Histoire de Genesee - Histoire

Histoire de Genesee - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Genesee

Villes de l'Idaho, du Michigan, de New York et de la Pennsylvanie ; et une rivière en Pennsylvanie et à New York. Genesee est un mot indien signifiant une belle vallée.

je

(SwStr: dp. 803; 1. 1209'; né 34'11"; dr. 10'6"; s. 8.5k.;
une. IX"D., 1 100 pdr. P.r., 6 24-pdr. comment. )

Le premier Genesee a été lancé le 2 avril 1862 par le Boston Navy Yard ; parrainé par Mlle Emily Dorr ; et commandé le 3 juillet 1862, le Comdr. William M. Macomb aux commandes.

Affecté à l'escadron de blocus de l'Atlantique Nord, le Genesee appareilla de Boston le 6 juillet 1862 pour Hampton Roads, où il convoya des courriers à vapeur américains sur la James River jusqu'à son départ le 19 octobre pour un blocus au large de la Caroline du Nord. Pendant plus de 3 mois, elle a aidé à sceller Wilmington et Beaufort des coureurs de blocus confédérés. Il est parti le 19 février 1863 pour rejoindre le West Gulf Blockading Squadron, arrivant à la Nouvelle-Orléans le 7 mars à temps pour rejoindre l'expédition du contre-amiral Farragut dans le Mississippi après Port Hudson pour couper les approvisionnements confédérés de la rivière Rouge et rejoindre Porter et Grant dans les opérations contre Vicksburg. Pour le passage dangereux, Farragut a attaché des canonnières aux côtés de ses grands vapeurs pour protéger les navires lourds du feu ennemi et pour améliorer leur maniabilité. Genesee a été associé à Richmond lorsque la flotte de l'Union s'est déplacée en amont dans la nuit du 14 mars et est arrivée à portée des canons confédérés. Dans le combat qui s'ensuivit, les pertes de Farragut furent plus importantes que celles qu'il avait subies en prenant la Nouvelle-Orléans. La ligne de vapeur de Richmond a été coupée, la forçant à tomber hors de portée. Genesee a continué à se battre, mais un coup de feu de 6 pouces a percé sa coque et a fait exploser un obus de 10 pouces qui, à son tour, a fait des ravages en dessous, et le feu meurtrier a déchiqueté son gréement. Seuls Hartford et son époux Albatross ont dépassé les batteries du Sud.

Suite aux réparations nécessaires, Genesee a continué à patrouiller le Mississippi jusqu'après la chute de Vicksburg le 4 juillet 1863. Ensuite, elle a été commandée au Golfe pour le devoir de blocus le 11 septembre. Elle a découvert le vapeur Fanny en cours de blocus à destination de Mobile le 11 septembre, et avec Jackson et Calhoun a donné la chasse. Alors qu'ils fermaient, le capitaine du coureur de blocus a brûlé son navire jusqu'à la ligne de flottaison plutôt que de permettre sa capture.

Genesee a continué à opérer au large de Mobile avec l'amiral Farragut et a participé à plusieurs captures alors que la marine se préparait à l'assaut sur la baie de Mobile. Lorsque la flotte pénétra hardiment dans la baie le 5 août pour engager les forts et l'escadre confédérée, Genesee resta à l'extérieur jusqu'à ce que le passage soit effectué, puis s'élança pour ouvrir le feu sur Fort Morgan.

Genesee a ensuite été utilisé comme navire de stockage et, pendant les mois suivants, a été occupé à ravitailler les navires de la flotte et à aider à traîner Mobile Bay pour les torpilles dangereuses, une tâche au cours de laquelle plusieurs navires ont été perdus. Il a navigué le 11 juillet 1865 pour Philadelphie, est arrivé au Navy Yard le 20 juillet et y a été désarmé le 31 juillet. Genesee a été vendu le 3 octobre 1867 à Purvis and Son.


Histoire de Genesee - Histoire

L'histoire du comté de Genesee, MI
Chapitre XXVI
Les villages du comté de Genesee, partie II

Montrose, situé près des anciennes réserves de Pewanigawink, est le plus au nord des villages sur la route de Saginaw par le sentier fluvial des Indiens. Son premier résident blanc était l'enseigne Seymour W., originaire de l'État de New York qui avait émigré à Saginaw. En 1842, M. Ensign, ayant acheté du domaine Brent quarante acres dans le canton de Montrose, a attaché deux canots ensemble et a construit une plate-forme sur eux, et, avec sa famille, ses marchandises et ses magasins, a remorqué son engin primitif sur cinquante-cinq milles par rivière jusqu'à son maison dans le désert. A cette époque, il n'y avait pas un seul Blanc vivant dans le canton, il n'y avait pas non plus de routes ou de clairières.

Montrose a deux églises, la méthodiste épiscopale et la baptiste. Il a un journal hebdomadaire et des loges de compagnons maçonniques et impairs. Il est situé au centre d'un bon district agricole. Il a été constitué en village en 1899. Sa population est de quatre cent cinquante. Les agents du village sont :

Président L. M. Jennings
Greffier A. J. Eckles
Trésorier E. B. Fuller
Évaluateur M. S. Russell

Le village de Gaines, dans la partie ouest du comté de Genesee, était autrefois recouvert d'une végétation dense de gros bois et était enfilé par une branche du ruisseau Swartz. Le long des rives de ce dernier, dans les premières années, se trouvaient de vastes bosquets d'érables et un sentier accessible depuis Flint, qui était utilisé par les Indiens, qui fabriquaient de grandes quantités de sucre d'érable. Celui-ci a disparu, bien que vivent encore dans ce voisinage plusieurs familles, descendantes des aborigènes qui habitaient cette région.

Gaines a une banque et deux églises, l'église méthodiste, avec le révérend M. Barton comme pasteur, et l'église catholique, le révérend Fr. F. J. Burke, prêtre. Il a été constitué en village en 1875. Sa population est de deux cent soixante-quinze. Les officiers pour 1916 sont :

Le président George W. Chase, Jr.
Greffier Harry G. Baxter
Trésorier William P. Cozadd
Évaluateur R. J. Jones

Le VILLAGE DE Mt. Morris, à six milles et demi au nord de Flint, sur les lignes du chemin de fer Pere Marquette et de la Bay City, Saginaw & Flint Interurban Railway, était connu au début sous le nom de "Coldwater Settlement", ses pionniers étant contre l'usage et l'abus de substances intoxicantes. Il est généralement admis que Benjamin Pearson était le pionnier du mont Morris. Avec d'autres colons qui ont émigré vers l'ouest du comté de Livingston, New York, il est venu à Flint River en 1833 et a consacré quelques semaines à "l'air de la terre." Après avoir sélectionné des terres dans cette localité et l'avoir achetée auprès du gouvernement, M. Pearson a érigé la première habitation construite dans le canton de Mt. Morris. Au cours de l'année suivante, il fut rejoint par d'autres arrivants et un règlement fut effectué, une école fut ouverte, une société de presbytériens organisée et le « établissement d'eau froide », comme on l'appelait, diffusa et pratiqua parmi eux les principes de la tempérance. Plus tard, la colonie a été nommée Mt. Morris, tirant son nom de la première maison de plusieurs des colons, M. Morris, comté de Livingston, New York.

Cependant, rien n'indiquait ce village en tant que village jusqu'en 1857, lorsque la ligne Flint & Pere Marquette a été arpentée et que les opérations actives ont commencé, lorsqu'un certain nombre de familles se sont installées sur le site du futur village.

L'élément suivant est apparu dans le Citoyen carcajou de Flint le 25 janvier 1862 : "Le chemin de fer Flint & Pere Marquette a été régulièrement ouvert pour le trafic de passagers et de marchandises en liaison avec la ligne de diligences de Boss, Burrell & Company le lundi dernier. Le chemin de fer est maintenant terminé depuis East Saginaw jusqu'à la station Mt. Morris, avec six milles de Flint. La compagnie a du fer sur place pour continuer la piste jusqu'à Flint dès l'ouverture de la saison. » En 1867, une loi incorporant le village a été adoptée par l'organe législatif de l'État.

Mt. Morris en 1916 a un bon quartier d'affaires de magasins bien construits et à jour, une banque privée et trois églises, l'église épiscopale méthodiste, l'église baptiste et catholique St. Mary, avec le révérend Fr. Thomas Luby comme prêtre. Les écoles consolidées de Mt. Morris, sous la direction de William J. Maginn, se classent parmi les meilleures écoles de village de l'État. Mt. Morris a également un grand ascenseur et un certain nombre de résidences attrayantes, et est un village progressif, avec une population de sept cent quatre-vingts.

Swartz Creek est un village non constitué en société dans le canton de Mundy, et est le site de ce qui, à l'époque des pionniers, était la division entre le gros bois et les "ouvertures de chênes." Concernant le premier colon blanc dans ce qui est maintenant le canton de Mundy, il y a un certain différend, mais il a été généralement admis que Morgan Baldwin et George Judson étaient les premiers résidents de cette localité.

Pendant les premiers jours de la colonie, les personnes venant de Flint parlaient d'aller « remonter le Swartz », bien qu'il ne s'agisse que d'une branche du cours d'eau principal, et avec le temps, la colonie a été nommée Swartz Creek. Adam Miller a été l'un des premiers résidents de cette localité, qui, aidé par plusieurs membres de sa famille, a coupé une route à travers ses terres jusqu'à la rivière Flint, qui est ensuite devenue connue sous le nom de "route Miller" et est maintenant l'une des plus belles autoroutes de le comté.

Swartz Creek a un grand élévateur, trois stations de pesée des betteraves, l'industrie de la betterave sucrière étant largement exploitée dans cette localité une bonne école, une banque privée, qui est l'une des chaînes de banques privées exploitées sous la direction d'Ira T. Sayre , de Flushing, et un certain nombre de magasins. Il possède également deux églises, l'église catholique et l'église méthodiste épiscopale. Sa population est de six cent cinquante.

En septembre 1835, Moses et Enos Goodrich arrivèrent dans le canton d'Atlas et achetèrent au gouvernement plus de mille acres de terre. Depuis la période de leur installation dans cette localité, le nom de Goodrich s'est mêlé à toute l'histoire sociale, commerciale et politique du canton. Ils ont fondé des moulins, un magasin de village et ont ouvert les champs de culture des meilleures terres que l'on puisse trouver dans cette section du Michigan. Ces deux frères furent rejoints par d'autres membres de leur famille, parmi lesquels Aaron Goodrich, qui avait été admis au barreau du Tennessee et en 1849 fut nommé par le président Taylor juge en chef du Minnesota. Il a également été délégué à la convention nationale républicaine à Chicago en 1860, qui a abouti à la nomination d'Abraham Lincoln.

Un bureau de poste a été établi sur le site du village en 1846, avec Enos Goodrich, maître de poste, il s'appelait à l'époque bureau de poste Atlas, mais a été changé à son titre actuel en 1849. Le village de Goodrich est sur la ligne directe du chemin de fer interurbain uni de Detroit et est entouré d'un district agricole de bonnes ressources.

Goodrich a deux églises, la baptiste et la méthodiste épiscopale. Il y a aussi un lycée de dix classes, une banque privée, un certain nombre de magasins et un bon hôtel. En 1916, grâce aux efforts du Dr a. Wheelock, un hôpital petit mais très complet a été construit, entièrement équipé et planifié selon des principes très modernes. Goodrich a également une entreprise laitière croissante. Le village a une population de quatre cents habitants.

Le village d'Otisville, dans le canton de Forest, a été construit autour de l'emplacement de la scierie Hayes, en 1851. Il y avait ici une colonie assez importante à cette époque, la compagnie du moulin construisant quelques petites maisons pour elle-même et une pension pour ses des employés. Il a été plaqué en 1863 par William F. Otis et T. D. Crocker et nommé Otisville. Il y avait plusieurs membres de la famille Otis qui s'installèrent dans cette localité, Francis W. Otis, de Cleveland, étant le propriétaire de la grande scierie qui fut mise en place et exploitée sous la supervision de John Hamilton, père ou William Hamilton, de Flint. À Otisville et dans les environs, de 1860 à 1870, il y avait douze grandes scieries en activité.

Otisville en 1916 a deux églises, la méthodiste épiscopale et la méthodiste libre, et une école graduée de douze grades, une banque d'État et une crèmerie. Le président du village est Paul J. Laing. La population est de trois cent soixante-quinze.

Le village d'Atlas, du point de vue de son emplacement, est l'un des hameaux les plus attrayants du comté, Kearsley Creek offrant d'excellents privilèges en matière d'énergie hydraulique.

Parmi les principaux pionniers de cette localité se trouvaient les charpentiers, venus du comté de Dutchess, New York, William Carpenter, en compagnie de Levi Preston, venant à pied du comté de Niagara, New York, à travers le Canada jusqu'à Detroit, et de là par l'ancien Saginaw route vers Atlas, où ils ont sélectionné des terres, les ont achetées au gouvernement, ont construit des maisons en rondins et ont fait quelques récoltes. Ils sont ensuite retournés dans l'État de New York et, avec leurs familles, sont de nouveau partis pour la nouvelle maison dans la nature sauvage de l'ouest. Ils étaient trente jours en attelage de bœufs sur le voyage, mais sont arrivés sains et saufs à leur destination. La famille Carpenter a été la plus importante dans la croissance et le développement de cette partie du comté, et les membres de la famille sont toujours des résidents de cette localité, William Carpenter, de Goodrich, étant l'un des hommes les plus connus du comté de Genesee.

Atlas en 1916 a une population de cent soixante-quinze habitants, ses habitants étant principalement des agriculteurs à la retraite. Il y a un moulin à farine, le moulin Hastings, une école, un magasin général et un bureau de poste, et une église, le presbytérien. C'est une gare sur le chemin de fer Detroit United Interurban.

Le village de Geneseeville était un établissement important au début du comté et un certain nombre de scieries ont été construites le long des rives du ruisseau Kearsley et de la rivière Flint par les pionniers de cette localité. La première scierie fut construite en 1834, le ruisseau Kearsley étant barré à cet effet à une centaine de tiges au-dessus de sa jonction avec la rivière. Benjamin Pearson s'est intéressé à ce moulin, qui a été construit par un certain M. Harger. Le moulin n'était pas très grand, mais il fournissait du bois pour de nombreuses maisons de pionniers dans cette partie du comté. Un deuxième moulin a été construit sur le Kearsley en 1836, connu sous le nom de moulin de Jones, et a été construit à environ un mile au-dessus du premier moulin. Le troisième a été construit en 1837 par Ogden Clarke, et le quatrième sur la rivière Flint à Geneseeville. Ce dernier moulin nommé appartenait par la suite à Reuben McCreery, qui en 1853, construisit également un autre moulin dans cette localité.

Au début, il n'y avait pas de ponts sur les ruisseaux et ce n'est qu'en 1843 qu'un pont a été construit, l'emplacement de celui-ci étant à l'embouchure du ruisseau Kearsley. En 1860, le « Pont Fay » a été construit. A un croisement qui est l'emplacement d'un pont à l'heure actuelle. La rivière Flint et le ruisseau Kearsley étaient des cours d'eau beaucoup plus gros au début, en raison de la forte croissance du bois qui bordait leurs rives. La première personne blanche née dans la ville de Genesee était Damon Stewart, dont la veuve, qui était Mlle Francis McQuigg, réside maintenant à Flint.

Le village de Geneseeville a été créé en 1858 par Reuben McCreery et Simon King, et un bureau de poste a été créé en 1859. Geneseeville en 1916 a une église, la Methodist Episcopal, et quelques magasins. Un ancien moulin à farine, qui a été construit à l'origine par Reuben McCreery, en 1849, et finalement transféré à Isaac O. Rogers en 1875, est toujours exploité par des membres de la famille Rogers. La population de Geneseeville est d'environ cent.

Le canton de Thetford a été nommé par l'un de ses premiers résidents, Nahum N. Wilson, car la ville de Thetford dans le comté d'Orange, Vermont et Thetford Centre tire son nom du canton. Le village n'est plus qu'un quatre coins avec les quelques magasins et résidences habituels.

Sur le site de ce qui est maintenant Pine run au début se trouvait la célèbre taverne de Corydon E. Fay, qui fut pendant plusieurs années l'un des résidents les plus éminents de cette localité. Il arriva dans le comté de Genesee en provenance d'Avon, comté de Livingston, New York, en 1837, et trouva un emploi sur la ferme de Benjamin Pearson, puis acheta des terres pour lui-même. En 1850, les déplacements sur l'autoroute à péage de Saginaw ont pris des proportions qui nécessitaient des maisons de divertissement pour les voyageurs le long de sa route, et M. Fay a construit un grand bâtiment à charpente et a ouvert la première auberge sur la route entre Flint River et Saginaw. Elle s'appelait la Fay House et fut pendant de nombreuses années une célèbre hôtellerie dans cette partie de l'État, mais a été abandonnée en tant que taverne en 1867.

Pine Run en 1916 a une église et quelques magasins. Sa population est d'environ cent cinquante.

Le village d'Argentine est sur la commune de ce nom, qui comprenait d'abord ce qui est maintenant Fenton. Il est entouré d'un certain nombre de lacs, parmi lesquels le lac Lobdell, du nom d'un colon sur ses rives, le lac Murray, du nom du premier colon du canton McKane, les lacs McCaslin et Bass. ont été vus dans cette localité à l'époque des premières colonies.

James H. Murray, qui était venu à l'ouest de Rochester, New York, s'est installé en Argentine en 1835, et en 1836 a construit le barrage dans le village, érigeant plus tard une scierie. William Lobdell, dont le lac Lobdell a été nommé, s'est installé près de l'Argentine en 1836. Il était venu à Détroit d'Auburn, New York, et, étant propriétaire d'un chariot et de trois chevaux, a trouvé un emploi dans le transport des familles de pionniers et de leurs effets jusqu'à Grande Rivière. Lors d'un de ces voyages, il trouva la terre sur laquelle il s'installa par la suite.,

Un bureau de poste a été établi au village à une date précoce, et a appelé Booton, mais a été changé plus tard en Argentine, le courrier étant transporté à cheval sur une route qui s'étendait de Pontiac à Ionia. Le village compte quelques magasins, un hôtel et une population d'environ cent cinquante.

Whigville, également connue sous le nom de Gibsonville, est située à un mille et demi au nord-est de Grand Blanc et à cinq milles de Flint. Ici se trouvent une église baptiste, une école et quelques magasins. La première scierie du comté a été construite ici en 1828 par Rowland B. Perry et, à une époque, des affaires considérables ont été traitées ici. Il serait sans aucun doute devenu un village florissant, mais le chemin de fer Flint & Pere Marquette a arpenté sa route à travers Grand Blanc, ce qui a incité bon nombre des premiers résidents à déménager dans ce village. L'ancienne ferme Gibson, l'un des points de repère sur l'ancienne route nationale, et anciennement la maison de C. D. Gibson, est toujours occupée par des membres de la famille Gibson. Gibsonville compte quelques magasins et une centaine d'habitants.

Crapo Farm est une station sur la ligne principale du chemin de fer du Grand Tronc, du nom de la ferme de onze cents acres du gouverneur Henry H. Crapo. Cette étendue de terre était à l'origine un marécage que le gouverneur Crapo a récupéré et y a apporté d'importantes améliorations, jusqu'à aujourd'hui, sous la propriété de l'hon. W. W. Crapo, de New Bedford, Massachusetts, c'est l'une des plus belles fermes de cette section du Michigan. Le gouverneur Crapo s'intéressait beaucoup au développement de cette terre et lui accorda toute son attention. À une certaine époque, il contribuait régulièrement sur des sujets agricoles au Gentleman du comté d'Albany. Parmi les personnes intéressantes qui pourraient être mentionnées à propos de la ferme Crapo se trouve Henry M. Flagler, le multimillionnaire qui a construit la chaîne de grands hôtels le long de la côte de Floride, et qui, alors qu'il était encore un jeune garçon, a trouvé un emploi. sur cette ferme et y a vécu plusieurs années.

Crapo Farm n'est qu'un petit quatre coins, avec une population d'une cinquantaine d'habitants.

Brent Creek, un petit hameau sur la route River de Flushing à Saginaw, a été nommé en l'honneur de Thomas L. L. Brent. Il a quelques magasins et une population d'environ une centaine.

Le bureau de poste de Rankin est un petit quatre coins du canton de Mundy, avec une église, l'église épiscopale méthodiste, une grange hall, un magasin général et quelques maisons. Il était autrefois connu sous le nom de Centre Mundy.

Otterburn est un petit hameau sur la ligne principale du chemin de fer du Grand Tronc entre Durand et Flint. Sa population est de cent cinquante.

Belsay est une station sur le chemin de fer du Grand Tronc près de la division de la ligne principale et de la ligne de ceinture, et est un point de fret et d'expédition pour les producteurs de betteraves sucrières. qui commercialisent leurs récoltes à partir de cette station. Il n'y a que quelques maisons et pas de magasins.

Richfield Centre est un petit hameau du canton de Richfield, sur le site de l'ancienne scierie Maxfield, qui a été construite en 1855. Autrefois, il y avait aussi une taverne à cet endroit, mais pendant de nombreuses années elle a été occupée comme un résidence. Il y a une église, la méthodiste épiscopale, et quelques magasins.

Vous êtes le 12676e visiteur de ce site sécurisé USGenNet depuis le 1er mars 2002.


PREMIÈRES ANNÉES : Une croissance sans précédent

La première tâche du conseil était d'embaucher un président énergique et expérimenté qui aurait la vision d'aider à assurer l'avenir du collège. Parmi un grand nombre de candidats, le conseil a nommé le Dr Alfred C. O&rsquoConnell en novembre 1966. Le Dr O&rsquoConnell a quitté son poste actuel de président du Harford Junior College à Bel Air, Maryland, et a déménagé dans le comté de Genesee en février 1967.

Sous la direction du président O&rsquoConnell&rsquos et avec son expertise pédagogique et son expérience administrative, un rêve est devenu une solide réalité. Après avoir obtenu 56 000 pieds carrés d'espace dans le magasin d'escompte Valu sur West Main Street à Batavia, les équipes de construction ont travaillé tout au long de l'été 1967 pour rénover l'espace de manière appropriée. Le 27 septembre 1967, le Genesee Community College a accueilli sa première classe de 378 étudiants à temps plein et 243 étudiants à temps partiel et environ 200 étudiants de plus que prévu à l'origine ! Le président O&rsquoConnell a embauché son premier doyen des étudiants, le Dr Stuart Steiner, qui deviendra finalement président du collège en 1975 et servira à ce titre pendant plus de 30 ans.


L'histoire des villes du comté de Genesee, sixième partie : rinçage

John Reed était porté disparu et les habitants de la zone « English Settlement » de Flushing étaient inquiets. Il était connu comme un homme de nature fougueuse qui avait souvent des ennuis. Ses amis craignaient que son tempérament ne l'ait emporté – et il l'avait fait – mais pas comme ils le pensaient. Étant originaires d'outre-mer et peu habitués à la vie de pionnier, les habitants de la colonie anglaise avaient une façon de foutre le bordel au début. Ainsi, lorsque Reed a été retrouvé endormi dans la forêt portant une seule botte et accompagné uniquement de sa vache, ce n'était pas surprenant. La veille au soir, il était devenu furieux que sa vache ne l'écoute pas. Il a ignoré à plusieurs reprises ses ordres, se contentant plutôt de mâcher de l'herbe et d'écraser les mouches. Dans sa colère, Reed a réprimandé la vache et l'a poursuivie dans la forêt où il s'est perdu. Ayant faim, il ôta une botte, la remplit de lait et but. Lorsque les habitants l'ont trouvé couvert de piqûres d'insectes endormi contre une bûche à côté d'une botte couverte de lait avec sa vache solitaire, ils ont tous bien ri. Les Anglais avaient beaucoup à apprendre.

Les premiers pionniers

Le comté de Genesee était un foyer d'activités pionnières dans les années 1830. La terre était précieuse et était rapidement engloutie par quiconque avait le courage de s'aventurer dans la nature. En 1835, la région au sud de Flint était une terre remplie de nouveaux arrivants. Les nouveaux colons n'avaient d'autre choix que de regarder vers le nord. Rufus Harrison a saisi l'occasion et est devenu le premier colon dans le canton de Flushing. Sur les talons de Harrison venaient Clark Abby, Waterman Neff, Henry French et John Evans. Plus tard dans l'année, David Penoyer est arrivé et, n'ayant pas d'argent, a troqué son cheval contre un petit lopin de terre. Là, il a commencé sa famille, dont le plus notable était son fils, Lewis. Après la mort de son père alors que Lewis avait 16 ans, il partit vers le nord à la recherche de son propre destin. Lewis Penoyer est devenu un baron du bois opérant dans la région de Bay City et a été le premier à expédier du bois par chemin de fer. Il devint plus tard président de la Bradley-Ramsay Lumber Company en Louisiane.

La Flushing Canning Factory, fondée en 1912, était communément appelée « The Pickle Factory » par les résidents de Flushing et était extrêmement lucrative, gagnant 30 000 $ la première année (équivalent à plus de 750 000 $ aujourd'hui).

En 1836, Thomas L. L. Brent est arrivé dans la région et a acheté une quantité incroyable de terres (il possédait près de 70 000 acres dans tout l'État). Cette année-là, Brent a construit un barrage sur la rivière et le premier moulin. De nombreux colons de la région ont fait fortune en travaillant dans les fermes de Brent, notamment Henry French, David et James Penoyer et James Bailey. La ferme de Brent était extrêmement connue dans la région et aujourd'hui, Brent's Creek traverse ses terres. Bien qu'il était bien connu et apprécié à son époque, Brent est mort seul et sans le sou, sa superficie vendue à prix réduit. Fils d'un sénateur de Virginie, Thomas Brent a voyagé à travers l'Europe dans sa jeunesse où il est tombé amoureux et a épousé une femme espagnole. Il l'a ramenée en Amérique et a pris un emploi dans le département d'État. En raison de différences religieuses, le couple a été désavoué et ils se sont dirigés vers le nord. Après son arrivée à Flushing, il a construit sa belle maison qu'il a surnommée Rosemont. Mme Brent est devenue de plus en plus renfermée et malheureuse. Bientôt, le travail est devenu trop lourd et l'argent s'est épuisé. Brent mourut en 1858 et sa femme peu de temps après, alors que les créanciers enlevaient les meubles familiaux de leur maison. Rosemont a été démoli en 1966 pour faire place à un lotissement.

Plus tard en 1836, Charles Seymour et Horace Jerome revendiquent la région qui deviendra le village de Flushing. Ils ont combiné leurs forces et exploité une scierie et une entreprise de bois d'œuvre. Seymour fondera Flushing Mills et, en 1840, fonde le village de Flushing (son frère James terminera la tâche en 1847). Horace Jerome, d'autre part, a daigné établir le Flint Rapids Bank. Il a échoué en un an et Jérôme s'est retrouvé sans ressources. Il a quitté la région, pour ne jamais revenir.

L'hiver de 1837 arriva tôt, détruisant les récoltes et causant du chagrin aux pionniers de la région. John Paton est venu dans la région avec sa famille depuis sa maison d'Écosse. Il s'est installé dans une vie difficile et a écrit à la maison à propos de ce que lui et d'autres avaient affronté. « Cela a commencé en octobre et il neige maintenant, la neige dans les bois a maintenant deux à trois pieds de profondeur… Nous entendons parler de bétail mourant dans toutes les directions et de certains agriculteurs frappant tout leur bétail sur la tête, pour les sauver famine persistante. La maison de M. Paton se trouve toujours au coin des rues McKinley et Coutant. Malgré les difficultés, la terre continue de se remplir de monde. En fait, en cette année de conflit, le premier enfant du canton était George French, né d'Henry.

En 1838, les colons de la région se sont réunis chez Ezekiel Ewing pour discuter de la décision du comté de Genesee de diviser la région au nord de Flint en deux cantons distincts. Le canton de Genesee devait être formé à l'est du centre et le canton de Flushing à l'ouest. Le nom rend hommage à la ville d'où venaient certains des colons de la région – Flushing, NY. L'année suivante, le premier bureau de poste a été créé avec Ewing comme maître de poste. Enseigné par Marshall Talbot, la première école a commencé dans un appentis attenant à la maison d'Ewing.

En 1840, un groupe d'arpenteurs avait parcouru le coin nord-ouest du canton à la recherche de leurs clients anglais et un mois ou deux plus tard, un important contingent de pionniers arrivait de l'autre côté de l'étang. John Reed, James Bailey, Samuel et James Wood, Thomas Newell, Thomas Hough et Richard Bowden ont créé la « colonie anglaise ». Les colons anglais étaient nouveaux dans la vie de pionnier et, au début, se sont heurtés à un large éventail de problèmes que les premiers colons de la région ont trouvé assez amusants. Néanmoins, ceux de la colonie anglaise étaient de bonnes personnes et bien acceptés. En 1845, la colonie anglaise a ouvert sa première école avec Huldah Ann Felt enseignant.

Cornelia Moore Chillson Moots (alias Mother Moots) est devenue évangéliste d'État au sein de la Woman's Christian Temperance Union et, en 1843, a appelé à l'interdiction et au droit de vote des femmes. Ses cris tombant dans l'oreille d'un sourd à Flushing, elle est partie et a fréquenté l'Albion College, après quoi elle a acquis une grande renommée pour ses croyances et ses sermons enflammés.

L'église baptiste de Flushing était un point de repère populaire dans les premiers jours.

Les années 1840, 50 et 60 ont apporté une grande croissance à la région avec le début de l'église épiscopale méthodiste et de l'église First Baptist (1845), le cimetière de Flushing (1847), le Flushing Cornet Band (1849), l'église catholique St. Roberts (1854 ), Halfway House de Daniel Cotcher (1855) et Flushing Exchange de Robert Parsell (1865). En 1871, le premier lycée public officiel est construit. La Flushing Ladies' Library Association a été fondée en 1873 et une petite bibliothèque a été créée au centre-ville de Flushing. Le groupe se sépare en 1905.

Trois ans avant que Flushing ne soit constituée en village (1877), la Wolverine Fire Company a été créée avec Arza Niles comme premier ingénieur. L'entreprise a sauvé le village d'un incendie dévastateur en 1878. Cette année-là, Ira Terry Sayre a été l'un des premiers à obtenir son diplôme de Flushing High School. Il a organisé la Peoples State Bank et en 1898 a été élu au Michigan

Sénat. Des années auparavant, Halley Prosser de Flushing avait été élue à la Chambre des représentants du Michigan. Le Flushing Observer a été lancé par Albert E. Ransom et continuera à apporter des nouvelles aux résidents du canton jusqu'à son rapport final en 2012.

La région a reçu une aubaine lorsque le dépôt de chemin de fer a ouvert ses portes en 1888. Par la suite, le centre-ville s'est développé rapidement avec l'ouverture et la prospérité de nouvelles vitrines. Le siècle s'est terminé par un grand rassemblement politique pour le président McKinley dans les rues du centre-ville (McKinley Road a été nommé en l'honneur du président.)

Joe Gage

En 1902, Fred Sayles de Flushing a fait appel à son ami Joe Gage pour l'aider à établir un club d'athlétisme dans le village. Gage est arrivé et est tombé amoureux de Flushing. Premier noir de la ville, il est resté pour aider son ami et devenir barbier.

Joe Gage vivait auparavant à Ithaca, MI et travaillait dans l'usine de pots de beurre de W. F. Thompson. Fils d'anciens esclaves, Gage était le seul homme afro-américain à Ithaque. Il a acquis une grande renommée pour ses prouesses en boxe, même si le sport était illégal dans le Michigan à l'époque. Les combats étaient annoncés comme des « matchs d'entraînement » afin d'attirer les foules et les parieurs. Pourtant, la plupart des matchs se sont terminés par une poursuite avec des policiers. Gage est rapidement devenu connu sous le nom de « Champion de couleur d'Ithaque ». Là-bas, il se produit également en tant que chanteur à l'Opéra et au club de mandoline. En 1892, il est devenu le premier homme noir du service d'incendie d'Ithaca.

Après avoir déménagé à Flushing, Gage est devenu le barbier le plus aimé de la ville. Il s'est spécialisé dans les coiffures pour femmes et était connu pour donner aux jeunes garçons leur premier «rasage» en passant l'arrière de son peigne sur leur visage moussé. Il a rapidement rejoint et dirigé le service d'incendie de Flushing.

Tout au long de sa vie, Gage était connu comme un homme qui ne tolérait aucune sorte d'insulte ou de mauvais traitement envers lui-même ou les autres en raison de sa race ou d'un défaut perçu. C'était un homme intègre, tenu en haute estime par beaucoup.

Le jour de son 87e anniversaire, Gage a été honoré par des hommes d'affaires locaux avec une somptueuse fête et un déjeuner. L'événement a attiré plus de 1 300 personnes à Flushing, qui était la plus grande foule du village jusqu'à ce moment-là de son histoire. "Je ne sais pas ce que j'ai fait pour mériter tout cela", a déclaré Gage. « Je ne pense pas que je le mérite. J'ai vécu une vie longue et heureuse, en particulier la partie que j'ai vécue à Flushing. Je referais tout mais j'aimerais changer une chose. J'aimerais naître avec la peau blanche. Je n'arrête pas de me demander comment cela aurait été. Je ne trouve pas de faute. Je suis juste curieux. Que Dieu vous bénisse, tout le monde.

Joe Gage était une autre sorte de pionnier. Il était le premier homme noir à Flushing et une partie merveilleuse de son histoire.

Ère Contemporaine

Au début des années 1900, le canton de Flushing demeurait une zone d'opportunités. Le silex et les terres du sud explosaient avec le commerce tandis que les régions du nord se développaient à un rythme beaucoup plus lent, laissant le temps à l'appréciation et à la communauté. En 1913, le Tuesday Club a ouvert une nouvelle bibliothèque au deuxième étage du bâtiment de la Banque populaire qui a grandi en volume jusqu'à ce qu'elle soit obligée de déménager dans l'ancienne église presbytérienne et en 1940 a été rénovée. In 1964, the Marian Packard Adult Reading Room was built. The library joined the Genesee District in 1966 and in 1990 moved to its present location. Learning continued to develop when, in 1927, the Flushing High School was built. A student walk-out happened three years later in support of the superintendent who was fired by administration.

Bueche Bros. supermarket opened in 1914. Here, it receives a delivery.

Bernard Bueche opened a small grocery store in 1914 on the corner of Main and Maple Streets that would grow to become Bueche’s Food World. The store would remain a staple of the Flushing community through present day, moving in 2005 to its current location. The Main Street bridge across the Flint River was initially finished in 1922.

The iconic Flushing community clock.

On the old farm of Waterman Neff, a Detroit consortium began to develop the land for recreation. Designed by Wilfred Reid and William Connellan, the Flushing Valley Golf Club opened for business in 1930. The nine-hole course followed the run of the river and was the talk of the area until its closure in 1943. A modern clubhouse was built in 1961 and the course was expanded to 18 holes by 1973.

In 1947, the Rossell Family Funeral home opened to service the community and in 1948, Flushing Community schools found its mascot when Coach Richard Boniface suggested that the mascot be based upon the Marine Raiders from the Marine Corp of the United States Armed Forces. Flushing accepted and the school’s sports teams have been the Flushing Raiders ever since.

Just off Beecher Road on the Sammons Farm, a B-29 Superfortress aircraft crash landed. Of the five passengers, only one was killed. One passenger landed via parachute in a tree in front of Flushing Methodist Church. The other three survivors landed over the river on the Flushing Golf Course. An eyewitness thought the plane was going to hit her house, “I yelled to my kids to get out,” said Mrs. Daly. “Then I saw two men jump out. The last man jumped out when the plane was close to the ground. It looked like the plane hit his body.”

The first bandstand at Riverview Park was built in the late 1940s. A roof was added in 1994.

In the early 1940s, Max Tucker, a Flushing area philanthropist, made a fortune. Upon his death, he bequeathed $100,000 to the Village of Flushing. In his honor, the village opened the Tucker Community Pool in 1956, which would serve the village admirably for years until its demolition in 2019.

The Tucker Memorial Pool was built in 1956.

The 1960s brought with it a brand-new high school (1961) and the eye of the nation when Edmund Love wrote, The Situation in Flushing about growing up in town. The book was heralded by outside readers but emotions were mixed at home. In 1964, the Village of Flushing grew up and became a city. As time progressed, Flushing only became more wholesome. As the Flushing Depot accepted its final passenger in 1971, the community recognized it as an important piece of history and in 1997, it became a museum and home to the Flushing Area Historical Society. In 1983, the Flushing Candle Walk began and has become a cherished part of Genesee County’s holiday festivities. In 2005, a shining, new middle school was built.

In 1997, the flushing rail depot became a museum and home to the flushing area historical society.

Flushing Township, Flushing and its community take great pride in the tradition and history of Genesee County and its people. The area is a steady and wise influence on the Genesee County populace, portraying the perfect example of calm and respect that outsiders have come to appreciate.


The Genesee is the remaining western branch of a preglacial system, with rock layers tilted an average of 40 feet (12 m) per mile, so the river flows across progressively older bedrock as it flows northward. It begins in exposing the Allegheny Plateau's characteristic conglomerates: sandstones and shales in the rock columns of the Mississippian and Pennsylvanian subperiods. Thereafter, further downstream as it traverses the area known as The Grand Canyon of the East, [4] where it falls (three times) through over 600 feet (180 m) [4] as to passes through the gorges in New York's Letchworth State Park, the river also often exposes older rocks such as shales (some rich in hydrocarbons [5] ), siltstones and some limestones of the Devonian period at Letchworth and, at other canyons with three more waterfalls [6] [7] [8] at Rochester cuts through the Niagara Escarpment exposing limestones and shales of Silurian age in the rock column. With cuttings in the geologic record showing so many early ages, the river area has a great variety of fossils for paleobiological and stratigraphic analysis.

During the past million years there were four glacial ages that covered the Rochester area with the southern edges of the Laurentide Ice Sheet and those advances were major impactors in the formation geology and geography of the area. The most recent glacier that left evidence here was about 10,000 years ago and it caused compression of the earth by as much as 2,500 feet (760 m). [9] About 12,000 years ago, the area underwent massive changes, which included the rerouting of the Genesee and other water bodies. The pre-ice age eastern branch of the Genesee runs south of Mount Morris and was completely diverted by extensive terminal moraines in Livingston County with a key blocking dam just south of Dansville, so most of the upper section of the ancient river was diverted instead to fall the off Appalachian Plateau toward the Susquehanna River system (to an eventual destination well to the southeast).

Currently only a small creek flows in what is left of this large paleogeologic valley. The area of the lower river was also affected. Since the earth rebounded from the melting glaciers more rapidly in Canada than in New York, water from Lake Ontario was spilled over New York due to its lower elevation. During this time, the original outlet of the Genesee River, Irondequoit Bay, [ citation requise ] was flooded out, creating the current bay. As these waters later retreated, glacial debris caused the river to be rerouted to the west along its current path. [dix]

The Seneca nation traditionally lived between the Genesee River and Canandaigua Lake. The region was surveyed by Thomas Davies in 1766. The High Falls was then also known as the Great Seneca Falls, and the Genesee River was also spelled Zinochsaa by early writers. [11]

If "not for hydropower, the flour mills, clothing mills, and tool fabricators would not have located in Rochester", [12] and the 1825 Erie Canal allowed the mills to ship products to New York City. A few hundred feet north of the center of the village of Rochester, the Erie Canal crossed the Genesee River via an 1823 stone aqueduct (802 feet (244 m) long, 17 feet (5.2 m) wide), which was replaced by the Second Genesee Aqueduct in 1842.

Historically, the river's gorge formed a clearly demarcated border between the lands of the Five Nations of the Iroquois, whose range extended east and the related tribes of the Erie people along the west side of the gorge. By the end of the Beaver Wars and the American Revolution, the lands in all of upstate New York into the Ohio Country were controlled by the Iroquois Confederation, but were also effectively depopulated, the tribes weakened in the Revolution. In 1779, on the orders of George Washington, the Sullivan Expedition destroyed over 40 Haudenosaunee villages in and around the watershed to force the Seneca and allied nations out of the newly formed United States. Subsequently, with most Iroquois having fled to Canada, the remnant tribal groups were in no position to further impede white settlers, so most of New York state west of the Genesee River became part of the Holland Purchase after the American Revolution. From 1801 to 1846 the entire region was sold to individual owners from the Holland Land office in Batavia, New York. The river demarcates the "Genesee Country" of New York to the west and the Finger Lakes geographic region, and heartland of the Iroquois to the east.

On Friday, November 13, 1829 (Friday the 13th), the daredevil Sam Patch jumped to his death before 8,000 spectators at the Upper Falls in Rochester.

In 1836 the Genesee Valley Canal was begun to build a new canal from the Erie Canal near Rochester, up the Genesee Valley, across to the Allegheny River at Olean. Construction of new sections extended upriver (southward) until 1880. Although an important commercial route, the canal was plagued by frequent flood damage and the final leg down the Allegany River was never completed. The most difficult section to build was the bypass around the gorge and falls at present day Letchworth Park. The canal followed the old Native American portage route, which necessitated many locks. These old locks can still be seen near Nunda. The project was abandoned and the right of way was sold in 1880. The property became the roadbed for the Genesee Valley Canal Railroad, which eventually merged with the Pennsylvania Railroad. Much of the canal and railroad right-of-way is open to the public today as the Genesee Valley Greenway, which was started in 1991.

In 1852 a wooden railroad bridge was built over the Upper Falls at Portageville. It was the largest of all wooden bridges built at the time. [ citation requise ] The wood from 300 acres (1.2 km²) of trees was required for its timber. In the "summer of 1943", Arch Merrill walked the length of the Genesee River. [13]

Crossings Edit

Floods Edit

A March 1865 thaw was the worst Genesee flood in Rochester history, and a similar 1913 flood motivated the excavation of the Genesee's rock bed in Downtown Rochester. The 1972 Hurricane Agnes flood broke all county historical records, with the most concentrated damage in the Wellsville area. [14] [15] The water from Hurricane Agnes caused the only instance where the river's flow exceeded the storage capacity of the reservoir of the Mount Morris Dam, the largest flood control dam east of the Mississippi, and water had to be released from the dam to prevent overtopping of the spillway.

A View of the Casconchiagon or Great Seneca Falls, Lake Ontario, taken 1766 by Thomas Davies


History of Genesee - History

Genesee County, New York


General History of Genesee County


The original ten counties of the Province, now the State, of New York, were created November 1, 1683, and named New York, Kings, Queens, Suffolk, Richmond, Westchester, Orange, Ulster, Dutchess and Albany. March 13, 1772, Tryon county was taken from Albany county, and the name was changed to Montgomery in 1784. Montgomery county originally included nearly all the central and western part of the State. January 27, 1789, Ontario county, occupying most of the western portion of the State, was set apart from Montgomery county. March 30, 1802, all that part of the State lying west of the Genesee river and a line extending due south from the point of junction of the Genesee and Canaseraga creek to the south line of the State, was set off from Ontario county and designated as Genesee county. It will thus be seen that the original Genesee county comprised all the territory embraced within the present counties of Genesee, Orleans, Wyoming, Niagara, Erie, Cattaraugus and Chautauqua, and the western portions of Monroe, Livingston and Allegany counties.

The first division of the original county of Genesee occurred April 7, 1806, when Allegany county was set off by act of the Legislature. Allegany county then comprised parts of Genesee, Wyoming and Livingston counties. The northern section was set off to Genesee county in 1811, and the northern central part was set off to Wyoming and Livingston counties in 1846. March 11, 1808, the counties of Cattaraugus, Chautauqua and Niagara were erected, the latter then including Erie county, which was erected as a separate county April 2, 1821. February 23, 1821, the size of the county was still further reduced by the erection of Livingston and Monroe counties, whose western portions lay within the original limits of Genesee. A part of Covington was annexed to Livingston county in 1823. November 11, 1824, Orleans county was taken off, and April 5, 1825, the town of Shelby was annexed from Genesee county. The final reduction in territory occurred May 14, 1841, when the major portion of the present Wyoming county was taken off.

It will thus be seen that in recording the history of Genesee county prior to 1841, the writer is compelled to deal with a very large portion of Western New York, and the early history of all that region is intimately connected with the story of the modern development of this county.

Genesee county lies in the midst of one of the most fertile regions in the vicinity of the Great Lakes, joining the most westerly tier of the New York counties on the east. It is bounded on the north by Orleans and Monroe counties, on the east by Monroe and Livingston, on the south by Wyoming and Livingston, and on the west by Erie and Niagara. A narrow strip in the extreme southeastern corner is also bounded on the west by Wyoming county a portion of the town of Le Roy is bounded on the north by Monroe county and an extremely small strip of the same town is bounded on the south by the same county and portions of Le Roy and Pavilion are bounded on the south by Livingston county. The area of Genesee county is five hundred and seven square miles.

The surface of the county is mostly level or gently undulating, except along the southern border, which is occupied by ranges of hills extending northerly from Wyoming county. Some of these hills rise to an elevation of from two hundred to three hundred feet above the flat lands, and about one thousand feet above the level of the sea. Extending east and west through the county, north of the centre is a terrace of limestone, bordered in many places by nearly perpendicular ledges. In the extreme eastern and western parts of the county this terrace ranges from fifty to one hundred feet in height, but toward the central portion the height averages from twenty to forty feet.

The principal streams are Tonawanda creek," which, rising in Wyoming county, enters the town of Alexander from the south, flows in a northeasterly direction through that town and Batavia to the village of Batavia, where it turns and flows in a westerly, then northwesterly, direction through the latter town, Pembroke and Alabama, leaving the latter town at a point a trifle north of the centre of its western boundary. The course of Tonawanda creek is exceedingly tortuous, and for the most of its course it flows in a very sluggish manner. An idea of its tortuosity may be gained from the fact that between Attica, in Wyoming county, and Batavia this stream flows between two parallel roads about a mile apart and while the distance between these two points is about eleven miles by the highway, by the course of the stream it is forty-three miles.

The principal tributaries of Tonawanda creek are Little Tonawanda and Bowen's creeks. Oak Orchard creek has its source near the centre of the county, and winds its way through Batavia and Elba, turning at the northeast corner of the latter town and continuing westerly and flowing through the great Tonawanda swamp, which occupies the northern part of the towns of Elba, Oakfield and Alabama. Black creek, known by the Indians as Checkanango creek, flows in a northerly direction through the central parts of the towns of Bethany, Stafford and Byron, and thence easterly through Bergen into Monroe county. Its principal tributaries are Spring and Bigelow creeks. Oatka creek flows across the southeast corner of the county. Murder creek and Eleven Mile creek flow through the southwest corner. Tonawanda, Black and Oatka creeks form a series of picturesque cascades in their passage down the limestone terrace north of the centre of the county.

The lowest rocks in Genesee county form a part of the Onondaga salt group, extending along the northern border. Gypsum abounds in large quantities in Le Roy, Stafford and Byron. This is succeeded by hydraulic, Onondaga and corniferous limestone, which form the limestone terrace extending through the county. The outcrop of these rocks furnish lime and building stone. Succeeding the limestone, in the order named, are the Marcellus and Hamilton shales, which occupy the entire southern part of the county. The surface generally is covered thick with drift deposits, and the underlying rocks appear only in the ravines of the streams. Most of the swamps contain thick deposits of muck and marl, furnishing in great abundance the elements of future fertility to the soil. Nearly all the springs and streams are constantly depositing lime in the form of marl. Along the northern boundary of the county are numerous wells yielding water which is strongly impregnated with sulphuric acid, and known as "sour springs." Salt was discovered in the town of Le Roy in 1881, at a depth of six hundred and fifteen feet. The supply is considered practically inexhaustible.

Genesee county is well supplied with railroads, furnishing transportation facilities equalled by but few counties in New York State. Batavia and Le Roy are the two principal railroad centres, as well as the most populous villages.

The main line of the New York Central and Hudson River Railroad enters the county at the eastern boundary of Bergen, and passes in a generally southwesterly direction through that town, Byron, Stafford, Batavia, Pembroke and Darien. The Tonawanda railroad has its eastern terminus at Batavia, and extends thence westerly through that town and Pembroke. The West Shore Railroad passes easterly and westerly through the northern part of the county, traversing the towns of Bergen, Byron, Elba, Oakfield and Alabama. The Buffalo and Geneva Railroad enters the town of Le Roy at its eastern boundary and extends in a generally southwesterly direction through Le Roy, Stafford, Batavia, Pembroke and Darien. The Delaware, Lackawanna and Western Railroad crosses the southern part of the county from east to west, traversing the towns of Pavilion, Bethany, Alexander and Darien. The Buffalo, Rochester and Pittsburgh Railroad enters the county at the southern boundary of Pavilion, runs northerly through that town arid Le Roy to the village of Le Roy, where it turns and extends easterly, leaving the county at the east bounds of Le Roy. The New York, Lake Erie and Western Railroad enters the county at the western boundary of Darien, crosses that town to Alexander and runs thence to Attica. At the latter place one branch takes a northeasterly and southeasterly curve through the southern parts of Alexander and Bethany, leaving the county near the southwest corner of the latter town. Another branch runs northeasterly through Alexander and Batavia to the village of Batavia, where it turns and thence pursues an easterly course through the towns of Batavia, Stafford and Le Roy. The Batavia and Canandaigua Railroad enters the county at the eastern boundary of Le Roy, passes westerly through that town, Stafford and Batavia to the village of Batavia, where it forms a junction with the New York Central and Hudson River Railroad.

There are thirteen towns in Genesee county&mdashAlabama, Alexander, Batavia, Bergen, Bethany, Byron, Darien, Elba, Le Roy, Oakfield, Pavilion, Pembroke and Stafford.

Of these towns Batavia is the oldest, having been erected when the original county was formed, March 30, 1802. As at first constituted it comprised the territory now composing the towns of Alexander, Bergen, Byron, Bethany, Pembroke, Darien, Elba and Oakfield, and parts of the towns of Alabama and Stafford. Alexander, Bergen (including Byron), Bethany and Pembroke (including Darien and a part of Alabama) were taken off June 8, 1812 Elba (including Oakfield) and a part of Stafford were taken off in March, 1820. Le Roy was formed from Caledonia (Livingston county) June 8, 1812, and was originally called Bellona. Its name was changed April 6, 1813. A part of Stafford was taken off in 1820 and a part of Pavilion in 1842. Stafford was formed from Batavia and Le Roy March 24, 1820. A part of Pavilion was taken off in 1842. Alabama, originally called Gerrysville, was formed from Pembroke and Shelby (Orleans county) April 17, 1826. Its name was changed April 21, 1828. A part of the town of Wales was annexed in 1832. Pavilion was formed from Covington (Wyoming county) May 19, 1841. Parts of Le Roy and Stafford were annexed March 22, 1842.

[Source: Our County and Its People, a Descriptive and Biographical Record of Genesee County, New York, Safford E. North, ed., The Boston History Company, Publishers, 1890, pp. 1-5]


History of Genesee - History

Genesee County, New York

Welcome to New York Genealogy Trails!

Our goal is to help you track your ancestors through time by transcribing genealogical and historical data and placing it online for the free use of all researchers.

This site is available for adoption!

If you have a love for history, a desire to help others, and basic webpage-making skills, consider joining us!
Get the details on our Volunteer Page .
[A desire to transcribe data and knowledge of how to make a basic webpage is required.]


We regret that we are unable to
perform personal research for anybody.

Genesee County
The county was created in 1802 and organized in 1803 from Ontario County.
Its name is from the Seneca Indian word Gen-nis'-hee-yo, meaning "the Beautiful Valley".

Communites
County Seat: Batavia
Year Organized: 1802
Square Miles: 494

The county was created in 1802 and organized in 1803

Courthouse Info:
Court Facility
1 W. Main St.
Batavia, NY 14020

Towns
Alabama * Alexander * Bergen * Bethany * Byron *
Darien * Elba * Le Roy * Oakfield * Pavilion * Pembroke * Stafford

Villages
Alexander * Attica * Bergen * Corfu * Elba * Le Roy * Oakfield


Genesee mix of trails, living history

Without realizing it, most likely you’ve seen the largest of Denver’s mountain parks.

Here’s a clue: You were in the car, heading up Interstate 70 to the mountains, perhaps driving to Breckenridge or Vail. Right near the beginning of your mountain climb, you pulled over at a scenic overview to admire a surprising sight: A herd of buffalo, grazing in the rolling hills.

You were looking out on Genesee Mountain Park, the largest and oldest of the 22 developed parks in the state’s mountains.

The folks at Denver Parks and Recreation would encourage you to save some drive time. Take Exit 253 to the park, 20 miles from Denver, and you’ll have your choice of places to hike, explore and play.

Marty Homola, who has worked for Denver Mountain Parks for more than 40 years, can tick off the many treasures the park holds.

“I think the buffalo &mdash 33 adults and 19 babies &mdash are the most special thing about the park,” says Homola, who lives on the park property and is caretaker of the herd. “Tourists and locals love to watch them. They’re really a part of America’s history.”

And they’re a big part of the history of the park, which was founded in 1913. The first herd came to Genesee from land near Yellowstone in 1914. It was part of an early attempt to save the species, then nearly extinct.

The home where Homola lives at the park goes even further back. The Patrick House was built around 1860 as a toll station, collecting fees from stagecoaches and others during the gold rush. Today the building serves as a private residence, but many other structures in the park can be explored. Perhaps most recognizable is Chief Hosa Lodge, built in 1918 by Jules Jacques Benedict, one of the most prominent architects in Colorado history. Back in its day, it provided shelter and amenities to Denverites escaping city life for a few days.

Not much has changed. Camping around the lodge is still popular, and the restored building is the site of weddings, family reunions and other events.

Whether you’re up there for a day, or you’ve decided to take advantage of the last of summer with a camping trip, finding a hiking trail in the park’s 2,400-plus acres won’t be difficult.

The Braille Trail offers interpretive signs and guide wires for the visually impaired. Down that trail, those ready for a long hike can turn off onto Beaver Brook Trail, which pushes through forest and along the rim of Clear Creek Canyon toward Lookout Mountain.

On a warm afternoon in August, the only sounds along the trail were the rustle of leaves underfoot and the chatter of mountain chickadees and Steller’s jays. Spruce, lodgepole and ponderosa pines thrive in the forest, and it’s not uncommon to see elk, mule deer, foxes and other creatures on a hike on the park’s land.

From the rugged path, you’ll also have a view of Beaver Creek and the mountains tucked between I-70 and Clear Creek Canyon. In late summer, expect to see the last of the wildflowers, asters and paintbrush in bloom later, aspens will cloak the hillside in swaths of gold.

Mountain Parks superintendent Dick Gannon suggests that if you want to hike the entire way &mdash more than 8 1/2 miles out toward Lookout Road &mdash have someone pick you up at the other end.

“It’s not an easy hike,” Gannon says. “I like hiking it in February. Usually, there’s not much snow, and I’m tired of being stuck inside.”

When Homola retires, it’s the park’s history he says he will miss most.

“This place has been part of my life for most of my life. Working here has really been a labor of love.”

Genesee Mountain Park

Where: Interstate 70, Exit 254 20 miles west of Denver (bison overlook) and Exit 253 (trails, historic structures, camping, picnic areas)

What’s there: Grills, picnic areas, bison and elk enclosure, softball field, volleyball, horseshoes, camping, trailheads, ropes course

Go now: To catch any last wildflower viewing on trails.

Info: For reservations for large groups, 720-913-0700 denvergov .org/parks


History of Genesee - History

Genesee County, NY history

We are happy to offer some items of genealogy and local history from Genesee County, NY -- one a CD-ROM with a collection of interesting material, while the others are a downloadable files. We plan to offer additional Genesee County items soon, so please check back with us.

Genesee County, in Mather and Brockett's Geographical History of the State of New York (1848). This early gazetteer leaves a bit to be desired, even considering its relatively early year of publication. Genesee County is covered -- barely -- and perhaps its mention and its place in the historical record of the county justifies its republication today. In addition to the three pages devoted to Genesee County, we have included the section from Mather and Brockett regarding land grants and patents in the state. 3++ pages, in PDF format. Download now for $1.75.

Noted Women of the Genesee Country by Mary Hotchkin Hoag (undated). The Hotchkin name has been linked to study of upstate New York history since the publication of Hotchkin s History of Western New York, which we re-published some time ago. In this pamphlet, which appears to have been the text of a talk she gave to an unknown audience on some unspecified date, she holds forth on a frequently-neglected historical topic: the place of women in local history. Given the limitation of being a speech (and not an article or monograph) and the expanse of the geographical area included in Genesee Country (which extended far beyond the borders of current-day Genesee County) she provides a very valuable introduction to the topic. 8+ pages, in PDF format, download now for $2.25.

Charity in New York State in 1906: State Institutions. This chapter from volume II of the Annual Report of the State Board of Charities for the year 1906 contains a section about the New York State School for the Blind, located in Batavia, Genesee County. See our New York State Miscellany page for more information about this chapter.

O-AT-KAN High School Yearbook for 1953 from LeRoy Central School. Formerly included in our discontinued Cenesee County Collection CD-ROM, this yearbook is now available as a download. In PDF format, download now for $4.00.

Genesee County chapter from French's Gazetteer of the State of New York (1860) . Most subsequent gazetteers of New York State locales borrowed heavily from French's, but we consider it a necessity for serious New York State research because there is so much information packed into a few pages. This was formerly included in our Genesee County Collection CD-ROM, now discontinued. French's is considered authoritative for the period just before the Civil War. The following localities in Genesee County are mentioned in boldface in this chapter: Alabama, Wheatsville, Smithville, Alexander, Brookville, Batavia, Bushville, Bergen, Bergen Corners, Wardville, Stone Church, North Bergen, West Bergen, East Bergen, Bethany, Bethany Center, East Bethany, Linden, West Bethany Mills, Canada, Byron, South Byron, Pumpkin Hill, Darien, Darien Center, Darien City, Elba, Pine Hill, Transit, Langstons Corners, Mills Corners, Daws Corners, Le Roy, Fort Hill, Oakfield, Caryville, Mechanicsville, Pavilion, Pavilion Center, Union Corners, Pembroke, East Pembroke, Richville, Longs Corners, Mogadore, Prospect Hill, Stafford, Morganville, and Roanoke. 10 pages, in PDF format. Download now for $3.00.

Official Directory and History of Genesee County Granges for 1934. "The Grange" was a very important feature of agrarian life in America, back in the day. That a family was involved in the "Patrons of Husbandry" (the real name of the organization) or not indicated whether a family viewed itself as a farm family or at least a family involved in agriculture or not. These are both wonderful documents of a fading rural lifestyle in Genesee County during the Great Depression. Historical articles about all Granges in the county, along with lots of lists of Masters, Past Masters, and other officers. Lots of ads from businesses that would have dealt with the agricultural community are here as well. Before dismissing these as purely a collection of farmers, remember that during those years families with roots "on the farm" often maintained their Grange memberships for a generation or perhaps even longer. These are pretty specialized directories, and you're not likely to find them available elsewhere, we think. 68 pages, in PDF format. Download now for $4.50.

Official Directory and History of Genesee County Granges for 1938. (see our comments above on the 1934 Directory -- this one has roughly twice as many pages and obviously addresses a slightly later time.)

172 pages, in PDF format, download now for $5.00.

Sesquicentennial of Genesee County: 1802 - 1952. This is a nicely done sesquientennial book there's no question about that. The County clearly organized thoroughly for the celebration, and committees were devised to deal with all the various aspects of such a multi-day event. The book has a number of historical articles that are uniformly well-written and appear to be consistent with what we know of the history of the area. The list of sponsors of the Sesquicentennial runs several pages, and with the listings of the committees, one senses that a fairly high percentage of the 1952 population got their name into this book in one form or another. The pictures (black and white) are of good quality. The advertisements -- as usual a useful glimpse of the local economy -- are numerous and well-produced. If you have a historical or family interest in Genesee County, you will probably want to have this book. 150 pages, in PDF format. Download now for $5.00.

Genesee County Business Directory and Gazetteer (1882). Published by A. J. Craft, 455 pages. While roughly 140 pages of this directory are dedicated to the legal practices and customs in business in those days (it also includes a lengthy article on James G. Garfield, the President who was assassinated in 1881 -- which the text calls ". the saddest history of the American Nation"), the remainder (and by far the largest part of the volume) is of great interest to genealogists and historians today. Included are histories, including names of early settlers, of Genesee County (and the Holland Patent) and its constituent towns, Genesee County business by type, and perhaps most important, a directory of individuals and businesses in the county, arranged by town.
The Post Office, occupation, and number of acres for farmers, are included. This directory section is 230 pages long. There is also a decent amount of advertising. These items were heavily used in businesses and were rarely retained, so this is pretty much a rarity. 455 pages, in PDF format (we included all five files that made up this directory on the Genesee County Collection CD-ROM, where it originally appeared and combined them into a single download file, which is large). 7,00 $.


Making Jell-O a National Staple

The company doubled down on marketing. They sent out nattily dressed salesmen to demonstrate Jell-O. The also distributed 15 million copies of a Jell-O recipe book containing celebrity favorites and illustrations by beloved American artists, including Maxfield Parrish and Norman Rockwell. The dessert’s popularity rose. Woodward’s Genesee Pure Food Company was renamed Jell-O Company in 1923. Two years later it later merged with Postum Cereal, and eventually, that company became the behemoth known as the General Foods Corporation, which is now called Kraft/General Foods.

The gelatinous aspect of the food made it a popular choice among mothers when their children were suffering from diarrhea. In fact, doctors still recommend serving Jell-O water—that is, unhardened Jello-O—to children suffering from loose stools.


Voir la vidéo: Part 1. Évènement et Histoire, le début de lhistoire dAarbron.


Commentaires:

  1. Volabar

    Merci pour votre aide dans cette affaire.

  2. Sat

    What are the correct words ... Super, great idea

  3. Nem

    Quels mots ... Phrase super différente

  4. Sacripant

    Je suis absolument d'accord avec vous. L'idée est bonne, je la soutiens.

  5. Jerrald

    Réponse Intelligibilité

  6. Hareleah

    Bravo, quelle phrase ..., l'excellente pensée



Écrire un message