l'exemple d'Arnhem) et de les retenir jusqu'à l'arrivée des troupes au sol. Dans « l'opération Varsity », les troupes aéroportées ont tenu une crête surplombant le Rhin pour soutenir les troupes au sol qui devaient traverser le fleuve avant de continuer. Dans cet exemple, les parachutistes devaient également repousser toute attaque allemande qui entraverait la vitesse de franchissement du Rhin.

À de nombreuses reprises, les parachutistes ont été utilisés comme fantassins normaux. Cela s'est produit à la fois dans le conflit européen et dans le Pacifique. Pendant la bataille des Ardennes, Eisenhower a utilisé trois divisions aéroportées comme unités d'infanterie pour combattre les contre-offensives allemandes. Aux Philippines, la 11e division aéroportée américaine a combattu en tant que fantassins réguliers.


Kurt Student : Allemagne nazie - Histoire

Les Fallschirmjager, les parachutistes allemands de la Seconde Guerre mondiale, ont effectué les premiers assauts d'infanterie aéroportés de l'histoire. Lorsque l'Allemagne envahit l'Europe occidentale en 1940, les parachutistes allemands sautèrent et atterrirent avec des planeurs et capturèrent des positions stratégiques. Un an plus tard, en mai 1941, dans leur plus grande opération, ils envahirent et conquirent la grande île de Crète en Méditerranée uniquement par des troupes aéroportées. Leurs pertes étaient telles qu'Hitler décida de ne plus jamais faire d'autre grande opération aéroportée, de sorte que les parachutistes allemands servirent le reste de la guerre en tant qu'infanterie d'élite.

L'utilisation militaire de parachutistes comme fantassins aéroportés est à l'origine une innovation russe. Depuis les années 1920, l'armée russe a exercé et démontré l'utilisation de parachutistes à une échelle de plus en plus grande. Certains officiers étrangers ont été autorisés à observer ces exercices. L'un d'eux était un colonel allemand, Kurt Student, qui était pilote de chasse et chef d'escadron pendant la Première Guerre mondiale.

Student était enthousiasmé par le potentiel militaire des parachutistes, mais la mise en place de la force de parachutistes allemands a été retardée jusqu'au début de la construction militaire allemande en 1935. Entre-temps, Student est devenu un expert des planeurs, l'autre élément de sa future force aéroportée (après World Guerre 2 l'hélicoptère a remplacé le planeur comme véhicule d'atterrissages aéroportés).

La force de parachutistes allemands, le Fallschirmjager, a été créée en janvier 1936, avec l'enthousiaste Student comme commandant. Il a commencé comme un seul bataillon de parachutistes et a continué à croître rapidement, devenant une division en 1938 et plus tard un corps, comprenant des parachutistes, des troupes de planeurs et de l'infanterie d'élite. C'était une force d'élite importante et indépendante composée de volontaires sélectionnés et très bien entraînés. Ils ont développé de nouvelles tactiques et techniques qui ont amélioré leurs performances, telles que la corde d'ouverture de parachute attachée à l'avion, qui a rendu le parachutage plus sûr et leur a permis de sauter à plus basse altitude et de réduire l'exposition au feu ennemi. La force Fallschirmjager appartenait à l'armée de l'air allemande. Le concept était qu'ils seraient utilisés pour réaliser ce que les bombardements aériens ne peuvent pas faire, principalement en capturant des positions stratégiques derrière les lignes ennemies au lieu de les détruire.

Leurs avions de transport étaient le Junkers 52 commun, qui transportait 17 parachutistes, et le planeur DFS 230, qui transportait une tonne d'armes et d'équipements plus lourds, ou de troupes, et pouvait être remorqué par un Junkers 52 vide et largué au-dessus de la zone d'atterrissage.

Depuis 1938, le Fallschirmjager s'est préparé aux opérations prévues en Tchécoslovaquie, en Autriche et en Pologne, mais celles-ci ont été annulées. Leur premier assaut a eu lieu en avril 1940 en Norvège et au Danemark, lorsque des forces aéroportées ont atterri dans des aérodromes norvégiens et danois clés et les ont capturés pour permettre l'atterrissage en toute sécurité de forces supplémentaires. Le Junkers 52 était utilisé comme avion de ligne avant la guerre et de nombreux pilotes allemands ont atterri sur ces aérodromes norvégiens avant la guerre. La surprise et la déception étaient donc parfaites, et une fois qu'ils ont atterri, les Allemands ont rapidement dépassé les défenseurs.

Leur deuxième opération, qui comprenait cette fois des parachutages et des atterrissages en planeur, eut lieu un mois plus tard lors de l'invasion de l'Europe occidentale. Ils ont fait ce que les parachutistes font de mieux et ont capturé des ponts fluviaux vitaux derrière les lignes ennemies que l'avancée des blindés allemands devait traverser, ainsi qu'une formidable forteresse belge, Eben Emael, qui gardait d'autres ponts clés.

Eben Emael était composé d'un millier de soldats belges et était fortement fortifié. Il s'agissait d'un ensemble de sept grandes positions d'artillerie fortifiées, avec 18 pièces d'artillerie, entourées de nombreuses positions de mitrailleuses, de champs de mines, de barbelés, d'un fossé et reliées par des bunkers et des tunnels souterrains.

Le 10 mai 1940, à l'aube, cette forteresse a été attaquée par seulement 78 soldats Fallschirmjager qui ont atterri dessus avec 10 planeurs. Ils étaient équipés d'armes légères et de plusieurs charges explosives perforantes de 100 livres. Avant le raid, ces 78 parachutistes se sont entraînés sur un modèle grandeur nature de la forteresse d'Eben Emael. Ils ont atterri précisément sur le toit de la grande forteresse avec une surprise totale, et avec leur habileté au combat bien supérieure à celle des Belges choqués, ils ont pu rapidement s'emparer du toit et confiner les défenseurs dans leurs bunkers fortifiés qu'ils ont fissurés les uns après les autres. avec leurs charges explosives spéciales. Les pertes allemandes n'étaient que de six morts et vingt blessés. Un jour plus tard, lorsque les parachutistes ont été rejoints par les forces terrestres allemandes, les centaines de défenseurs belges restants à l'intérieur de la forteresse se sont rendus.

La petite force d'élite de seulement 78 parachutistes allemands a vaincu une force beaucoup plus importante dans une puissante forteresse. Ce fut un grand succès qui reste l'un des raids les plus audacieux et les plus réussis de l'histoire, un modèle de ce que les soldats d'élite peuvent réaliser dans des raids correctement planifiés.

Kurt Student lui-même a subi une grave blessure à la tête lors des combats en Hollande, mais a survécu. Un an plus tard, il était de retour et lui et Erwin Rommel ont proposé une opération aéroportée à grande échelle.

Opération Mercury - l'invasion aéroportée de la Crète

Ils ont proposé qu'une division entière de Fallschirmjager saute en parachute et atterrisse avec des planeurs dans la grande île de Crète en Méditerranée orientale, vainc ses défenseurs alliés et l'occupe, avec l'appui de renforts qui suivraient par air et par mer. Impressionné par les anciens succès du Fallschirmjager, Hitler accepta, à condition que l'opération en Crète se termine avant le début de l'invasion de la Russie un mois plus tard, mais c'était beaucoup plus de temps que Student n'en avait besoin.

L'objectif stratégique allemand en prenant la Crète était d'en faire une base allemande avancée, principalement pour la Luftwaffe, lui permettant de localiser et d'attaquer plus facilement les navires de guerre et les convois britanniques en Méditerranée orientale et ainsi d'aider Rommel dans sa campagne nord-africaine contre les Britanniques. forces en Egypte.

La Crète était détenue par environ 35 000 fantassins alliés et grecs légèrement armés, la plupart d'entre eux ayant récemment été évacués de la Grèce continentale vers la Crète. Grâce au renseignement, l'attaque elle-même n'était pas une surprise. Il était également clair que l'attaque se déroulerait sur la longue côte nord de la Crète. Les forces alliées se sont préparées à l'attaque avec ce qu'elles avaient et la Royal Navy a patrouillé dans la mer au nord de la Crète.

  • 3 divisions d'infanterie d'élite (division parachutistes, division aéroportée, division d'infanterie de montagne)
  • 500 Junkers 52 avions et 72 planeurs pour le transport aérien
  • 300 chasseurs, 200 bombardiers en piqué Stuka et 30 autres bombardiers pour le soutien aérien
  • Navires civils pour le transport de troupes et une force de vedettes lance-torpilles pour l'escorte

Le seul défaut des préparatifs allemands était que leurs renseignements sous-estimaient la force britannique en Crète à un tiers de sa taille réelle. Cela leur a coûté de très lourdes pertes lors de l'attaque.

Au matin du 20 mai 1941, la Crète est à nouveau fortement bombardée par les Allemands, mais cette fois les bombardiers sont suivis par de grandes et denses formations de Junkers 52 transportant des parachutistes ou des planeurs remorqueurs. Ils ont attaqué à plusieurs endroits, mais l'attaque principale a eu lieu à Canea et à Maleme, à proximité, du côté ouest de la côte nord de la Crète. Il y avait là un aéroport et un port et tous deux étaient défendus.

Les 6000 parachutistes allemands qui ont débarqué à Canea et à proximité de Maleme, ainsi que ceux qui ont débarqué dans l'Est de la Crète, ont combattu toute la journée, avec de lourdes pertes, mais les défenseurs alliés ont tenu leurs positions et il semblait que les Allemands allaient perdre la bataille . De plus, la nuit, les Allemands ont tenté d'envoyer des renforts par mer mais ils ont été interceptés et coulés par la marine britannique. Les parachutistes allemands ont également perdu le contact radio direct avec le poste de commandement de l'opération à Athènes qui a dû se fier aux rapports des pilotes pour évaluer la situation.

Il était clair pour Student qu'il devait renforcer d'urgence ses parachutistes au sol ou les perdre, mais il ne savait pas s'il était possible de débarquer plus de troupes à l'aéroport de Maleme. Il ordonna au colonel Ramcke, qui commandait les parachutistes dans l'ouest de la Crète et devint plus tard l'un des héros de guerre allemands les plus décorés, de prendre Maleme à tout prix, puis envoya un seul Junkers 52 pour tenter d'atterrir à Maleme et revenir faire son rapport.

Le pilote allemand a atterri à Maleme à l'aube, sous le feu, a arrêté le Junkers 52 à proximité d'officiers allemands surpris, a reçu de leur part un rapport de situation mis à jour, et a redémarré. Une fois dans les airs en toute sécurité, le pilote a immédiatement signalé à Student que l'atterrissage était possible, et Student a immédiatement ordonné à la force de renfort, qui attendait déjà à l'intérieur de leurs avions, de décoller et de s'envoler vers Maleme.

Dans la féroce bataille de Maleme, le côté allié a fait une erreur critique qui a grandement aidé les Allemands au moment le plus critique. Le commandant de la force alliée qui tenait la colline qui couvrait de feu l'aéroport de Maleme, était sous la pression continue des parachutistes de Ramcke. Le commandant allié et ses supérieurs n'ont pas compris l'importance clé d'empêcher les Allemands d'utiliser l'aérodrome pour amener leurs renforts, donc au lieu de recevoir des renforts disponibles et de tenir cette colline, le commandant allié a été autorisé à l'abandonner, et c'était juste avant que les avions allemands Junkers ne commencent à atterrir à Maleme avec des renforts.

C'était un exemple classique de l'importance de maintenir une position au sol plus élevée, ce qui dans les combats modernes se traduit souvent par l'obtention de la supériorité aérienne, et là, à Maleme, l'abandon du coût au sol plus élevé Les Alliés la bataille, l'île de Crète et de lourdes pertes qu'ils ont subi dans le reste de la bataille.

With the arrival of more and more reinforcements landing in Maleme airport, the Germans could finally secure their beachhead in West Crete, receive some reinforcements by sea (their total force in Crete reached 17,500), and start pushing the allied defenders. After several more days, the allied commander in Crete realized he was fighting a lost battle and ordered to evacuate his forces from the island, an evacuation which suffered heavy losses in men and ships to German air attacks.

Paratroopers on the ground

The German paratroopers conquered Crete, but at a heavy cost of thousands dead and thousands wounded, mostly of Germany's finest soldiers, and the loss of 170 transport aircraft and dozens of fighters and bombers. These losses were dwarfed just months later by the tremendous German losses in the fighting in Russia which began a month later, but in mid 1941, at the peak of his triumph, Adolf Hitler was shocked by the heavy losses of the paratroopers' invasion of Crete and he decided that there will be no more large scale German airborne operations. In the rest of World War 2, other than a few insignificant small operations, the Fallschirmjager fought on the ground, as elite infantry. They proved themselves again and again as formidable opponents, especially in Monte Cassino (early 1944), in Normandy, and in Holland, where they defeated the British paratroopers in Arnhem. The lessons of large scale operation of paratroopers by the Germans were learned by The Allies, which later during the war made several such operations.


Generaloberst Kurt Student

Publier par AlifRafikKhan » 21 Jul 2009, 15:16

Kurt Student was born in Birkhonz, Germany, on 12th May 1890. He joined the German Army and was commissioned in 1912. The following year he moved to the German Army Air Service and during the First World War he piloted reconnaissance and bomber aircraft.

After the war Student remained in the armed forces and in 1934 he joined the Luftwaffe. As a senior adviser he played an important role in creating the new German air force. Promoted to major general he was instructed to form Germany's first parachute battalion in 1938. The 7th Air Division was not used in Poland because Adolf Hitler wanted to keep its existence secret until the Western Offensive.

Student's parachute troops were employed successfully in Norway, Belgium and the Netherlands in 1940. This included the dropping of 4,000 parachutists around Hague and Rotterdam. During the operation Student was shot in the head and he was unable to return to duty until January 1941.

Student was involved with Hitler in planning Operation Sealion but eventually plans to drop parachute units in England and Northern Ireland were abandoned. So also were plans to carry out an airborne invasion of Gibraltar after General Francisco Franco refused to allow support troops to go across Spain.

The airborne assault on Crete between 20th May and 1st June, 1941, was very costly when 4,000 parachutists were killed. Adolf Hitler was shocked by the scale of these losses and decided that no more large-scale airborne operations should be undertaken. The invasion of Malta was cancelled and it was decided that airborne units should be used as ground troops.

Student's troops were used in Italy, Belgium, Holland and France during 1944. After the Normandy landings his 1st Parachute Army attempted to halt the advance of General Bernard Montgomery and his allied troops to the Rhine. Just before he committed suicide, Adolf Hitler named Student to replace Gotthard Heinrici as commander of AG Vistula. Kurt Student died in 1978.

Re: Generaloberst Kurt Student

Publier par AlifRafikKhan » 21 Jul 2009, 15:19

Kurt Student with Hermann Bernhard Ramcke and Hans Kroh.

Re: Generaloberst Kurt Student

Publier par AlifRafikKhan » 21 Jul 2009, 15:28

Kurt Student inspecting Fallschirmjäger.

Re: Generaloberst Kurt Student

Publier par AlifRafikKhan » 21 Jul 2009, 15:32

Re: Generaloberst Kurt Student

Publier par AlifRafikKhan » 21 Jul 2009, 21:26

Promotion of Kurt Student :

# Fähnrich: 3 March 1910 (with effect from 1 March 1910)
# Leutnant: 20 March 1911 (Patent 24 June 1909)
# Oberleutnant: 18 June 1915
# Hauptmann: 20 June 1918 (RDA 5 October 1916)
# Major: 1 January 1930
# Oberstleutnant: 1 January 1934
# Oberst: 20 January 1935
# Generalmajor: 1 April 1938
# Generalleutnant: 1 January 1940
# General der Flieger (later, General der Fallschirmtruppe): 1 August 1940
# Generaloberst: 13 July 1944

* 3 March 1910-1 August 1911: Assigned to Jäger-Bataillon Graf Yorck von Wartenburg (Ostpreußisches) Nr.1, Ortelsburg.
* 1 May 1910-1 March 1911: Detached for pilot training at the Military Flying School Berlin-Johannisthal (pilot's license on 8 August 1913).
* 1 February 1914-31 March 1914: Detached to Flying Station Posen and Flieger-Bataillon 2, Posen.
* 2 June 1914-1 August 1914: Detached as a pilot with Flieger-Bataillon 2, Posen.
* 2 August 1914-9 February 1916: Transferred as a pilot to Feldflieger-Abteilung [Field Flying Detachment] 17.
* 10 February 1916-16 May 1916: Assigned as a pilot to Kampfstaffel 19 / Kampfgeschwader 4 of the Army High Command.
* 17 May 1916-15 October 1916: Assigned as a pilot to Army Fokkerstaffel [Fokker Squadron--equipped with Fokker "eindecker" scouts] of the 3rd Army.
* 7 October 1916-15 October 1916: Assigned as a pilot to Jagdstaffel [Fighter Squadron] 9.
* 16 October 1916-2 May 1917: Commander of Jagdstaffel 9.
* 2 May 1917-11 July 1917: Wounded in aerial combat/in hospital.
* 12 July 1917-24 February 1918: Commander of the Jagdgruppe [Fighter Group] of the 3rd Army.
* 25 February 1918-1 March 1918: Transferred to Fliegerersatz-Abteilung [Flying Replacement Detachment] 3, Gotha.
* 2 March 1918-13 June 1918: Flight leader in Fliegerersatz-Abteilung 3, Gotha.
* 14 June 1918-30 September 1919: Detachment leader for Experiments and Science at Alderhorst in the Command of Flight Masters / Flieger-Abteilung A.
* 1 October 1919-31 March 1920: Transferred to the Abwicklungsstelle in the Inspectorate of Weapons and Equipment / Reich War Ministry.
* 1 April 1920-30 September 1921: Consultant for flight technology in the Inspectorate of Weapons and Equipment / Reich War Ministry.
* 1 October 1921-30 October 1921: Commandant of Troop Training Area Arys and, at the same time, detached to the Army Peace Commission.
* 30 October 1921-30 April 1922: Illness following the crash of a sport glider on a flight attempt - transferred to Kraftfahr-Abteilung [Transport Battalion] 3.
* 1 May 1922-30 November 1922: Transferred to the Inspectorate of Weapons and Equipment / Reich War Ministry.
* 1 December 1922-31 October 1928: Consultant and leader of Group "Flight Technology" in the Inspectorate of Weapons and Equipment / Reich War Ministry.
* 1 November 1928-30 November 1928: On the staff of the Replacement Battalion of Infantry Regiment 2.
* 1 December 1928-31 December 1928: Transferred to the 10. Company of Infantry Regiment 2.
* 1 January 1929-31 January 1931: Company chief in Infantry Regiment 2.
* 1 February 1931-31 January 1933: Commander of I./Infantry Regiment 2.
* 19 May 1931-6 October 1931: Detached to special aviation course in Würzburg.
* 13 November 1932-27 November 1932: Detached to special aviation course in Würzburg.
* 1 February 1933-31 August 1933: Transferred to the Kommandantur Berlin.
* 1 September 1933: Transferred from the Army to the Luftwaffe.
* 1 September 1933-30 September 1933: Officer for special duties to the Reich Aviation Ministry.
* 1 October 1933-31 July 1935: Commander of the Technical Training Schools of the Luftwaffe, Jüterbog.
* 1 August 1935-30 September 1936: Commander of the Test Center for Flying Equipment and Military Airfield Commandant Rechlin.
* 8 September 1935-17 September 1935: Commander of Flieger-Regiment 3 (1935 Reich Party Day in Nürnberg).
* 1 October 1936-28 February 1937: Commander of the Aviation Weapons School and Chief of Staff to the Command of Flying Schools.
* 1 March 1937-30 September 1937: Inspector of Flying Schools.
* 1 October 1937-31 March 1938: Higher Air Commander IV.
* 1 April 1938-3 July 1938: Commander of the 3. Flieger-Division [Air Division].
* 4 July 1938-31 August 1938: Commander of the Parachute Troops and Air Landing Troops.
* 1 September 1938-30 September 1940: Commander of 7. Flieger-Division (Parachute Troops).
* 1 February 1939-31 May 1941: At the same time, Inspector of Parachute Troops and Air Landing Troops.
* 14 May 1940-1 January 1941: Wounded/in hospital/on leave [Student was struck in the head by a stray bullet while in Rotterdam negotiating the Dutch surrender. The bullet was probably fired by troops of the Leibstandarte SS Adolf Hitler Regiment.].
* 1 January 1941-1 March 1944: Commanding General of the XI. Fliegerkorps. [On 23 May 1941, General Student and his staff flew into Crete to personally supervise the battle.]


* 1 June 1941-28 February 1944: At the same time, Commanding General of the Parachute Troops.
* 1 March 1944-4 November 1944: Commander-in-Chief, 1. Fallschrim-Armee [Parachute Army].
* 27 October 1944-4 November 1944: At the same time, Commander of Army Group Student.
* 7 November 1944-25 January 1945: Commander-in-Chief, Army Group H.
* 25 January 1945-8 May 1945: Commander-in-Chief of the Parachute Troops.
* 28 January 1945-30 March 1945: Führer Reserve Luftwaffe High Command.
* 31 March 1945-10 April 1945: Commander, Army Group Student.
* 10 April 1945-28 April 1945: Commander-in Chief, 1. Fallschrim-Armee.
* 29 April 1945-8 May 1945: Commander-in-Chief of Army Group Weichsel [Vistula]. [On 29 April 1945, Generalfeldmarschall Wilhelm Keitel personally dismissed Generaloberst Gotthard Heinrici from command of Army Group Weichsel for conducting an unauthorized withdrawal. Keitel named Generaloberst Kurt Student as his replacement. However, Student did not arrive from Holland to assume physical command of Army Group Weichsel until 1 May 1945. In the meantime, General der Infanterie Kurt von Tippelskirch had been persuaded by Generalfeldmarschall Keitel and Generaloberst Alfred Jodl to assume acting command of the army group on 29 April 1945 pending Student’s arrival. On 2 May 1945, the day after Student took command, the end was clearly in sight as American tanks overran the Amy Group Weichsel quartermaster section in Schwerin Student narrowly escaped capture.]
* 28 May 1945-1948: Prisoner of war in British captivity.
o 31st March 1946 transferred to LDC (London District Cage) from Island Farm Special Camp 11

* After the war Student was charged with war crimes that allegedly took place in Crete. He was sentenced to 5 years' imprisonment but was released after serving only two years.
o Student was found guilty on three out of eight charges but the finding and sentence was not confirmed by the convening authority (Commander of the 30th Corps District). He was subsequently wanted for extradition to Greece, but was released on medical grounds (the long trip would have further aggravated his brain injury sustained during the invasion of Holland in 1940). (Chris Madsen, Associate Professor Canadian Forces College, Toronto)

* During World War I, Kurt Student scored six confirmed aerial victories (and one unconfirmed Russian aircraft on the Eastern Front) as a fighter pilot on the Western Front.

Number Date Unit Opponent Location
Unconfirmed 30 September 1915 FFA 17 Moraine Galicia
1. 6 July 1916 AOK 3 Nieuport 11 Peronne
2. 1 August 1916 AOK 3 Caudron Vaux
3. 8 August 1916 AOK 3 Nieuport North St.Souplet
4. 16 March 1917 Jasta 9 Nieuport ?
5. 22 August 1917 Jasta 9 Nieuport Hill 304
6. 1 November 1917 Jasta 9 Nieuport South of Ripont

* Knight's Cross of the Iron Cross: 12 May 1940, Generalleutnant, commander of 7. Flieger-Division for action in the Netherlands.
* Oakleaves (No. 305): 27 September 1943, General der Flieger, Commanding General of the XI. Fliegerkorps.
* Prussian Royal Hohenzollern House Order, Knight's Cross with Swords: May 1917.
* Prussian Iron Cross, 1st Class (1914): 29 August 1915.
* Prussian Iron Cross, 2nd Class (1914): 26 September 1914.
* 1939 Bar to the Prussian Iron Cross, 1st Class: 20 September 1939.
* 1939 Bar to the Prussian Iron Cross, 2nd Class: 20 September 1939.
* Saxon Albert Order, Knight 2nd Class with Swords: 15 June 1917.
* Cross of Honor for Combatants 1914-1918: 30 January 1935.
* Armed Forces Long Service Award, 1st Class (25-year Service Cross): 2 October 1936.
* Armed Forces Long Service Award, 3rd Class (12-year Service Medal): 2 October 1936.
* Commemorative Medal of 1 October 1938 with Castle Prague Bar
* Wound Badge in [Silver?] – World War II award.
* German Army Pilot's Badge – Pre-World War I award: 27 February 1914.
* Flyer’s Commemorative Badge: 10 September 1919.
* Military Pilot’s Badge: 21 May 1935.
* Luftwaffe Combined Pilot/Observer Badge in Gold with Diamonds
* "KRETA" Campaign Cuff-Title


International stardom and move to the United States

After the publication of the incompleteness theorem, Gödel became an internationally known intellectual figure. He traveled to the United States several times and lectured extensively at Princeton University in New Jersey, where he met Albert Einstein. This was the beginning of a close friendship that would last until Einstein’s death in 1955.

However, it was also during this period that Gödel’s mental health began to deteriorate. He suffered from bouts of depression, and, after the murder of Moritz Schlick, one of the leaders of the Vienna Circle, by a deranged student, Gödel suffered a nervous breakdown. In the years to come, he suffered several more.

After Nazi Germany annexed Austria on March 12, 1938, Gödel found himself in a rather awkward situation, partly because he had a long history of close associations with various Jewish members of the Vienna Circle (indeed, he had been attacked on the streets of Vienna by youths who thought that he was Jewish) and partly because he was suddenly in danger of being conscripted into the German army. On Sept. 20, 1938, Gödel married Adele Nimbursky (née Porkert), and, when World War II broke out a year later, he fled Europe with his wife, taking the trans-Siberian railway across Asia, sailing across the Pacific Ocean, and then taking another train across the United States to Princeton, N.J., where, with the help of Einstein, he took up a position at the newly formed Institute for Advanced Studies (IAS). He spent the remainder of his life working and teaching at the IAS, from which he retired in 1976. Gödel became a U.S. citizen in 1948. (Einstein attended his hearing because Gödel’s behaviour was rather unpredictable, and Einstein was afraid that Gödel might sabotage his own case.)

In 1940, only months after he arrived in Princeton, Gödel published another classic mathematical paper, “Consistency of the Axiom of Choice and of the Generalized Continuum-Hypothesis with the Axioms of Set Theory,” which proved that the axiom of choice and the continuum hypothesis are consistent with the standard axioms (such as the Zermelo-Fraenkel axioms) of set theory. This established half of a conjecture of Gödel’s—namely, that the continuum hypothesis could not be proven true or false in standard set theories. Gödel’s proof showed that it could not be proven false in those theories. In 1963 American mathematician Paul Cohen demonstrated that it could not be proven true in those theories either, vindicating Gödel’s conjecture.

In 1949 Gödel also made an important contribution to physics, showing that Einstein’s theory of general relativity allows for the possibility of time travel.


An Intimate History of German Soldiers in the First World War

A few weeks after the outbreak of the First World War, German lieutenant Kurt K. began a correspondence with his fiancée, Lotte, that would last through almost four years of combat. After enduring artillery bombardments for endless days and witnessing the death of his closest friend, he wrote to his fiancée: “It’s like I live more in a dream than in reality.” In his intimate expression of these feelings, Kurt K. let down his guard to confess that he may no longer be able to maintain his masculine, iron image of emotional self-control:

I feel so completely alone. The last of my friends went to East Prussia, because he had to take care of his step mother. But his brother was killed. Don’t think I’m soft. But think about it this way: if suddenly all your female friends, with whom you had shared joy and pain, were killed off, wouldn’t you also have such thoughts?

Such a willingness to expose his vulnerability, and to express his fear that Lotte would think he was ‘soft,’ marked a decisive moment for Kurt K., who wrestled with the pressures of a masculine ideal to which men were expected to conform in 1914. The dominant masculine ideal stressed emotional self-control, abstinence, and toughness. The image of the steel-nerved front soldier became ubiquitous in popular media. It was a cornerstone of postwar myths of the rugged ‘New Man’ who emerged out of the horrors of war. Further, effeminate behavior and homosexual men were denounced as threats to this militarized ideal of masculinity. During the war, however, front soldiers would modify masculine ideals to reflect their experiences with modern warfare. The officially-sanctioned ideal of an emotionally controlled, sexually abstinent warrior seemed increasingly condescending and inhumane to men who had to deal with the hardship of the front, where men sought sexual outlets and expressed emotions such as fear, anxiety, and love more openly as the war broke down inhibitions and traditional social structures.

Perceptions of masculinity constructed by enlisted men and officers at the front were much more ambiguous than prevailing media and military ideals suggested. Soldiers’ narratives of the war experience in front newspapers, letters home, and diaries reveal the complex ways soldiers on the Western and Eastern fronts perceived ideals of masculinity, expressed love, found intimacy, and experienced sex. Dans mon livre, An Intimate History of the Front: Masculinity, Sexuality, and German Soldiers in the First World War, I analyze how German soldiers in the Great War actively negotiated, bolstered, and challenged prevailing masculine ideals in an effort to survive the traumatic experience of modern war.

In their front newspapers and letters, many men criticized the masculine image of the self-controlled, emotionally disciplined warrior. As a result, men searched, often desperately, for emotional support and intimacy, which included confessions of vulnerability and hunger for nurturing and compassion. They began to incorporate these ‘feminine’ emotions into their conceptions of idealized masculinity. Some sought, with mixed success, greater intimacy with women. Others craved intimacy with other men under the guise of comradeship. For soldiers in the First World War, comradeship was essential for surviving psychological stress. It provided an acceptable way for men to express emotional support and compassion, and it gave them a sense of familial bonds and belonging that was crucial for survival as men felt both isolated and distant from their traditional social structures. However, ‘comradeship’ was not defined homogeneously. It was contested and appropriated by different social and political groups, and it was used as a basis for exclusion, especially by the political right, and later, by the National Socialists, who defined political and racial ‘enemies’ as outsiders to the ‘national community.’

At the same time, ‘comradeship’ became an umbrella concept under which both heterosexual and homosexual men with different perceptions of emotional and sexual norms found inclusion, at least from their point view, as ‘real men.’ Soldiers who saw themselves as ‘real men’ and ‘good comrades’ sometimes fantasized about adopting feminine characteristics, or even experimented with homosexual love. This normalization of ‘feminine’ emotions of compassion and nurturing created a safer space for men to express love, allowing for experimentation with different emotional and sexual paradigms. The brutality of war made some men feel repulsed by what they saw as innately masculine characteristics, and they envied the ‘softer’ characteristics of the ‘other sex.’ ‘Feminine’ emotions, once condemned as ‘soft’ and weak, were now seen as essential to providing emotional support to comrades under stress. For example, in a 1918 poem titled “We poor men!” in the front newspaper Der Flieger (The Flyer), a sergeant turned poet named Nitsche longed for an existence without bombs, trenches, and horrifying front-line conditions. Lamenting the images of bombed-out landscapes and the tedium of military drill, Nitsche envied women’s “sweet smiles” and beauty. He refrained: “We poor, poor men are so completely wicked. I wish I were a girl. I wish I weren’t a man!” Nitsche fantasized that he could transform into a woman. He dreamt of cooking wonderful meals and gracefully moving about: “My breasts would arch themselves as I waltz about in high heels,” and he ended the poem with: “For a long time I could kiss the entire company, and I would certainly not absorb the fragrances that come out of the frying pan – Oh, if I only were a girl, why am I a man!” Nitsche’s poem pushed emotional transgression to its logical conclusion, as it exhibited a soldier’s fantasy, in the safe zone of humor, about actually changing his gender in order to escape the expectations of being a “wicked” man. He fantasized that he could be a better comrade as a woman, providing love and comfort to men who needed it.

A German postcard depicting the masculine ideal, the emotionally controlled Warrior, published sometime before 1916. (From the personal collection of Jason Crouthamel)

The desperate need for ‘feminine emotions’ of love and nurturing provided a space for men to express their desires. While the correspondence between many couples revealed a widening gulf between traumatized men and women, other couples grew closer as they turned their letters into a kind of secret world where they could explore intimacy. Many men, such as the aforementioned Kurt K., confessed feelings of vulnerability, emotional dependence, fear, and love that may have been otherwise taboo in the confines of the heroic ideal. In the case of Fritz N. and his girlfriend, Hilde, letters became a medium for developing an emotionally-rich and sexually-charged fantasy life. For example, in one letter, Fritz advised Hilde on how to sneak into his trench at night:

I must explain to you how you can find me! We could meet in a shack in a deep-cut trench. You must be quiet, very quiet, because there are so many people everywhere. Radio operators, telephone specialists and other soldiers – I’m not alone in my bedroom: the captain lies next to me and he’s such a light sleeper!! And it’s so terribly cold! You must firmly cuddle me.

Other times, soldiers’ search for intimacy translated into homosexual desire. Similar to their heterosexual comrades, homosexual activists glorified the nurturing ‘feminine’ side of comradeship, as long as there was no ambiguity that they were indeed ‘real men.’ In the booklet Male Heroes and Comrade-Love in War, front veteran Georg Pfeiffer, a member of one of the earliest homosexual rights organizations, the ‘Community of the Self-Owned’, argued that “physiological friendship” was always the foundation for heroism, courage, and sacrifice displayed in war. “Friend-love” promoted by the ancient Greeks, he argued, “was the equivalent of modern ‘camaraderie’,” and it bonded the soldier to the nation:

Only the super-virile ‘superman,’ whose nature it is to also possess female characteristics and above all the drive toward physiological friendship, the love for a friend, towers so high above the masses […] We only wanted to prove that comrade-love and male heroism were the most valuable driving forces in all wars, which effected the complete devotion of one’s own person to leader and friend, to the fatherland!

Pfeiffer also compared the Confederate States of America during the U.S. Civil War to the German Army in 1914-1918, arguing that both were “united by the true spirit of comrade-love,” a pure, noble value that had much greater spiritual meaning and was considered more manly than what he saw as the hollow heterosexual relationships with women on the home front.

Homosexual men found comradeship to be an ideal prism through which to define their emotions and sexuality. Many homosexual veterans embraced martial masculinity and contested the exclusively heterosexual image of the warrior male. The war experience emboldened homosexual men to contest Paragraph 175, the German law that criminalized sex between men, and combat stereotypes of homosexuals as ‘deviant’ outsiders. Further, the front experience triggered debates between already disparate homosexual rights organizations over whether homosexual men were a partially ‘effeminate’ third sex, as homosexual rights pioneer and sexologist Magnus Hirschfeld theorized, or whether the war proved that ‘masculine’ homosexual men were the ideal warriors for civil rights and postwar integration. As a result of their experiences of the war, homosexual men found a new language and image to combat marginalization and redefine themselves as ‘normal,’ or as some even saw it, more masculine than their heterosexual comrades, within a framework of militarized masculinity. As one front veteran writing for the homosexual rights newspaper, Die Freundschaft, asked in 1921: “Are we enemies of the state? Answer: no, because we want to be loyal national comrades, who want to have an extensive share of the blood in the reconstruction of Germany.”

Between 1914-1918, men encountered a wide spectrum of emotions and experiences that demand further historical analysis. The war triggered fundamental changes in how men imagined the warrior image. It also profoundly changed how they perceived and expressed emotions and desires. The meanings of these new emotions, and conceptions of masculinity and sexuality, would be fought over by social and political groups after the war ended. But for many ‘ordinary men,’ the effects of the war eluded categorization and were more complex than political, medical, and military authorities imagined.

Jason Crouthamel is an associate professor of history at Grand Valley State University in Michigan. He has published on the history of psychological trauma, memory and masculinity in Germany during the age of total war. Il est l'auteur de An Intimate History of the Front: Masculinity, Sexuality and German Soldiers in the First World War (Palgrave Macmillan, 2014) and The Great War and German Memory: Society, Politics and Psychological Trauma, 1914-1945 (Liverpool University Press, 2009). He is also the co-editor, with Peter Leese, of the companion collected volumes Psychological Trauma and the Legacies of the First World War et Traumatic Memories of World War Two and After (both with Palgrave Macmillan, 2016).


Kurt von Schleicher

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Kurt von Schleicher, (born April 7, 1882, Brandenburg, Ger.—died June 30, 1934, Berlin), German army officer, last chancellor of the Weimar Republic, an opponent of Adolf Hitler in 1932–33.

Joining the German military in 1900, Schleicher attached himself to the newly created Reichswehr in 1919 and by 1929 was a major general in charge of an office in the Reichswehr ministry. For the next three years, Schleicher—with Wilhelm Groener, minister of defense, Chancellor Heinrich Brüning, and Pres. Paul von Hindenburg—was one of the determining forces in the Weimar Republic. Schleicher came into sharp conflict with Brüning and Hindenburg his intrigues contributed to Brüning’s downfall (May 1932) and helped bring about the appointment of Franz von Papen as chancellor in June 1932. Schleicher was appointed defense minister, and when Papen was forced to resign (Dec. 1, 1932), Schleicher became chancellor as well. He sought to prevent Nazi violation of the laws and constitution by keeping the Nazis under Reichswehr control. To this end, he intrigued with Adolf Hitler, offering to participate in a government with Hitler as chancellor provided that he, Schleicher, remained in charge of the Reichswehr. Hitler refused. From that time on, he regarded Schleicher as his chief enemy. In January 1933 Hindenburg dismissed Schleicher and made Hitler chancellor. A year and a half later, on the “night of the long knives,” Schleicher was murdered by Hitler’s SS (Schutzstaffel) in his Berlin flat.


Voir la vidéo: Germany after Merkel: END of Immigration?


Commentaires:

  1. Brataur

    C'est le mensonge.

  2. Colwyn

    Je confirme. Je suis d'accord avec dit tout ci-dessus. Discutons de cette question.

  3. Mezilkree

    Belle publication! J'ai rédigé beaucoup de choses nouvelles et intéressantes pour moi!

  4. Vizragore

    Je considère, que vous vous trompez. Je peux le prouver. Écrivez-moi en MP, on en parlera.

  5. Vile

    Considérez pas très bien?

  6. Monos

    vous vous êtes trompé, est-ce possible ?

  7. Kegis

    Félicitations, vous avez juste une grande pensée.

  8. Barta

    Toutefois. Bien qu'il y ait beaucoup d'écriture sur ce sujet. Mais vraiment nouveau.



Écrire un message